Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]   Mar 24 Déc - 5:30

Jeudi 4 Septembre

Une ville comme les autres. En ruine, dépouillée, les voitures en travers de la route ou encastrées dans les bâtiments. John s'y était fais à force de toujours voir la même chose. La végétation venait à recouvrir certaines surfaces des lieux au ras du sol. La nature reprenait ses "droits". Quel blague! Dame Nature a crée un environnement propice à l'évolution de la vie, des animaux, de l'être humain. Et maintenant elle essayait de reprendre la vie qu'elle a donné en envoyant ce fléau qui a ravagé le monde entier. Elle veut détruire l'homme pour sa cruauté? Elle l'a rendu encore plus mauvais.

L'instinct de survie du plus grand prédateur de tout les temps n'avait aucune limite. Ôtant la vie à n'importe quelle espèce vivante, humain ou animal. Les remords ne le plongeait jamais dans l'angoisse. Et quand venait l'heure de se regrouper, de s'entraider, la trahison n'était jamais loin. Il y avait uniquement deux choses qui comptait par dessus toutes les émotions positives et la gentillesse. Survivre et ne pas se faire transformer.

Cependant le jeune homme n'avait pas normalement dans sa nature cet instinct meurtrier. Il exécrait tuer. Le problème? C'est qu'il le faisait tout de même pour vivre. Il l'avait compris très vite. C'était "Tuer pour survivre" ou encore "Tu tues, tu vis". Des pensées qui pourrait en dégoûter plus d'un mais le monde qui nous entourait avait profondément transformer l'espèce humaine. John n'y avait pas fait exception.

C'était que ce genre de pensée que le jeune homme avançait au milieu de la rue déserte d'une petite ville non loin d'Atlanta. Le soleil venait inonder de sa douce chaleur chaque parcelles des environs. Un léger vent soufflait vers le nord tandis que John continuait vers le Sud. Il sortait sa machette et son Desert Eagle, les tenant fermement dans ses mains afin de parer à toute menace éventuelle. Il allait explorer les maison qui n'avaient pas brûler et chaque magasins afin de trouver ne serait-ce que la moindre nourriture, périmé ou non.

Alors qu'il entrait discrètement par la porte de devant de la première maison venue ; une odeur puissante de mort lui parvenait au nez. John devait se couvrir le nez avec son écharpe pour ne pas vomir. Se ressaisissant, John observait sur le pas de la porte les lieux afin de repérer en premier la moindre menace. Humaine ou non. Il refermait la porte discrètement pour ne pas se faire repérer de l'extérieur. Il ramassait une bouteille en verre puis la jetait avec force contre un mur afin de repérer si les lieux étaient vides ou non.

John n'avait pas eut à attendre. Des craquements se faisaient entendre au plafond signifiant des pas. John se calait dans le coin de la pièce, face aux escaliers, son arme pointant les escaliers et se préparait à se défendre si besoin est.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nokomis Skullnox
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Anne Hataway
Messages : 436
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
70/100  (70/100)
Jauge de Faim:
70/100  (70/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]   Mar 24 Déc - 10:55


 
Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous ?



 

  Y'en avait marre.
Fantôme s'était toujours vue survivre sans trop de soucis dans une telle situation. Mieux, sa vie d'avant la dégoutait, et elle avait toujours souhaité vivre ainsi. Se sentir en vie. Se battre. Se battre pour rester en vie, mais aussi pour ne pas se faire bouffer. Profiter de chaque bouffée d'air pur. Mais maintenant... La solitaire se lassait. A quoi bon survivre si le futur n'était pas certains ? Son séjour à Woodbury l'avait rendue encore plus faible qu'elle ne l'était déjà. La brune cracha sur le sol. Tant de faiblesse...
De bonne heure, l'adolescente avait quitté sa forêt pour rejoindre une petite ville. Sa plus grande faiblesse consistait à trouver de la nourriture. Le pistage, ok. Mais tuer des animaux... Non. Elle n'y arrivait pas.

  D'un pas souple et déterminé, celle qui préférait qu'on la nomme "Fantôme" traversa l'allée centrale de la ville. Du moins ce qu'il en restait. Les maisons qui n'avaient pas cramées était explosée, pillées par des survivants. A plusieurs endroits, la végétation avait recouvert les décombres. Tant mieux. Cela signifiait qu'aucun pillard ne devait être passé depuis des jours voir des semaines. La solitude plaisait à la brune. Elle commençait cependant à la trouver un peu lourde en ce moment. Mais franchement, tomber sur un groupe de survivants, c'était pas ce qu'elle souhaitait le plus.
En général -et elle se mettait à leur place- quand on trouve un autre survivant, c'est passe moi ce que t'as ou je te tue. Voir les deux.
Quitte à mourir, Fantôme préférait repousser la date.

  Arrivé devant une habitation qui avait l'air presque intacte, la jeune fille inspira un grand coup, et s'assura d'un coup d’œil que personne (de potentiellement à moitié mort) ne l'avait remarquée. Avec d'infinies précautions, elle se glissa dans le salon, par la fenêtre entièrement ouverte. Fantôme atterri souplement sur le sol, qui craqua tout de même. La brune grimaça. Restant quelques secondes immobile, des bruits de pas et des râles guturaux ne tardèrent pas. Immédiatement, la survivante arma son arc de bois, et chassa toute émotion ou pensée de son esprit. La mort. Voilà ce qu'elle voyait dans chaque recoin de la pièce. Elle était passée en mode "survivor". Cette partie animale en vous qui pousse l'instinct à prendre place sur toute autre chose.
Tout ce qui comptait, c'était explorer la maison. Trouver à manger. Et sortir sans dégâts. Peut importe ce qu'elle devait faire pour ça.

  L'arc toujours à la main, mais désarmé tout de même, la brune avait inspecté le rez de chaussé. Silence. Enfin, grognements à l'étage mais bon...
Consternée, la jeune fille lève inutilement les yeux au plafond. S'ils sont là haut, c'est qu'ils ont voulu tenter de survivre. Peut-être ont-ils encore de la nourriture qui sait ? Hésitante, Fantôme sors de son fidèle sac de cours un ouvre enveloppe en forme d'épée. Il faut qu'elle monte. Il faut qu'elle grimpe ces escaliers, qu'elle ouvre la pièce ou sont les marcheurs et qu'elle les éliminent. Si en endroit doit contenir des vivres, c'est là bas. Peu encline à risquer encore une fois sa vie, la brune se met cependant à gravir sans discrétion supplémentaire les marches de bois laqués. Les râles redoublent d'intensité. Inspirant un bon coup, Fantôme essaie de redevenir animale. Oui. Il faut qu'elle libère la bête sauvage en elle, celle qui cherche à vivre plus que tout, et qui n'a pas peur de tuer pour parvenir à ces fins.

  Une fois devant la porte, la survivante dépose son sac et son arc sur une étagère proche. Pas question de les abîmer. Le corps-à-corps. Ca seule chance.
Sans se donner le temps de trop réfléchir, Fantôme ouvre la porte de la pièce ou grondent les zombies. Reculant de quelques pas pour gagner du temps, elle comptabilise les cibles. Ils ne sont que deux. A première vue un homme et ... Et ? Plus vigoureux qu'elle ne s'y attendait, le premier marcheur arrive a grandes enjambées vers elle. Prise de court, la survivante s’aplatit au sol, fauchant d'un coup de pied les jambes du zombies, qui tombe sur le dos, tendant vers elle ses bras décomposés et purulents. Dans un bruit désagréable et repoussant, l'arme de la brune s'enfonce dans l’œil du zombie, qui ne transformera plus personne.
Quand le deuxième marcheurs lui agrippe les cheveux et l'épaule, l'adolescente reprends ses esprits -quelque peu secoués par le jet de sang gluant du premier mordeur qui lui avait recouvert le visage-. Frappant au hasard avec sa lame fine, Fantôme ferme les yeux pour chasser les "Sploush sploush" répugnants de ses pensées. Soudainement, l'étreinte mortelle se relâche. Se tournant prudemment, la brune réalise qu'elle a pratiquement fait du gruyère avec le zombi.

Comme elle s'en doutait, rien dans la chambre, ni ailleurs. Tous ces efforts pour rien. Le visage couvert de sang, les cheveux en bataille, Fantôme repris son fidèle sac eastpack sur le dos, son arc à l'épaule, et son ouvre enveloppe à la main. Mieux valait ne pas s'éterniser ici... Les deux rôdeurs avaient suffise ment gueulés pour qu'un meute se ramène. Alors qu'elle se dirigeait vers les escaliers, un bris de verre se fit entendre. Par réflexe, la brune se colla au mur le plus proche. Qu'est ce que ...? Des suggestions s'enchainèrent à toute vitesse dans son esprit. Un rôdeur ? Non. Trop con pour ouvrir la porte. Et elle venait quand même de fouiller la maison de fond en comble. Son visage se figea. Un autre survivant ! Ou plusieurs ! L'adolescente se mordit la lèvre. Elle ne pouvait pas fuir. Et elle n'était pas assez lâche pour cela. Reprenant son arc, elle arma une flèche et rangea son ouvre enveloppe à la ceinture de son cargo noir.

Silencieusement, elle descendit les premières marches, apercevant peu à peu les jambes d'un homme. Seul apparemment. Son stress augmenta, et elle tira plus fort sur la corde de son arc à mesure qu'elle découvrait la silhouette de l'autre survivant. C'était le problème. Un zombie c'est con. Un homme, ça peut vous tirer dessus. Une fois en bas, Fantôme avait dans la ligne de mire un jeune homme, que chacune aurait trouvé séduisant. D'un coup d'oeil rapide, la brune s'assura qu'il était seul, et ne désarma pas pour autant. D'ailleurs, il avait... Un flingue ??? La jeune fille grimaça. Du haut de ses 17 ans, elle lui décocha un regard noir, et attendit qu'il parle. Enfin... Elle espérait qu'il le ferait. Avec son débardeur kaki tâché de partout, son visage à moitié couvert de sang, elle inspirait pas tellement l'envie de taper la causette si ? Ne le quittant pas du regard, Fantôme réalisa que si l'homme avait l'intention de la tuer, elle n'avait aucune chance.


 
© Nye-Hael sur Epicode
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]   Mer 25 Déc - 10:19

Le jeune homme avait quelques gouttes de sueurs qui perlaient le long de son front et de ses mains avec la chaleur ambiante et l'odeur de mort qui continuait à stagner dans l'air. Son méthode pour attirer le monstre et l'être humain avait payé. Il se retrouvait mai tante nez à nez avec une jeune fille, une petite brune qui le visait avec un arc. John baissait la tête, essayant de capter une éventuelle seconde personne dans la maison mais cela ne semblait pas aboutir à quelque chose. Le jeune homme se concentrait alors de nouveau avec l'inconnue.

- Alors voilà je t'explique le topo. Je n'ai pas du tout envie de tuer quelqu'un mais si ta présence semble menacer ma vie alors je n'hésiterai pas à te tuer. Maintenant on va tout les deux baisser nos armes en guise de bonne foi.

Le jeune homme savait qu'une jeune fille comme elle pouvait être avec de la chance influençable. Ce genre d'alliée pouvait lui être d'une grande aide. Mais il n'allait risquer ce lien qui pourrait se former, il baissait donc son arme lui faisant comprendre qu'il ne voulait pas s'en prendre à elle.

- Bon par contre il ne vaudrais mieux pas rester ici, les zombies ont dut entendre le bruit et vont commencer un à un à venir ici. Je te propose qu'on se casse d'ici et qu'on trouve un autre endroit plus à l'abri. Vu que tu étais déjà dans la maison, je ne pense donc pas qu'il y ai d'autre choses à récupérer.

Il était parfaitement conscient que parler comme ça à une inconnue n'était pas vraiment habituel surtout dans le Nouveau Monde. Mais le temps pressait et le premier rôdeur commençait déjà à taper contre la porte.

- Libre à toi de me suivre mais si tu es une vagabonde comme moi, tu ne peux pas te passer d'un peu d'aide de ma part. Et inversement.

John détournait le regard de la jeune fille, ouvrait la porte et abattait sa machette d'un coup sex et rapide sur le crâne du monstre qui s'effondrait sur le sol dans une gerbe de sang.

- Hey jolie brune! Moi c'est John. Au cas où on ne se reverrait plus.

Une petite touche de drague et d'éloquence pour mettre une demi-confiance dans la poche. Le fait de ne pas s'en être pris à elle et avoir tuer le monstre devrait suffire à la convaincre pour le moment. John venait de descendre les escaliers du perron.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nokomis Skullnox
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Anne Hataway
Messages : 436
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
70/100  (70/100)
Jauge de Faim:
70/100  (70/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]   Mer 25 Déc - 23:28


Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous ?





Ignorant son bras qui commençait à faiblir, la brune tentait de chasser un sentiment qu'elle détestait. Celui de l'animal prit au piège. Qui luttera certes jusqu'au dernier souffle, mais qui n'a tout de même aucune chance.
L'homme qui se tenait en face d'elle -qui devait avoir quoi ? 30 ans ?- chercha la présence potentielle d'autres survivants. Mais non. Fantôme était bel et bien seule. L'inconnu prit la parole en posa son regard gris sur la jeune fille, qui ne bougea pas d'un iota.

- Alors voilà je t'explique le topo. Je n'ai pas du tout envie de tuer quelqu'un mais si ta présence semble menacer ma vie alors je n'hésiterai pas à te tuer. Maintenant on va tout les deux baisser nos armes en guise de bonne foi.

Au moins c'était dis. Mais était-il sincère ? Ce n'était peut être qu'un arc en bois fait main, mais elle avait quand même de l'expérience en la matière, et une flèche dans la poitrine ou dans la gorge, c'est pas rien. Baisser mon arme ? Il la prenait pour qui ? D'un regard furtif, elle comptabilisa les armes de l'homme en face d'elle. Déjà, le flingue. Il venait de l'abaisser, mais c'était pas difficile de le pointer à nouveau sur elle et d'appuyer sur la gâchette. De son dos dépassait un manche en bois. Hache, pelle, machette, simple bâton ? Pas moyen de le savoir. Qui plus est, il semblait avoir une autre arme à feu -et pas un joujou- à l'épaule.
Fantôme ne désarma pas son arc, et continuait de garder le silence.

- Bon par contre il ne vaudrais mieux pas rester ici, les zombies ont dut entendre le bruit et vont commencer un à un à venir ici. Je te propose qu'on se casse d'ici et qu'on trouve un autre endroit plus à l'abri. Vu que tu étais déjà dans la maison, je ne pense donc pas qu'il y ai d'autre choses à récupérer.

Comme pour confirmer les dires, des râles se firent entendre, et des coups désordonnés et inquiétants furent donnés contre la porte. La brune frémit et jeta un coup d'oeil inquiet vers la porte.

- Libre à toi de me suivre mais si tu es une vagabonde comme moi, tu ne peux pas te passer d'un peu d'aide de ma part. Et inversement.

Elle ? Besoin d'un gars comme lui ? Et pour quoi faire ? La conversation ? Hm. Ce matin même, elle se questionnait sur sa solitude et se demandait si elle ne ressentait pas le besoin d'avoir de la compagnie. L'homme détourna son regard, et se dirigea vers l'entrée de la maison. Sans se presser, mais cependant avec efficacité et sang-froid, il enfonça une machette dans le crâne du marcheur, qui s'effondra en livrant une bonne partie de son sang. Machette donc... Fantôme préférait ne pas l'imaginer la tuer ainsi. La tête brisée par une machette, c'est pas la plus belle mort du siècle. [Hors RP → "d'un coup sex" xDD ?]
Avant de descendre les marches du perron, le brun se retourna et termina :

- Hey jolie brune! Moi c'est John. Au cas où on ne se reverrait plus.

Jolie brune ? Il la prenait pour qui ce John ? Tout en soupirant, Fantôme rangea flèche et arc, et garda sous la main son ouvre enveloppe. On sait jamais... Sans trop savoir pourquoi, elle suivit le survivant, et répondit d'un ton neutre :

- Fantôme. Ça suffira. *elle désigna de la tête les armes de John* Et je vois pas à quoi je pourrais te servir. T'as l'air de bien te débrouiller.


En fait, Fantôme se demandait même pourquoi elle ne s'était pas tout simplement barrée. C'est vrai quoi ? Sa méfiance légendaire lui soufflait de partir. Un homme aussi armé, c'était pas bon si ?





© Nye-Hael sur Epicode

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]   Jeu 26 Déc - 10:56

Fantôme qu'elle s'appelait hein... Et bien ce n'était pas un nom très commun ou alors c'était un surnom mais le jeune homme n'en avait que faire de l'origine.

- Je l'air de me débrouiller oui, mais la solitude me pèse sur le cœur même si Tina ma chienne me suit partout où je vais. Mais ne pas parler avec un humain.. Avec de bons rapports. Alors même si je n'ai pas totalement confiance en toi, je me laisse aller à découvrir d'autre choses que de la trahison et la méfiance chez les personnes.

Le jeune homme n'était pas quelqu'un de désespéré mais il ne pouvait passer à coter de moment symbolisant cette humanité qui avait presque disparut aujourd'hui. En y pensant, des images lui venaient en tête. Des flashback, souvenirs d'un temps aujourd'hui révolu mais toujours aussi puissant.

Un regards de braise, un sourire délicieux. Un amour profond exprimé par de simples mouvements de la tête. John était là chez lui, debout à regarder sa compagne dont il avait eut le coup de foudre. Celle-ci le regardait avec envie. La nuit avait été formidable. C'était la première fois qu'ils partageaient un moment comme celui-la. Un grognement horrible se faisait entendre, sortant le jeune homme de ses pensées et de sa mémoire. Il avait décidé d'oublier ce passé, de ne plus y faire référence afin d'être debout. Afin de devenir plus fort. Afin de survivre et d'accomplir des actes qui dépassait la morale.

John abattait une nouvelle fois sa machette avec force contre un autre monstre, puis encore un autre. Il en arrivait de plus en plus mais avec un peu d'ingéniosité, il serait facile de se cacher dans cette ville et d'échapper aux monstres.

Ainsi le jeune homme se retrouvait au milieu de la route principale, regardait avec insistance la dénommée Fantôme. Dame Nature n'a peut-être pas supprimé toute la bonté des hommes finalement. Il y avait peut-être un espoir que l'espèce humaine puisse se relevée fièrement de cette épreuve qui a ébranlé le monde entier.


- Fantôme hein? Tu fais ce que tu veux mais sache que tu n'a rien à y perdre. En plus de cela, dans ma cachette j'ai de la nourriture. Je veux bien partager.

La voix de John était à moitié étouffée à cause des grognements qui ne cessaient d'augmenter en volume. Il attendait un signal de la jeune fille qui lui indiquerait ce qu'elle comptait faire. Dans tout les cas, il n'attendrait pas longtemps.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nokomis Skullnox
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Anne Hataway
Messages : 436
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
70/100  (70/100)
Jauge de Faim:
70/100  (70/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]   Ven 27 Déc - 10:28


Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous ?




Fantôme n'allait pas changer d'un jour à l'autre. Ça méfiance légendaire la faisait peut être passer à côté de beaucoup de choses, mais au moins, elle la maintenant en vie. Il était inutile de préciser qu'elle ne faisait aucunement confiance en ce ... John. Le jeune homme, plutôt du genre armoire à glace à belle gueule, était également armé comme s'il avait pillé les restes de Woodbury. La brune gardait donc ses distances, et était prête à détaller à la moindre once de violence ou d'agressivité. Lâche ? Peut-être. Mais il ne faut pas confondre bravoure et courage. L'un possède le don de reconnaitre une cause perdue, et arrête les frais. Tandis que l'autre va au fond des choses, même si c'est la dernière chose qu'il doit faire.
La main étroitement serrée sur son ouvre enveloppe, elle suivait cependant les pas du survivant, qui continua d'ailleurs :

- Je l'air de me débrouiller oui, mais la solitude me pèse sur le cœur même si Tina ma chienne me suit partout où je vais. Mais ne pas parler avec un humain.. Avec de bons rapports. Alors même si je n'ai pas totalement confiance en toi, je me laisse aller à découvrir d'autre choses que de la trahison et la méfiance chez les personnes.

La solitude...? Oui, elle comprenait celà. C'est principalement pour ça qu'elle avait accepté de rejoindre Woodbury. Et elle le regrettait amèrement désormais. Fantôme reporta son attention sur John. L'homme semblait perdu dans ses pensées. A son regard vide et son expression figée, l'adolescente savait à quoi il pensait. Pas compliqué. Sa vie d'avant. Sa famille. Ses amis peut être. Les gens qu'il aimait. Tout le monde y avait perdu quelque chose. Ou presque. La brune devait faire partie des rares personnes qui ne savait pas vraiment si elle avait perdu ou gagné de l'apocalypse. Si ce n'est une mort certainement douloureuse et non-naturelle.
Le survivant revint sur Terre. S'évader ainsi doit faire énormément de mal Supposait-elle. Mais quel était vraiment le plus douloureux ? Le souvenirs des proches perdus ou le retour à la réalité en solitaire ?

La jeune fille ne broncha pas quand le survivant abatis à la suite plusieurs marcheurs. Elle grimaçant cependant quand il reposa son regard gris-bleu sur elle.

- Fantôme hein? Tu fais ce que tu veux mais sache que tu n'a rien à y perdre. En plus de cela, dans ma cachette j'ai de la nourriture. Je veux bien partager.

Nourriture ? La brune hésitait. C'était franchement pas son genre de profiter ainsi. Mais depuis combien de jours elle avait rien avalé ? Quelques racines, des feuilles sèches ?
Toujours est-il que John semblait attendre un quelconque avis. A quelques mètres à peine, les rôdeurs trotinnaient gaiment en leur direction, ayant flairer une entrée et un plat de résistance. Fantôme soupira. Sans crier gare, elle reprit son arc, y arma une flèche, et la décocha au dessus de l'épaule de son interlocuteur. Le missile de bois se ficha dans le crâne du zombi le plus proche;, qui tomba sur le sol, et entraina ses poursuivants dans sa chute.

- Ça veut dire oui. Je te suis.


Fantôme se rapprocha de John pour le suivre. Au passage, elle récupéra sa flèche et planta son ouvre-enveloppe dans quelques têtes affamées. Certes, elle allait suivre ce survivant. Son offre d'un peu de nourriture était là bienvenue. Mais en échange, qu'allait-elle pouvoir lui donner ?




© Nye-Hael sur Epicode

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]   Dim 5 Jan - 4:20

Le jeune homme lui lançait un léger sourire à peine perceptible qui avait pour but d'instaurer une plus grande confiance entre les deux individus même si c'était loin d'être gagné. Mais John arrêtait de penser à cette méfiance que la jeune femme avait envers lui, le danger augmentait rapidement et déjà plus d'une dizaine de morts-vivants étaient dans la rue pour venir dévorer de la chair fraîche. John avait eut affaire à pire que ça lors de son voyage. Notamment une horde près d'une grande ville. Avec de la chance, il avait pût avec de la ruse y réchapper de justesse.

Après un rapide coup d'œil des lieux, John avait aperçut un magasin à quelques pas d'ici. Ce type de bâtiment avait un accès aux toits et les étagères à l'intérieur leurs permettraient de ralentir voir de bloquer l'accès aux rôdeurs. Si il trouvait un objet pouvant faire du bruit et des piles encore en état de marche, il arriverait à créer une diversion afin de s'échapper par le côté opposé où les cadavres ambulants s'attrouperait pour entrer dans le magasin. C'était risqué mais possible. Il y avait tout de même quelques rôdeurs qui leurs barrait le chemin.


- Fantôme, suis moi je pense avoir trouver une solution.

Le jeune homme avançait rapidement vers le magasin en esquivant quelques morsures. Il ne devait pas ralentir où la mort pourrait tendre ses bras sans aucune pitié. Le magasin avait été pillé, les fenêtres étaient brisées et de nombreuses étagères se retrouvaient presque vidées et renversées. Entre tout les grognements et la concentration du jeune homme pour réussir son coups, il ne savait pas si la jeune femme le suivait exactement derrière ses pas.

Après une rapide inspection sommaire des lieux. Il s'attelait déjà à bloquer l'entrée du magasin avec les étagères. Elles étaient lourdes mais l'adrénaline et la peur de se faire dévorer, décuplaient les forces du jeune homme qui bloquait déjà la moitié de l'entrée avec deux étagères. Mais la jeune femme n'était toujours pas là, occupée à tuer quelques morts-vivants sur la route. John ne l'attendait pas, il poussait une autre étagère pour bloquer la dernière issue possible. C'est à cet instant que la jeune femme avait réussit à le rejoindre et à se faufiler dans le magasin avant que l'étagère ne bloque tout accès. Il accordait un signe de la tête à Fantôme.


- C'était moins une!

John avançait, la jeune femme sur ces talons, vers l'accès au toit mais un grognement suivi d'un cri de la jeune femme venait de perturber ses plans. Un rôdeur aux jambes coupée, avait agrippé les jambes de Fantôme. Sans attendre, John se retournait, son arme à feu à la main et tirait sur le monstre. Cependant dans la précipitation, John avait manquait d'adresse et la balle avait touchée la jambe de la jeune femme avant de finir sa course dans la tête du monstre. Fantôme s'était écroulée de douleur.

- Putain merde! Je suis désolé. Je vais te sortir de là t'en fais pas, j'ai de quoi te soigner sur moi. Je vais t'aider à monter là haut mais pour l'instant on dois se barrer d'ici vite fait. Ils vont bientôt réussir à rentrer!

John se précipitait sur elle, et l'aidait à se relever et à marcher et lui servant d'épaule. La situation était critique. Mais au prix d'un effort intense. Le jeune homme montait Fantôme sur le toit. Il barricadait l'accès avec quelques planches en bois ou tout autre objets pouvant faire l'affaire. Heureusement sur le chemin il avait pût récupérer quelques appareils et des piles. Le magasin d'électronique l'aidait fortement. Il déposait la jeune femme par terre, déchirait le pantalon de Fantôme au niveau de la plaie. Le sang coulait abondamment. Il lui fallait faire vite. Alors John sortait de son grand sac à dos, un kit de survie avait tout le nécessaire pour bander, désinfecter et soigner la plaie.

- Je te préviens ça va faire mal mais tu dois être forte. Essayes de ne pas bouger, ça va me compliquer la tâche.

Le jeune homme n'était pas expert en médecine mais il avait déjà vu faire à la télé et dans des reportages. Son expérience depuis le début de l'apocalypse lui avait permis de se sauver bien des fois de situations comme celle-ci. Après un petit moment à s'affairer, entre quelques gémissements de Fantôme, John avait réussir à soigner la jeune femme. Un grand bandage entourait maintenant la partie où Fantôme était blessée.

- Repose toi un peu, reprends des force. Maintenant je pense que tu as la preuve que je ne te veux aucun mal. Je t'aurai laissé derrière à la merci de ces monstres sinon et je n'aurai pas utilisé un kit de survie pour toi.

John lui caressait la joue et allongeait Fantôme sur le sol en posant sa tête sur son sac. Il lui priait de ne pas bouger. En attendant il s'affairait déjà à créer quelques choses de bruyant avec ce qu'il avait récupérer.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nokomis Skullnox
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Anne Hataway
Messages : 436
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
70/100  (70/100)
Jauge de Faim:
70/100  (70/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]   Dim 19 Jan - 3:21


Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous ?





Fantôme regrettait presque son geste.
Pourquoi s'entetait-elle à suivre cet homme ? C'est vrai quoi. Elle s'était toujours bien débrouillée, même si la chasse n'était pas son fort. Une mauvaise impression s'insinua dans son esprit.
Les deux survivants débouchèrent vers un magasin. Ce dernier semblait ... Comment dire ? Assez difficile d'accès au vu des nombreux mordeurs qui se trouvaient entre eux et le fameux batiment.
Le mauvais pressentiment de la brune s'accentua quand l'homme se tourna vers elle pour lui dire :

- Fantôme, suis moi je pense avoir trouver une solution.

Allons bon. Elle ne pouvait tout de même pas faire demi-tour maintenant. Des rôdeurs, elle en avait vu. Alors elle allait pas se laisser démonter. Le dénommé John s'avança sans aucune discrétion au milieu des zombis, en éliminant bien sur pour se frayer un passage.
La brune soupira, puis décida sans grande conviction de suivre le survivant.
Au bout d'un moment, elle l'aperçu qui entrait dans le magasin. Son instinct de combattante poussé par l'action, Fantôme s'appliqua à achever les zombis qui se présentaient. Parfois, elle se disait que c'était toujours ça de moins.
Avisant le magasin, Fantôme se glissa à l'intérieur avant que John ne condamne l'entrée définitivement.

- C'était moins une!

L'adolescente lui accorda un regard noir.
Il l'aurait fermée dehors si elle n'était pas rentrée à la dernière seconde. C'était quoi ça ? Il l'invitait à la suivre, et après il n'aurait eu aucun remords à la laisser avec une trentaine de zombis ?
Qu'est-ce qu'elle était conne dès fois.
Sa méfiance, qui était un peu tombée avec les évènements, remonta au maximum. D'un même élan, les deux survivants se dirigèrent vers l'étage.
Soudain, sans qu'elle s'y attende, une pression gluante et écœurante se fit sentir au niveau de sa jambe. Lâchant un cri d'effroi qu'elle maudirait plus tard, Fantôme réalisa qu'un mordeur à demi coupé l'avait agrippée.
Ses origines reprenant le dessus, elle se saisit immédiatement de son ouvre-enveloppe, afin d'achever au plus vite le zombi qui semblait décidé à faire de sa jambe son prochain repas.
Une détonation la fit redresser. Elle ne compris que lorsque une douleur cuisante lui remonta de sa jambe. Etouffant un grognement en serrant les dents, elle se retint de cracher à la figure de John lorsqu'il lui lança :

- Putain merde! Je suis désolé. Je vais te sortir de là t'en fais pas, j'ai de quoi te soigner sur moi. Je vais t'aider à monter là haut mais pour l'instant on dois se barrer d'ici vite fait. Ils vont bientôt réussir à rentrer!

C'est bien parce que le temps pressait.
Sinon elle ne se serait jamais laissée faire. John venait de l'aider à se relever, et la portait à moitié pour grimper à l'étage et gagner le toit. Rien que la proximité avec cet homme la dégoutait au plus haut point, elle qui jugeait la proximité physique comme la chose la plus écœurante au monde.
Au moins, la rage lui avait presque fait oublié la douleur.
Le survivant la déposa au sol, et s'occupa de suite de la blessure qu'il lui avait infliger.

- Je te préviens ça va faire mal mais tu dois être forte. Essayes de ne pas bouger, ça va me compliquer la tâche.

S'en était trop.

- Non mais tu me prends pour qui ??? Tu viens de me tirer dessus abruti ! Si tu veux pas finir ouvert et jeté aux rôdeurs, je te conseille de fermer ta gueule !
cracha-t-elle

Sois forte ?! Non mais sérieusement ! Lui qui ne savait rien de sa vie, de son passé ?! Il venait de lui tirer une balle dans le mollet, et il jouait les médecins avec une voix de chérubin ???
La brulure du désinfectant la calma quelque peu.

- Repose toi un peu, reprends des force. Maintenant je pense que tu as la preuve que je ne te veux aucun mal. Je t'aurai laissé derrière à la merci de ces monstres sinon et je n'aurai pas utilisé un kit de survie pour toi.

Craignant de ne pas calmer son envie de l'écorcher vif, Fantôme garda le silence.
Elle valait mieux que ça, et savait canaliser ses mauvaises intentions.
John esquissa un geste tendre, qu'elle repoussa en le poussant d'un coup de pied dans le tibia.

- Dès que les rôdeurs sont partis, je me casse.


Grimaçant, elle resserra le bandage mal fait du survivant. Le sang ne stopperait jamais si il serrait ça comme une tapette. Au moins, la balle est sortie.
La brune effectua quelques pas. Pas super.









© Nye-Hael sur Epicode

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dame nature a-t-elle supprimé la bonté qui est en nous..? [Pv: Nokomis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Demande de Dame Nature
» [RP] - Vestiaires des dames
» Dame Nature fait des caprices
» A la recherche des mysterieux meta 6iv ! (vrai la dame de la pension elle m'aime)
» Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Le Monde Extérieur :: Les Petites Villes-