Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Lun 11 Nov - 5:39

2 septembre 2011

Il devait être dans les alentours de midi. Kyle était levé depuis longtemps, et j’avais réussi à dormir quelques heures, au matin. Généralement, c’était ce que nous faisions : la nuit, je ne dormais pas, ayant trop peur que nous nous fassions attaquer par des zombies. Une fois que le soleil était bien levé, je m’assoupissais quelques heures, histoire tout de même de me reposer un peu. Dans ce cas, c’était plus simple : si un Walker pointait le bout de son nez, Kyle n’avait qu’à hurler à tue-tête. Sérieux, c’était pire qu’un réveil matin. Enfin, je dis ça, mais ça n’arrivait pas tous les jours. En fait, depuis que ma voiture nous avait lâchés, ça nous était arrivé quoi… ? Cinq ou six fois.
Il était surement inutile de dire que j’avais énormément de mal à trouver le sommeil, dans ces cas-là. Et du coup, j’étais aussi fraîche et dispo qu’un œuf pourri, à mon réveil.

Bref, ce matin-là, Kyle avait hurlé, et quand j’avais ouvert les yeux, je l’avais vu, tenant fermement mon couteau, prêt à le planter dans le corps du zombie face à lui. Malheureusement, les réflexes de cet âge ne sont pas des meilleurs, surtout quand on n’est pas vraiment habitué. Et surtout, qu’on est petit. Ce fut donc un véritable miracle, mais je réussis à pousser mon petit protégé, lui prendre mon couteau des mains, et le planter dans la tête de la créature. Un véritable miracle. Même moi, je n’en revenais pas de ce que j’avais fait.

Après ce réveil plus que brutal, nous continuâmes notre route. Mon objectif principal était de nous trouver un endroit où dormir à l’abri. On commençait à manquer de nourriture, et surtout de sac pour la dialyse de Kyle. Du coup, il nous en fallait aussi. Et donc pour ça, il nous fallait une voiture. En gros, nous étions dans une merde pas croyable. Mais finalement, ça ne changeait pas vraiment de d’habitude. Nous allions bien finir par nous en sortir. Du moins je l’espérais.

Alors que nous continuions à marcher –allez savoir pourquoi, mais j’avais réussi à nous perdre dans cette forêt– je vis au loin une tente, ou un truc dans le genre. Lentement, je me tournai vers Kyle. Dedans, il n’y aurait certainement pas de quoi traiter la maladie du petit, mais peut-être y aurait-il de quoi manger. Je m’abaissai pour être à sa hauteur, sortis mon couteau et lui dis dans un murmure :

« Bon. Tu gardes le couteau, au cas où. Tu restes bien là et comme d’hab’, tu cries si jamais il y a quelque chose qui ne va pas. Mais tu restes bien là, ok ? Quoiqu’il arrive. Sauf si tu te fais attaquer, bien entendu. »

Après avoir reçu une réponse affirmative, je sortis mon flingue de mon sac. Je n’aimais pas vraiment l’utiliser, vu que je manquais cruellement de munitions –tiens, encore un truc à chercher– et que la détonation avait le chic d’attirer les zombies. Enfin soit, rien n’est parfait, n’est-ce pas ? A pas de loups, je me dirigeai vers la tente. Elle se trouvait à une vingtaine de mètres de nous. Je tenais fermement mon arme, prête à tirer. Une fois à hauteur du campement, je me tournai vers l’entrée de la tente. Elle puait la mort. A coups sûrs, il y avait un cadavre à l’intérieur. Un cadavre ou pire : un cadavre qui bouge. Soit. J’ouvris lentement la tirette et m’éloignai prudemment. Rien. Rien n’en sortait. Toujours prudemment, je dégageai l’entrée de ma main. Quand l’odeur répugnante vint me piquer le nez, je ne pus m’empêcher de détourner le visage, cachant mon nez de ma main. Des haut-le-cœur se firent sentir : j’avais beau être infirmière, y avait des limites à la tolérance hein. Je pris une grande respiration et tentai de passer un œil à l’intérieur. Effectivement, il y avait un cadavre, allongé sur le sol. Cependant, il était bel et bien mort : sa main décomposée tenait encore un pistolet. Oh chance. Je m’engouffrai dans la petite tente et chopai l’arme. Oh malchance : il avait utilisé sa dernière balle pour se faire sauter la cervelle. Pfeuh. J’en profitai pour prendre le sac du macchabée et sortis sans demander mon reste. Je m’accroupis pour vérifier le contenu du sac. J’y découvris une boite de conserve contenant un plat préparé. Il allait être périmé dans un an, à peu près. Parfait.

Soudain, j’entendis une branche craquer, à quelques mètres derrière moi. Je me retournai vivement et pointai mon pistolet vers la chose qui devait certainement approcher. Là, je vis avec stupéfaction que la « chose » n’était autre qu’un homme. Un homme bien vivant. Mais contrairement à ce que j’aurais fait auparavant, je ne baissai pas mon arme. Pas que je n’avais pas confiance, mais c’était à peu près pareil. C’était un inconnu, après tout.

Spoiler:
 

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Mar 3 Déc - 22:27

Rick avait décidé d'aller faire un tour pour chasser le gibier, ça lui changerait surement les idées suite à la mort prématurée d'Andréa à Woodbury. Une mort qui l'avait marqué, plus qu'il ne l'aurait pensé à vrai dire. Elle représentait beaucoup pour le groupe, son assurance, son envie d'aider les autres, sa détermination, elle était un incroyable atout, mais avait fini dans une mort sanglante à cause d'un psychopathe sans pitié. Cet homme que les gens appelaient "Gouverneur" ne méritait aucune reconnaissance, aucun respect, que la mort. Mais ils l'avaient perdu de vue depuis la fin de la fameuse communauté. Où était-il ? Il n'en savait rien, la seule chose sur c'est que tout ça n'était que du passé, un passé douloureux certes, mais le passé. C'est pourquoi il devait se changer un peu les idées. Il avait eu l'occasion de parler un peu avec Daryl, ce n'était bien entendu pas la personne la mieux placée pour ça, mais s'en était assez pour aujourd'hui. Il avait fais beaucoup de chose pour le groupe et il lui en était redevable. Mais maintenant, il devait aller de l'avant, essayer de se changer les idées pour ne pas plonger encore dans un moment obscur. Depuis ces derniers jours, il avait réussi à se ressaisir petit à petit et il voulait que ça continue ainsi, mais pour ça il devait continuer les efforts et il ferait tout pour.

Une fois dans la foret aux abords de la prison, Rick sentit l'air frais qui lui donna un petit frisson dans les narines. L'air étouffant de la prison commençait à peser depuis un petit moment. Le changement de décor ne faisait jamais de mal à personne, au contraire. Après il est vrai que s'était risqué de sortir comme ça en dehors de la prison avec la nouvelle résolution qu'il avait pris, celle d'utiliser son arme qu'en cas d’extrême urgence et non à tout va pour même tuer un rôdeur. Il l'avait toujours sur lui, son fameux python, mais il ne l'utilisait plus depuis un petit moment, seul son couteau de survie faisait effet d'arme. Bref, vêtu d'une veste légère brune, d'un jeans noir et des chaussures de cowboy que Rick se mit à marcher plus profondément dans la foret à la recherche d'un écureuil ou quoique ce soit du genre. Mais rien à l'horizon pour le moment, il devait continuer. Chose qu'il fit d'ailleurs dans le plus grand des silences en prenant soin de ne pas trébucher ou faire un faux pas. Son regard observateur analysait l'environnement qui l'entourait, aucun rôdeur. Il pourrait croire au miracle, mais il avait cessé ce genre de pensé lorsque Lori fut morte. Ne voulant pas penser à ça, il secoua brièvement sa tête avant de lever son regard vers sa gauche pour y voir des tentes au loin. Il y avait-il des survivants dans la foret ? Qui était-ce ? Mille et une question se bousculaient dans la tête de l'ancien Shérif qui se demandait ce qu'il allait bien pouvoir rencontrer. Parce que oui, ce genre d'endroit qui en plus avait l'air désert et vu le sang sur une des tentes, il ne devait pas y avoir de vivant ou du moins il l’espérait. Il se mit d'abord à couvert contre un arbre sans manquer de jeter un ou deux coups d’œil sur le coté pour voir ce qui se passerait.

Problème, petit problème, le temps qu'il se remette droit, quelqu'un s'était aventuré jusqu'à ce petit campement pour jeter un œil dans la tente. Rick ne pu voir ce qui se trouvait à l'intérieur et ce qui fit que la jeune femme se bouchait le nez et la bouche pour ne pas vomir. Il n'y avait rien à faire ici, mais il ne compta pas partir tout de suite, l'arrivée de cette personne l'intriguait. D'où elle venait exactement ? Était-elle toute seule ? Son sac à son épaule en bandoulière servant à mettre un petit gibier, Rick se décolla du mur pour commencer à marcher tout en contournant le périmètre sur la gauche afin d'essayer de mieux voir. Mais il fallait qu'il marche sur une branche qui craqua sous son poids et qui eut pour effet d'avertir la jeune femme de sa présence. Par instinct Rick prit son arme, mais pas son flingue même si au fond il voulait le prendre, mais bien son couteau. Il n'avait plus l'habitude de prendre le python qu'il en oubliait presque qu'il l'avait sur lui. La jeune femme le braqua de son arme quant à elle. Rick avec son couteau n'irait pas bien loin. Il allait devoir improviser si ça venait à partir en vrille. Pour l'instant, seul l'observation était de mise.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Mer 4 Déc - 9:10

L’odeur du macchabée enflammait encore mes narines. Mais je n’en avais que faire : le danger, ce n’était pas le mort, c’était le type face à moi. Il pointait sur moi son couteau. Comme quoi, il était peut-être dangereux. Je fixai l’inconnu, le détaillant sans me gêner : comme tout le monde, il ne semblait pas très « frai ». Cependant, il semblait tout de même plus… je ne savais pas. On aurait dit qu’il ne manquait pas de soins, pas de nourriture. Il n’avait pas autant de cernes que moi, et n’était pas bien maigre. De plus, ses vêtements étaient sales, mais… mais pas boueux ni tâchés comme les miens ou ceux de Kyle. Kyle… je détournai furtivement le regard de celui de l’inconnu, pour poser les yeux sur mon petit Kyle. Il était pâle. Tellement pâle… ce n’était pas normal. D’habitude, ses joues étaient légèrement rosies par l’air ambiant. J’espérais sincèrement qu’il n’ait rien de grave. Après tout, son traitement nécessitait cinq dialyses par jour. Or, je ne pouvais lui en faire qu’une, voire deux. C’était bien trop peu.

Lentement, je reposai mon regard sur l’inconnu. Et s’il pouvait m’aider ? Non… les gens n’avaient plus confiance. Même avec un gosse, je n’allais pas réussir à l’amadouer. Et puis de toute façon, quoi ? Il était sûrement aussi dans le besoin que nous. La preuve était qu’il s’était aussi dirigé vers la tente. Surement cherchait-il lui aussi de la nourriture. Mais quand même… son état général me laissait perplexe.
Je pointais toujours mon arme vers sa poitrine. Pourtant, je n’allais pas tirer. C’était loin d’être mon genre. Jamais je n’aurais pu blesser quelqu’un de vivant. Mais au moins, ça avait le mérite de l’intimider. Du moins je l’espérais. D’une voix hésitante, je pris la parole.

« Qu’est-ce que vous voulez ? »

Une fois de plus, je lançai un regard vers Kyle. Il semblait mal en point, me regardant avec ses petits yeux fatigués. La fatigue… c’était un des symptômes. Bon sang. Je ne savais pas quoi faire. Rejoindre Kyle et manquer de me faire poignarder dans le dos ? Ou bien rester là, à voir mon petit protégé aller mal ? J’étais tiraillée entre ces deux choix. Je déglutis ma salive difficilement. Une légère brise balaya quelques instants l’odeur horrible de putréfaction du cadavre dans la tente. Je baissai une fraction de seconde le regard vers la boite de conserve que j’avais trouvé. Là-dedans, il y avait surtout de la viande. Malheureusement, ce n’était pas ce qu’il y avait de meilleur pour Kyle. Je tendis alors le bras vers l’inconnu.

« Si… si vous le voulez, tenez. C’est tout ce que j’ai trouvé. »

Eh mais euh… j’étais pourtant en position dominante, non ? Alors pourquoi je prenais le rôle de dominée ? L’idiote. Non en fait tout ce que je voulais, c’était que cet inconnu se barre, nous laisse tranquille et que je puisse enfin soigner Kyle. Du moins essayer. Je n’étais pas médecin et surtout, je n’avais pas le matériel pour le faire. J’étais réellement au bord du gouffre. J’étais à bout. Je savais que Kyle ne pouvait pas survivre dans ces conditions. Je me sentais impuissante. Oui, c’était bien le mot.

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️


Dernière édition par Alyana Johnson le Mer 11 Déc - 8:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Mer 4 Déc - 9:52

Rick était là, devant une jeune femme blonde en train de braquer une arme sur lui. Il n'aimait pas vraiment ce genre de situation. Se faire braquer n'était jamais quelque chose de rassurant et vu comment elle tenait l'arme, il pu voir qu'elle n'était pas une pro de la gâchette. Il savait ce qu'il pensait vu qu'il avait été formé pour ça et était même Shérif du comté de King. Comme quoi ce n'était pas pour rien, ceci-dit, il valait mieux se méfier d'une personne comme ça, qu'une personne compétente pas qu'elle a la gâchette facile. Dans tout les cas il n'allait rien tenter contre elle le temps qu'elle ne tente rien contre lui. Seul un round d'observation avait lieu à cet instant. Rick se trouvait non loin d'un arbre à l'extérieur du périmètre des tentes et la jeune femme en plein dedans, une certaine distance les séparaient. Mais quelque chose attira son attention en dehors de la jeune femme, il y avait un gosse. Etait-il à elle ? Allait-il bien ? L'ancien Shérif tenta de rester concentrer sur la jeune femme alors qu'elle pris la parole presque d'un ton agressif et en plus pour poser une question pouvant être aussi intéressante qu'idiote.

- Je pourrais te retourner la même question. Voir quelqu'un dans un endroit aussi détruit que celui-ci, ça fais bizarre.

Il n'insinuait rien du tout, mais il trouvait quand même ça bizarre de voir quelqu'un dans un tel endroit. Ce qui était le plus intriguant c'est qu'elle n'avait pas l'air menaçante, loin de là et pourtant à en juger le sang dans la tente au loin, ça pourrait paraitre louche. Les apparences sont trompeuses et il avait pu en déduire de lui-même. Après il n'était pas à l'abri de se tromper sur une personne aussi. Il commença à faire quelques petits pas sur le coté alors que la jeune femme lui tendit une boite de conserve avec de la viande à l'intérieur. Rick fronça les sourcils en regardant la boite avant de remettre son couteau à sa ceinture, mais en gardant sa main pas loin du manche on ne sait jamais.

- Il est à vous ? Qu'est-ce qu'il a ?

Il avait aussi un bébé et malgré qu'il n'était pas souvent là pour lui, enfin il l'était plus qu'au début, il arrivait à voir quand quelque chose n'allait pas. Son coté paternel prenait vite le dessus dans ce genre de situation. Mais il devait faire gaffe, un bébé peut apporter beaucoup de problème dans ce monde. Il resta donc perplexe concernant le gosse en se demandant ce qu'il allait bien pouvoir faire ou dire. Ramener n'importe qui à la prison n'était pas envisageable, mais laisser un bébé et une jeune femme dehors non plus. Il était partagé, vraiment partagé. Il faut dire que depuis qu'il avait ramené les habitants de Woodbury à la prison, il avait regagné un peu plus d'humanité et était devenu plus...présent et coopératif en comparaison à la période où Lori fut morte. Il devait encore réfléchir et tout dépendrait de ce qu'elle dirait, mais ce n'était pas non plus aussi facile de la convaincre, il était sur ses gardes, plus que jamais.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Jeu 5 Déc - 9:25

Nous nous regardâmes plusieurs secondes, sans rien dire et sans bouger. Je pointais toujours mon arme sur le nouveau venu. Mais ce n’était pas pour autant que j’étais prête à tirer, loin de là. Ce n’était pas mon genre de tirer comme ça sur les gens. La preuve était que je ne l’avais jamais fait. Et si je devais le faire, ce serait vraiment en cas de nécessité. Or, je n’avais pas besoin de le faire. Du moins pour l’instant.
Pensant à Kyle, je lui jetai un coup d’œil. Même s’il était à plus de dix mètres, caché –enfin… « Caché »– derrière un arbre, je pouvais voir son teint blanc, clairement anormal. Il dénotait avec la sombre couleur de l’arbre. Après une longue seconde à scruter mon petit compagnon, je posai à nouveau les yeux sur l’inconnu et lui demandai d’une voix très peu convaincue ce qu’il voulait. Mouais. Ça le faisait pas trop, comme question. D’ailleurs, l’inconnu me répondit, d’un ton qui me semblait moins agressif que le mien, qu’il pouvait très bien me retourner la question. C’était pas faux. Il continua, m’avouant que trouver quelqu’un dans un endroit pareil, c’était étrange. Il pouvait bien parler. Un léger sourire en coin se dessina sur mon visage, tandis que je jetai un nouveau regard sur Kyle. Sans m’en rendre compte, je me balançais sur moi-même, de gauche à droite. J’étais prête à courir s’il le fallait. Mais avec l’état de mon petit protégé, je me disais qu’on ne pourrait pas aller bien loin. Finalement, je répondis, toujours mal à l’aise.

« Ouais enfin… c’est aussi un peu pareil pour vous. Cela dit, c’est bizarre tout court de rencontrer quelqu’un. »

J’étais vraiment tiraillée par l’idée de rejoindre Kyle. Au bout d’un moment –qui me parut durer des heures– de silence, je finis par tendre la boite de conserve que j’avais trouvée, vers l’inconnu. Peut-être allait-il me foutre la paix, s’il avait quelque chose à manger ? Tout ce que je voulais, c’était vraiment avoir la paix et pouvoir soigner Kyle. Malheureusement, ça n’allait pas être gagné. Il me fallait très certainement des perfusions et d’autres machins médicaux. Or, je n’avais pas grand-chose. La poisse. En plus, à force de lancer des regards inquiets à Kyle, l’inconnu finit par remarquer sa présence. L’homme, qui avait fait quelques pas sur le côté, finit par ranger son couteau et sans vraiment m’en rendre compte, je baissai légèrement mon arme. Le regard de l’inconnu avait changé. Je ne savais pas vraiment déchiffrer son expression, mais d’un ton plus doux, il me demanda si Kyle était « à moi », et ce qu’il avait. Cette fois, je me tournai totalement vers mon petit protégé, et jetai la boite à côté de moi, vers la tente.

Je tendis la main libre vers l’enfant, et lui lançai d’un ton doux :

« Kyle. Viens. »

Il se découvrit totalement et nous rejoignit, d’abord à pas rapides puis, finit sa course à bout de souffle. Sa respiration m’inquiétait : elle était forte. Ce n’était pas normal du tout. Lentement, il vint se réfugier dans mes bras, enfuyant la tête contre mon thorax. L’air de rien, il avait grandi. Je passai une main sur son front. Il avait chaud, il était en sueur. Je soupirai et lançai un regard vers l’inconnu, et Kyle m’imita. Il semblait méfiant. Quant à moi, je ne savais pas encore quoi penser… mais j’étais toujours armée. Autant jouer la carte de l’honnêteté. Ça ne m’avait jamais fait de tort, après tout. Sauf parfois, en stage, mais bon. Bref.

« Il n’a pas été mordu, si c’est ce que vous pensez. Il est atteint d’une insuffisance rénale chronique. Et j’ai du mal à… le soigner. » Je fis une pause puis repris en soupirant. « Ce n’est pas mon fils, non. C’est… j’étais une des infirmières qui le soignait, à l’hôpital. »

C’était tout de même amusant : beaucoup de gens que nous avions rencontrés, pensaient que Kyle était mon fils. Ou plus rarement, mon petit frère. Pourtant, je ne faisais pas si vieille que ça. Quoique, peut-être qu’après l’épidémie, j’avais pris un coup de vieux. J’en savais trop rien : ça faisait des lustres que je ne m’étais plus regardée dans un miroir.
Encore une fois, je me tus, attendant de voir la réaction de l’inconnu. Un enfant, ça attendrissait, oui. Mais un enfant malade, dans ce monde, personne n’en voulait. J’étais la seule à m’inquiéter de lui. Nous avions un jour trouvé un groupe, et un homme ne s’était pas gêné de dire qu’il était prêt à m’accueillir, mais pas Kyle. Pour lui, c’était un poids, et il n’arriverait pas à survivre bien longtemps. Nous nous étions barrés bien vite.

Soudain, mon petit protégé murmura –assez haut pour que l’inconnu puisse l’entendre…–

« Tu crois qu’on peut lui faire confiance ? T’as jamais été emballée à l’idée de dire que j’étais malade… »

Un simple « Chut » sortit de ma bouche, et j’attendis. Il n’y avait que ça à faire. De toute manière, même si ce type ne voulait pas nous aider, nous ferions comme d’habitude : continuer notre route. Et chercher des médicaments.

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Lun 23 Déc - 22:10

La présence de la jeune femme en ces lieux et des plus bizarres et ça personne ne pourra le nier. Certes elle avait l'air à bout, mais qu'est-ce qu'elle faisait ici ? Et avec qui était-elle exactement ? Seule ? Avec un autre groupe ? La méfiance était de mise depuis qu'il avait rencontré le gouverneur et son groupe. L'imprévisibilité était de mise depuis un bon moment et les derniers survivants étaient désormais capable de tout. C'est pourquoi, Rick n'hésita pas à le faire savoir à la jeune femme espérant avoir, pas vraiment de réponse, mais seul un signe montrant qu'elle pouvait s’être perdu, ça serait plus rassurant que d'entendre qu'elle savait où elle était, parce que dans ce cas, cela voudrait dire qu'elle était là depuis un moment qui sait et qu'elle connaissait peut-être l'existence de la prison vu que celle-ci n'était pas loin. Sauf que sa réponse ne fut pas celle attendue par le Shérif vu qu'elle ne trouva qu'à dire que ça faisait également bizarre pour elle de voir d'autres survivants. Comme si elle n'en avait pas croisé entre temps avec tout ceux qui se baladaient dehors. Perplexe, Rick restait encore aussi méfiant au début de sa venue dans la foret et de la vue de la jeune femme. Il ne préférait pas prendre de risque, c'est pourquoi il commença à faire quelques pas sur le coté tout en rangeant quand même son couteau à sa ceinture. Elle avait une arme à feu et malgré qu'il avait de bons réflexes, il ne ferait pas le poids si elle était du genre à avoir la gâchette facile. Et puis c'était pas comme si elle était toute seule. Il y avait un gosse avec elle, ses regards ne pouvaient pas le tromper, il avait bien remarqué ça. A qui il était ? C'est vrai qu'au début il avait pensé à elle, mais elle avait l'air assez jeune pour avoir un gosse comme celui qui se trouvait là, caché.

En voyant ce dénommé "Kyle" sortir de sa cachette pour aller se réfugier dans les bras de la jeune femme, Rick avait comme l'impression de revivre un moment de sa vie, quand Carl allait également courir dans les bras de Lori. Il baissa brièvement son regard pour laisser échapper cette vision de son esprit alors que la jeune blonde lui raconta ce qu'il avait exactement et par la même occasion lui dire qu'elle était infirmière. Rick n'était pas le meilleur dans ce qui concerne la médecine, Hershel était le mieux placé pour ça....tout comme elle. Néanmoins, il reprit la parole pour avoir une précision en plus.

- Et tu n'as pas réussi à avoir du matériel entre temps ?

Après tout, elle était infirmière, elle savait surement où se trouvait des hôpitaux dans le coin et surtout vu qu'elle était dehors, pourquoi n'avait-elle donc pas tenté sa chance vers un de ces lieux ? Ça ne tenait pas la route. Malgré sa concentration, Rick entendit correctement l'enfant demander s'ils pouvaient lui faire confiance. Ce qui aurait fait sourire jaune Rick qui se demandait pourquoi il disait ça. Qui leur disait qu'il allait les aider ? Qu'il allait leur rendre un service ? Au départ il était venu seulement pour chasser, d'ailleurs, il fallait qu'il remplisse au moins son sac de viande. Il lança un regard au gosse tout en restant silencieux, il n'avait rien à dire là-dessus et il était tout à fait normal de douter d'une telle chose dans un monde comme celui-ci, même si Rick ne tenterait rien, s'il ne tenteraient.

- Vous avez un campement à quelques part ?

Méfiant, Rick se croyait retourner en arrière à faire un interrogatoire, questions, réponses. Mais s'était devenu la procédure obligatoire pour l'ancien Shérif afin de s'assurer de certaines choses et si elle n'était pas content, ben désolé, mais elle allait devoir faire avec.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Mar 24 Déc - 1:34

La tension était clairement palpable. J’avais peur d’en venir aux mains. Je n’étais pas du genre à aimer blesser les autres, mais quand il le fallait, il le fallait. Enfin… je disais ça, mais aucune des situations que j’avais vécues n’en était arrivée là. Et j’espérais ne jamais en arriver à ce point. Tuer quelqu’un, c’était au-delà de mes capacités.
J’étais fatiguée. Cette situation réduisait clairement mon énergie. A une vitesse folle, même. Soudain, le type m’avoua que c’était bizarre de voir quelqu’un ici. Je lui rendis sa réplique, ajoutant même que c’était étrange de voir quelqu’un tout court. C’était vrai ! Kyle et moi, nous n’avions plus croisé de vivants depuis quelques semaines, si pas mois. A ma réplique, il ne répondit rien. Comme quoi, j’avais raison !
Malheureusement, mes regards incessants vers Kyle finirent par le faire découvrir, et l’homme jeta un coup d’œil vers lui. Bon sang, qu’est-ce qu’il avait l’air mal… Et l’inconnu avait l’air de l’avoir compris, lui aussi. D’ailleurs, il rangea même son couteau dans son étui, et me demanda ce que mon petit protégé avait. Et même s’il était « à moi ». Si la situation n’avait pas été aussi désastreuse, je pense que j’aurais pu en rire. Mais non. L’état de santé de Kyle me semblait bien trop grave pour rire de quoi que ce soit. Je tendis une main vers l’enfant et lui demandai de venir, ce qu’il fit non sans mal. C’était littéralement la merde.

Je finis par expliquer à l’inconnu que Kyle était atteint d’une maladie chronique, et que non, ce n’était pas mon fils, mais bien un petit patient qui était à ma charge, avant l’épidémie. Le type me demanda alors si je n’avais pas pu trouver du matériel pour soigner mon petit patient, depuis tout ce temps. Ce fut mon tour de baisser les yeux. Je remarquai que mon petit compagnon lui, avait levé les siens, vers moi. Je posai une main protectrice sur sa tête. Je sentis son front humide sous ma paume. C’était mauvais. Très mauvais. Finalement, je repris d’un ton que je voulais le plus neutre possible, en relevant le visage vers l’homme. Cependant, on pouvait clairement y percevoir la détresse. Oui, j’avais peur.

« J’ai essayé, évidemment. Mais c’est une maladie incurable. Il faut carrément des poches de médicaments, sous forme de liquide. » Je relevai légèrement le T-shirt de Kyle pour montrer à l’inconnu le cathéter sortant de son abdomen. « Ces poches remplissent l’abdomen pour purifier le sang. C’est une technique de dialyse très efficace. Le problème, c’est qu’il en faut. Il ne nous en reste plus que quelques-unes. Et je n’ai plus de voiture pour me rendre dans un hôpital ou un truc dans le genre. »

Après une courte pause, Kyle me demanda si nous pouvions lui faire confiance. Ah… les enfants. C’était vrai que je venais un peu de lui raconter notre vie. Mais il n’était pas question de partir avec lui. Non. Même s’il fallait bien l’avouer, avoir un peu d’aide ne serait vraiment pas de refus. Surtout que ce type-là n’avait pas l’air bien méchant. Au contraire, il aurait pu faire ce qu’il voulait de nous. ‘Fin, j’avais toujours mon flingue, quand même.
-L’inconnu lui, continua son interrogatoire, me demandant si nous avions un campement quelque part. Je ne pus m’empêcher d’écarquiller les yeux et répondis sans vraiment réfléchir :

« Un campement ? Mais euh… non ? Je veux dire… on marche tous les jours, et on s’installe pour la nuit. »

Je refis une pause. Oh et puis merde, au point où j’en étais ! Je rangeai mon arme dans ma poche et continuai mon explication :

« Kyle dort la nuit, et je veille. Je ne veux pas qu’il fasse de garde durant la nuit. »

Ce qui expliquait pourquoi j’étais tellement fatiguée. Mais soudain, je me rendis compte que ce type en apprenait de plus en plus sur nous, mais que moi, je ne savais rien de lui. Alors que j’allais lui demander d’où il venait, je sentis Kyle s’affaisser légèrement sur moi. Il tombait clairement et j’eus juste le temps de le rattraper, pour ne pas qu’il tombe lourdement. Je me baissai en même temps, amortissant sa chute. Cette fois, l’inconnu n’avait plus aucune importance pour moi. Ce qui était important, c’était mon petit patient.

« Kyle !! »

La panique. La peur. Je ne voulais pas le perdre. Et son état était plus que jamais inquiétant. Les larmes perlèrent au coin de mes yeux. Si c’était bien ce que je pensais… mais contrairement à toute attente, il y eu une réaction. Et pas des meilleures. D’un coup, l’enfant se mit à convulsionner. Horrible. Mon seul réflexe fut de l’allonger sur le côté, et de le tenir. C’était la seule chose à faire.

Et on était mal barrés. Clairement mal barrés.

Spoiler:
 

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Mar 7 Jan - 11:03

Il y avait tellement d'informations à traiter dans ce moment que Rick ne savait pas vraiment ou donner de la tête. Il aurait très bien pu dire quelques paroles avant de se barrer et continuer sa chasse. Sauf qu'il ne pouvait pas, de un parce qu'il ne savait pas qui était la jeune femme face à lui et de deux parce que tourner le dos à une inconnue pouvait s'avérer fatale, surtout en ce monde. Il en avait eut la preuve à plusieurs reprises. Il se contenta donc seulement de ranger son couteau dans son étui et de faire quelques pas tout en gardant une certaine distance avec la jeune femme et l'enfant visiblement bien malade vu son teint et sa façon de se tenir debout. Ce n'était pas très plaisant à voir et encore moins encourageant pour la suite. Ne sachant pas grand chose sur la médecine, l'ancien Shérif ne perdit pas un instant pour demander ce qu'il avait exactement et vu ce qu'elle avait dit, s'était pas vraiment positif, voir pas du tout, ce qui était d'autant plus inquiétant. Rick ne disait rien, mais avait bel et bien analyser ce qu'elle avait dit. Sur ce moment il remercia le ciel qu'Hershel soit de son coté...enfin, la dernière fois qu'il s'en était remis à dieu, Carl s'était fait tirer dessus. La prochaine fois il savait qu'il ne s'en remettrait plus à lui. Elle expliqua à sa demande, comment ça se faisait qu'elle n'avait pas trouvé les soins nécessaires entre temps, ce qui était plutôt bizarre vu que normalement il y avait un hôpital pas loin. Rick comprit à cet instant que le gosse avait énormément de chose de mourir, ce qui lui fit ravaler sa salive pour éviter de penser à ça. Elle n'avait pas eu de chance avec le dénommé Kyle et à vrai dire, à ce moment, Rick se mettait à réfléchir à toute allure concernant le futur des deux jeunes gens. Les laisser dans la foret serait quelque chose d'irrationnel vu leur situation et les ramener s'avérerait peut-être dangereux ? Le gouverneur était toujours en liberté, il pouvait très bien envoyer quelques personnes en tant qu'espions pour repérer la prison et surtout les membres.

Et en plus de ça, ils ne faisaient que de marcher. L'ancien Shérif baissa les yeux et adopta un regard absent tout en essayant de se mettre à la place de la jeune femme même s'il ne voulait pas du tout. Il espérait ne jamais passer par là, mais il aimerait bien qu'on l'aide à ce moment, vraiment et serait prêt à tout pour tenter d'en recevoir. Il accepterait mal qu'on le rejette parce que s'était un inconnu. Non, il pouvait pas, il avait accepté les habitants de Woodbury, il ne pouvait donc pas se permettre de laisser seulement deux personnes dehors, dans un si piteux état. Il fut cependant sortit de ses pensées quand il entendit la jeune femme prononcer le nom du gosse avec une sorte de détresse. Rick releva son regard et vit l'enfant, convulser sur le sol, la jeune femme obligé de le maintenir. Qu'est-ce que s'était que ce bordel ? Les yeux de Rick s'écarquillèrent tout en regardant la scène. Il lâcha un "Merde" discret avant de prendre la direction des deux personnes. Il s'abaissa rapidement au niveau de la jeune femme pour l'aider tout en prenant d'une voix se voulant rassurante, mais paniquée à la fois.

- Vous voulez l'aider à survivre ? Alors vous allez devoir me faire confiance.

Son regard était des plus sincère. Il comptait donc l'aider, mais pour ça elle allait devoir lui faire confiance et ne rien tenter. Si elle osait faire quoique ce soit contre lui, il n'hésiterait pas à prendre des mesures draconiennes pour éviter de prendre des risques en ayant une personne aux mauvaises intentions derrière le dos.

- Merde....faut qu'on bouge vite.

Il n'avait pas le choix, le râle de certains rôdeurs se faisait entendre et s'ils restaient là, ils serviraient d’appât pour ces derniers. Le temps pressait. Rick prit le gosse dans les bras avant de prendre la parole rapidement vu qu'il était persuadé que la jeune femme allait vouloir l'ouvrir en lui disant quelque chose contre ce qu'il venait de faire, donc prendre le gosse dans les bras.

- On discutera plus tard..Fonce.

Rick laissa la jeune femme se mettre en route en première. Il ferma la marche avec le gosse dans les bras et se mit ensuite à courir, pas le temps de trainer. Il slalomait entre les arbres, éviter les branches au sol pouvant le faire chuter. Il fut surpris par un rôdeur surgissant de derrière un gros tronc. Rick arriva à ajuster son équilibre et envoya un coup de pied dans l'abdomen de ce dernier qui chuta lourdement au sol sur le dos. Il continua ensuite de courir le plus vite possible sans trébucher jusqu'à voir une cabane assez grande en bois, une cabane de bucheron.

- A l'intérieur vite.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Ven 10 Jan - 9:11

Pendant que je discutais le plus sérieusement du monde avec l’inconnu, je sentis Kyle s’affaisser et j’eus à peine le temps de le rattraper et m’abaisser pour l’accompagner dans sa chute, pour ne pas qu’il se fasse mal en tombant. Le stress et la peur s’emparèrent de moi. Et le pire, c’est à peine mon petit protégé fut-il à terre, qu’il commença à convulser. La seule chose que je pouvais faire, c’était l’allonger sur le côté et attendre que cela se passe. Je me penchai un peu en avant, tenant fermement l’enfant contre moi. Une crise d’épilepsie ne durait normalement qu’une minute. C’était long, une minute. Surtout quand c’est quelqu’un qu’on aime qui en est atteint. J’entendis le type jurer et je relevai vivement la tête, tandis qu’il s’approchait de nous. Il prit alors la parole. Dans le timbre de sa voix, je pouvais percevoir que lui aussi, était affolé. Il me demanda si je voulais aider Kyle à survivre. Evidemment, quelle question ! Je n’avais pas passé une année entière à lui procurer des soins, à le protéger pour rien ! Je hochai vivement la tête, tentant de garder mon calme et il continua, me disant que je devais lui faire confiance. La peur fit place à la surprise, et cela pouvait certainement se voir sur mon visage. Celui de l’inconnu en tous cas, reflétait de la sincérité. Pendant un instant, je me dis que nous étions peut-être tirés d’affaire, que ce type allait nous aider. Je sentis alors Kyle commencer à se calmer, et je m’apprêtai à répondre, commençant même :

« Que… »

Mais il me coupa littéralement, lâchant qu’il fallait que nous bougions, et vite. En effet, en tendant l’oreille, je pus entendre le râle horrible des Walkers, approchant dangereusement. Je pus même voir le sommet du crâne de l’un d’eux. Il prit alors Kyle dans ses bras, sous mon regard assassin : quoi, il n’allait tout de même pas le porter ? Bah si ! En même temps, il n’avait pas tout à fait tort : je pouvais facilement porter mon petit patient, mais courir avec lui m’était bien plus difficile. Avant même que je ne puisse dire quoi que ce soit, le brun me lança que nous discuterions plus tard, et m’ordonna de courir. Je me levai d’un bond, pris mon sac dans lequel j’avais jeté le couteau que j’avais filé à Kyle et courus, laissant la boite de conserve que j’avais trouvée, là. De toute manière, elle n’allait pas nous être d’une grande aide. J’aurais certes pu l’envoyer dans la tronche du premier zombie, mais je doutais que ça fasse quoi que ce soit.

Je courais comme si j’avais la mort à mes trousses. De toute manière, c’était un peu le cas. J’entendais l’homme derrière moi, galoper lui aussi. J’évitais les arbres avec l’aisance d’un chat, ce qui m’étonnait moi-même. En réalité, cela faisait des semaines que je n’avais plus sprinté à si vive allure. Soudain, j’entendis le cri d’un rôdeur et le temps de tourner la tête, je vis l’homme l’envoyer voler d’un coup de pied en pleine poitrine. Waouh ! Ça c’était la classe. Si la situation n’avait pas été aussi catastrophique, je pense que je l’aurais certainement félicité en riant. Mais l’heure n’était pas à la rigolade : je repris ma course effrénée quand soudain, je pus voir une cabane de bûcheron, ou quelque chose dans le genre. Derrière moi, l’inconnu m’ordonna d’y rentrer. D’un bond, je montai les escaliers et ouvrit la porte en me jetant dessus. A bout de souffle, j’attendis que l’homme rentre, tenant toujours fermement Kyle dans ses bras, et fermai la porte. Gardant mes réflexes, je pointai mon arme –que je n’avais pas rangée– dans la pièce, prête à tirer si quelque chose venait à apparaître. Humain, zombie… peut-être n’aurais-je fait aucune distinction. Heureusement, je n’entendis rien, et ne vis rien. Cette sombre cabane empestait le moisi, et devait certainement être abandonnée depuis bien longtemps. Il n’y avait même pas d’étage, et donc surement ne servait-elle qu’à héberger les bûcherons pour une courte durée, à l’époque. Les fenêtres sales laissaient à peine passer la lumière, mais dans cette seule et unique pièce, je pouvais voir un simple canapé et une table basse. Il y avait certes la place pour faire son campement, mais rien ne laissait deviner que qui que ce soit l’avait fait ces derniers mois. Je me tournai alors vers le type, sentant à nouveau la peur pour mon petit Kyle. Ce dernier avait ouvert les yeux –des yeux fatigués– et me demanda d’un air interrogateur ce qu’il s’était passé. Que faire ? Je levai légèrement les yeux vers l’inconnu et lançai :

« Tu… as eu une crise d’épilepsie. C’est… enfin ne t’inquiète pas, mais je vais devoir te soigner et… cet homme va nous aider. »

Je fis une pause. Je m’en voulais tout de même de ne pas lui avoir dit que c’était grave. Mais en même temps, il ne fallait surtout pas qu’il perde courage. Si ça venait à arriver, ce serait une vraie catastrophe. Après tout, la motivation était ce qu’il y avait de plus important, chez les malades. Bon, il y avait aussi le traitement qui était super important, mais sans motivation, sans courage, il ne faisait pas grand-chose non plus. Après ces quelques secondes de pause, je demandai à l’inconnu :

« Pas vrai euh… ? »

Ouais, je ne connaissais pas encore son nom. Monsieur l’Inconnu, ça lui allait bien tiens.

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Ven 10 Jan - 23:14

Il fallait agir vite et ce n'était pas elle qui allait protester pensait Rick. Il y avait des rôdeurs en approche à la rechercher d'un bon petit plat à se mettre sous la dent et à part si elle était du genre suicidaire ou si elle avait envie de mourir, il était hors de question pour l'ancien Shérif de servir de repas. C'est pourquoi il avait prit le gosse -ayant qui était tombé au sol à cause du problème de santé- dans les bras avant de se lever et d'ordonner à la jeune femme de déguerpir d'ici et en vitesse. Il n'avait même pas fait attention si elle avait dit quelque chose ou non, le seul mot qui passait par la tête de Rick était le mot: Survie. Lui qui se méfiait encore un peu des inconnus et surtout qu'il ne voulait plus utiliser son arme à feu vu les dégâts que ça avait fait dernièrement, finalement au fond il ne pouvait pas rester comme ça face à des personnes en détresse, il avait du mal, enfin tout dépendait de la personne en face aussi. Il n'aurait aucune pitié face à certaines personnes, mais d'autres....il ne pouvait pas se résoudre à les laisser comme ça, en pleine nature aux risques de se faire bouffer ou tuer. Avec une grande détermination, il avait cavalé dans les bois, évitant de trébucher bêtement surtout qu'il avait le gosse dans les bras. La jeune femme était en train de courir devant lui. Il avait réussi à repousser un rôdeur, certes il avait failli trébucher, mais visiblement il avait également garder son équilibre. Au bout de quelques minutes de course, très courtes minutes, Rick apercevait une cabane de bucheron, l'endroit idéal...ou presque pour se poser et réfléchir à la suite. Ils couraient donc tout les deux vers cette dernière sous l'ordre de l'ancien Shérif. Sans broncher, ils rentraient tout les deux à l'intérieur, la jeune femme s'occupait de fermer la porte, Rick lui allait déposer le gosse -après un balayage du regard- sur le canapé se trouvant dans la cabane. Il faisait sombre, mais assez pour pouvoir voir quelque chose et que ceux de l'extérieur ne puisse bien voir ce qui se trouvait à l'intérieur. Rapidement il se relevait pour se diriger vers les fenêtres, la jeune femme allant rejoindre le gosse.

Était-ce une bonne idée ce qu'il avait fait ? Au départ il aurait pu en douter, mais au final, au fond, il savait que s'était la meilleure chose de faite en ce début de journée. S'il aurait laissé le gosse et la jeune femme dehors, qu'elle aurait été sa réaction une fois en sécurité ? Il aurait surement été hanté par son acte et si Hershel l'apprenait, ça aurait été une énième discussion du sage du groupe avec l'ancien Shérif. Pour Hershel, il y avait un bon coté à toutes situations ou en toutes personnes. Rick ne voyait pas vraiment les choses de la même façon, mais en écoutant l'ancien fermer, Rick commençait à penser la même chose, même si s'était encore loin du même résultat qu'Hershel. Regardant donc par la fenêtre, du mieux qu'il pouvait à travers la couche de crasse incrusté dessus, il entendait la jeune femme parler au gosse. Ce n'était pas sa préoccupation, en faite il avait le regard absent et cherchait donc une solution pour sortir d'ici. Mais il entendait bien quand elle lui parlait...à lui. Il détournait son regard machinalement vers la jeune femme, alternant entre elle et le gosse. Il repensait à comment était Lori avec Carl, toujours là à faire la maman-poule, à le protéger et le couver plus que n'importe qui. Il en aurait bien sourit, mais ce n'était pas le moment.

- Rick

Disait-il tout simplement, elle voulait savoir son prénom, maintenant elle le savait. Il la fixait quelques instants avant de finalement reprendre tout en se dirigeant vers ce qui devait être le salon de la cabane.

- Elle a raison, tu as eu seulement une crise d'épilepsie, rien de grave. On n'a préféré te mettre à l'abri en attendant de trouver une solution.

Rick lançait un regard à la jeune femme comme pour la soutenir dans ses paroles même si s'était plus grave qu'une simple crise d'épilepsie. Mais d'un coté dire la vérité aurait été mieux, d'un autre il valait mieux le préservait, il était qu'un gosse après tout. Suite à ses paroles, Rick continua sa petite visite des lieux en allant de fenêtre à fenêtre en guise de réponse de comment sortir d'ici surtout qu'il y avait des rôdeurs non loin de la cabane.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Dim 12 Jan - 6:34

L’inconnu déposa délicatement Kyle dans le canapé, et tandis que je me précipitais vers lui pour voir comment il allait, l’inconnu lui, se dirigea vers une des fenêtres crasseuses de la cabane. De là où je me trouvais, je ne pouvais pas voir ce qu’il se passait, dehors. Mais j’avais peur : avec le bol qu’on se payait, on allait se retrouver encerclés par les Walkers. Or, c’était bien ce qu’il ne nous fallait pas. Pendant quelques instants, je regardai notre sauveur, puis finis par reporter mon attention sur Kyle. Il venait d’ouvrir les yeux, et il me demanda ce qu’il s’était passé. Je relevai une fois de plus les yeux vers l’inconnu, et expliquai à mon petit protégé qu’il avait fait une crise d’épilepsie, et que ce n’était pas grave. Pourtant, ça l’était. Mais je n’avais le courage de lui mentir, car s’il perdait tout courage, c’était foutu. Je précisai tout de même que je devais le soigner, et que notre sauveur allait nous aider. Puis, après quelques secondes de silence, je demandai confirmation au brun et par la même occasion, son nom. D’un ton neutre, il m’apprit qu’il s’appelait Rick. C’était un nom facile à retenir. A retenir et à prononcer.
Rick se retourna alors, et revint vers nous. Il confirma à Kyle ce que je venais de dire, et lança que nous avions préféré le garder à l’abri, en attendant. Je hochai la tête tout en l’écoutant et finis par me lever à mon tour. Kyle était dégoulinant de sueur, et pâle comme la mort. Je soupirai lentement et sortis de mon sac le dernier sac à dialyse pour Kyle. Je remontai doucement son T-shirt et commençai à préparer le matériel. Il y avait un porte-manteau près de la porte d’entrée. J’allais le chercher, le posant à côté du divan. Après quelques courtes minutes à accorder les tubulures, je branchai le sac au cathéter, et l’accrochai au porte-manteau, pour que le liquide puis s’écouler à son aise dans l’abdomen de l’enfant. D’une voix douce, je lançai :

« Repose-toi un peu. Ça te fera du bien. »

Il hocha lentement la tête et ferma à nouveau les yeux. Je me redressai alors totalement et m’approchai à mon tour de la fenêtre, dépassant Rick. Dehors, le soleil commençait à sérieusement monter dans le ciel. Et à terre… les zombies déambulaient à pas traînants. Ils n’étaient pas nombreux : peut-être une douzaine. Grand max quinze. Je me tournai vers le brun et lui demandai alors :

« Comment pouvez-vous faire quelque chose pour nous ? Vous avez un abri, un endroit où procurer des soins ? »

Très honnêtement, j’en doutais un peu. Néanmoins, il semblait plus propre que moi… plus en chair aussi. Peut-être faisait-il vraiment partie d’un groupe, en fait. Si c’était le cas, ce serait une chance. Mais comment, comment ferions-nous pour sortir d’ici ? Quoique, six zombies chacun, il y avait moyen. Difficilement, certes, mais il y avait moyen. Je passai une main dans mes cheveux. Limite, je voulais bien faire l’appât, du moment que Rick arrivait à me couvrir. Enfin, seulement s’il avait une arme à feux. Mais ça restait tout de même dangereux : le bruit allait ramener encore plus de zombies, et ça allait tourner au vinaigre. Je repris alors. Il avait surement une meilleure idée que moi.

« Et sinon, avez-vous une idée de comment on va sortir ? D’ici une heure et demie, la dialyse de Kyle sera terminée… » Je fis une pause et continuai, d’une voix peu sûre « Avec un peu de chance, ils seront partis… mais j’en doute un peu. Quoique… si on ne fait pas de bruit… enfin… »

Non en fait, je n’en savais rien. Tout ce que je savais, c’était que réfléchir ainsi me pompait beaucoup d’énergie. Je devais manger, ça devenait aussi impératif, ça… aaah…

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Dim 12 Jan - 9:38

La cabane de chasseur ne serait pas une planque pour longtemps, les rôdeurs du coin n'allaient surement pas tarder à sentir la chair fraiche et ça allait donc vite poser problème. Il fallait trouver une solution et vite, Rick n'avait donc pas perdu de temps pour aller vers les diverses fenêtres crasseuses de la cabane afin de jauger la situation extérieur et pouvoir trouver une idée en vitesse afin de pouvoir sortir en un seul morceau de la foret. La jeune femme était quant à elle en train de s'occuper du gosse, c'était mieux ainsi. Il n'y connaissait pas grand chose en médecine, donc à défaut de faire une connerie, il préférait s'occuper de la survie. L'ancien Shérif avait du mentir pour pas que le gosse ait une grosse frayeur en apprenant ce qui lui était réellement arriver, il aurait pourtant pu faire comme si de rien n'était en n'allant pas prendre part à la conversation, ni même à soutenir la jeune femme, mais il n'avait pas pu s'en empêcher. Il y avait un moment pour tout, là ils étaient dans la même galère et par conséquent, Rick ne pouvait pas se permettre d'avoir un début de conflit, pas maintenant, pas avec ce qui grouillaient autour d'eux. Il allait de gauche à droite pour chercher une solution jusqu'à finalement se planter devant la fenêtre de ce qui devait être la cuisine de la cabane. Il entendait l'inconnue arriver vers lui et se poster non loin tout en demandant comment il allait s'y prendre et surtout s'il avait un abri. Rick tentait de feindre l'ignorance en ne lui adressant pas un regard, le laissant vers l'extérieur. Sauf qu'au bout de quelques secondes, il prenait la parole pour dire...

- J'ai un groupe avec moi et nous avons un abri, avec des soins et une personne ayant de grandes connaissances en médecine.

Il n'ajoutait rien de plus, ni même ce à quoi ressemblait l'endroit ou autres. Il préférait rester vague et écouter comment elle allait réagir. Il était de plus en plus indécis concernant ce qu'il allait faire d'eux. Mais en voyant le gosse du coin de l’œil, il ne pouvait pas se résoudre à les laisser dehors. Il devait les emmener à la prison. Il laissait glisser son regard finalement vers la jeune femme.

- Ils ne partiront pas. La foret est grande et le danger peut-être partout. Vouloir sortir en douce même par derrière ne serait pas quelque chose de bon surtout qu'on ne peut pas vérifier ce qui s'y trouve.

Rick prenait un air absent tout en plongeant son regard sur le gosse. Il imaginait que ça soit Carl à la place et arrivait à trouver une solution. Comme quoi, la vision de son fils lui donnait énormément de force et d'espoir.

- Mais j'ai une idée.

Au final, il prenait son couteau de chasse en main, l'observait pendant quelques secondes se disant que ce n'était pas la meilleure des solutions qu'il avait eu jusque là, mais avait-il le choix ? Plus maintenant, plus depuis qu'il avait aidé les deux protagonistes du moment. C'était risqué, mais il devait tenter le coup, autant pour lui que pour eux. Il regretterait un jour d’être autant gentil, il le savait, mais il n'y pouvait rien.

- Le campement est à quelques kilomètres d'ici. Si on arrive à attirer les rôdeurs vers la droite, alors on pourra rejoindre le groupe plus facilement.....

Il fixait à nouveau le gosse quelques secondes avant de baisser son regard vers son couteau et reprendre d'une voix détendu, mais pas enthousiaste malgré tout.

- Je vais les attirer plus loin. Attends moi ici, si dans 15 minutes je ne suis pas revenu, par vers la droit et continue tout droit, tu verras une prison, le groupe se trouve ici. Ils t'aideront toi et l'enfant.

Quand le mot prison ressortait, on pouvait croire que ça ne présageait rien de bon, mais Rick était la tête du groupe, donc ils étaient a peu près comme lui.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Mar 14 Jan - 7:09

Après avoir proposé à Kyle de se reposer, et vérifié qu’il le faisait bien, je m’avançai vers le dénommé Rick. D’après lui, il pouvait faire quelque chose pour nous, il pouvait nous aider. Il m’avait dit ça avant notre folle course dans les bois, et maintenant, j’étais curieuse de savoir ce qu’il voulait dire par là. D’une voix calme, je lui posai alors la question. Il semblait sûr de lui, quand il avait dit ça. Mais je doutais un peu qu’il puisse nous aider au point de sauver Kyle. Mais sa réponse m’étonna. En réalité, il avait un groupe avec lui. Qui plus est, dans le tas, il y avait un homme qui avait de « grandes connaissances en médecines ». Un médecin, peut-être ? Même un simple généraliste serait d’une meilleure aide que moi, qui n’était qu’une pauvre infirmière. J’en attendais plus, mais il n’ajouta rien. Une foule de questions se bousculaient dans ma tête : quel type de médecin était donc le membre de son groupe, quel endroit arrivait à les abriter en sûreté ? Combien étaient-ils… ? Ça manquait un peu d’informations, tout ça.
Mais je me retins : avant toute chose, il fallait savoir comment nous allions pouvoir sortir d’ici. Une fois de plus, je posai la question à Rick. J’émis aussi la possibilité que nous puissions attendre que les zombies fichent le camp, mais cette hypothèse ne me disait pas grand-chose. A lui non plus, apparemment. Il me lança qu’ils ne partiraient pas et que de toute manière, la forêt était grande, et qu’on ne pouvait donc pas se barrer sans vérifier un minimum les alentours. Je grimaçai légèrement et répondis un simple :

« C’est pas faux. »

Oui, il avait raison. On allait pas s’en sortir comme ça, aussi facilement. Après tout, la vie était tellement difficile, maintenant ! Pendant quelques secondes, il posa un regard éteint sur Kyle. Je l’imitai, réfléchissant à ce que nous pouvions bien faire. Ça allait être compliqué, avec le petit. Mais soudain, le brun m’annonça qu’il avait une idée. Je relevai la tête vers lui, d’un air interrogateur. Il continua, m’informant que le lieu dont il m’avait parlé était à quelques kilomètres de notre abri de secours et que si on arrivait à attirer les rôdeurs, on pourrait facilement sortir d’ici. Je hochai la tête : oui c’était l’idée qui m’avait traversé l’esprit. Donc, j’étais totalement d’accord. J’allais répondre, mais Rick fut plus rapide et, tout en regardant son couteau, dit d’une voix peu réjouie qu’il allait le faire, et que si dans les quinze minutes qui suivaient, il n’était pas de retour, je devrais rejoindre une « prison » avec Kyle.

Ce n’était pas tellement le mot « prison » qui m’avait fait tiquer. En fait, c’était carrément son raisonnement. Lentement, je fermai les yeux, pris une grande inspiration, et puis, me dirigeai vers mon sac pour en sortir le couteau que j’avais donné à Kyle, ainsi que mon pistolet chargé. Après une minute de silence, je finis par prendre la parole, pour de bon, cette fois.

« Ecoutez. Votre idée est la meilleure que nous ayons. J’y ai même pensé, je vous avoue. Mais par contre, je refuse que ce soit vous qui vous chargiez du sale travail. S’il vous arrive quelque chose, j’aurai l’air bien con moi, à arriver dans votre prison, tout en disant que vous êtes mort. Vous devez surement avoir des gens qui vous aiment, et que vous aimez là-bas. Je pense pas que nous serions bien accueillis, du coup. » Je fis une pause et repris lentement. « Je vais le faire. Je vais m’absenter, le temps que la dialyse de Kyle se termine. Quand se sera fait, il le saura. Et il vous le dira. Et si je ne suis pas de retour eh bien… partez sans moi. »

Je me dirigeai vers la porte, sans même lui laisser le temps de riposter, et posai une main sur la poignée. Je me tournai vers les deux et lançai :

« Je m’appelle Alyana Johnson. Et ne vous en faites pas, je reviendrai. »

Enfin, je l’espérais. Mes yeux se posèrent sur Kyle, tandis que j’ouvrais la porte, et je partis en souriant. Il était dorénavant entre de bonnes mains.

Une fois dehors, les zombies qui rôdaient autour de la cabane posèrent leur regard livide sur moi. D’un bond, je sautai les marches en bois et atterris sur les feuilles mortes depuis bien longtemps. J’avais un avantage, sur Rick : ma petite taille et donc la fluidité de mes mouvements. Je me mis à courir, évitant les mains crasseuses et finis par me retrouver avec une quinzaine de Walkers à mes trousses. Ah ouais, quand même ! Heureusement, ce n’étaient pas des rapides. Pendant presque un quart d’heure, je ne m’arrêtai pas. Le nombre de créature avait augmenté… j’étais vraiment dans la merde, en fait.
Mon désavantage, sur Rick, était que j’étais sous-alimentée depuis bien longtemps, et que je ne dormais plus que d’un œil. Ça n’allait pas être glorieux. D’ailleurs, je manquai de me faire avoir par un de ces salauds, me prenant par surprise sur le côté. J’eus à peine le temps de l’éviter et de lui planter mon couteau dans le crâne. L’un des multiples avantages du fait que j’avais passé plus d’un an à protéger Kyle, était que j’avais réussi à gagner en confiance et surtout en précision et vitesse. En fait, je serais peut-être déjà morte depuis longtemps, si je n’avais pas eu mon petit patient à protéger. Encore maintenant, même si je le savais en sécurité, je voulais survivre. Je voulais survivre pour le voir vivre, et heureux.

Soudain, je vis une petite route en terre. Avant de pouvoir y accéder, il fallait sauter un tronc d’arbre quand même assez conséquent –une bonne soixantaine de centimètres–. Ah ! Quand j’étais gosse, j’adorais sauter des obstacles, pour faire comme les chevaux. Puéril, mais ça allait me servir. Je pris mon élan et passai le tronc d’arbre, ma chaussure arrière frôlant la mousse verdâtre. Et je me retrouvai sur la route. Les zombies, eux, approchaient lentement mais dangereux de l’obstacle que j’avais franchi. D’un coup, je dressai mon arme face à moi et tirai. Une fois. En pleine tête. Deux fois. Un deuxième à terre. Trois fois… ah, celui-là je ne l’avais pas eu. Mais la horde trébucha sur les deux cadavres, disparaissant derrière le tronc d’arbre.

Ce fut quand je vis une première main dépasser que je me remis à courir, jusqu’à n’en plus pouvoir. Je n’avais jamais eu un grand sens de l’orientation, mais fallait pas me prendre pour la dernière des imbéciles non plus. Je m’étais éloignée vers la gauche, avec les créatures, je n’avais plus qu’à faire demi-tour en m’éloignant sur la droite. Pendant plusieurs minutes, je continuai à courir. Cette fois, je ne voyais plus rien de dangereux. Mais j’avais l’impression de courir plus longtemps qu’à l’aller. La peur de m’être perdue me claqua le visage aussi fort qu’un coup de fouet. Non… c’était pas possible tout de même ?! Mais alors que je continuais, je vis à une dizaine de mètres à ma gauche la cabane en bois, que j’étais en train de dépasser.
Je bifurquai alors et revins. Je devais être partie pendant plus d’une demi-heure. Une fois devant la cabane, je pus remarquer avec contentement qu’il n’y avait plus rien. Lentement, je remontai les marches, à bout de souffle, et en même temps que j’entrais, informai :

« C’est moi…. je suis… de retour. »

Une fois à l’intérieur, je fermai doucement la porte derrière moi. Kyle était réveillé, et je voyais qu’il en était déjà à la deuxième partie de sa dialyse : le produit revenait dans son sac, cette fois d’une couleur vraiment peu alléchante. L’enfant m’accueillit avec le plus beau sourire qui soit, heureux de me revoir. Il ponctua son sourire d’un :

« Lyly !!! Je pensais que tu ne reviendrais jamais ! »

Ah oui. Je devais vraiment être partie pendant plus d’une demi-heure. C’était fou ce que le temps pouvait passer vite, quand on s’amusait… A bout de souffle, je m'assis à terre. Je ne pouvais même pas répondre, tellement j'avais couru.

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Mar 14 Jan - 9:19

Rick avait donc un plan, mais pour le mettre en place, il fallait qu'il prenne des décisions et non des moindres. Des décisions risqués qui pourrait lui couter cher et pourtant il n'avait plus vraiment le choix. Il avait beau se renfermer un peu sur lui-même et se créer une petite bulle en ne voulant plus s'inquiéter pour des inconnus, mais que pour le groupe, au fond il se sentait obligé de le faire, il avait l'impression que s'était qu'un devoir alors qu'il n'y était pas obligé. Son comportement faisait qu'il ne pouvait pas faire contre son instinct, ça lui était impossible. Il exposait donc son plan tout en regardant son couteau, à ce moment il regrettait d'avoir juré de ne plus utiliser son flingue pour éviter toutes sortes de complications. Sauf qu'en relevant son regard, prêt à partir, il voyait la jeune femme se mettre à s'agiter en prenant ses armes en main et dire qu'elle voulait y aller. Incrédule, Rick la fixait tout en essayant de comprendre sa réaction. Elle ne pouvait pas, pas avec le gosse qu'elle avait sous le bras. Malheureusement, cette dernière ne lui laissait pas le temps de répliquer qu'elle se retrouvait déjà à l'extérieur après avoir dit son nom. Rick lançait un léger juron avant de refermer rapidement bien la porte et de se précipiter vers la fenêtre pour voir l'avancée d'Alyana. Quelle imbécile...et le gosse maintenant ? Rick se retournait d'ailleurs pour croiser le regard du petit.

- Elle va revenir t'en fais pas.

Le dire s'était facile, mais le prouver s'en était une autre. Il n'irait pas mettre sa main à couper. Elle n'était pas dans la meilleure des formes et avec une horde de rôdeur aux fesses, elle avait tout intérêt à avoir de la chance. Plus les minutes passaient, plus Rick commençait sérieusement à perdre espoir de la revoir ici. Il avait même songé à partir avec le gosse pour rejoindre la prison.

- Ça fait long...Vous la voyez ?

Comment répondre à ça ? Ca faisait pas loin de 30 minutes qu'elle était partie et elle n'était toujours pas à porté de vue. Rick fermait les yeux tout en soupirant discrètement avant de reprendre d'une voix ferme, mais avec un regard absent à travers la fenêtre crasseuse.

- Encore cinq minute et on y va.

Il ne pouvait pas partir comme ça, déjà qu'il avait attendu plus que la norme, il pouvait faire une extra de cinq minutes...mais pas plus, il ne pouvait pas se le permettre. Et alors que son regard balayait l'horizon du regard, il voyait Alyana au bas de la porte qui l'ouvrait en vitesse, essoufflée avant de se poser au sol pour reprendre son souffle. D'où elle sortait se demandait Rick. Il ne l'avait pas vu. Il restait choqué, mais allait rapidement vers elle par réflexe avant de se baisser un peu alors que le gosse était partit dans les bras de cette dernière.

- Comment t'a fais ?

Il était bien curieux sur ce coup-là, mais s'était un miracle il fallait l'avouer. En tout cas, il se relevait assez vite pour vérifier une dernière fois dehors avant de ne voir plus aucun rôdeur.

- La voie est libre. Tu as encore assez de souffle pour marcher ? On a quelques kilomètres à faire pour rejoindre la prison.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Mer 15 Jan - 6:25

Exténuée et à bout de souffle, je rentrai dans la cabane en titubant presque. Je refermai la porte d’un coup sec et finis par m’asseoir à terre, sous les piaillements de mon petit Kyle. Il prit même sa sonde, transportant son sac et courus vers moi pour se jeter dans mes bras. Je le serrai doucement tout contre moi, tandis que Rick lui, me dévisageait presque à outrance. Il s’approcha de moi, comme pour voir si j’allais bien. Comme quoi, ce n’était pas un type mauvais, loin de là. Il me demanda même d’un ton surpris, comment j’avais fait. Je déglutis ma salive, continuant à essayer de retrouver mon souffle, et finis par répondre, par pauses.

« Eh bien… j’ai eu un peu de chance, j’avoue… »

Je lui expliquai ma cavalcade, les zombies qui augmentaient au fur et à mesure que je courrais. Et puis le miracle de ce tronc d’arbre au milieu de tout, que j’avais réussi à sauter, mais que les Walkers, idiots comme tout, n’avaient pas réussis à franchir. J’avais réussi à en tuer deux, et les autres avaient trébuchés sur les cadavres. Honnêtement, s’ils avaient été un tant soit peu intelligent, je serais purement et simplement morte, à l’heure qu’il est. Le bruit de mes coups de feu aussi, ça les avait sérieusement excités. Et donc maintenant, ils devaient rôder là où j’avais tiré. Bref, j’avais eu du bol. Kyle lui, me regardait comme si j’étais Dieu en personne. Fallait pas exagérer non plus. Mais fallait avouer que j’étais assez fière de moi, pour le coup. Rick quant à lui, s’était levé et regardait à travers les fenêtres crasseuses. Soudain, il me demanda si j’avais assez de souffle pour marcher, car il restait encore quelques kilomètres avant que nous arrivions à la prison. Mais au moins, la voie était dorénavant libre. Je me relevai, en même temps que Kyle. Sa dialyse était terminée et même si son teint était toujours gris, il semblait aller tout de même un peu mieux. Je hochai la tête et répondis :

« Ouais, ça va aller. Merci pour tout. »

Je me dirigeai vers mon sac et y jetai mon pistolet, qui ne me servait plus à grand-chose, sans munitions. Je le fermai et le posai sur mon épaule. Je me dirigeai vers les deux, et pris la main de Kyle. Après lui avoir envoyé un joli sourire, je lui demandai :

« Alors, prêt ? »

Il hocha la tête, confiant, et je le pris dans mes bras. Rien à faire, je préférais qu’il ménage ses forces, plutôt que de s’épuiser pour quelques kilomètres. J’étais heureuse, vraiment. J’étais heureuse de savoir qu’enfin, nous allions pouvoir avoir un peu de repos. Je ne voulais pas abuser de l’hospitalité d’inconnus. Nous allions rester quelques jours, voire un mois, très grand maximum, puis nous allions partir. Dès que Kyle irait mieux, en fait. Et pourtant, une petite voix dans ma tête me disait que jamais il n’irait mieux, et que la seule solution à son problème serait une greffe de rein. Non. Kyle allait survivre, même dans cet état. Le visage déterminé, je m’avançai jusqu’à la porte. Mon souffle était revenu, et je ne voulais qu’une chose : partir et mettre mon petit patient à l’abri.

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Memento Mori
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 04/10/2013

MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Dim 19 Jan - 8:34

Vous sortez du cabanon, tandis que les mort-vivants qui avaient commencé à se disperser convergent vers vous deux. Il vous faut prendre une décision sans attendre.

La jeune femme a pris l'enfant dans ses bras, mais tiendra-t-elle plusieurs kilomètres en courant ? Surtout qu'elle a à peine eu le temps de reprendre son souffle. Et qu'elle est mince. Très mince.

Qu'allez-vous faire ?

Vous pouvez vider votre chargeur dans les walkers les plus proches, tout simplement, ce qui entraînerait la perte de vos munitions, mais vous permettrait de courir sans trop d'encombres.

Vous pouvez prendre l'enfant sur votre dos, entraîner la jeune femme à votre suite, et fuir sous le couvert de la forêt. Sachez toutefois que si vous faites ce choix, vous serez dans l'incapacité de vous défendre face aux rôdeurs ...

Vous pouvez retourner tout simplement dans le cabanon et attendre que les mort-vivants se dispersent et vous laissent tranquilles - ce qu'ils ne feront pas nécessairement.

C'est à vous, Rick Grimmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memento-mori-rpg.forumactif.com

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Dim 19 Jan - 9:09

Elle était revenue et tant mieux, mais il était hors de question de rester une minute de plus dans la cabane même si elle devait récupérer un peu. Il n'y avait pas de temps à perdre. Rick sortit donc de la cabane en compagnie d'Alyana et de Kyle, le gosse qu'elle prit dans ses bras. L'ancien Shérif inspecta les alentours du regard assez rapidement pour n'y voir que du feu, rien ni personne ne s'y trouvait...Tant mieux. Il laissait la jeune femme passer devant, préférant fermer la marche et garder un œil attentif sur ce qui les entouraient tout en lui disant quand il fallait tourner ou non même si le plus simple était d'aller tout droit. D'un coté la foret étant vaste, pas besoin de faire tout un circuit pour arriver à destination. Tout semblait bien se passer, ce qui surprenait Rick étant donné qu'il n'y avait jamais de moment tranquille dans ce monde envahit par les zombies. Rick l'avait apprit à ses dépends et malgré la situation actuelle, ça ne lui disait rien qui vaille. Il se perdait dans ses pensées en songeant à quelle genre de réaction auraient les survivants de la prison. Comment prendraient-ils le fait qu'elle vienne au camp avec le gosse malade. Plusieurs questions lui venaient à l'esprit et pourtant il n'avait pas la réponse d'avance malgré qu'il connaissait le groupe et la mentalité de chacun depuis le temps. C'était assez frustrant il devait l'admettre.

Mais...il y avait toujours un mais, Rick fut sortit de ses pensées quand il se mettait à entendre un bruit...plusieurs bruits. Il tournait sa tête instinctivement sur le coté pour voir ce que s'était et quand il voyait des rôdeurs s'approchaient non pas de derrière, mais de la droite, il se disait que ce n'était pas possible, ils étaient maudits jusqu'au cou.

- Merde. Prend l'arme et couvre moi. On doit pas trainer.

Rick tendait son arme à Alyana en espérant qu'elle ne ferait pas d'erreur avant de tendre ses bras pour reprendre le gosse et le mettre de façon à ce qu'il soit à son dos. S'il laissait le gosse à la jeune femme, elle risquait gros en ne supportant pas le poids de Kyle vu qu'elle était fatigué, beaucoup plus que Rick. Et il perdrait un temps fou à la ramasser à chaque fois pour la remettre sur pied, ce qui les mettrait en danger tout les deux. Rick avait plus de force et était plus en forme, donc il pouvait garder un certain rythme. Il accélérait le pas un peu plus avec le gosse sur le dos tout en reprenant la parole.

- Ne laisse aucun rôdeur s'approcher de nous, compris ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Dim 19 Jan - 10:16

Nous sortîmes alors rapidement de cette cabane poussiéreuse et puant le moisi. Je sortis la première, tenant fermement Kyle dans mes bras. Je n’avais clairement pas envie de de traîner dans ces bois, et plus vite nous serions partis, mieux ce serait. Une fois dehors, je pus à nouveau entendre le vent glisser entre les feuilles des arbres. Je pris directement la direction de la prison, comme Rick me l’avait dit. Nous trottâmes quelques temps. J’avais franchement du mal, avec Kyle dans les bois. Il m’arrivait de trébucher mais de me rattraper, toujours à la dernière minute. Ce n’était vraiment pas facile. Mais j’y arrivais, sous le regard de mon petit Kyle. Je voyais bien qu’il comprenait que j’avais du mal. Mais il ne mouftait pas. Il fallait dire, s’il osait le faire, je lui aurais gentiment dit de se mêler de ses affaires.

Heureusement, c’était calme. Peut-être même un peu trop calme à mon goût, en fait. Soudain, j’entendis des râles significatifs. Rick et moi, nous nous arrêtâmes en synchronisation, et nous vîmes avec effroi une horde de rôdeurs à notre droite. Surement ceux que j’avais semés. Oh putain. Je me sentis pâlir. Notre compagnon quant à lui, jura, me tendit son arme et me demanda de le couvrir. J’avais compris. En gros, je devais faire un échange standard. Il était clair que je n’avais pas la force de courir avec Kyle dans les bras : je n’étais pas totalement stupide non plus. Je hochai la tête et pris l’arme, tout en posant mon petit patient dans les bras fort de Rick. Il plaça l’enfant sur son dos et commença à faire quelques pas en accélérant, puis m’ordonna de ne laisser aucun rôdeur approcher. D’un ton déterminé, je répondis.

« Très bien. »

Je brandis l’arme, tout en avançant, et tirai sur le Walker le plus proche. Bingo : en pleine tête. Nous continuâmes notre route. Je me retournai fréquemment en ralentissant le pas pour tirer sur les zombies. Je prenais bien le temps de viser, quand même : je n’avais pas envie de perdre des munitions –qui n’étaient en plus pas les miennes– pour rien. Je m’en serais quand même voulu…
A chaque fois que je ralentissais pour tirer, je devais courir de plus belle pour rejoindre les deux. Je n’avais pas le rôle le plus facile, mais il m’était plus aisé de tirer que de porter Kyle, ça c’était sûr. Soudain, je fis les comptes, en courant :

« Il me reste une balle… désolée de les avoir toutes utilisées… »

L’avantage, c’était que le groupe avait tout de même diminué. Par contre, j’étais toujours essoufflée, et je sentais mon cœur s’emballer. J’étais dans un état de santé déplorable. La malnutrition ne m’avait vraiment pas aidée. Je repris, ayant du mal à parler, sentant un poing de côté fulgurant me taper dans les côtes.

« La prison… elle est… encore loin ? »

Je voyais bien que la densité de la forêt commençait à s’amoindrir, mais ce n’était pas pour autant que la prison était proche. Il avait dit « quelques kilomètres ». J’avais l’impression que nous avions couru pendant des heures. Mais c’était sûrement l’effet de mon imagination. Il fallait que je fasse comme d’habitude, quand il y avait un mauvais moment à passer : penser au futur, au repos, ce genre de choses… mais c’était difficile. Très difficile. Et l’espoir partait, à chaque foulée que je faisais. Je me retournai une fois de plus, et tirai sur un des zombies qui nous pourchassait. Encore une fois dans la gueule. Sauf que je n’avais plus de munitions, cette fois.

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Memento Mori
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 04/10/2013

MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   Dim 26 Jan - 9:23

    Miss Johnson, vous êtes fatiguée, c'est vrai.

    Mais il ne reste plus que trois zombies. De plus, vous êtes proche de la prison... très proches, maintenant.

    Mister Grimes, qu'allez-vous faire ? Vous pouvez prendre la décision de courir, semer les zombies, sans être sûr que votre compagne tienne le coup. Ou vous pouvez simplement tuer les trois zombies... et rentrer tranquillement.

    C'est à vous, Mister Grimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memento-mori-rpg.forumactif.com



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh tiens, un vivant ! [PV Rick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le ministre des Haïtiens vivant à l'Etranger reçoit la Commission OEA/CARICOM
» Tiens ça m'aurait étonnée !
» Chrétiens évangéliques atake vodouizant ak kout roch nan Cite Soley
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Rick Roll de la nouvelle star !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Le Monde Extérieur :: La forêt-