Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Outch... - 23 septembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Jack Anderson
I'd Rather Have my Flight

Feat : Zachary Quinto
Messages : 614
Date d'inscription : 29/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Outch... - 23 septembre   Jeu 3 Juil - 11:36

J’adorais mon nuage. Sincèrement, je le réquisitionnais. Bon, il faut préciser que pendant un temps (assez long pour me faire croire que S aurait pu mourir et devenir un Walker), S s’était faite très discrète, me laissant les pleins droits sur le nuage. Pour ceux qui ne savent pas qu’est-ce que c’est que ce nuage, c’est un matelas de la confection de la jeune femme, créé à partir des restes d’un avion. C’est plus que confortable. Peut-être que si on encore des matelas standards, comme ceux qu’on avait avant l’épidémie, on trouverait ce nuage assez ordinaire, mais avec les temps qui courent, c’était pratiquement le paradis. J’avais donc fait la demande d’avoir aussi un nuage, mais en attendant, S et moi on partageait. Ce n’est pas comme si dormir à côté d’une belle et jolie jeune femme allait me déranger aussi! Je n’avais pas encore le droit de la toucher, mais un jour ça allait changer. Suffisait de montrer un peu de patience. Je finirais par obtenir ce que je voulais. S n’allait tout de même pas rester dans sa tour d’ivoire jusqu’à la fin des temps, refusant de se faire toucher par quiconque! Bon, c’est vrai qu’on parlait tout de même de S. Vous savez, celle qui ne cherchait pas de contact humain, les fuyant en fait. Si elle n’était pas elle, elle aurait surement joint le groupe de l’aéroport, mais ce n’était pas le cas. Ainsi, beaucoup de survivants se demandaient ce que je faisais à faire autant d’aller-retour entre le centre commercial et un endroit qu’ils ne connaissaient pas. Ce n’était pas non plus comme si ça me dérangeait. Ça ne les regardait pas non plus, tant pis pour eux, qu’ils continuent à se questionner. Je ne prétendais pas être absolument nécessaire, mais il fallait quand même bien l’avouer, dans notre petit groupe de survivants, il manquait cruellement de bons combattants, de bras armés. Je n’étais pas monsieur muscles, mais j’étais tout de même bien bâti. Sans oublier le fait que j’étais toujours en vie. Je savais survivre et rester en vie. C’était bien mieux que la majorité des êtres humains qui avaient peuplé la terre il y a de ça des mois. Un point pour moi. Par contre, survivre pouvait signifier des blessures. J’étais sur la passerelle près de l’avion, sortant bien tranquillement, comme d’habitude lorsque je les entendis grogner. On ne les avait pas tous tuer? Surement que d’autres étaient entrés puisque des Walkers s’avançaient sur la passerelle en ma direction. Je ne réfléchis pas, je passai par-dessus la rambarde et je m’accrochai puis me laissai tomber. J’avais mis un bras pour m’amortir, mais de toute évidence, ma technique n’était pas au point puisque j’entendis un craquement suivi d’une onde de douleur dans le bras. Ah merde, vraiment loin d’être bien ça! Heureusement c’était mon bras gauche, le droit tenait mon arme. Je ne pouvais pas rester bêtement là, malgré la douleur. Les Walkers, cons comme ils l’étaient, suivraient bientôt ma technique et s’écrouleraient à mes côtés. Sans doute sur l’adrénaline, je pris les jambes à mon cou, ignorant la douleur et me dirigeant vers le centre commercial. Là-bas, quelqu’un pourrait m’aider je l’espérais! Je tenais mon bras serré contre ma poitrine, espérant ne pas tomber sur d’autres Walkers. J’avais eu ma dose pour la journée!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Pablo Juarez
I'd Rather Have my Flight

Feat : Pedro Pascal
Messages : 20
Date d'inscription : 07/06/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
40/100  (40/100)
Jauge de Faim:
40/100  (40/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Outch... - 23 septembre   Mer 9 Juil - 11:57






Outch





J’saute du toit du camion et j’me ramasse par terre. Bordel, j’comprends pas ces types qui font des roulé-boulé et retrouvent l’équilibre direct après avoir fait un saut de deux mètres. Bon c’pas bien compliqué, mais c’est un peu du pifomètre, on va pas s’le cacher hein. Bref, donc, j’viens d’sauter de ce camion. Y’a juste deux trois rôdeurs, en bas. Deux trois, ça va encore. Douze treize un peu moins. Bref, j’slalome entre eux, c’pas bien dur de les éviter quand ils sont en sous-nombre. Et au cas où vous vous poseriez la question, non, j’rien d’autre à faire d’mes journées. Y’a les expéditions, ouais, mais j’évite, et puis ya bien un ou deux héros qui adorent se porter volontaires pour risquer de se faire bouffer et de peut-être rien ramener par-dessus. Parce que ouais, c’est clair que les expé, c’pas toujours rentable. Sauf en nombre de morts/blessés/disparus au pire.

Enfin, j’suis bien placé pour parler d’ça moi. J’suis peut-être encore plus con que les autres, au final, pour risquer ma vie sans aucune raison. Mais bon, au moins ça m’entraîne. Et tant qu’ça m’tue pas, ça m’rendra plus fort, pas vrai Nietzche ? J’m’entraîne au cas où. Au cas où tout parte en vrille, ici. Au cas où j’pète un câble, un jour. Au cas où un autre pète un câble. Au cas où ce seraient les zombies qui pèteraient un câble. Parce que j’suis lucide, j’sais très bien qu’on restera pas tranquilles pendant quinze ans. Y’en a déjà deux ou trois qui ont décidé de s’barrer. Et on les a jamais revus.

J’continue à slalomer entre les rôdeurs. Bon ça va, ils arrivent au compte-goutte, quoi. Puis dès qu’ça commence à chauffer, j’me tape un sprint quoi. Teh, encore un autre camion. C’est bien les camions. Une fois j’me suis endormi sur l’un d’eux, au soleil. Quand j’me suis réveillé, y’avait pas beaucoup plus de zombies, en fait. Faut croire que j’ronflais pas fort. Bref, j’monte donc sur mon perchoir. Bordel, j’me sens comme les gamins qui ont rien à faire de leurs journées, à part jouer à chat avec leurs potes imaginaires. Faut vraiment que j’fasse quelque chose. Seulement voilà, ma seule raison de vivre (légale) m’a quitté il y a plus d’un an. Il ne se passe pas une journée sans que j’aie une pensée pour elle. Même si j’sais très bien que j’la reverrais jamais.

J’me décide enfin à bouger quand j’vois le soleil poindre à l’horizon. Bon j’vais pas non plus revenir sans rien, c’pas que ça m’ferait culpabiliser, non, c’pas pour moi la culpabilité. Un truc de femme. C’est juste que si j’m’absente toute une journée et que j’rentre les mains vides, ils vont pas super bien le prendre, les autres. J’veux dire, la situation est assez merdique donc faut faire des concessions. Des fois. J’saute du camion, attirant aussitôt l’attention de deux zonzons. Et puis, d’un coup, j’vois un type qui va vers le centre commercial. Un vivant, ouais, j’le connais en plus. Enfin, j’le connais pas plus que ça mais j’le connais. Disons que j’suis un peu une brute de décoffrage avec les gens, j’vais pas trop leur parler quoi. Mais bon.  Il a pas l’air bien. Il est vivant, ok, mais il a quoi à tenir son bras comme ça ? S’il s’est fait mordre …

Donnant un coup de coude dans la gueule au rôdeur qui vient m’chercher des noises, j’me précipite vers lui, j’saute sur un barrage qu’on a fait avec des voitures pour contenir un peu les zombies, et j’me ramasse par terre dans un roulé-boulé parfait cette fois, comme dans les films. La classe. J’arrive pas loin de lui, et j’mets la main à ma ceinture, sur mon arme. Bon, j’vais pas non plus le viser hein. Mais juste au cas où quoi. Je hausse les sourcils. Faut dire que le sourire c’pas mon truc en fait, et puis quand j’souris, c’est plutôt mauvais signe. Ou c’est que j’me fous d’la gueule de quelqu’un, ou c’est que j’prépare un sale coup, ou c’est que j’tombe dans une niaiserie des plus flippantes. Avec un regard sous-entendu vers son bras – qui saigne pas remarque, donc ça doit aller, fin c’pas pire que s’il avait une morsure quoi -, je dis :

- On va s’occuper d’ça non ? C’pas qu’c’est méga inquiétant, mais il se tient bizarrement ton bras, quoi.


© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jack Anderson
I'd Rather Have my Flight

Feat : Zachary Quinto
Messages : 614
Date d'inscription : 29/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Outch... - 23 septembre   Lun 21 Juil - 4:16

Je m’imaginais déjà revenir et tomber sur Logan. Avec ma chance légendaire, ça ne m’aurait même pas étonné! Si j’étais tombé sur celui qui avait pratiquement le rôle de leader de notre groupe de survivants, je suis certain que j’aurais eu droit à des remontrances. De quel type, c’était à voir, mais il était bon pour désapprouvé la majorité de mes gestes. Je n’étais pas comme lui et je n’avais pas la même manière d’agir et de penser. Qu’on le veuille ou non donc, les frictions étaient inévitables. J’avais même eu droit dernièrement à des remontrances. Je n’avais écouté que d’une oreille, comme toujours. Après tout, ce qu’il me reprochait, ce n’était pas vraiment ma faute. Ma faute aussi peut-être aussi si les autres survivants étaient des connards qui ne savaient pas survivre comme il le faut? Moi, quand ça devenait la merde, je préférais effectuer un repli stratégique (ce que certains appellent la fuite…). Mon instinct était plus fort que tout` : je voulais survivre. Je vous l’accorde, mon instinct avait dû obtenir un «1» ou un «2» sur son dé concernant mon idée de me laisser tomber de la passerelle pour éviter les Walkers. C’était loin d’être l’idée du siècle! Heureusement, j’étais encore en vie, ce n’était donc pas un échec total, mais reste que désormais, j’étais handicapé d’un bras, pour je ne sais trop combien de temps. Si ça se trouvait, mon os était cassé (ce que je craignais…). Qu’est-ce que j’allais bien pouvoir faire avec ce bras? Un peu de «ducktape» et des branches, avec ça, je pourrais me faire une attelle improvisée. Si jamais ça ne tenait pas, c’est que je n’aurais pas assez mis de «ducktape». Je ne me faisais pas trop d’illusion, je ne tomberais pas sur un médecin, tout simplement et bêtement comme ça! Le survivant que j’avais en face de moi était loin de ressembler à un médecin après tout! Tout de même, il se proposait pour me donner un coup de main. Il me dit même que mon bras se tenait bizarre. Drôle de manière de dire qu’il y avait surement de l’enflure et un peu de couleur come le bleu, le mauve et le rouge… Du moins, c’est ainsi que je l’imaginais, je n’avais pas trop regardé pour être honnête. Je n’aimais pas trop penser au fait que mon os pouvait être brisé. Après tout, si j’avais été à la place de l’autre survivant et que j’étais tombé sur un gars avec un bras dans cet état, je ne me serais pas embêté de l’aider et aurais peut-être même abrégé ses souffrances afin de prendre ses ressources. Non mais c’est vrai quoi, comment un homme avec un bras cassé pouvait être efficace après tout?! Mais bon, on ne le dira pas à l’autre mec, des plans qu’il le fasse…

- Ouais, bah j’ai pas eu l’idée du siècle non plus….

Pas vraiment de détail, après tout, ça ne le regardait pas!

- Faudrait bouger je crois, avant que les Walkers se ramènent! Je préfère avoir un bras dans cet état plutôt que d’être boufffer!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Pablo Juarez
I'd Rather Have my Flight

Feat : Pedro Pascal
Messages : 20
Date d'inscription : 07/06/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
40/100  (40/100)
Jauge de Faim:
40/100  (40/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Outch... - 23 septembre   Mer 30 Juil - 4:13






Outch





Il finit par me hisser sur le toit du camion. Une fois en sécurité, on prend chacun notre temps pour reprendre notre souffle. A nos pieds, les walkers ont pas vraiment l'air de vouloir nous laisser tranquilles, eux. Bordel, c'est fou c'que ça peut pisser l'sang, une main ... J'regarde d'un peu plus près la coupure que j'me suis faite. Rien d'bien grave, somme toute, faudra juste panser ça quoi. Enfin, rien d'bien grave ... En fait, si, c'est carrément grave. Parce que eux, cette odeur, ils la sentent mieux que personne. Et tant qu'ils pourront la sentir, on sera vraiment dans la merde ...

- Merci... en passant, moi c'est Jack.

J’acquiesce en lui tendant la main pour la lui serrer – selon la formule de politesse -, sauf que ... Pleine de sang. J'ai déjà vu plus courtois quoi. Embarrassé, j'y réponds en récupérant ma main et ma blessure :

- Pablo. J'te sers pas la main, vieux. J'allais pas t'laisser dans la merde tout seul non plus ... Être deux dans la merde c'est mieux.

J'laisse échapper un rire peu convaincant. Bon, soit on attend là que les walkers se calment, soit on ... Je sais pas. La seule chose que j'sais, c'est qu'j'aurais pas la patience, en fait. Surtout qu'ils risquent pas d'se calmer. En plus de ça, on a tous les deux une blessure, même si c'que j'ai ça doit à peine être une griffure de chaton à côté de c'qu'il a. J’sors mon paquet de cigarettes et j’en allume une. J’en tends une à Jack – j’sais pas c’que j’ai à partager mes cigarettes avec tout l’monde, moi.

- J’voudrais pas être pessimiste, mais c’est p’t’être notre dernière.

J’lui file aussi mon briquet, une clope sans feu, c’est comme un flingue sans balles. En parlant d’flingue … Je jette à nouveau un œil aux rodeurs et sors le mien. Y’a six balles dedans. Jamais assez. Il nous faudrait un miracle. Dieu, j’ai jamais cru en toi, mais si tu pouvais nous sortir de là, j’te promets qu’j’irais à la messe tous les dimanches. Rien à faire. J’crois bien qu’on aura beau attendre des jours, on sera toujours coincé ici. A tout hasard, je jette un coup d’œil dans le camion, côté conducteur. Des fois qu’il aurait laissé la clé sur le moteur. Mais non, même pas. Foutu Dieu. J’ajoute :

- J’sais pas si t’as une idée ou quoi, mais j’crois bien qu’y va falloir foncer dans l’tas.

Autant dire qu’on est déjà à moitié morts quoi. Foutu bordel de Dieu de mes … J’suis interrompu dans mon hommage au tout-puissant par une pluie diluvienne. Qui nous tombe dessus comme ça, sans prévenir. Dégouté, je jette ma cigarette dans la flotte. Bordel, j’ai jamais regretté mon bon vieux Mexique ensoleillé autant que maintenant. Faut dire qu’c’est un peu la saison aussi quoi. J’en profite pour laver ma main pleine de sang. Les grognements des rôdeurs, en-dessous, sont peu à peu couverts par le bruit de la pluie, et puis, ils finissent par s’éteindre. Étonné, je regarde en bas. Sûrement que l’eau a « dilué » notre odeur ou quelque chose comme ça, fin j’sais pas trop, toujours est-il qu’ils sont plus que quelques-uns, et qu’ils commencent déjà à se disperser. Comme si nous, on était plus là. J’crois que c’est l’moment ou jamais.

© Jawilsia sur Never-Utopia


Dernière édition par Pablo Juarez le Lun 4 Aoû - 7:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jack Anderson
I'd Rather Have my Flight

Feat : Zachary Quinto
Messages : 614
Date d'inscription : 29/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Outch... - 23 septembre   Ven 1 Aoû - 10:31

Je n’étais pas vraiment du genre à me plaindre, mais il fallait bien l’avouer, présentement, j’étais dans la merde et je serais parfaitement en droit de me plaindre, haut et fort même! Vous allez bien me le permettre j’espère, parce que c’était l’intention que j’avais présentement. Vous avez vu mon bras, non il n’était pas enflé de cette façon naturellement. En plus, aux dernières nouvelles, il ne se teintait pas de diverses teintes rouges ou bleues. Ça n’allait pas du tout avec mon teint ça! Pas que je me souciais vraiment de mon teint, mais disons que ces couleurs m’attireraient des troubles, j’en étais certains. Ça montrait aux yeux de tous que j’étais blessé (peut-être gravement même…) et donc, que j’étais un élément faible. Si on avait à sacrifier quelqu’un pour la survie du groupe, je serais un candidat idéal. Je connaissais de plus en plus le petit groupe auquel j’appartenais présentement, et il me semblait que ce n’était pas leur genre, heureusement. Ils étaient peut-être un peu idiots bien souvent et n’avaient pas assez la soif de vivre à mon goût, mais d’un autre côté, cela pourrait me servir. Parlant de gens, revenons à l’autre mec qui m’avait trouvé. Pas très bavard! Il semblait m’avoir analysé aussi, savoir si je valais la peine d’être sauvé ou pas peut-être. Son verdict tomba quand des Walkers commencèrent à arriver. Il ne pouvait pas dire que je ne l’avais pas prévenu! Pourquoi on ne m’écoutait jamais quand je donnais de bons conseils comme celui de bouger afin de ne pas se faire bouffer par une de ces bestioles! L’autre me dit qu’un «suis-moi». Wow, vraiment de bonnes paroles… Néanmoins, je suivis ces mots, puisque seul je ne connaissais pas mes chances. Sans oublier le fait que de plus en plus de ces Walkers se pointaient. Je n’aimais vraiment pas la situation présente! Ma vie était en danger après tout! Rien n’était plus précieux que ma vie! Je suivais l’autre homme, mon bras toujours contre moi. On courrait, l’autre me guidant. Je ne savais pas où il souhaitait se rendre encore. En sécurité surement, mais où? Tant que c’était sécuritaire, ça m’irait! Un camion et une automobile! Génial… si on oubliait le fait que j’aurais de la difficulté à me hisser dessus. J’entendis un autre «suis-moi» et en déduisis que l’autre pensait comme moi. Ok, on s’essayait! Il m’aida à monter et une chance, j’avais un bras de valide pour me hisser en sécurité. Maintenant, l’autre gars voulait monter avant de se faire dévorer et il parla de sapin de Noël. Je ne suivis pas vraiment, mais je l’aidai quand même. Je n’allais pas le regarder mourir quand même, surtout parce qu’il m’avait aidé en fait! De mon bras valide, je l’aidai, grimaçant un peu sous l’effort et la souffrance mélangés. Une fois qu’il fut à mon côté, je pu souffler un peu, respirant normalement cette fois.

- Merci… en passant, moi c’est Jack.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Pablo Juarez
I'd Rather Have my Flight

Feat : Pedro Pascal
Messages : 20
Date d'inscription : 07/06/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
40/100  (40/100)
Jauge de Faim:
40/100  (40/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Outch... - 23 septembre   Lun 4 Aoû - 7:41






Outch





Il finit par me hisser sur le toit du camion. Une fois en sécurité, on prend chacun notre temps pour reprendre notre souffle. A nos pieds, les walkers ont pas vraiment l'air de vouloir nous laisser tranquilles, eux. Bordel, c'est fou c'que ça peut pisser l'sang, une main ... J'regarde d'un peu plus près la coupure que j'me suis faite. Rien d'bien grave, somme toute, faudra juste panser ça quoi. Enfin, rien d'bien grave ... En fait, si, c'est carrément grave. Parce que eux, cette odeur, ils la sentent mieux que personne. Et tant qu'ils pourront la sentir, on sera vraiment dans la merde ...

- Merci... en passant, moi c'est Jack.

J’acquiesce en lui tendant la main pour la lui serrer – selon la formule de politesse -, sauf que ... Pleine de sang. J'ai déjà vu plus courtois quoi. Embarrassé, j'y réponds en récupérant ma main et ma blessure :

- Pablo. J'te sers pas la main, vieux. J'allais pas t'laisser dans la merde tout seul non plus ... Être deux dans la merde c'est mieux.

J'laisse échapper un rire peu convaincant. Bon, soit on attend là que les walkers se calment, soit on ... Je sais pas. La seule chose que j'sais, c'est qu'j'aurais pas la patience, en fait. Surtout qu'ils risquent pas d'se calmer. En plus de ça, on a tous les deux une blessure, même si c'que j'ai ça doit à peine être une griffure de chaton à côté de c'qu'il a. J’sors mon paquet de cigarettes et j’en allume une. J’en tends une à Jack – j’sais pas c’que j’ai à partager mes cigarettes avec tout l’monde, moi.

- J’voudrais pas être pessimiste, mais c’est p’t’être notre dernière.

J’lui file aussi mon briquet, une clope sans feu, c’est comme un flingue sans balles. En parlant d’flingue … Je jette à nouveau un œil aux rodeurs et sors le mien. Y’a six balles dedans. Jamais assez. Il nous faudrait un miracle. Dieu, j’ai jamais cru en toi, mais si tu pouvais nous sortir de là, j’te promets qu’j’irais à la messe tous les dimanches. Rien à faire. J’crois bien qu’on aura beau attendre des jours, on sera toujours coincé ici. A tout hasard, je jette un coup d’œil dans le camion, côté conducteur. Des fois qu’il aurait laissé la clé sur le moteur. Mais non, même pas. Foutu Dieu. J’ajoute :

- J’sais pas si t’as une idée ou quoi, mais j’crois bien qu’y va falloir foncer dans l’tas.

Autant dire qu’on est déjà à moitié morts quoi. Foutu bordel de Dieu de mes … J’suis interrompu dans mon hommage au tout-puissant par une pluie diluvienne. Qui nous tombe dessus comme ça, sans prévenir. Dégouté, je jette ma cigarette dans la flotte. Bordel, j’ai jamais regretté mon bon vieux Mexique ensoleillé autant que maintenant. Faut dire qu’c’est un peu la saison aussi quoi. J’en profite pour laver ma main pleine de sang. Les grognements des rôdeurs, en-dessous, sont peu à peu couverts par le bruit de la pluie, et puis, ils finissent par s’éteindre. Étonné, je regarde en bas. Sûrement que l’eau a « dilué » notre odeur ou quelque chose comme ça, fin j’sais pas trop, toujours est-il qu’ils sont plus que quelques-uns, et qu’ils commencent déjà à se disperser. Comme si nous, on était plus là. J’crois que c’est l’moment ou jamais.

© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jack Anderson
I'd Rather Have my Flight

Feat : Zachary Quinto
Messages : 614
Date d'inscription : 29/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Outch... - 23 septembre   Mar 5 Aoû - 13:48

Bon, ce n’était pas ma faute si les Walkers nous étaient tombés dessus (ou si…? C’est flou comme concept de culpabilité ici, donc passons!), et ce n’était certainement pas ma faute si maintenant ils s’agglutinaient autours du véhicule. À force de se pousser de la sorte, peut-être allaient-ils se monter les uns sur les autres et finir par nous atteindre. Et tout ça, c’était la faute de ce Pablo parce qu’il avait eu la bonne idée de se blesser à la main et de saigner. Tout le monde sait que le sang dégage une odeur particulièrement alléchante pour les Walkers, pourquoi avait-il donc décidé de se blesser? Bon, question blessures, on repassera, surtout qu’il me suffisait d’un regard à mon bras pour comprendre que j’étais dans la merde et que je n’avais rien à dire de ce côté. J’avais eu une idée de con, ça n’avait pas fonctionné parfaitement, mais j’étais en vie. En vie et avec un bras blessé, cassé surement même. Bravo Jack! Pour l’instant, on avait droit de respirer un peu, mais cela n’allait surement pas durer très longtemps. D’ailleurs, l’autre latino me proposa une cigarette, me confirmant que notre dernier moment était peut-être arrivé et que cette cigarette serait la dernière. Il avait raison. Je n’étais pas vraiment un fumeur, mais comme il l’avait dit, ce serait peut-être la dernière chose que je ferais sur cette Terre. Cela valait bien quelque chose d’autre. Je pris donc la cigarette qu’il me tendait et une fois qu’il me donna le briquet, je l’allumai et profitai d’une première bouffée.

- C’est quand même con de mourir comme ça…

On aurait pu avoir droit à une mort plus épique quand même? Je veux dire, réfugiés sur un toit, c’était assez peu digne d’être raconté. Un combat contre une centaine de ces Walkers aurait été beaucoup mieux.

- Foncer? Mais t’es con?

Bah quoi? C’est vrai, on avait plus de chance de repousser ceux qui tenteraient de grimper que de descendre au milieu de ces cannibales! Et c’est là qu’elle arriva, la pluie salvatrice! Je n’avais jamais vraiment aimé la pluie, c’était trop humide, mais présentement, elle était la bienvenue. Elle repoussait les Walkers puisqu’ils ne sentaient plus vraiment le sang. Merci pluie!

- Ok, je vais peut-être avoir besoin d’un coup de main!

Je me laissai glisser au sol le plus silencieusement possible. J’avais quoi aujourd’hui à sauter des hauteurs? Mais bon, au moins, cette fois-ci, je ne me brisai rien. J’ouvris la porte du camion. Les clés n’étaient peut-être pas à l’intérieur, mais ça, ce n’était pas un problème pour moi. Fallait simplement que Pablo vienne m’aider à connecter les fils. D’une seule main, ce ne serait pas évident.

- On démarre le camion, et on se tire, compris?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Outch... - 23 septembre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Outch... - 23 septembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Atlanta's Airport :: Centre Commercial-