Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Dim 11 Mai - 15:01



Percy marchait dans les petites rues tranquillement à la recherche de nourriture et d’un toit à trouver avant la tomber de la nuit. Il vivait pleinement depuis cette belle épidémie. Pour lui, ce fut un cadeau du ciel puisqu’il a pu obtenir vengeance sur ses parents et en plus il put devenir complètement libre. Il avait pu s’en sortir grâce à son agilité et rapidité. Il regarda aux alentours et il ne voyait personne. Aucun rôdeur et aucun méchant vivant n’étaient à l’horizon ce qui était une charmante nouvelle. Il détestait les autres et préférait finir dans les griffes d’un rôdeur que d’un humain normal. Il préférait la solitude que devoir se frotter à des étrangers. Le jeune homme continuait son ascension sans problème jusqu’à ce qu’un bruit vienne à ses oreilles. Il arrêta de bouger et ses yeux parcouraient les environs. Il entendit ricaner et il se retourna aussitôt effrayer. Pourquoi ce n’était pas un rôdeur qui était venu le manger? À la place, il avait le droit à un homme assez corpulent et qui le regardait bizarrement. Percy avait la frousse mais, il ne le montra aucunement. Son visage restait complètement froid et vide. Il ne voulait en aucun cas ambitionner cet homme en lui montrant sa peur. L’homme s’approchait de plus en plus de lui à une vitesse impressionnante pour sa grosseur à tel point que le jeune homme n’avait pas pu esquisser le moindre geste.  Le méchant homme l’agrippa par la gorge et le colla contre le mur. Le cœur du garçon se mit à battre la chamade. Il ne criait pas et cachait toujours son angoisse. L’homme voulait lui voler la pauvre nourriture qu’il venait de trouver. Pourtant ce mec était assez balèze pour survivre deux semaines sans manger! Percy lui donna un coup de pied dans le creux de sa jambe. Son attaquant n’aima pas du tout son geste et lui rentra même le bout de son couteau dans sa cuisse. Percy hurla. Il fut aussi fâché. Pourquoi ne pas lui couper un bras? Ses jambes étaient beaucoup plus utiles et il venait de se faire abimer une d’entre elle. Ce monstre serra plus fortement sa gorge. Si au moins, il pourrait lui rompre le cou, ça l’arrangerait complètement. Il aimait mieux crever que ce mec le prend comme un jouet. Il ne voulait pas se refaire battre et violer comme avec son père. Pas question! Il aimerait mieux se lancer dans un tas de rôdeurs que revivre ça. Il ne voulait pas le refrapper de peur qu’il lui massacre son autre jambe. Qu’est-ce qu’il pouvait faire? Il ferma les yeux et commença à manquer d’air. Enfin, l’homme avait décidé de le tuer en l’étouffant avec force. Percy se laissa faire et souhaitait que sa mort se fasse assez vite. Il regrettait seulement de ne pas s’être fait tué par un rôdeur plutôt qu’un sale humain. Il ne tentait pas de reprendre son souffle. Non, il restait calme et se sentit tout étourdit. Combien de temps, cela allait prendre avant qu’il meure? Pour lui tout paressait long et il se sentait peu à peu partir avec extase. Il ne pensait pas survivre et il traumatisa quand il sentit la main de l’homme toucher ses pantalons. Quel mort horrible faisait-il face? Il aurait pu se contenter de le donner aux gentilles créatures qui le boufferaient sans questions. Il aurait pu se contenter de lui casser le coup. Mais non! Il voulait le torturer pendant qu’il mourrait tranquillement d’asphyxie. Était-ce son destin?
 
©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia
 


Dernière édition par Percy Wetmors le Jeu 22 Mai - 14:39, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Dim 11 Mai - 16:06





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



Non mais sérieusement… ça devenait de plus en plus compliqué de contourner les troupeaux de morts. Ils s’accumulaient en groupe, comme s’ils devinaient qu’à plusieurs… ils avaient plus de chance de nous bouffer. Je détestais l’idée des morts intelligents en fait, sauf… le jour où ce sera moi le mort, là… j’aimerais bien avoir un peu plus d’intelligence… parce que passer une partie de sa vie à tenter de passer une clôture… en fonçant dedans… non merci. J’avais envie de manger des humains, de les trouver, de leur faire peur… pas de mourir bêtement. Non, moi j’avais envie de donner un challenge au vivant. Pourquoi ne pas mourir tout de suite pour tenter ma chance? Bah, parce que je voulais aussi donner un peu de challenge aux morts… je n’allais pas leur faciliter la vie. Si j’étais contradictoire? Mais non, vous vous faites des idées…

Je marchais donc avec Rex, mon chien. Il était maintenant un pro de la route, ne faisait pas de bruit, grondait légèrement quand un mort s’approchait et s’assoyait rapidement quand c’était un vivant. Bref, on faisait comme à l’aéroport avec les drogues, mais… avec des gens vivants et morts. C’était franchement très pratique. Pourquoi je voudrais me joindre à des vivants quand j’avais un chien comme Rex. C’était franchement inutile des vivants, en prime, Rex ne se plaignait jamais. J’avais une envie folle de rentrer à l’avion, mais il faisait encore jour alors j’avais bien envie de trouver quelque ressources de plus. Je ne savais pas ce que je voulais, mais je m’étais trouver une passion pour collectionner des trucs, comme de la nourriture et tout ce qui pourrait servir à soigner. J’avais fait une petite excursion dans une clinique vétérinaire avec Rex dernièrement et j’avais trouvé du matériel médical génial! Me manquait juste du temps, un mort pas trop mort et je pourrai travailler mes sutures. J’avais déjà pas mal travaillé en fait, mais… j’adorais ça en fait. C’était… un passe-temps comme un autre… non? Rha pis, taisez-vous, c’était l’apocalypse, on s’amusait comme on peut.

Je poursuivais donc ma route tranquillement, parce que sérieusement… c’était mort dehors. Oui je sais, c’était un jeu de mot nul. En même temps… c’était vrai. On avait eu à contourner quelques groupes de mort, mais… rien de très intense. Rien de bien… méchant si on veut. J’avais dû me servir de mon javelot deux fois et c’était juste par manque d’envie de faire le tour. Je vins finalement pour traverser une ruelle dans Rex s’assoya rapidement devant moi. Si j’avais failli me tuer en le percutant? Oui, comme d’habitude… la technique n’était pas encore tout à fait magique non plus. On parlait quand même d’un chien aussi… on n’allait pas lui en demander trop d’un coup. Un coup d’œil dans la ruelle et je vis un homme me tourner le dos… Il était grand et bâtis… je n’avais pas vraiment de chance contre lui… pas à la loyal du moins… Il semblait très occupé avec le mur quand même. Je sortie ma hache. Je l’a préférait contre un seul humain. Pourquoi? Parce que le javelot était trop facile à m’arracher des mains avec un peu de force et d’intelligence. Donc… La hache c’était mieux. Je voulais juste traverser la ruelle en fait… s’il pouvait ne pas me voir… ça ferait très bien mon affaire. En me déplaçant silencieusement, Rex sur mes talons… je ne pus que voir que l’homme était très concentrer à… tuer un autre homme… Bravo monsieur le géant… C’était brillant pour la survie de l’humanité… sauf s’il était comme moi et qu’il s’en fichait. Pourquoi tout le monde s’en fichait en fait? Aucune idée… l’humanité était quand même bonne pour la poubelle là. Il était en train d’étrangler un blond, moi je passais mon chemin silencieusement, j’aurais surement continué mon chemin si le grand costaud n’était pas en train de tenter de retirer la ceinture de l’autre. C’était mal ça. Très mal en fait. Je changeai donc ma cible en vitesse. Au lieu de traverser la ruelle… j’arrivais dans le dos de monsieur le géant. J’avais tourné ma hache du coté plat, le coté… masse si on veut. J’y avais même dessiné un petit bonhomme sourire jaune super gentil! Il le méritait le molosse. Je pris un élan dans son dos, un peu comme au golf avant de… lui pêter le genou en fait. Ouais, bon les jambes c’étaient pratiques pour courir… il allait surement crier comme un con, j’allais devoir courir… lui pourrait pas… les morts allaient faire la pause déjeuner et moi, j’allais m’en sortir. En même temps… c’était au molosse de ne pas faire le con non?

Le problème avec les géants… c’est qu’ils sont endurants. Alors il cria, mais… il se retourna. Ouais, bon je n’avais pas vraiment prévue ça comme ça. Il tenta de s’approcher… rha mais qu’il était con quand même… Un second coup du plat de la hache et l’autre genou y passa. Il tenta de me poignarder, non mais, fallait être poli avec les dames. Ça c’est Rex qui lui apprit en fait… parce que oui, à genou, il était à portée de chien alors… Rex c’était permit une petite attaque. C’était rapide et efficace, le couteau se retrouva finalement dans ma main. Un coup de genou et le mec était sonné parterre. Je n’aurais jamais pu le tuer de face, je le savais, mais… en le prenant par surprise et avec l’aide de Rex… c’était facile de mettre un homme à terre. Surtout qu’il n’était même pas mort encore donc… les morts s’en chargerait pour moi. Je fouillai rapidement l’homme, il n’avait rien de bien intéressant en fait, mais… je pris quand même son sac. Il n’allait pas s’en resservir de toute façon, maintenant… fallait juste savoir ce que je faisais avec le blond. J’allais lui parler, mais Rex se mit à gronder… et merde. Un bref coup d’œil et je vis le premier mort tourner le coin. Le problème c’est qu’ils ne venaient jamais seul.  Alors faudrait se dépêcher quand même.

-Toi, ça va ou pas? Tu vas arriver à courir dans combien de temps?

Je voyais du sang sur sa jambe, mais… on pouvait toujours espérer que ça soit superficiel. Je n’avais pas envie de l’aider à se déplacer non plus… trop de proximité et il avait une hache. Non, non, c’était une mauvaise idée. Je détestais cette solution… mais rapidement, un regard vers les rôdeurs m’indiqua que se battre… n’était peut-être pas dans les meilleures idées non plus… courir et le laisser là? C’était… un peu con quand même… j’aurais dû passer mon chemin… Ouais, c’est ça, j’aurais dû juste… passer mon chemin. Comment je m’étais embarqué là-dedans encore? Rex grondait après les morts, après le blond et après le géant au sol. Le pauvre… il ne savait plus qui détester..

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Lun 12 Mai - 13:07



Percy souhaitait seulement crever le plus vite possible. Il ne voulait pas que cet homme le touche et ça le tuait déjà sentir ses grosses mains autour de sa gorge. Il commençait sérieusement à étouffer et à se sentir étourdit. Son seul regret fut de ne pas mourir des mains d’un rôdeur. Après, il aurait eu la chance de vivre une autre vie au moins. Il ne luttait pas pour mourir le plus vite possible. Déjà qu’il venait de lacéré une de ses jambes. Ça le frustrait. Le pire fut sentir son autre main parcourir ses pantalons. Qu’est-ce qu’il fichait? Il détenait une peur sans borne. Un peu plus et son corps se mettrait en état de choque en se souvenant de son père et de ses sévices. Il ne pouvait pas seulement lui briser la nuque? Logiquement, il pourrait le tuer rapidement puis lui voler ses choses. Pourquoi faire durer le tout? Le blondinet se croyait maudit et pas qu’un peu. Lui, qui avait cru voilà pas si longtemps à un dieu. Maintenant, il ne savait plus quoi penser. Maintenant, son corps était entrain de réagir face à son manque d’oxygène. Ce n’était pas lui qui le voulait. Le corps humain se mettait à combattre une dernière fois avant de pousser son ultime souffle. Il allait donc mourir bientôt. Seulement, l’homme se mit à le lâcher à ce moment là. Il poussait des cris de douleurs. Qu’est-ce qui se passait? Des rôdeurs? Il était bon pour se faire bouffer alors. Son visage écarlate par le manque d’air subit se crispa. Il se tenait sur le sol tout en reprenant des énormes bouffés d’air. Il toussa aussi longuement et sa gorge lui brûlait comme si elle était en feu. Sa jambe aussi lui faisait un mal de chien. Il était bien bon pour la récupération. Peut-être était-ce le temps de se lancer dans un tas de rôdeur pour devenir l’un des leurs? Son avenir semblait se résumer à ça. Sa tête le faisait souffrir aussi et il était presque sur le bord de s’évanouir. Un voile était comme placé devant ses yeux et il voyait tout embrouillé. En plus, la douleur de son crâne lui faisait penser à des coups de marteaux qu’on lui donnerait à répétitions sur sa petite tête. C’était la fin pour lui, c’était certain. Il souriait même s’il sentait sa mort se rapprocher tranquillement vers lui. Bientôt, ça serait lui qui boufferait les gens et il n’aurait pu de tracas et surtout aucun humain pour lui faire mal. Il deviendrait réellement le prédateur. C’était plaisant au moins. Il y avait un avantage à tout. Il nageait presque dans une brume comme si son âme se détachait de son corps. Il se sentait presque comme un drogué. Au moins, il respirait maintenant. Il se massait la gorge lorsqu’une voix l’interpella. Il arrêta de bouger aussitôt en attendant de voir la prochaine menace. Il décrypta peu à peu ce qu’elle lui disait mais, il restait toujours sur ses gardes. Elle était quand même une méchante vivante. Pour lui tous les vivants étaient méchants. Il ne se posait plus la question et mettait tout le monde dans le même bateau. Il avait apprit de ses tortures subit. Il ne dit rien, car il n’aimait pas parler. Il avait horreur des gens donc il n’allait pas ambitionner cette humaine à l’aider.  Il entendait un jappement de chien et il fronça les sourcils. Il vit malgré le voile devant ses yeux des rôdeurs venir. Il était sauvé. Sa fin arrivait et cet humain voyant qu’il ne disait rien allait partir pour le laisser se faire manger. Il fut soulagé. Il ne tenta donc pas de se lever et continuait de l’ignorer. Il déposa sa tête sur le sol et retourna son regard vers le ciel. Un maigre sourire se dessina sur ses lèvres en pensant à sa nouvelle vie. Combien de gens pourrait-il manger? Comment tu te sentais lorsque tu te faisais manger par des rôdeurs? Toutes ses questions se bousculèrent dans son crâne endolori. De toute façon, il ne pouvait pas vraiment bouger au risque de perdre connaissance. Il se sentait déjà proche des bras de Morphée. Comme ça, il ne sentira rien lorsque les zombies viendraient le prendre enfin.
 
©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Mar 13 Mai - 7:14





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



Le baraqué l’avait lâché quand je lui avais explosé le genou. Le blond était rouge, mais il allait survivre… heureusement quand même. Ça aurait été con d’avoir fait tout ça et qu’il soit déjà mort. En même temps… s’il était mort entre-temps… ça voulait dire que le baraqué… voulait coucher avec un cadavre… j’en eu un frisson de dégout. Même si le blond était mignon, il y avait des limites hein. Bon d’accord plus le temps allait et plus les gens étaient fous, mais… il méritait de mourir quand même. Juste pour l’image infligé à mon pauvre cerveau.  Elle l’avait quand même vue respirer, se masser la gorge et… et… se coucher. Il faisait quoi le con? On ne pouvait pas se bronzer maintenant quand même. Ce n’était pas le moment. Pas le moment du tout en fait. Je m’attendais à mille réactions dont la plupart était suivit d’une attaque sur ma personne, mais… pas à jouer les crêpes pour se faire bronzer avant de se faire bouffer. Il souriait en prime. Il était fou. D’accord, j’avais fait le mauvais choix, j’avais choisi le suicidaire aux survivants. Bon d’accord, un survivant avec une déviance prononcer pour le sexe sans consentement, donc… pas une très grande perte pour l’humanité, mais… un survivant quand même.  Tandis que là… c’était un peu comme dire qu’en sauvant le blondinet… j’avais permit la mort de deux personnes au lieu d’une… Si je me sentais mal? Non, la culpabilité c’était pour les autres, non je trouvais juste ça nulle d’avoir gaspillé mon temps. J’aurais pu être en train de faire mille choses passionnantes. Bon d’accord, j’avais déjà gaspillé encore plus de temps avec des jeux de société, mais… il mouillait, donc… j’avais une excuse valable… ou presque.

-Je sais pas si tu as vue, mais y a des rôdeurs qui arrive, aller debout.

Quoi? On pouvait toujours espérer quand  même… une réaction ou quelque chose. Qu’il se lève et cours… pourquoi pas? Ça pourrait être bien non? C’était ce que les gens normaux faisaient. Quand la mort se pointait… on courait! Aller petit, petit, debout, sur tes pattes et court. Pitiéééé. Nah, je rigole, j’irais pas jusque-là non plus… on allait le laisser mourir avant de supplier.

-Tu sais quoi? Je n’ai pas fait tout ça pour te voir mourir, alors on se bouge maintenant!

Quoi? De l’orgueil? Moi? Jamais voyons… bon d’accord oui tout à fait, mais on s’en fichait.  Ce n’était pas le plus important pour le moment. D’un coup d’œil, j’avais vue près d’une dizaine de rôdeurs et l’espace était restreinte donc la technique « diviser pour régner » ne fonctionnerait pas. Rex allait se faire bouffer et moi j’allais risquer ma vie. Donc… le mieux c’était la fuite. Le mec au sol allait finir en casse-croute et moi, j’allais survivre. Manquait juste de savoir quoi faire avec le blond suicidaire qui refusait de se lever.

-Tu te suicideras demain, quand je serai loin comprit?

J’y avais été plus doucement, mais en même temps… fallait ce grouiller… vraiment.  J’avais surement fait un mauvais choix en sauvant le blond… en m’en mêlant au complet en fait, mais… bon j’avais été conne, c’était des choses qui arrivait… on ne m’y reprendrait pas deux fois. La prochaine fois… je passerais mon chemin promit, mais là… il y avait des rôdeurs, ils étaient près de nous et s’il continuait à faire la crêpe… je devrais le laisser là. Je détestais qu’on me touche, alors… je lui tendis la main pour l’aider à ce relevé. S’il n’ouvrait pas les yeux… je lui donnerai un petit coup sur sa jambe blessé… tout petit, juste pour le saisir, comme ça… avec de la chance il aura assez d’adrénaline pour exister.

-Aller. S’il… te… plait?

Oui, ça me tuait d’être poli, mais j’avais fait un effort. À lui d’en faire un maintenant. Rex, grondait et reculait tranquillement.  Il était tout près de moi, fallait vraiment commencer à bouger, même si le « snack » allait les arrêter un peu… rien ne promettait que certains ne continueraient pas leur route. Donc… fallait ce bougé.

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Mer 14 Mai - 2:59



Il était étendu sur le sol en s’imaginant devenir un rôdeur en son tour. Il se fichait de la réaction de la méchante vivante. Il ne voulait aucunement la suivre. Qu’est-ce qu’elle ferait une  fois seule avec lui? De toute façon, il ne pouvait pas vraiment se mouvoir avec sa blessure et son mal de crâne. Ce n’était pas pratique voir embrouillé pendant que tu tentais de courir. C’était des efforts inutiles. Il était bon pour les poubelles maintenant. Il était mieux resté là pour se faire bouffer. De toute façon, il n’irait pas loin dans son état. Il marcherait quelque pas et après quoi? Il tomberait évanoui et le résultat viendrait au même. Il serait mieux se reposer là qu’ailleurs. Le gros monsieur ne l’avait pas manqué. Il ne baissait pas les bras. Il ne voyait seulement pas vraiment d’issu possible. Il ne faisait qu’attendre que la fille parte et peut-être que là il marcherait pour foncer tout droit dans le tas. Elle ne devait rien comprendre puisqu’elle recommençait à lui parler. Le mot solitude existait bien non? Pourquoi elle ne comprenait pas qu’il ne voulait pas se lever? Elle devait savoir pourtant que lorsque ton cerveau avait manqué de l’oxygène pendant un bon moment qu’on ne pouvait pas péter le feu. Si elle n’était pas aveugle, elle devait voir sa blessure à sa jambe. Elle lui parlait et elle restait là. Il se demandait bien pourquoi. Il était un simple étranger à ses yeux. Peut-être qu’elle ne voulait pas avoir une mauvaise conscience ? Il n’en savait rien et il continuait de l’ignorer. Elle allait surement vite comprendre qu’il n’aimait pas être avec les autres. Il détestait parler. Il n’avait jamais eu vraiment besoin de parler jusqu’à aujourd’hui. La fille lui disait qu’il avait des rôdeurs qui arrivaient. Ça, il l’avait bien deviné. C’était même pour ça qu’il restait allongé sur le dos en patientant après sa fin. Malgré son silence tenace, elle continuait de lui parler. La jeune femme qui représentait toujours une potentielle menace venait d’ajouter qu’elle n’avait pas tout fait ça pour le voir mourir. Elle voulait qu’il se bouge. Mauvaise nouvelle pour elle, elle était tombée sur une personne qui se fichait complètement des autres. Il ne voulait pas qu’elle l’aide et il ne voulait pas se retrouver avec elle. Elle ne pourra rien faire pour sa blessure de toute façon. Même si elle le pourrait, c’était hors question qu’il la laisse le toucher. Il préférerait se faire bouffer que se faire toucher. Il continuait la carte du silence ce qui fonctionnait habituellement toujours. Seulement, il vit un truc effrayant descendre vers lui. Elle lui tendait sa main. Il se tassa aussitôt pour s’éloigner d’elle. Pas question qu’elle le touche! Il plissait les yeux pour  tenter de voir par où aller pour s’enfuir d’elle. Sa tête tournait beaucoup mais, il voulait vraiment se sauver de cette menace. Il marchait donc en sortant sa hache pour se protéger d’elle si elle tentait de le toucher encore. Seulement, sa tête le faisait vraiment souffrir et sa jambe aussi. Il se sentit faiblir après quelque pas. Ses forces l’abandonnaient. Pourtant, ce n’était vraiment pas le moment. Il tomba à terre en se sentant partir bien loin. Ses yeux se fermaient contre sa volonté. Il ne pouvait pas lutter contre ses étourdissements. Il s’évanouit complètement en tenant une angoisse sans borne dans le creux de son estomac. Avant que tout devienne noir, il se posait des milliers de questions et il ne faisait que souhaiter que la menace le laisse se faire bouffer. Il ne voulait pas qu’elle le touche. Son corps se relâcha pendant que lui sombra dans les ténèbres.
 
©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia
 


Dernière édition par Percy Wetmors le Mer 14 Mai - 11:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Mer 14 Mai - 7:44





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



Parce que tout le monde sait que dans un monde post-apocalyptique remplis de zombies et de maladie quelconques pouvant te faire la peau… l’idée première qui te vient c’est de faire la sieste à même la ruelle… oui, oui, c’est tellement la chose la plus logique et la plus intelligente. Non, je ne le digérais pas. Finalement… peut-être qu’il faisait déjà la sieste quand le mec c’est dit tient, il est mignon, on va en profiter. Là, il y avait des zombies, là il fallait partir. Même le mec tentait de ramper… et il n’avait aucune chance lui. Quand j’avais finalement eu la bonté d’âme de tendre la main à la belle au bois dormant, merci mon Dieu, il s’activa! S’activa peut-être pas comme je l’aurais souhaité, mais… s’activa quand même. Il se releva un peu, prit sa hache pour attaquer… ou se défendre, c’était selon le point de vue. Au moins il bougeait… il avait l’air un peu perdu quand même… ne me fixait pas vraiment, il partait dans le flou, donc... je ne fus pas si surprise quand il s’effondra. Et merde… je faisais quoi maintenant?

Je remarquai finalement qu’il perdait pas mal de sang… ce qui n’était pas une bonne nouvelle loin de là. Donc manque de sang, manque d’oxygène… il ferait surement dodo pour un bon moment. Je reculai, frappai aux visages le rampant qui était presque sur nous. Une botte au visage c’était toujours pas mal comme accueil. Je plaçai ma hache à ma taille, la sienne aussi… pour ensuite… non… je ne vous le dis pas. C’est… trop horrible. Sérieusement. Vraiment là. Complètement terrible. Je vais en faire des cauchemars pour… en fait… peut-être… mais juste s’il se réveillait. Il n’était pas grand… n’y très gros, donc… je fis comme avec ma mère quand elle était trop drogué pour bouger, je pris son bras, le passai par-dessus mes épaules pour m’assurer une stabilité et je… déposai… ma main sur sa taille pour le maintenir… je tuerai tout témoin, je le jure. Serena Donnelly ne touchait personne volontairement… bon d’accord il était inconscient donc ça comptait pas… J’allais réussir à m’en convaincre… un jour. Je sifflai rapidement et Rex partie de l’avant. Ce qui était bien avec Rex… c’est que s’il passait… moi aussi en général… bon d’accord… peut-être pas avec mon poids mort, mais… on allait faire avec. Comme prévu, Rex trouva une sortie sécuritaire… il était passé dans un coin de clôture brisée pour se rendre dans… une autre ruelle. Un cri me fit me tourner, le mec était en train de déguster. Comme prévu, les rôdeurs s’attroupèrent et par manque de chance… trois se dirigeaient encore sur nous. C’était pas si difficile à tuer trois… sans le poids mort et avec du temps… ce que je n’avais pas vraiment. Donc, je tirai sur la clôture pour voir à quelle point j’allais en baver… ce n’était pas… trop mal. Je passai difficilement, mais… je n’étais pas très grande et lui non plus. J’étais presque tombé deux fois, donc lui avec, mais non, j’étais presque douée… presque. J’étais surtout épuisée oui. On entra dans le premier édifice à logement déverrouillé, je connaissais le quartier, mais pas assez bien pour savoir ou entrer du premier coup. La quatrième porte fut la bonne et heureusement, parce que quatre petits copains à nous voulaient venir nous manger. Mauvaise chose. Ils se collèrent le visage, s’explosant un peu le front contre la porte-vitrée sans vraiment rentrer. On s’aventura donc plus loin dans le corridor… Rex ne grognait pas, j’avais mes chances et le poids mort aussi par extension. Je tentai de trouver dans mon sac en bandoulière mes outils… de… crochetage, oui là, c’est bon je les ai. Ce n’était franchement pas pratique juste une main quand même. En fait… je ne savais pas vraiment comment je pouvais faire à une main, j’étais talentueuse oui, mais pas magicienne. Alors je pris tout mon temps pour déposer mon poids mort, pas le temps qu’il hurle et rameute la ville. Un genou à terre, je déverrouillai la porte, Rex entra le premier, fit le tour de l’appartement « cherchant » comme on lui avait enseigné depuis sa naissance. C’était bien un chien d’aéroport recyclé en chien dépisteur de zombie. Il revint tout content de son travail. Je lui donnai de la viande séché à mâchouiller et il retourna à l’intérieur comme ça chaque fois. Je récupérai mon poids mort, mais… il était vachement plus lourd que la première fois, j’accusai la fatigue et non une prise de poids soudaine. Un dernier effort et je le déposai tranquillement sur le canapé de monsieur X, qui n’était pas à la maison quand l’apocalypse était arrivé, une bonne chose pour moi. J’étais retourné verrouiller la porte. Raison du pourquoi je me défonçais jamais les portes… fallait les refermer ensuite.

Une fois en « sécurité » si on veut, je déposai les deux haches et mon javelot un peu plus loin. Je me rendis à lui, les deux mains dans ma besace. J’en sortie des bandages quand même très propre pour un après épidémie et je m’arrêtai… il saignait encore beaucoup donc… fallait arrêter le saignement. Je ne savais pas si je devais l’attacher au cas où il se réveillerait ou pas… la panique que j’aurais à sa place… alors non, je ne pris pas la peine de l’attacher. J’avais toujours mon couteau au pire… De la façon la plus délicate possible, je déchirai un peu plus son jeans à l’aide de ciseau. S’il y avait un dieu quelque part, il resterait inconscient. Je mis de l’eau sur un linge avant de nettoyer la plaie, encore là… très, mais très délicatement. Il avait des… marques ici et là, mais bon. Surement que ce n’était pas sa première entaille, tant mieux… il ne paniquerait pas trop en voyant ne bandage. Heureusement pour lui, il n’aurait pas besoin de suture. J’utilisai quand même une partie de mes pansements de rapprochement, ce qui ne m’enchantait pas vraiment, avant de  terminer son bandage. Victoire! Il ne c’était pas réveillé. Il ne saignait plus partout, il allait peut-être même vivre… sauf s’il s’endormait encore en pleine rue comme un con. Il avait l’air… calme en dormant quand même. C’était une bonne chose. Il avait eu l’air… effrayé? Dans la ruelle non? C’était logique quand même, il avait failli y passer. Bon maintenant qu’il était en sécurité et réparé… moi je faisais quoi? Aucune idée, je commençai donc à faire comme à mon habitude, je cherchais s’il y avait quelque chose à récupérer dans cet appartement, ordonnant à Rex de surveiller l’inconnu, s’il bougeait, Rex japperait. Il était doué le chien, bien dressé. Par quelqu’un d’autre que moi en prime, c’était bien fait la vie.

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Mer 14 Mai - 11:18



Percy venait de sombrer dans les ténèbres et il plongea pas dans n’importe quoi. Il venait de tomber dans un de ses nombreux cauchemars qui le hantera toujours. Il vivait un de ses moments où son père embarquait sur lui après avoir l’avoir battu. Son corps endolori se faisait prendre sauvagement par le monstre qui faisait d’office son père. Il revivait cet affreux moment en pensant presque que c’était la réalité. Vous savez les rêves tellement réalistes qu’on s’y confond? C’était ce qu’il vivait en ce moment. Il se réveilla donc en sursaut le cœur battant. Il était en prime complètement perdu. Un jappement de chien le fit prendre peur. Il cherchait aussitôt son arme qui venait de disparaître. Quelle merde! On l’avait kidnappé! On avait touché son corps sans sa permission! Il tremblait comme une feuille. Il détestait ça. Il aurait préférer qu’on le laisse se faire bouffer par les zombies. Qu’est-ce qui clochait  avec cette fille? Elle était vilaine d’avoir osé le toucher et encore plus pire lui déchirer ses seules jeans! Il aurait voulu la mort. Il aurait voulu se faire bouffer. Il détenait juste l’envie de se tirer une balle maintenant. Il rageait en voyant qu’elle avait osé toucher à sa blessure. Il se leva et boitait dans la place pour trouver une porte de sortit. Sa blessure lui faisait mal mais, c’était hors de question qu’il reste là avec cette vilaine fille.  En plus, elle lui volait le peu de chose qu’il avait. Il paniquait vraiment. Elle l’avait empêché de se faire bouffer pour le voler, l’agresser et quoi encore? Elle lui avait tout prise maintenant il pouvait partir se jeter dans un tas de rôdeur. Il regarda brièvement dehors et il ne connaissait pas ce secteur. Il lui restait seulement la solution de se jeter dans les griffes des rôdeurs. C’était peut-être le plan de la méchante depuis le début. Une nouvelle technique de torture qu’elle voulait mettre au point. Il paniquait et frappait tout ce qui se trouvait sur son passage. Il était apeuré et il rageait en même temps. Il se perdait dans tout ça et il était dans la merde. Dommage qu’on ne pouvait faire d’élevage de rôdeurs! Il aurait pu lui envoyer un tas de rôdeurs. Malheureusement, c’était complètement impossible et le voilà enfermer avec une méchante fille qui lui voulait du mal. Il arracha le pansement et le lança à terre. Il n’avait pas besoin de ça et ça lui rappelait qu’elle l’avait touché. C’était traumatisant et horripilant! Il ne parlerait pas. Il détesta trop ça pour le faire. Pas question d’interagir avec l’ennemie! Il ne lui ferait pas se plaisir là. Il la haïssait tellement en ce moment qu’il en aurait chialé s’il ne contrôlerait pas ses émotions comme il le faisait si bien. C’était si dur de vouloir  être seul ou tout simplement avoir envie de mourir parce que tout le monde le touchait contre son gré? Cette vilaine fille aurait dû le laisser crever. Il n’aimait pas se retrouver là avec un maudit chien qui jappait pour rien en plus. Lui aussi méritait de mourir puisqu’il était complice de cette mauvaise fille. Elle l’avait humilié, agressée et volée. Maintenant, elle pouvait bien le laisser se faire grignoter par les rôdeurs. Elle venait de faire les pires choses. Il était en grande déprime, frustration, tristesse pour vivre encore après tout ce qui venait de se passer. Il était en rage profond et ça n’avait pas d’allure. Il voulait même peut-être s’enlever la vie devant elle. Il regrettait amèrement de ne pas savoir jeter dans les rôdeurs avant de perdre connaissance. Il était damné.
 
©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia


Dernière édition par Percy Wetmors le Jeu 15 Mai - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Mer 14 Mai - 15:37





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



J’étais particulièrement devenue bonne pour jouer à cache-cache avec les trucs intéressants qu’on pouvait trouver dans un appartement abandonné. Premièrement, il y avait les vêtements, le problème c’est que dans cet appartement, il y avait 3 chambres, une des parents, dont la femme avait un goût effroyable en matière de vêtement et deux autres de garçons. Un dans l’adolescence et l’autre plus jeune, surement dans les 13 ans. Je m’étais donc concentré sur la salle de bain en priorité, bandages, attelle, pansements, produit d’hygiène. Je vérifiais toutes les dates, j’aimais que les trucs soient sans risque. Je tombai sur des aspirines et je kidnappai shampoing, revitalisant et gel de douche. J’étais une fille, je ne l’oubliais jamais ça. Parfois, on pouvait vraiment ce dire que les hommes avaient la belle vie, mais… je ne changerais pas de sexe pour tout l’or du monde. Les mecs c’étaient des cons… et tous les mecs me le confirmaient un peu plus à chaque fois. C’était là vie. Le seul qui n’entrait peut-être pas dans la catégorie con… c’était une exception, il était persuadé d’être mon oncle, donc… s’il y avait une chance d’avoir un lien familiale… il n’allait rien faire pour me toucher ou me faire du mal. Malgré que… je ne savais toujours pas comment mon père était mort, je savais juste qu’il avait existé. Faudrait vraiment que je repasse à la prison. Je n’étais pas pressé non plus… ça m’impliquait dans un lien et rha…

Bref, je n’eus même pas le temps de m’en faire que Rex ce mit à japper. La belle au bois dormant c’était surement réveillé donc. Je sortie de la salle de bain après avoir rangé mes trouvailles. J’étais tendue, mais Rex ne grognait pas donc… je n’étais pas trop alerté non plus. Fallait quand même que je trouve un plan de match… sinon il tenterait de me tuer… j’allais jouer quoi comme rôle? Il n’avait pas l’air de m’apprécier, donc… eum… aussi bien… tuer le poussin dans l’œuf… ou l’humain avant qu’il ne devienne zombie et de jouer les gentilles filles. J’étais capable… je pense… fallait juste faire comme si le blond… c’était Charlie. Faire tout comme. C’était viable… fallait juste… prouver qu’on était normal. En fait, prouver que j’étais normal… parce que Rex… il était bien quand même. Donc… une grande respiration et… on allait jouer les gentilles filles fragiles un peu. Juste un peu, parce qu’il n’était pas con… j’avais quand même démoli un mec. Ouais bon, oups. On souriait comment déjà… bon on n’allait pas ambitionner non plus… on allait simplement jouer les timides. Elle entra donc dans le salon, là où la belle au bois dormant n’était plus aussi belle et ne dormait plus autant. Il avait arraché son pansement, mais c’était du gaspillage… la prochaine fois elle lui ferait des sutures… ça serait beaucoup plus drôle de le voir les arracher. Je… m’installai sans arme, assise en indien au sol à coté de Rex et fis un petit sourire un peu timide à notre « invité ». Je… mangeais mes bonbons pour me faire plaisir. J’avais des cerises acidulées des grands moments et là, s’en était un. Peut-être qu’un de nous deux allaient y laisser la vie, bon d’accord pas moi, mais… sait-on jamais. J’avais toujours mes protèges-poignets, donc s’il m’approchait je frappais plus fort que lui et en prime… j’avais un couteau et pas lui… j’avais vérifié, donc… maintenant, fallait sortir des mots, oui, oui des mots. Aller, on devait faire un effort, ce n’est pas Rex qui allait parler pour moi.

-Désolé du réveil brutal. Je ne suis pas du genre sociable. Tu as faim ? Soif? Tu veux des bonbons?

Les bonbons, c’était souvent gagnant en fait, mais lui… il avait l’air farouche. Alors… je me pris une autre cerise. S’il m’attaquait… Rex allait défendre ma vertu. Je sortie une boite du bœuf séché de mon sac pour en donner un autre morceau à Rex. Je lui avais trouvé des boites de conserve dans le genre pâté, jambon salé et poulet bizarre. Lui il adorerait ça… moi je n’y toucherais pas et un autre survivant aimerait surement. Je le regardais, je n’avais pas grand-chose à lui dire et je n’étais pas très menaçante en fait… après une autre cerise dans ma bouche… je rajoutai simplement :

-Moi c’est S et toi?

Je n’avais pas fois en l’humanité, donc je doutais qu’il me réponde en fait, mais… on pouvait toujours espérer. Je sortie de mon sac une bouteille d’eau et une mini bouteille de mio au punch au fruit. J’adorais ça, c’était la vie. Je détestais l’eau tiède, mais le jus de fruit tiède… c’était excellent. Donc, après une gorgée de jus, je retournai mon regard vers le blond. Je n’avais aucune idée de qui allait apprivoiser qui en premier.

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Jeu 15 Mai - 15:09



Percy tentait de fuir cette situation complètement absurde pourquoi rester là avec elle. Il n’aimait pas les gens et elle détient son sac-à-dos avec tous ses pauvres effets personnels. Il détestait cette situation. Il boitait bien loin du fauteuil pour tenter de partir. Même s’il attachait une grande importance à son sac-à-dos et ses affaires, il préférait fuir que rester prisonnier avec cette fille. Elle était vilaine. Les rôdeurs auraient étés mieux. Il détestait de se retrouver avec des gens. Il aimait être seul et dessiné ou bien chasser des zombies en se trouvant à manger dans de vielles boutiques. Il ne mourrait jamais de solitude puisqu’il la préférait. Les gens étaient trop complexes pour lui et tous des menaces. En plus, pourquoi être là avec elle tandis qu’elle venait de le toucher et d’en plus de lui prendre toutes ses choses. Ah oui, sans oublier qu’elle avait brisée sa seule pair de jeans. Bravo fille! Non, il ne voulait pas se forcer à parler. Déjà que c’était pénible pour lui de faire ça. Elle ne pouvait pas penser une seule seconde qui pourrait être muet. Ça existait bien encore les muets! Il voulait seulement partir se faire bouffer. Il ne voyait pas vraiment le problème à tout ça. Enragé à cause de cette vilaine, il fracassa les choses qui passaient sous ses mains toujours en prenant le plus de distance possible. Il ramassa plusieurs trucs dans ses mains et se fit une petite cabane improvisé dans la pièce bien loin de la malade et du chien fou. Il s’y cachait pour se calmer un peu comme ça, il se sentira faiblement en sécurité. Il fallait seulement oublier le fait qu’il se retrouvait prit au piège avec des cinglés qui lui voulait du mal. Il aurait choisi les rôdeurs vraiment. Le plus pire c’était qu’elle rompit son semblant de paix. Il se cacha dans sa cabane improvisé pour pas qu’elle le voit encore. Il observa sa blessure qui s’était remit à couler. Il y avait bien un dieu à quelque part! Maintenant, il devait aider ce dieu à reprendre sa vie. Il glissa ses doigts dans la plaie et joua dedans ce qui augmenta le flot du sang. Il s’était mordu l’autre main pour étouffer son gémissement. La méchante et cinglée devait pas voir sa seule solution. Il allait finalement peut-être mourir dans sa petite cabane comme ça elle pourra se servir comme elle voudra pendant que lui sera ailleurs. Il n’écouta pas ce qu’elle lui disait. Pour une personne pas sociale, elle l’était trop. Lui, l’était pas une miette et ça l’arrangeait parfaitement. Elle se présenta sous la lettre S comme c’était stupide s’appeler par une lettre. Elle se mettait le doigt dans l’œil si elle pensait qu’il allait s’abaisser à parler.  C’était simple à comprendre qu’il détestait ça et qu’il détestait tout le monde surtout elle en ce moment. Donc, il ne se forcera aucunement. Il se fichait de ses bonbons. Elle voulait lui faire mal qu’elle fasse des trucs avec son chien et qu’elle le laisse partir se tuer. Ils seraient tous deux arrangés non. Il ne lui demanderait même pas de ravoir ses choses. Ben quoi?! Il allait se suicider, ses choses ne serviraient à rien. En plus, il serait obligé d’interagir avec elle ce qui était cent moins tentent que de se jeter dans les rôdeurs. Au moins, ses parents étaient morts avant lui. Il avait seulement rallongé sa triste vie de quelques jours. Personne n’en souffrira et cette fille pour embêter qui elle voudra comme avant. Il restait bien caché dans sa cabane pour attendre le moment exacte pour s’échapper et se tuer. Un plan très simple en bref. Elle devait bien comprendre qu’il voulait rien savoir de ses fausses gentillesses, il savait qu’elle lui voulait du mal donc le choix était simple.
 
©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia

_________________


Dernière édition par Percy Wetmors le Ven 16 Mai - 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Ven 16 Mai - 7:04





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



Je restais assise et sérieusement… c’était surement le mieux. Il était eum… quelque chose le petit blond. Non mais vraiment, il avait mangé un coup sur la tête ou quelque chose comme ça parce que… ça manquait de logique et c’était décousu comme façon d’agir. J’étais là, assit devant lui a bouffé des bonbons complètement désarmé et lui… lui se construisait une petite barricade de fortune pour ce cacher. Oui, oui je vous le jure, c’était vraiment ce qu’il faisait et moi j’étais là, je le regardais faire… un peu stupéfaite quand même. Vous vouliez que je fasse quoi autre que de le regarder, mangeant tranquillement mes bonbons? Il était complètement paniqué… j’en étais assez fier en fait. Moi, Serena L. Donnelly qui intimide quelqu’un, non mais… pas que je n’intimide pas d’habitude. Disons que je ne suis pas très intimidante au premier abord. Je n’ai pas la tête de l’emploi, c’est une fois qu’on rencontre mon tempérament tellement… si… eum… docile, sage et avenant? Bon d’accord, j’étais une horrible gamine qui s’en prenait à plus fort qu’elle parce qu’elle le pouvait. Dans son cas à lui… il était loin d’être plus fort que moi, encore moins caché dans sa petite cabane de fortune. Donc… j’avais tenté d’obtenir un contact, mais… rien. Juste de la panique et encore plus de panique. Là il était presque sage. En même temps… j’en savais rien, je ne le voyais pas, mais… il était désarmé et le salon ne comportait rien de bien méchant pour qu’il puisse me faire du mal. Disons que je m’inquièterais plus d’un Charlie caché dans un coin que du petit blond. Juste parce que Charlie… il avait tendance à tout faire sauter. C’était si peu… voyons, une petite bombe ici et là et hop, on s’amuse hein. J’étais maintenant capable d’en faire des bombes, il m’avait montré, mais… j’avais jamais osé, c’était très… eum… dangereux quand même. Un jour pourquoi pas… genre à l’aéroport, pour les garder dans un endroit qui ne bouge pas. Hors de portée des enfants, donc… de Jack. Ouais bon là fallait décider de ce qu’on allait faire pour faire réagir notre invité. Il c’était caché d’accord, mais moi je faisais quoi… j’avais envie de juste… prendre mes trucs et partir, mais… la nuit allait tomber, donc… j’étais surement mieux de rester en fait, l’aéroport était trop loin pour m’y risquer. J’avais un seul truc à faire pour me divertir, embêter le blondinet ou au moins… tenter de voir s’il arrivait à parler. Il était peut-être muet. Becca était bien sourde, un muet ça ne faisait pas de bruit et ça criait pas… ça avait encore plus de chance de survie. Comme embêter un muet… c’était… simple non? Fallait juste parler. Non mais… parler en constance genre… ferme ta gueule ou je te tape avec une brique. Moi je réagirais. Non mais… vraiment. Je me taperais avec une brique… c’était peut-être une pas si bonne idée, bon on allait au moins établir les bases.

-Donc, petit rayon de soleil, tu as dormi longtemps… il va faire nuit dans pas très longtemps, si tu avais à te rendre quelque part… c’est loupé. J’ai récupéré ton sac et ta hache avant que les rôdeurs bouffent l’autre con. Je les ai mis euh… près de la porte je pense. Si tu veux te nettoyer, y a savon et bouteille d’eau dans la salle de bain. Je ne sais pas quelle taille tu fais… mais les anciens locataires avaient des gamins, donc… si tu veux magasiner de nouveaux vêtements amuse-toi, étonnamment ce n’est pas trop mon style alors gâte-toi. Je disparais demain matin, d’ici là… si tu veux quitter ta cabane pour t’enfermer dans une chambre… c’est surement une bien meilleure protection à mon avis… y a une porte au moins et pour la chambre de l’adolescent, y a même un verrou. C’est un must.

Si je rigolais? Bah oui, je le terrorisais, moi? Non mais, moi qui ne faisais même pas la gueule pour une fois, alors oui… je profitais un peu. En même temps… il ne pouvait pas rester caché éternellement dans une cabane improvisée… des trucs pour qu’il pense vraiment être protégé. Il lui manquait peut-être une case en fait…  En même temps… discuter c’était drôle, j’étais presque devenue bonne à force de discuter avec Charlie, presque parce que… bah j’étais toujours moi au final. Je pouvais maintenant aligner des mots, mais ne jamais vraiment parler de moi, c’était quand même un début.

-Tu es surement la première personne que je terrorise à ce point-là, si tout le monde pouvait réagir comme toi me faciliterait vraiment la vie, mais en attendant… juste te mentionner qu’avoir voulu te tuer… j’aurais laissé l’autre le faire, ça aurait été… vachement plus facile et rapide… mais je ne l’ai pas fait, donc… choix 1 j’ai une tête à faire peur… choix 2… tu as rencontré pas mal de con depuis le début de l’épidémie… ça pleut les cons maintenant en fait… bon avant aussi, mais bon.

Je me parlais autant à moi-même qu’à lui en fait… Pourquoi me casser la tête, je devrais surement approché, mais… si sa cabane le « protégeait » je n’allais pas tout gâcher. Pas tout de suite… parce que oui, je  gâcherais tout à un moment ou un autre, parce que… bah… j’étais moi. J’étais fait comme ça, je m’amusais à ma façon et en ce moment, comprendre ce petit… eum… petite créature fragile? Était surement la chose la plus drôle à faire dans le moment, donc… amusons-nous un peu. Bon ce n’était pas très gentil et à ses dépend mais… il n’allait pas s’en plaindre… il parlait pas! Bon point pour moi.


© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Ven 16 Mai - 12:13



Percy était toujours caché dans sa petite cabane improvisé. Il venait d’aggraver sa blessure pour espérer mourir le plus vite possible. Il détestait cette fille qui se pensait meilleure que lui. Il était peut-être petit et fragile mais, il était rapide et agile. Deux caractéristiques qui pouvaient faire de lui quelqu’un de dangereux. Ça ne paraissait pas, mais il était assez imprévisible. Durant, c’est quelques jours, il avait dû tuer des méchants vivants. Oui, ils les avaient bien massacrés avant de les jetés aux rôdeurs. Bref, c’était une autre histoire. Même s’il savait viser et tout pour l’instant cette fille gardait ses distances. Il n’avait pas vraiment peur d’elle. Il détestait seulement les contacts et il détestait devoir  toucher les autres. C’était bien le faire avec sa hache mais, pas à main nu. Il plongea ses petits yeux hyper méfiants dans le monstre assit avec son chien. Tous les vivants étaient des monstres et des menaces pour lui. Les violences subies par son père lui avaient donné cette sorte de pensée. De plus, plusieurs autres vivants avaient tentés de lui faire du mal. Donc, c’était difficile de se faire une autre opinons que ça. Personne ne pouvait le comprendre à moins que cette personne fût un ancien psychologue. Pour le moment, personne avait réussit à l’apprivoiser. Il avait resté soit sauvage, soit complètement muet ou soit en panique extrême. Même s’il restait silencieux, elle continuait de baratiner. Elle se prenait pour qui? Il la détestait. Elle lui dit que la nuit allait tomber et que c’était trop tard. Pour sa part, il n’avait pas peur de se promener dehors en pleine nuit puisqu’il voulait se faire manger. Ensuite, elle se mise à l’insulter sans allure. Il ne disait rien et elle lui sortait pleine de connerie. Cette gamine devait se la fermer au sinon il allait faire ce qu’il faisait le mieux : sortir de ses gonds. Encore une fois, son caractère largement passif  laissait croire qu’il se pliait aux autres. Seulement, il était tout le contraire. Il pouvait exploser et se fâcher en un rien de temps. Il ne détenait aucune patience surtout avec les gens. Il les haïssait tant que tout le monde finissait par l’énerver comme cette fille en ce moment. Elle le gonflait sérieusement. Il se leva malgré sa blessure le visage extrêmement froid.

-Ferme-là saleté! Je n’ai pas peur d’une médiocrité comme toi. Seulement par ta faute, il me reste plus que me faire bouffer. Je me fou que c’est la nuit. Je vais partir d’ici quand même. Je me fou de ce qu’il y a ici, il risque juste avoir des petites merdes inutiles qui peut juste intéresser une cinglée de ton genre. Tu m’as empêchée d’avoir une belle mort. Tout ça pour rien. Dernière chose : ma vie, ce n’est pas de tes affaires. Maintenant, fiche-moi la paix! Que je puisse crever en paix au moins. Lâcha-t-il cruellement les yeux complètement de glaces. Il détestait parler aux autres alors c’était pire quand il était fâché. Normalement, il aurait été moins chiant mais il venait de sortir de ses gonds. Une fois sa dose de colère passée. Son visage revint aussitôt vide et sans éclat. Il était de retour à son état passif qui lui allait mieux. Il marcha en coup de vent jusqu’à la porte et ramassa ses trucs. Il vérifia que tout y était et il déposa sa main sur la poignée de porte près à se mourir comme il se devait. Il se fichait bien d’elle. Pourquoi lui dire qu’elle disparait demain matin? Elle était cinglée. Elle pouvait disparaître n’importe quand qu’il s’en ficherait comme l’an quarante. Le mieux était de partir toute suite. Lui, il n’avait pas peur de la nuit et encore moins des rôdeurs. Ils servaient à abréger les souffrances tout en leur donnant une nouvelle vie beaucoup plus simple et amusant.
 
©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia

_________________


Dernière édition par Percy Wetmors le Mer 21 Mai - 3:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Mar 20 Mai - 14:40





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



Je ne savais pas quoi faire de ce… gamin. Il était caché et moi, je le regardais, mais franchement… ce n’était pas facile de rester là. J’étais du genre… réactive et lui… il se cachait!?! Je ne sais pas… je m’attendais à quelque chose de plus amusant. Il se leva finalement. Je plongeai mon regard dans le sien. Il était froid, ça tombait bien, pas moi. À quoi bon être froide… il se doutait que j’étais une tueuse… j’avais éclaté des genoux sans remord devant lui. L’autre mec était un con, il le méritait, mais quand même, ce n’était pas une excellente première impression. Mes yeux descendirent vers sa blessure, elle n’aurait pas dû saigner à ce point. Je relevai les yeux vers les siens, je vie du sang sur son doigt… il… avait joué dans sa plaie? Mais il était débile ou quoi? Il… parla mesdames et messieurs! Bravo et un morceau de robot pour le petit blond.

La bonne nouvelle… tu sais parler. La mauvaise… t’es un con… et suicidaire en prime.

Je soupirai, pourquoi je devais tomber sur un suicidaire… c’était les pires. Les plus… ennuyants en prime. C’était agressif et sa mettait ta vie en danger pour rien. Juste parce que… J’étais quand même contente qu’il arrive à parler, j’en avais un peu marre du silence. Il se leva pour partir, comme si j’allais laisser tomber maintenant. Il se mettait le doigt dans l’œil. Je ramassai mon javelot d’une main pour le suivre. Une hache contre un javelot… le javelot avait toutes ses chances. Je pris quand même ma hache… juste au cas. Je m’appuyai contre le mur, il allait partir et je le laisserai peut-être faire. J’avais bien dit peut-être, parce que franchement… Je n’avais pas envie qu’il sorte et attire des rôdeurs dans l’immeuble. C’était chiant quand même. Je ferais quoi de lui sinon? L’attacher? Ça ne servirait à rien. Rex était près de moi et il n’aimait pas la tournure des événements, il était tendu. J’allais simplement… discuter… bon d’accord j’allais répliquer tout simplement. Je n’étais pas une gentille fille non plus quand même.

-Je te fais pas peur et c’est tant mieux comme ça, mais… pourquoi tu veux jouer en mode facile? C’est facile te faire mordre et devenir un zombie. Avec de la chance… un tout petit peu de chance tu vas devenir le premier super-zombie à être capable de courir et tu vas en dévorer plus que tous les autres, mais… c’est le mode facile ça. Pas besoin de te débrouiller, pas besoin de survivre, pas besoin de réfléchir… c’est… comprenable que tu veules ça. Tu devais franchement être un gamin à maman/papa pour pas être capable de survivre sans. Le but du jeu… c’est d’être le dernier survivant debout et si tu échoues sans faire exprès, là… devient un super zombie… mais… abandonner la partie en plein milieu… faut vraiment être con.

Si j’étais méchante? Eum… oui. Bon d’accord, mon but était peut-être de le provoquer un peu, juste un peu… bon d’accord beaucoup, mais… les premiers zombies avaient presque qu’un an maintenant et franchement… je ne pouvais pas croire qu’on puisse vouloir mourir volontairement quand tous les jours… le peu de survivants qu’il y avait crevaient. C’était… chiant au final. C’était un peu con même. Non, non, très con et lâche. Je pouvais comprendre qu’on perde tout, je pouvais comprendre qu’on soit fatiguer, qu’on soit… à bout, mais jamais qu’on abandonne. Une fois blessée, peut-être. Pour sauver un autre survivant… peut-être, mais… pas plus non. En même temps… je ne sauverai surement jamais personne en sacrifiant sa propre vie. Je mourrais surement de façon très conne en fait. Genre… tomber en bas d’un arbre ou me fouler une cheville et me faire bouffer. Quelque chose du genre. Aucune chance que ce soit par suicide. Il m’énervait un peu quand même à vouloir ce tué. C’était… rha. J’allais lui faire entendre raison… ou tuer chaque zombie sur son chemin… j’allais m’amuser un peu non?

-Pourquoi tu veux te tuer? Sérieusement?

Bon, je n’avais pas pu m’empêcher de lui poser une question sérieuse. Je ne souriais pas parce que… à quoi bon faire semblant avec un presque mort? Ça n’en valait pas l’effort en fait.


© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Mer 21 Mai - 3:57



Percy  fixait la porte et sa main. Il  n’y croyait pas du tout. Sortir de cet endroit aussi facilement le remplissait un peu de joie. Déjà qu’il n’aimait pas avoir adressé la parole à cette fille. Il détestait se fâché et cette fille l’avait fait se mettre en colère horriblement. Il en gardait presque des frissons. Il était brisé et il savait que ça devait bien paraître, car il était bizarre. C’était peut-être une des raisons qui  le faisait haïr interagir avec les gens. Le cœur battant, le blondinet espérait de tout son âme pouvoir sortir d’ici sans devoir continuer à s’humilier devant cette …cette…. Méchante! Oui, elle était une vraie vilaine comme tout le monde! Elle riait de lui et elle se moquait de son étrangeté. Ce n’était pas sa faute à lui s’il avait subi des agressions et qu’il n’avait jamais eu de famille vraiment. Être un jouet pouvait paraître simple, mais cela ne l’était pas. Aussitôt qu’il avait été en colère malgré et dit des méchancetés, cette fille se remit à parler et cette fois pour agir en garce avec lui. Elle le traitait de tous les noms déjà et son pouls augmentait rapidement. Ça lui rappelait sa mère qui lorsqu’elle n’était pas couché par terre avec une bouteille de bière agissait violemment avec lui. Une fois, il avait même reçut une bouteille de bière en plein dans le visage. Sa mère n’avait pas été gentille avec lui non plus. Elle lui crachait toujours des méchancetés en le frappant. Heureusement dans les derniers mois, elle avait été plus du style à être saoule morte sur le plancher dans la cuisine. En fait, la pire chose qu’elle a faite dans sa vie fut de le mettre au monde avec un parfait cinglé. Il détenait une peur de finir comme eux. On disait souvent que les gens qui vivaient des violences devenaient complètement fous et il ne voulait pas être comme ça. C’était pour ça qu’il détestait de se mettre en rogne et qu’il adorait être seule. On virait fou à cause des gens. Ses parent lui avait rien montré de la vie seulement  à être leur parfait jouet. Il se mordit les lèvres en la voyant s’approcher de lui armé. Il avala sa salive de travers. Il ne voulait pas être de nouveau un jouet tout simplement. Il se recula plus loin de la porte par sa faute. Il était vraiment brisé le pauvre. Elle lui demanda pourquoi il voulait jouer en mode facile. Peut-être parce que toute sa vie avait été dans le très difficile voir même niveau expert si on voulait mieux comparer avec un jeu vidéo. Il était tanné qu’on le touche, le frappe, lui parle et autres. On ne pouvait pas le laisser en paix. Elle le prenait pour un lâche et elle ne savait même pas ce qu’il avait enduré qu’elle chiante cette fille. Il ne la regardait pas parce que ses yeux étaient remplis de tristesse. Elle ne pouvait pas comprendre et c’était hors de question qu’il lui parle de ça. Toute sa vie, il avait gardé le silence et ce n’était pas aujourd’hui qu’il allait en sortir.  Elle allait rire encore plus de lui ou encore plus pire faire pareil comme eux en voyant sa faiblesse. Elle lui demanda finalement pourquoi il voulait se tuer. Ce n’était pas de ses affaires. L’attaque de l’homme avait été la goutte de trop qui avait fait déborder le vase. Il conservait le silence et regardait ailleurs. Tout sauf elle. Il ne voulait pas lui parler. C’était l’enfer ouvrir la bouche pour déverser des mots. Il se mordillait les lèvres et joua avec le bas de son sweat-shirt. Il était un peu plus petit qu’elle en plus. Il était bien obligé de répondre quelque chose. Un silence occupa le temps pendant plusieurs minutes.

-Tu ne sais pas ce que tu dis. J’ai vécu toute ma vie en mode hard donc c’est fini dit-il seulement en un murmure. Il ne savait pas quoi dire d’autres. Il ne tenait pas à lui faire plaisir en disant plein de truc sur lui. Ce n’était pas de ses affaires.

-Je mourrais, si je veux. Lâcha-t-il simplement ensuite dans un souffle. Il ne la regardait pas et continuait d’éviter son regard. Elle ne pouvait pas comprendre ce qu’il avait vécu et personne ne pouvait le comprendre. À leurs yeux, il resterait le petit lâche étrange. Se battre ne servait à rien.

 
©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia

_________________


Dernière édition par Percy Wetmors le Mer 21 Mai - 7:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Mer 21 Mai - 6:53





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



Bon d’accord… je n’avais peut-être pas été douce avec le gamin, mais en même temps… il ne l’avait pas été avec moi non plus. En plus… c’était un suicidaire alors pourquoi je ferais l’effort d’être gentille? Il ne s’en souviendrait pas demain… il allait être mort demain et qu’il se souvienne de moi ou pas… il va tenter de me bouffer si je recroise sa route. Donc… à quoi bon? Non, je ne ferais pas d’effort, ça ne servait à rien. Alors oui, j’avais été méchante, je m’assumais, mais… j’avais envie qu’il arrête d’être con, qu’il monte au barricade un peu. Qu’il… se fâche, qu’il explose, qu’il… vive quoi. Je m’étais rapprochée de lui et il c’était éloigné de la porte. S’il n’avait pas peur de moi… il ne le montrait pas très bien, mais quand même… au moins il c’était éloigné sinon… j’aurais surement du le blesser pour rester en sécurité. Déjà, en sang comme il était… il allait attirer les zombies de l’immeuble. On allait surement finir par être dans la merde. Il ne me regardait pas dans les yeux, mais ne répondait pas non plus… c’était chiant à la longue, mais… j’y pouvais rien non plus… je n’allais pas le tuer pour si peu… ou peut-être que si… il parla enfin! Rha, on y arriverait. On lui ferait dire des mots. Je ne pouvais pas être la personne la plus bavarde des deux… ça ferait bizarre sinon… Il avait murmuré qu’il avait passé sa vie en mode hard et que là, il en avait marre, c’était à peu près ça. Ce n’était pas totalement logique, s’il avait vécu sa vie en mode hard… maintenant elle tombait en mode facile, c’était tellement… simple maintenant. Tellement facile et agréable comparé à avant… Bon d’accord, moi j’étais brisée et surement un peu folle de préférer entrer chez des inconnus pour trouver des ressources plutôt que de devoir discuter avec un mec de mon âge en mangeant à la cafétéria. Même l’image était difficile à concevoir, parce que je mangeais sur le bord d’une fenêtre… seule, en tête à tête avec ma musique. Au moins, ma musique, si elle me faisait chier… je changeais la chanson et on n’en parlait plus, pas comme le reste… Je lui demandai finalement pourquoi il voulait se tuer, parce qu’avoir vécu sa vie à hard… désolé, mais ce n’était pas une bonne raison. On n’allait pas tiquer, ni répliquer. Il avait l’air… triste… donc… on n’allait pas l’achever.

-Si tu as vécu ta vie à hard… maintenant c’est les beaux jours qui commencent. Faut juste s’y appliquer.  C’est les plus brisés qui survivent le plus longtemps et avec le plus d’aisance maintenant. Je ne comprends pas que tu veules te tuer. Maintenant tu fais ce que tu veux, tu peux te dire que les gens qui t’ont fait chier son surement tous mort, bon débarras. Tu en as marre d’être seul, tu vas voir des survivants, tu veux être seul… ils sont super facile à éviter. On te fait chier… tape plus fort et c’est tout. Dit toi que maintenant, tu recommences la partie à neuf et tu choisis le mode qui te plait, solo, duo ou multi-joueurs. Tu choisis aussi la difficulté, mais… faut s’amuser, pas tenter de se tuer.

Bravo Serena, plein de mots! Bon d’accord, ça n’avait pas été simple d’expliquer mon point de vue, mais… c’était comme ça que moi je voyais les choses. J’avais été battu, maltraitée, j’avais eu des brûlures, des foulures, des bleues, je m’étais fait casser la plupart des os, mais aujourd’hui, aujourd’hui… j’en riais, parce que j’étais salement forte et endurante. Il n’y avait plus personne pour me nuire et s’il y en avait eu… il serait déjà mort, parce que maintenant… c’était la loi du plus fort qui s’appliquait… et je comptais bien gagner si on jouait au roi de la montagne. J’avais utilisé un ton… doux quand même, mais qui reflétait mon incompréhension. Je ne pouvais pas croire qu’on pouvait vouloir mettre fin à ses jours. En fait, oui… quand on était faible et qu’on venait de perdre la personne qui nous maintenait en vie, ça j’en avait vue. Quand la personne aimée mourait aussi… ça c’était le plus con… parce que la plupart du temps… le binôme finissait bouffé par la personne aimée… ridicule. Aimer… c’était pour les faibles et les cons.

-Tu fais ce que tu veux, mais… demain matin. Quand moi je ne serai plus là. Je passe la nuit ici et je n’ai pas envie que tu attires des morts dans l’immeuble et encore moins que tu meurs dans l’appartement pendant que je suis dedans. Si toi tu peux te promener de nuit, tant mieux pour toi, mais mon chez moi… de nuit… c’est ridiculement difficile de se rendre.

Oui, oui mon chez moi à moi, mon avion. Je l’aimais mon avion et elle me manquait. Jack c’était surement approprié ma chambre en ne me voyant pas revenir… j’allais devoir le taper pour récupérer mes trucs. Je le sentais. En même temps… il avait l’air d’apprécier se faire taper… s’il pouvait manger des bonbons ensuite… c’était un compromis comme un autre. Il était un peu con le vieux quand même. Nos jeux me manquaient quand même. J’avais bien envie de nettoyer un peu plus l’aéroport, juste pour rigoler un peu. Encore là, j’avais le ton de la conversation, c’était des faits que je donnais, pas d’agressivité rien, juste des faits. Je n’allais pas rigoler non plus… pas avec un presque mort, c’était gaspiller de l’énergie… avec de la chance… il ne voudrait plus mourir, mais… je n’étais pas du genre inspirante alors… on allait oublier.

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Mer 21 Mai - 8:00



Comme il détestait être en compagnie des autres! Tout était difficile avec les autres. Surtout l’incompréhension de la fille lui fit soupirer. Elle ne pouvait pas comprendre, car surement elle était une petite fille à ses parents. Il la haïssait pour tenter d’imposer ses règles. De toute façon, tout était fichu avec sa blessure. Il n’irait jamais loin. Elle était trop aveugle pour le voir. Il était brisé et finit. C’était simple à voir. Elle le faisait chier en empirant son cas complètement.

-Tu ne vois pas je suis finis! Dit-il en pointant sa blessure. Ça ne servait à rien de lu dire de vivre et que tout serait simple. Cette fille se faisait des idées et il n’en voulait pas. Elle le rendait malade. Il essuya ses yeux et se cacha un peu pour ne pas qu’elle le voit faire. Cette chiante allait juste rire de lui et continuer à croire que tout était simple. Il avait presque envie de lui planter sa hache dans le bras et elle verra que ses illusions ne mèneraient à rien.

-Ferme-là! Tu te fais des putains d’idées que je ne veux pas. Veux personne, veux faire ce que je veux! Dit-il tout bas. Il se fichait complètement d’elle. Si elle ne voulait pas qu’il s’en va qu’elle lui coupe la tête. C’était si simple pour elle. Il ouvrit la porte et usa de sa rapidité pour se faufiler. Il boitait le plus vite qu’il pouvait en faisant tombé des choses derrière lui pour ne pas que cette vilaine puisse le suivre. Elle allait voir ce qu’une personne agile et rapide pouvait faire malgré qu’il fût blessé. Il se trainait le mieux qu’il pouvait. Il serrait les dents seulement comme il avait toujours fait face à la souffrance. Il sortit sa hache de son sac-à-dos au cas où elle envoyait son chien vers lui. Si elle faisait ça, il couperait la tête du chien. Elle devait apprendre à se mêler de ses affaires cette gamine sans cervelle. C’était ça les gens qui n’avaient jamais vécus de tortures. Ils se pensaient plus fort et encore mieux que ceux qui ont connus l’enfer. Il avançait bien à vive allure et ça blessure s’écoulait partout mais, il s’en fichait. Il était content de gagner de la distance. Sa blessure le faisait souffrir mais, il était très endurant aux maux. Il avait tout vu. Presque tous ses os avaient été au moins une fois brisés. Manger des coups de bâtons ne faisait pas du bien vraiment. Il serrait la mâchoire et continua dans sa poursuite en renversant des choses derrière lui pour donner plus de difficulté à cette vilaine si elle tentait de le rattraper. Son sac était au moins sur son dos avec son journal et ses carnets à dessins. Il tomba face à un rôdeur son réflexe machinal fut de lui couper la tête. Il sacra dans sa tête, il venait de brisé une chance de mort facile. Il continuait à courir hache à la main pour faire face aux dangers. Bon ok, il ne voulait peut-être pas se suicider toute suite. Mais, c’était hors de question de rester une minute de plus avec elle. Elle allait le rendre fou et il refusait de devenir comme ses monstres de parents. Il espérait que sa blessure allait guérir facilement au sinon il serait vraiment juste bon à crever. Il ne regardait pas derrière lui. Ça le ralentirait de faire ça et c’était hors de question de la laisser le rattraper. Elle ne pouvait pas décider de jouer celle qui contrôlait les autres. C’était le temps qu’elle détruise son joli  nuage.


 

©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Jeu 22 Mai - 13:20





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



J’avais un mal fou à le comprendre, mais… c’était drôle de le voir aller. Il était divertissant. Un peu con, mais divertissant. Je n’allais pas le laisser mourir, ou peut-être que oui, je n’en savais trop rien. S’il le voulait vraiment… pourquoi pas? En même temps… c’était bête de se tuer volontairement, mais… je ne pourrais pas le suivre pour toujours, donc… il le ferait bien quand il le pourrait… rha c’était compliqué là. Il ne pouvait pas juste… je ne sais pas moi? Être sain d’esprit? Il affirmait être fini. Sérieusement… fini? Maintenant… il avait encore la tête d’un gamin et il se comportait comme tel. Il me donnait envie de le taper pour voir s’il revenait en mode cohérent.

-Fini? Pour si peu? Arrête de jouer dedans comme un gamin, laisse un pansement dessus, au pire une suture et hop, t’es sur pied et rapide comme avant en moins d’une semaine.

Et c’était vrai, sérieusement. S’il s’en occupait un peu, il allait guérir sans problème. Il n’avait pas une jambe de coupé, il avait un petit trou dedans. Rien de bien méchant. Il voulait faire ce qu’il voulait, mais… mourir était pas pratique non plus. Il ferait ce qu’il voulait une fois… et ensuite il ne ferait plus rien. C’était… pas logique, sérieusement. Je n’arrivais pas à le suivre. Il me faisait chier, sérieusement… J’étais légèrement perdu dans mes pensées et il en profita pour passer la porte… il était rapide. C’était logique vue sa taille et son poids… il fallait qu’il ait des trucs pour lui quand même. Rex jappa, vint pour s’élancer, mais je l’arrêtai. C’était un nouveau jeu quand même non? Pourchasser le gamin. J’aimais bien les jeux improvisés. Je le suivais donc, mais il balançait des trucs ici et là. Je les évitais sans peine, Rex appréciait moins. Je n’allais pas à toute vitesse non plus. Il faisait un bruit d’enfer… il allait attirer des rôdeurs c’était certain. Combien, j’en savais rien, mais… j’avais un peu peur quand même.  Rex grogna, je regardai devant moi, le gamin venait de tuer un rôdeur… il était incohérent là quand même.  Il voulait ce faire bouffer, mais pas vraiment… donc… il n’était peut-être pas une peine perdu. J’évitai encore quelques items laissés çà et là. J’avais mon javelot et je courais après un homme… l’image était très drôle. Je commençais à accélérer, j’avais très envie de gagner la course, course qui n’en était pas vraiment une. Je passai devant un couloir juste après lui et du éviter in-extremis la main d’un rôdeur, résultat je glissai au sol. Je ne m’étais pas blessé et je me relevai rapidement. Il y avait cinq rôdeurs qui marchaient vers moi… joie et bonne humeur, une petite famille… on n’allait pas se faire bouffer, non, non, non. Rex grognait et me suivit quand on recommença à avancer. Je sprintai pour rejoindre le gamin. Étrangement, l’adrénaline et les rôdeurs… sa vous faisait accélérer. J’avais toujours aimé la course alors, j’étais bien. La seule différence, c’est que lui voulait mourir et pas moi. Même là, je commençais à en douter.

-Premier qui arrive à l’extérieur gagne. De toute façon… tu as fait sortir les rôdeurs… l’immeuble est dangereux maintenant.

Comme s’il ne l’était pas avant, mais pour moi… il ne l’était pas vraiment avant… juste un peu. Rien de bien méchant. J’étais juste derrière lui en disant ça et je l’avais dépassé, mais en m’assurant de passer très loin de lui, genre hors de portée de hache. Rex l’évita aussi, c’était bien ça. J’étais en forme, bien en chair, bien hydraté et bien nourrit, donc… il n’avait pas grand chance contre moi à la course. Je me retournai pour le regarder. Courir de reculons n’était pas une bonne idée, mais… sur le coup, ça m’amusait. Bon d’accord je ne courais pas très vite, je n’étais pas conne non plus, mais je voulais le voir un peu… l’embêter une dernière fois si on veut… j’avais peut-être même une lueur de défi dans l’œil… une toute petite. Moi je m’amusais bon, c’était mon droit fondamental de survivante. J’arrivai finalement à la porte, quand je vins pour l’ouvrir, la tête d’un rôdeur se plaqua contre la vitre. Un ce n’était pas très grave… c’est les deux… trois… quatre… cinq… six… et… ouais bon « eux » qui dérangeaient le plus. Donc… je n’allais pas ouvrir la porte, non, non, non. Je me retournai donc vers le gamin… et les zombies derrière, ouais bon… on faisait quoi là?

-Bon bah… je pense que tu auras la chance de te faire bouffer plus tôt que prévu… tu choisis les rôdeurs de dehors ou ceux de l’intérieur pour te manger?

Oui, oui le manger lui et pendant qu’ils le boufferaient, moi je leur planterai mon javelot en pleine tête. C’était bien fait la vie. Rex grognait. J’entendis un bruit sec, un zombie tapait dans la porte vitré avec sa tête… Eh merde. Ceux de l’intérieur… je m’en débarrasserais facilement, si la porte cédait… je ne m’en sortirais pas vivante.  


© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Jeu 22 Mai - 14:40



Percy continuait sa course à travers les couloirs pour se sauver d’elle. Il voulait l’obliger à rester avec elle ce qui était hors de question. Il ne voulait pas être avec les gens et encore moins avec elle. Cette fille ne comprenait rien. Elle ne savait pas ce que c’était s’humilié à l’école parce que tu connais rien de la vie et que tu es obligé d’apprendre par toi-même. Elle ne pouvait même pas savoir qu’est-ce que sa faisait de passer son temps hospitaliser à raconter des milliers de mensonges pour protégés des monstres dans l’espoir qu’ils se réveillent et t’aiment. Le petit blondinet avait vécu pas mal de choses que personne ne savait, car il le gardait enfouit pour lui. Jamais, il n’avait pas l’intention d’en parler. Il restait marqué et ses blessures restaient vives et brûlantes. Le jeune garçon était très rapide et agile ce qui l’avantageait le plus souvent. Lors de situation extrêmes, il prenait son temps de réfléchir avant d’agir. Il réfléchissait quand même assez vite et il ne se perdait jamais dans la panique totale. Il conservait son calme et faisait tout pour survivre. Non, il n’était pas toujours suicidaire. En ce moment, il avait eu cette envie, car une personne l’avait touchée et une autre avait tentée de le séquestrer. De plus, il ne savait pas ce que sa blessure allait devenir. Selon cette fille, il pouvait guérir rapidement. Il en doutait. Son corps avait été trop brisé pour se reformer facilement. Il piquait toute une course en se fichant bien sa blessure et de la douleur qui en sortait. Il vécu bien pire que ça. Ce n’était pas ça qui allait l’arrêter. L’autre niaiseuse pensait que c’était un jeu. Non! Il voulait plus la voir. C’était simple à comprendre. Cette peste se lança donc à sa poursuite lui il décida d’accélérer le pas et il grincha seulement des dents pour faire face à la douleur. Il était très tenace à celle-ci et très endurant. Il arriva finalement rapidement à la porte et il rencontra cette vilaine humaine. Elle le regardait bizarrement et il voyait bien vite le problème. Ils étaient entourés. Son cerveau se mit immédiatement à réfléchir pour sortir indemne de là. Il y avait bien pensé de lancer cette fille et son chien dans les rôdeurs, mais bon pour une fois il allait disons tenter de sortir de son étrangeté. Rester à l’intérieur ne servait à rien. Ça deviendrait trop rapidement un vrai piège à rat. Ils resteront seulement prit aux pièges. Le mieux était de sortir et de foncer dans le tas.

- Je ne vais pas mourir peut-être toi mais, pas moi Dit-il simplement sans la regarder et toujours plus bas. Il jeta un bref regard vers le zombie mort pas trop loin. Celui où il lui avait coupé la tête. Il s’agenouilla en grimaçant vers le cadavre et rapidement il avec sa hache il ouvrit le corps du zombie. Une odeur répugnante en sortie. Ils allaient pués les morts eux aussi donc avoir moins de chance de se faire mordre. Il approcha le corps vers la sortie toujours en vitesse. Il était méthodique et rapide. Surtout qu’il n’y avait aucune minute à perdre. Les rôdeurs venaient vers eux. Il frotta son corps de la substance du mort. Il s’en aspergea beaucoup et se l’étendit bien sur tout son corps. Il avait mit un vieux tissu sur sa blessure avant pour la protéger. On ne savait jamais. Il ramassa encore de la substance dans ses mains et l’étendit sur le corps de la vilaine et de son chien. Il y allait rapidement encore plus vite que pour lui puisqu’il détestait toucher les gens. Une fois finit, il plongea son regard bleuté dans le sien.

-À trois, tu ouvres la porte! Je tues les premiers rôdeurs pour forcer le passage, à toi de suivre ou de mourir. Dit-il complètement sérieux et pour une fois sure de lui. Il leva bien haut sa hache pour être prêt à couper les têtes. Il détenait également de bons réflexes. Il était en mode pilote automatique. Il attendait après la vilaine pour mettre en marche leur plan.

©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Sam 24 Mai - 9:43





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



Bon d’accord je l’avais suivit, c’était drôle, mais j’étais en forme. Je l’étais déjà avant. Depuis que j’étais en foyer que je ne faisais que ça courir. Courir pour éviter des coups, mais courir aussi pour ne pas tuer les connes qui étaient dans mon dortoir, courir pour oublier, courir pour fuir… fuir ma vie, fuir mon enfance… fuir mes fantômes. Maintenant, je courais pour fuir les rôdeurs. C’était un nouveau jeu, un nouveau monde. J’arrivai à la porte et déjà je voyais le problème se profiler, des morts commençaient à taper dans la vitre pour entrer, nous… on voulait sortir. Le gamin pouvait bien se laisser bouffer, moi j’aurais une façon de m’en sortir. Le plus drôle… c’est qu’il n’avait plus l’air de vouloir mourir. Maintenant que ça aurait pu être utile… il aurait pu faire un effort quand même. Il me lança finalement une volée de mots. Wow, mais il donnait presque l’impression d’en connaitre pas mal, il était peut-être récupérable finalement. Ouais bon, venant de moi… mais ça il en savait rien lui hein.

-Moi? Mourir? Aucune chance.

Je ne riais pas vraiment, mais c’était une affirmation quand même. Je n’allais pas mourir, je refusais de mourir. J’allais me battre jusqu’au bout et sérieusement, j’étais bien équipé pour ne pas mourir. Je le regardai aller vers le mort sans tête, il se le trimbala. Il avait un idée derrière la tête, c’était évident, maintenant fallait juste savoir il voulait en faire quoi de son mort. Il l’ouvrit. J’étais franchement curieuse de voir ou il voulait aller comme ça… surtout que les zombies de l’intérieur… ils approchaient quand même. Est-ce que j’avais déjà dit que je détestais attendre après les autres? C’était franchement stressant, moi… j’allais juste tuer ceux arrivant par le couloir, rentrer dans un appartement du première étage et sortir par une fenêtre et le tour était jouer. Pas plus compliquée. Fallait juste se rendre à un appartement, mais ce n’était pas si difficile non plus, j’étais une bonne combattante. Je reportai mon regard sur lui quand il se barbouilla de… mucus quelconque provenant du mort. C’était franchement dégueu. Non mais, immonde vraiment. Je comprenais le pourquoi du comment, mais… c’était horrible qu’il en vienne à faire ça. Maintenant, c’était lui qui voulait se suicider plutôt? Il avait l’air d’y tenir à sa vie maintenant. C’était drôle comment les gens changeaient entre la théorie et la réalité. Ensuite, quand il fut vraiment dégueu. Il aurait dû faire ça avant quand même… le mec n’aurait jamais voulu lui faire des câlins… rho c’était méchant comme pensée, même pour moi. C’est là qu’il s’approcha de moi… il me voulait qu?… non! J’eus un mouvement de recul, mais trop tard… j’étais déjà dégueulasse. Rex aussi, le pauvre. Nos regards se croisèrent, je ne savais pas si j’avais envie de le taper, de le tuer ou de lui briser une jambe avant de l’abandonné… en même temps, c’était à charge de revanche non? Alors je lui rajoutai juste avec un sourire complètement dégouter :

- Maintenant, j’ai la preuve que tu me détestes et si tu voulais te venger… t’as réussi.

Heureusement pour moi, je savais exactement ou j’irais passer la nuit. C’était un peu plus loin, mais le toit d’une des maisons du quartier voisin avait le toit défoncer, donc j’en avait profité pour mettre des contenants pour récupérer l’eau de pluie, c’était génial pour se laver et là, c’est exactement ce que je voulais. Fuck la survie, je voulais une douche. La première personne qui se met dans me chemin… je l’empale comprit? Il continua donc sur sa lancé. Lui ouvrait la marche et moi je suivais. Il était vraiment sucidaire alors, mais… téméraire et ça, j’aimais bien. Je l’étais aussi donc… ça allait.

-Celui qui tue le plus de rôdeurs gagne, ça te va? Aller. Trois!

J’ouvris la porte en nommant le chiffre directement. J’aimais bien jouer, mais mon regard était sérieux et de glace. Je n’allais pas jouer ma survie à celle d’un inconnu. Rex restait planté près de moi, habituellement, je ne l’aurais pas ait rentré dans un attroupement, mais là… on était cerné. Il passa devant et même si je voulais le suivre… je le perdis rapidement de vue. Il était petit et moi aussi, donc ce n’était pas pratique. Les rôdeurs n’étaient pas trop nombreux. Bon d’accord, il y en avait trop, mais pas… comment dire? Pas des masses, fallait juste passer avant que les rôdeurs dans nos fesses arrivent. J’avais quand même fermé la porte… les ralentir un peu. Je plantai mon javelot dans l’œil d’un premier, quand je le ressorti, l’autre côté de mon javelot se planta directement dans le torse d’un autre, je détestais être encerclé pour cette raison. Je lançai quand même un :

-Et de un.

Je… voulais savoir s’il était en vie en fait. Il n’avait pas crié, mais sait-on jamais. Il faisait déjà salement sombre, si une autre vague arrivait, on allait mourir. Au moins, notre odeur était caché, les morts étaient salement moins agressif. Il n’avait pas le réflexe de nous mordre directement, j’arrivais même à éviter les plus cons. J’en plantai encore deux rapidement, surtout ceux qui tombaient à cause de Rex. Une de mes règles était simple : on ne laisse jamais un rôdeur vivant au sol. Sinon il vous bouffe les mollets par surprises.

-Trois de plus.

Je ne le voyais toujours pas, mais je voyais la lisière des rôdeurs, j’avais passé le troupeau, mais plusieurs me suivait un peu perdu. Il savait, sans savoir. C’était chiant. S’il pleuvait… on était mort. Rex avait réussi à sortir avant moi, c’était pratique pour lui, les zombies n’avaient pas le réflexe de se pencher pour le bouffer et là, il puait la mort. J’étais maintenant de l’autre côté des morts, j’étais agile et rapide. J’avais juste un peu peur, parce que lui il était blessé, donc les rôdeurs sentiraient le sang à un moment ou un autre… je pouvais partir, le laisser… peut-être même qu’il était partie sans demander son reste maintenant… j’en savais rien. Il pouvait même m’attendre à tournant pour me tuer par pur sadisme… c’était ça maintenant la vie…

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Sam 24 Mai - 14:32



Percy se tenait devant la porte prête à toute éventualité. La grosse méchante n’avait pas apprécié son geste. Pourtant, il ne faisait que l’aider pour sa survie. C’était ça quand on se forçait à être gentil. Il avait tellement envie de la jeter dans les rôdeurs mais, bref puisqu’elle s’était forcée pour lui c’était à son tour de le faire. Malgré qu’il préfère se retrouver seul et qu’elle crève, il se forçait quand même. Ne vous demandez même pas pourquoi! Lui non plus il ne le savait pas. Il ne fit aucun commentaire sur sa remarque. Il restait toujours en mode pilote automatique. Son corps savait comment agir dans les moments si extrêmes. Il n’avait pas peur et son corps le savait très bien. Elle ouvrit au moins la porte rapidement. Dès qu’il s’ouvrit, sa hache coupa la tête d’un rôdeur. Il ne recula pas une fois. Il avançait rapidement et agilement. Les rôdeurs ne savaient pas comment agir dans les premières secondes grâce à son idée de génie. Ils sentaient leurs odeurs de morts puantes. Sa petite grandeur lui était quand même utile. Pour questions de survie, il ne jeta aucun regard derrière lui. C’était à la vilaine de le suivre ou mourir. Il le lui avait bien dit. C’était à elle de l’écouter pour sa survie. Il savait que pas trop loin, il y avait une petite cabane à l’abandon. Il avança en coupant les têtes rapidement. Il détenait un bon souffle donc ça aidait pas mal quand même. La lenteur des zombies à cause de son stratège l’aidait encore plus. Ça lui donnait le temps de tuer deux fois plus vite sans trop se faire entourer. Il dépassa assez vite le premier banc de rôdeur. Il marcha sur la pointe des pieds question de ne pas trop faire de bruit. Il avait réussi à passer! Il en était bien heureux. Il se cacha et regarda en arrière. Ses bras étaient en feu après cet exercice d’enfer. Il reprenait tranquillement son souffle. Madame S n’était pas de retour. Oh merde! Il sera obligé de retourner en arrière pour l’aider. Il lui avait bien dit de le suivre pourtant. Sa blessure chauffait aussi et elle saignait encore plus. C’était quasiment mission suicide d’y retourner. Il sacra mentalement et il se leva après quelques minutes de repos. Il retourna sur le chemin à la fut de bruit. C’était à ce moment là qu’il l’entendit parler. Qu’est-ce qu’elle foutait?! Il ne fallait pas parler quand on chassait des rôdeurs. Elle brisait le beau stratège. Il courut rapidement pour couper la tête d’un rôdeur derrière elle. S’il avait arrivé quelques minutes plus tard, elle en serait morte. Maintenant à cause de cette vilaine, c’était lui qui risquait de perdre la vie. Sa jambe faiblissait à vue d’œil. Tué à ce rythme brûlait complètement son énergie. Surtout que lui avait réussi à sortir de là. Pourtant, c’était qui le blesser entre les deux? La réponses se voyaient facilement. Cette vilaine allait se penser meilleur que lui sans jamais savoir quel risque qu’il prenait en ce moment pour lui sauver la peau. Il coupait des têtes à vue d’œil et il empoigna Serena par le bras pour la faire avancée plus vite. Ne voyait-elle pas qu’ils devaient se bouger le cul pour rester en vie? Il poussa des petits gémissements contre son gré. Sa jambe lui faisait vraiment souffrir. Il continuait d’avancé en serrant encore plus les dents et le bras de Serena. Il se mit même à courir et à tuer le plus de rôdeurs possible de son côté. La sueur coulait dans son front. Il avait placé son bras à l’horizontal et le plus haut possible. Comme ça, en courant, il pouvait facilement couper les têtes de zombies. Seulement d’un côté par contre. Il réussit à la sortir de là avec lui. À la minute qu’ils furent derrière la poubelle loin des rôdeurs, il s’effondra à terre. Il se tenait la jambe en gémissant. Comme sa blessure brûlait et s’élançait! C’était horrible!

©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Dim 25 Mai - 5:32





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



Je ne l’avais pas suivi, avec raison quand même. J’avais ma vie à surveiller et celle de Rex, en plus… j’aurais eu plus de chance seule. C’était toujours mieux seul quand même. Quelques-uns voulaient me bouffer, mais pas tous. C’était horriblement sale comme technique, mais c’était fonctionnel. Je regardais le troupeau, il allait bien finir par vouloir me bouffer, le blond ne donnait aucun signe de vie, fallait partir là et aller se laver, c’était le plus important. Je ne pouvais pas rentrer à l’avion comme ça, Jack me tuerait. En fait, Jack me tuerait s’il était encore en vie, parce que sérieusement… rien ne pouvait m’assurer qu’il l’était. Rien ne pouvait m’assurer que l’aéroport serait intacte à mon retour, c’était surement le pire dans tout ça, aucun moyen de communication. J’allais donc laisser le blond à son sort, il en serait surement ravi. Quand je vins pour se retourner elle vit le rôdeur, qui perdit la tête rapidement. Le blond était là. Et merde, non. Il y avait des limites, on ne sauvait pas la fille, jamais. Je détestais être redevable pour quoique ce soit. J’étais capable de me débrouiller seule, toujours. Je m’en serais sortir… surement. Au pire, je serais devenue un zombie très performant, en plus… le survivant qui me descendrait gagnerait plein de point d’expérience et des ressources! C’était juste des points positifs tout ça. Là, il m’avait sauvé… je faisais quoi avec ça maintenant? On tua encore quelques rôdeurs, il m’empoigna par le bras… je détestais qu’on me touche, je me raidis, mais je ne l’avais pas frappé, pas cette fois. Elle le suivit, Rex sur mes talons. Je ne savais même pas ou il m’amenait en fait. Il avait mal, sa se voyait, s’entendait même parfois. Pour un suicidaire, il était endurant, fallait l’admettre. Plus on avançait, plus il me serrait le bras… Soit il m’en voulait, soit il s’en servait pour faire passer la douleur. Mon hypothèse était un beau mélange des deux. On ne pouvait pas vraiment m’apprécier, je n’étais pas du genre… qu’on a envie de côtoyer en général. Il y avait bien Jack, mais vue comme il me regardait… j’étais surtout utile et en plus, plaisante à regarder et pour Charlie… ça ne comptait pas, il était aussi brisé que moi, sauf que lui, il faisait sauter des trucs en prime. Donc, personne de saint d’esprit ne pourrait vouloir côtoyer une personne comme moi. En même temps, il n’était pas vraiment mieux que moi, il avait salement mauvais caractère. Il ne se rendait surement même pas compte à quel point c’était difficile pour moi de me défendre à une seule main, il n’avait pas l’air de comprendre que mon arme, j’en utilisais deux. J’avais donc calé le javelot le long de mon bras, le coinçant sous mon bras. J’avais moins d’allonge, mais c’était toujours aussi meurtrier. Malgré que lui aussi, avec sa hache, deux mains auraient été mieux, mais il n’avait pas l’air de me faire confiance pour le suivre. On se demandait bien pourquoi hein. Finalement, on avait réussi à survivre. Il c’était occupé des rôdeurs d’un côté et moi de l’autre. On s’était éloigné et il s’effondra hors de portée de vue des rôdeurs, sa blessure saignait pas mal. Ça devait lui faire un mal de chien. Je pourrais le réparer, sans véritablement de problème, mais je n’allais pas gaspiller une seconde fois pour lui, donc… je restai à l’abri des poubelles en lui disant tout bas, j’étais encore légèrement essoufflé aussi :

-Je peux te réparer ça, mais je le fais pas si tu es pour l’arracher dans 15 minutes, tu ne comprends pas à quel point c’est compliqué de trouver du matériel médical stérile et j’en ai déjà gaspillé avec toi. Tu comptes survivre et guérir ou pas?

D’un seul regard vers Rex, il s’installa au bout de la ruelle, près des poubelles, si un rôdeur approchait, il grognerait. Ma seule crainte, c’était qu’il ne les repère pas à temps. Sait-on jamais… le nez du chien pouvait en avoir mangé un coup avec tout le dégueu sur eux. J’avais confiance quand même, Rex serait toujours mieux que rien en ce moment. Je ne pouvais pas non plus lui faire ça dans une ruelle crade, près des poubelles… bah oui je pourrais, mais… ce n’était pas tant une bonne idée. Genre en pleine intervention… un rôdeur arrive… je fais quoi? Le gros problème, c’était que là, il aurait besoin de point de suture, ce n’était plus juste des points de rapprochement et un pansement. On allait en baver, je le sentais.

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Lun 26 Mai - 4:33



Pour une fois, Percy avait été sauvé quelqu’un. Il ne se sentait pas mieux pour autant. Il regrettait amèrement de son geste. Sa jambe semblait être vraiment finit. Il se tenait cette dernière dans ses mains tout en restant couché sur le sol. Si au moins, cette vilaine fille l’avait suivit au départ, il n’aurait pas subit cette douleur. Il comprenait pourquoi il détestait se mélanger avec les autres. Il risquait sa peau pour une fille qui semblait s’en ficher complètement. Il n’aurait pas dû. Il aurait dû s’enfuir et rentrer dans une vieille cabane. Il devrait vraiment bientôt à penser à se prendre un petit repère à quelque part. Il trouvera bien. Pour le moment, il souffrait le martyre à cause de sa blessure. Il espérait qu’elle ne s’était pas infectée. La méchante fille lui proposa de l’aider s’il n’enlevait pas le bandage. Le gros problème là-dedans était qu’elle devra le toucher pour faire ça. Il détestait qu’on le touche. Il était prêt à tuer pour qu’on ne pose pas des mains sur lui. Comment serait-il capable d’accepter volontairement qu’on le touche? Un gros défi s’imposait à lui en ce moment. Il ne savait pas trop quoi faire. Il avait tellement mal et il savait bien qu’il était finit à cause de son geste. Il s’était brûlé pour sauver cette fille. Quel imbécile! Il aurait dû la laisser mourir dans ce tas de rôdeurs. Sérieusement, il ne savait pas quoi faire. Il tenait vraiment à ce qu’on ne le touche pas. Mais, elle n’aurait pas le choix de le faire pour le réparer. Il ne croyait pas qu’elle pouvait vraiment le réparer. Elle n’était qu’une pauvre gamine cinglée. Il ne la regardait pas un seul instant. Il se maudissait mentalement de l’avoir sauvé. Il avait les yeux pleins d’eaux à cause de la douleur insupportable.

-hum…oui je veux guérir murmura-t-il juste assez fort pour qu’elle puisse l’entendre un minimum. Il ne voulait pas lui montrer que ça lui faisait plaisir. Comme ça elle se dépêchera surement! Il serra contre lui sa jambe quand même tout en gémissant un peu par la douleur qui le tenaillait. Il se demanda bien ce qu’elle pouvait bien faire de plus. Il allait vivre une pure torture. Il serra les dents et il se demanda comment il allait faire pour la laisser le toucher. Ce n’était pas facile accepter par lui-même la torture. Il aurait dû vraiment tout prendre en considération avant d’être retourné chercher une folle qui se nommait S. Il soupira et il avait peur. Ça l’angoissait et l’effrayait de savoir qu’une personne posera sa patte sur lui! Il en avait même horreur de ça. Il ne détenait aucune chance, car il devait encore une fois passer par là. Cette épreuve ne serait pas facile surtout qu’il aurait seulement envie de mourir que de se laisser faire. Il n’avait pas le choix. Il regarda sa jambe et il ne voulait même pas voir à quoi ressemblait sa blessure. Il se l’imaginait toute grise avec des tâches noires comme s’il pourrissait lui aussi. Bref, son imagination ne l’aidait pas vraiment.

©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Lun 26 Mai - 7:30





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



D’accord, je faisais quoi de lui là? Il était blessé, il serait surement mort sans moi, mais moi aussi… donc… RHA! C’était compliqué là. Techniquement, je ne lui devais rien, on était tous les deux en vie un à cause de l’autre, mais techniquement je ne serais pas sortie de l’appartement s’il n’avait pas couru, donc… c’était de sa faute, mais… je ne pourrais jamais en être vraiment sur donc… aussi bien régler mes dettes maintenant et qu’on en parle plus. En même temps, je devais le soigner, mais je devais aussi m’assurer qu’il ne brûle pas mes ressources. C’était surtout ça le problème, la ressources premières commençaient vraiment à manquer. On pouvait en trouver dans les magasins, mais c’était toujours entouré de morts. Fallait donc être original dans sa rechercher de produits et ça, c’était mon point fort à moi. En général, j’esquivais le plus de rôdeurs possibles et je n’allais pas trouver mes choses dans les endroits conventionnels, donc, les gens n’y pensaient pas toujours. Disons que vous vouliez du matériel médical vous le trouvez où? L’hôpital étant l’endroit la plus dangereuse bien sûr. Moi, j’ai trouvé le miens dans une clinique d’avortement privée. Ça ressemble à une maison, mais c’est une clinique. C’est discret, parce que des cons faisaient le piquet devant les cliniques pour intimider les femmes. Plus maintenant, mais le quartier étant tranquille, c’était vraiment efficace.  Non je n’étais pas du genre à m’attaquer à un centre commercial avec juste moi pour me défendre. Je n’étais pas suicidaire, juste… un peu téméraire si on veut.  Bon, revenons à notre gamin, il avait mal, je le voyais. Il avait été quand même très endurant, c’était bien. Il avait surement un petit quelque chose en lui qui voulait vivre, je lui avais donc proposé gentiment de le soigner… encore. Il me répondit finalement, pas très fort, ni très convaincu que oui, il le voulait bien. Même s’il n’avait pas l’air de vraiment le vouloir. Je le comprenais, je l’aurais fait moi-même personnellement, mais il n’avait surement pas les compétences requises. Bon d’accord, moi non plus, mais j’étais surement ce qui s’en rapprochait le plus. Je  me relevai lentement pour voir où en était les rôdeurs. Il était loin, la pénombre n’aidait en rien.

- Tu penses pouvoir te déplacer encore un peu? Si j’allume ma lampe… on va se faire remarquer et tu vas avoir besoin de suture… ça risque de faire mal et un seul cri et on se fait avoir. Je peux… eum… t’aider à bouger… au pire.  

Moi être à l’aise sur ma dernière phrase? Oh non, un gros zéro pointé. J’étais loin d’être à l’aise, très loin en fait. Tant mieux s’il le remarquait, je faisais surement trop d’effort pour arriver à être… normal. En même temps, c’était quoi être normal maintenant?

-Attend je vais voir si on peut rentrer part là.

J’avais pointai la porte d’évacuation de l’édifice d’à côté. En silence je filai vers la porte un peu plus loin. Rien de bien méchant. Elle était verrouillée. Alors je farfouillai rapidement dans mon sac, j’avais une poche exprès pour mon kit, il m’avait sauvé la vie trop de fois pour que je le perde. Donc, rapidement et avec dextérité je l’ouvris, ce n’était pas une serrure très complexe donc je n’avais pas trop peur. Je donnai un coup à l’intérieur, mais n’entendis aucun bruit. Heureusement pour moi, on n’entendait pas de dehors. Un second coup pour la chance et un regard vers le haut. La cage d’escalier semblait vide. C’était souvent le cas heureusement. Je glissai un bout d’asphalte pour qu’elle ne se verrouille pas. J’aimais bien l’idée d’être enfermée entre deux portes en général, donc… on irait… s’il le voulait bien.

-Sa l’air plus sécuritaire là qu’ici, on bouge? Tu vas y arriver?

Oui, parce que si je pouvais l’éviter… je le faisais hein. Il avait quand même une hache. Je n’avais pas envie d’être touché par un inconnu avec une hache… C’était quand même drôle comme philosophie hein… j’avais une hache aussi. Donc, avec de la chance il ne voudrait pas que je le touche! Ça m’arrangerait vraiment en fait. Je me tenais loin de lui et loin de la ruelle, mon javelot était retourné dans mon dos et j’étais prête à courir un marathon, mais pas lui. C’est là que Rex grogna. Je sortie donc mon javelot rapidement, je craignais le pire. Rex reculait, c’était mauvais signe. Une fois sur le bord des bennes, j’en vis une dizaine avancé. Le sang avait dû passer par-dessus la puanteur de la décomposition. Et merde.

-Faut bouger maintenant, sinon on se fait bouffer.

Si j’avais remarqué avoir parlé où on? Donc par le fait même, nous mettre dans le même bateau? Non, je ne l’avais pas remarqué. C’était une erreur de ma part. Je ne le laisserais surement pas mourir comme ça, mais… sur le coup, lui dire n’était peut-être pas la meilleure idée du monde. Le pire dans ce nouveau monde c’était de montrer aux autres que vous aviez du cœur, parce qu’une fois qu’il croyait que vous en aviez un… ils en profitaient. Donc, valait mieux éviter toutes preuves d’attachements. Là, il savait juste qu’on allait y passer tous les deux, je n’étais pas attachée à lui, lui non plus. Même qu’une fois soigné, il recommencerait à me détester et on serait tous les deux ravies de ça. C’était le scénario le plus positif en fait. Sinon l’autre que j’ai, c’est simplement qu’un de nous deux va tuer l’autre. Donc, valait mieux espérer seulement se détester. C’était bien la haine, ça gardait en vie plus longtemps. Bon, ce n’était pas que je m’ennuyais, mais je m’étais quand même rapproché du gamin pour qu’on bouge. Fallait bouger de toute façon, c’était obligé. Rex reculait lentement vers la porte, moi je plongeai mon regard vers le gamin, c’était maintenant ou jamais.


© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Mar 27 Mai - 6:15



Il souffrait à cause de sa fichue blessure ce qui le faisait vraiment regretté son geste envers elle. Il n’aurait pas dû avoir été la rechercher. De toute façon, elle aurait pu s’en sortir sans lui et au moins il ne se serait pas fait mal comme ça. Il aurait pu être dans sa petite cachette à lui. Il serait déjà de retour dans son repère entrain de se reposer de cette journée d’enfer. Mais non, à la place il se tenait la jambe tout en serrant les dents parce qu’il avait été sauvé cette vilaine fille qui le méritait pas. Elle lui demandait sans cesse s’il était capable de se bouger. Il se bougera quand cela sera le temps. Elle regarda s’ils pouvaient rentrer dans une cabane pas trop loin ce qui serait quand même utile. Il ne jeta pas de regard vers elle. Il se concentrait plutôt sur sa douleur pour pouvoir mieux encaisser les élancements et les échauffements. Il ne voulait pas trop se bouger, mais il n’avait pas le choix selon cette fille. Il aimerait mieux rester étendu là plutôt que s’enfermer une autre fois avec elle. C’était simple à comprendre non? Elle lui continuait pourtant de le tanner pour qu’il bouge au sinon ils se faisaient bouffés. À la dernière nouvelle, c’était lui qui risquait de se faire bouffer pas elle. Qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire qu’il se fasse bouffer? Il se leva malgré lui et rentra sans un regard vers dans la bâtisse. Il s’installa le plus loin possible d’elle pour ne pas à avoir à se faire toucher toute suite. Oui, tout revenait à ça. Il ne voulait pas se faire toucher. Si elle le faisait par la force, c’était moins pire parce que lui ne voulait quand même pas. Il restait figé sur le fait que c’était lui qui devait accepter ça. C’était pas facile puisqu’il ne le voulait quand même pas. Il devra se forcer à ne pas la frapper. Il devra se forcer à endurer la sensation de ses mains sur lui. Il allait en mourir certainement. Ça ne lui faisait pas du bien. Percy risquait vraiment de devenir cinglé. Il ne pouvait tout simplement pas. Il n’y arriverait pas. Déjà qu’il sentait une peur sourde remontée de ses tripes. En plus, ses foutus cicatrices s’illumineraient dans ses yeux. Il les avait toujours cachés. Il ne voulait pas repenser à tout ça.  À chaque fois, qu’on touche une d’entre elles, le souvenir de ce qui s’était passé éclatait dans sa tête. Il ramena ses jambes vers lui-même si cela le faisait encore plus souffrir. Pourquoi ne pouvait-il pas être normal? Tout le monde avait toujours rit de lui pour ces bizarrerie. Même cette vilaine avait rit de lui. Oui, elle l’avait fait dès qu’elle avait remarqué que lui était étrange et pas normale. Ça le faisait chier de devoir la laisser le toucher maintenant. Il n’y tenait pas vraiment, mais c’était le prix à payer pour retrouver sa liberté. Il soupira tout en murmurant une petite chanson pour le calmer.
 
©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia

_________________


Dernière édition par Percy Wetmors le Lun 2 Juin - 9:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Lun 2 Juin - 7:16





Serena et Percy

Une aide appréciée malgré tout, 23 septembre



Bon d’accord, on était dans la merde, mais ça c’était toujours comme ça. J’arrivais toujours à me fourrer dans des situations pas possibles et stressantes. Pas de ma faute, j’adore ça. Le stress, ça garde en vie. La haine ça garde en vie et être en forme aide beaucoup aussi. Bref, maintenant qu’on avait fait un peu de sport, qu’on avait tué des zombies ce n’était pas le temps de se reposer, d’autres arrivaient vers nous. Le gamin n’avait pas vraiment l’air d’aimer l’idée de bouger, mais je m’en fichais, c’était à lui de ne pas se faire coincer par le vieux au départ. Bon d’accord, j’allais être empathique et tout, ça devait faire vraiment mal, surtout après avoir joué dedans comme un con, d’avoir arraché son pansement et après avoir couru sur sa jambe blessée. Quoi? Je manque d’empathie? Meuh non, j’ai quand même dit que ça faisait mal, c’est de sa faute, mais… ça devait faire mal. Il se leva finalement en serrant les dents, bon garçon, bravo. Lorsqu’il entra finalement dans la porte qu’elle venait de déverrouiller plus tôt. Le premier rôdeur tourna le coin. Je tins rapidement la porte pour Rex et j’entrai ensuite. D’un coup sec, je m’assurai que le porte était bien fermé, Ce n’était pas si mal, elle se verrouillait automatiquement à l’extérieur et restait une porte de sortie viable… bon plus maintenant qu’il y avait des rôdeurs dans la ruelle, mais… je m’arrangerai. Je m’arrangeais toujours alors bon.

Le gamin c’était mis dans le fond de la petite pièce javelot à la main, je remontai les escaliers pour m’assurer qu’il n’y avait aucune portes endommagés, sur le point de défoncés ou simplement ouverte. Une fois rassurée, je redescendis vers le gamin. Il souffrait encore, mais en silence, c’était pratique ça. Adopter un humain… j’en voudrais un comme ça. C’était petit, portatif, pratique et il savait ce défendre. Bon choix. Bon d’accord, je n’étais pas désireuse d’adopter un humain, mais… si quelqu’un demandait, je lui proposerais le gamin, une fois réparé, parce que là… il n’était franchement plus sous garantie. Il avait ramené ses jambes vers lui, ce n’était pas un geste très pratique quand même, mais bon, s’il le voulait… Je déposai mon sac près de lui, bonbons, viandes, eau, croquette pour chien… je trouvai finalement ce que je cherchais, un sac hermétique avec ce que j’avais trouvé dans la clinique d’avortement privée. Fil et aiguille de suture, pansement propre, gants, désinfectant et une crème de lidocaïne, servant à anesthésier. Bon d’accord, la crème n’était pas super efficace, mais… elle ferait le travail. Je pouvais aussi la garder pour moi. Je ne savais pas encore si j’avais envie d’en gaspiller sur lui ou pas. Il m’avait quand même dit qu’il voulait survivre… mais j’en doutais encore un peu. Je savais qu’en sortant de là, il ferait nuit noir, donc… je ne savais pas ce que je voulais pour le moment. Je devrai bien me décidé. J’installai ma lampe frontale pour y voir quelque chose, ça serait triste de faire les sutures pas sur le trou et de devoir recommencer plusieurs fois. Malgré que… ça pouvait être drôle. Bref, pas penser faire mal, mais bien soigner, c’était ça le plan. Je donnai de l’eau et des croquettes à Rex pour qu’il se repose un peu, le temps que moi je m’occupe de mon «patient ». J’aurais fait un excellent médecin, avec un léger manque d’empathie et surement un complexe de Dieu, mais… un excellent médecin quand même.

-Donne-moi ta jambe, moins tu bouges, plus vite on en est débarrassé.

Je pris sa jambe devant moi, lui touchant le moins possible. Je n’aimais pas toucher les gens, c’étaient leur intimité et pas le contraire. En plus maintenant, on ne savait jamais qui pouvait avoir quoi comme maladie. J’avais enfilé mes gants avant de sortir mon matériel, le moins possible pour rien contaminé. Désinfecter c’était surement le plus simple, tu laisses couler et tu attends un peu. Je ne pouvais pas jurer que c’était parfait, mais je l’imitais mes ressources quand même, surtout pour un inconnu. J’avais finalement décidé d’être… gentille. Même le penser me faisait mal, imaginez le dire. Je lui mis un peu de crème et attendis une minutes ou deux avant de vraiment commencer quoi que ce soit. J’étais professionnel et j’avais un talent naturel pour réparer les choses et les gens, donc… pourquoi pas m’en servir maintenant. Je lui avais mis de la crème et j’allais le réparer pour une seule raison, il m’avait sauvé la mise tout à l’heure avec les zombies. Je m’en serais surement sortie, mais il avait fait l’effort donc… pourquoi pas hein?

-Bon, sert les dents, ça va piquer. C’est un tout petit trou, ça va bien aller. Tu es prêt?

J’attendais quand même qu’il me donne son accord, je n’allais pas risquer de me faire taper parce que monsieur était une petite nature. Je ne voulais que le réparer, mais s’il ne voulait pas… tant pis, la crème allait l’aider le temps que je trouve un moyen de remballer mes trucs et de partir. Je commençais à en avoir un peu marre là, mais juste un peu. Je n’étais pas du genre patiente, ça m’avais toujours réussis, je comptais bien rester comme ça.

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Percy Wetmors
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Jesse McCartney
Messages : 377
Date d'inscription : 11/05/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    Lun 2 Juin - 9:41



Percy regrettait vraiment d’y être retourné. Elle n’avouera jamais qu’elle serait morte sans lui. Il ne croyait pas qu’elle aurait eu le temps de se retourner complètement pour tuer ce rôdeur. En plus, c’était plus drôle voir quelqu’un se faire bouffer que le sauver. Quoi? Il détestait les vivants au plus haut point. Il préférait presque les rôdeurs. Il adorait voir les gens succombés dans leurs gueules béantes, c’était toujours amusant. Sauvé les gens lui serviraient à quoi? À rien! À part se faire toucher donc presque la mort et se faire torturer, ça ne servait à rien. Cette fille à la noix lui donnait une haine sans limite. Il la détestait. Elle le touchait trop à croire qu’elle y prenait goût. Il avait seulement le goût de ramasser sa hache et de la transformer en steack haché. Mais non, il ne faisait rien et donnait une fausse d’image de gentil. Il décida simplement d’arrêter de répondre à ces stupides questions. Elle ne l’avait même pas remercié. La prochaine fois, si par malheur il y avait une prochaine fois, il la laissera se faire manger et lui regardera avec plaisir. Elle tentait toujours de le faire parler. Ne voyait-elle pas qu’il détestait les gens? Elle était trop axée sur elle pour voir qu’il haïssait tout contact. Déjà que le toucher comme ça, c’était un crime odieux pour lui. Il se fichait de la douleur, il ne poussera aucun son. De toute façon, il avait vécu pire. Il était devenu coriace avec le temps. Il ne chialait pas pour rien lui. Ça lui en prenait beaucoup. Son visage restait de glace comme d’habitude. On ne pouvait pas devinez ce qu’il pensait et encore moins comment il se sentait. Ses lèvres toujours pincés restèrent immobiles. Ses yeux bleu foncés se plantèrent dans ceux de son ennemie. Il la guettait. Une de ses mains serra sa hache pour être prêt en cas d’attaque de sa part. Elle lui demanda de lui donner sa jambe. Il avait envie de lui hurler un non catégorique. Il ne répondit rien et il resta dans la même position. Il sentit une haine sans borne avec une colère terrible lorsqu’elle le ramassa elle-même. Il respira pour tenter de maitriser ses pulsions. Il détenait seulement l’envie de frapper, de griffer, de couper, de tuer, de hurler!!! Il haïssait tellement ça et elle prenait tout son temps. Elle entendait après quoi? Sérieusement, son impatience montait en flèche dangereusement. Ça lui prenait tout pour conserver sa contenance. En apparence, il avait l’air calme et complètement sans émotion mais à l’intérieur de lui ça bouillonnait sans limite. Il ne bougeait même pas. Pourquoi lui dire de ne pas bouger? Il ne la comprenait pas. C’était vrai que lui était bizarre comparé aux autres. Personne ne pourra le comprendre et il ne tenterait aucunement se faire comprendre, car il désirait retourner dans sa baraque point final. Au moins là-bas, il était seul dans le calme absolue. Le paradis quoi! Elle lui demander s’il était prêt, il hocha la tête tout en sachant ce qu’il devait faire. Il n’avait pas besoin de ses conseils. Il savait quoi faire. Il respira en fond silencieusement pour ne pas qu’elle le remarque et il plongea son autre main sur son bras pour rentrer ses ongles dedans.
 
©Codage by Percylove grâce à Never UtopiaNever-Utopia

_________________


Dernière édition par Percy Wetmors le Lun 30 Juin - 4:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena    

Revenir en haut Aller en bas
 

Une aide appréciée malgré tout . feat- Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Mathilda de Cologne ϟ « Le temps malgré tout a trouvé la solution malgré toi. »
» Malgre tout, Haiti progresse.
» 01. L'amitié résiste à tout
» On finit par s'habituer à tout ☆ Terminé
» (15/09 - 17h36) On passe nos nuits ensemble après tout (feat. Karisma)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Le Monde Extérieur :: Atlanta-