Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Dim 23 Mar - 9:57





Serena et Mr. Sandman


Rendez-vous entre gamin , 17 septembre




J’avais rangé mes choses dans ma « cachette secrète » dans ma chambre. Bon d’accord, ma chambre était constitué d’un nuage communément appeler matelas artisanal pour le commun des mortels et… c’était à peu près tout. J’avais retiré des rangés de banc pour me faire de l’espace et j’avais… eum… triché un peu la veille… mais juste un peu! J’étais tombé nez à nez avec une torche à soudé. J’adorais tout ce qui brûlait à la base, mais là… c’était trop beau pour ne pas m’en servir. Parce que oui, elle fonctionnait. J’avais donc prit ma torche à souder, un masque et un remonte-charge pour partir à l’aventure dans l’aéroport. J’étais arrêté au premier magasin de j’avais vue, sans trop m’approcher des survivants quand même et j’avais commencé à dessouder les grilles de protection en fer. Il ne m’en fallait pas beaucoup non plus, juste un peu. Je préférais en apporter trop quand même… Au cas où que Jack en veule pour sa chambre, sait-on jamais. Une fois revenue dans l’avion, je les avais installés lentement. Ensuite, j’avais été dormir. Fixant mes nouvelles portes vraiment bien. J’avais finalement décidé de ne pas laisser de l’espace pour Rex en dessous de la porte, simplement parce qu’un homme aurait pu passer… un rampant aussi. Donc, non, j’allais lui ouvrir la porte quand il le demandait. Je m’étais même assuré qu’elle se ferme bien. C’était génial. J’adorais ça. Je me sentais vraiment plus en sécurité et la sécurité… c’était la vie.

Je m’étais levé tôt. Trop tôt. Pas de ma faute. Je m’étais rappelée la date en ouvrant les yeux. C’était mon rendez-vous avec Charlie… s’il était encore vivant… fallait pas se faire des idées non plus, j’avais failli mourir trop de fois pendant la semaine pour ne pas avoir un peu peur pour lui. J’avais gardé le strict minimum et un peu de vêtement, mais j’étais vraiment plus légère. J’avais ma hache, mon javelot et mon x-acto. Mes protèges poignets étaient bien aussi. Je laissai un petit mot à Jack sur la porte disant simplement « Je vais voir un ami, je reviens… bientôt. Tu peux prendre mon nuage. S.L.D. ». J’étais gentille quand même. Une fois en route, je me sentais revivre. J’étais de bonne humeur et même… exister. C’était bien ou pas? Rex était avec moi, on était bien ensemble et c’était surement la première fois qu’on sortait lui et moi. En tête à tête. Quand on s’approchait d’une porte et autres et que Rex grognait… on essayait de faire un détour de sécurité. Le chemin se fit donc vraiment mieux. La seule différence… c’était les chemins à emprunter. Je devais faire plus attention, mais quand même, Rex était un allier de taille. J’espérais quand même que Charlie n’ait pas peur des chiens, sinon il ne serait peut-être pas content. J’avais dû tuer une quinzaine de marcheurs en route, mais de façon disparate. On avait dû contourner trois attroupement vraiment intense, mais sinon c’était viable. On avait eu à faire quelques diversions, mais rien de bien terrible.

Le plus grand problème que j’avais eu en route. C’était moi-même. Pourquoi? Parce que j’allais voir quelqu’un que je connaissais et que j’avais… hâte de revoir. Non mais, sérieusement… j’en avais envie. Si j’y allais vraiment… et qu’il n’était pas là pour une raison ou une autre… j’allais être déçu. Je n’avais pas envie d’être déçue. Je n’avais pas envie de… et s’il était différent? Si moi j’étais différente? Si on ne s’entendrait pas bien. S’il était un con finalement. S’il revenait avec des gens… si c’était un piège? Je ne pouvais rien faire. Je ne pouvais pas… mais… non. Je m’étais arrêtée. J’avais tourné les talons, je retournais à l’aéroport. Je ne pouvais pas… sérieusement mis rendre. C’était con. C’était… mal. Juste avoir envie d’y aller c’était mal. Je n’avais jamais eu envie de rencontrer quelqu’un. De revoir quelqu’un. C’était pire… c’était bizarre. Je détestais la sensation. C’était horrible. En même temps… je  lui  avais  dit que je serais là.  C’était mal de  ne pas y aller…  Qu’est-ce  que j’allais faire là? Aucune idée. J’avais tué un marcheur avant de retourner vers… vers l’immeuble d’appartement. Je n’étais pas une peureuse, loin de là. Plus j’avançais vers l’immeuble… plus j’étais terrifier de ce que j’allais y trouver.

J’entrai finalement dans l’immeuble. Montai rapidement, tuant un ou deux zombies au passage. Une fois arrivé à la porte je pris trois minutes pour déverrouiller la porte et je rentrai. Lâchant un « Charlie? ». Rien. Il n’était pas là. En même temps, j’étais vraiment tôt. J’étais une lève-tôt. Je ne pus m’empêcher de chercher ici et là, mais… je m’ennuyais un peu alors je pris dix minutes pour aller dans la cuisine de l’appartement en face. Je n’eus qu’à tuer un couple de zombies et commençai à fouiller. Je trouvai dans les armoires un brûleur à fondue. Le chaudron pour aller avec. Je trouvai du lait en poudre… du sucre et du cacao. Moi cerveau savais déjà ce que je voulais faire de tout ça. J’allais partir quand je trouvai un sac plastique avec… de la guimauve dedans. D’accord,  j’étais aux anges.  Je retournai dans l’appartement  qui me servirait de point de rencontre avec Charlie. Je barrai la porte derrière-moi disant simplement « Charlie ? ». Toujours rien. Je m’installai confortablement sur la table. Oui, oui j’étais assise sur la table, pas la chaise. J’avais commencé à faire bouillir de l’eau et mélanger mes trouvailles. J’adorais ça. J’adorais le chocolat chaud. C’était ma vie. L’eau commençait à chauffer tranquillement. Je jouais un peu avec mes guimauves en attendant Charlie. Je ne savais sincèrement pas si Charlie allait arriver, mais… moi j’y étais. Rex c’était couché parterre. Il allait surement être surpris par l’odeur d’un nouveau vivant. J’espérais qu’ils allaient bien s’entendre.

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Charlie Sandman
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Dylan O'Brien
Messages : 62
Date d'inscription : 16/02/2014
Localisation : Habitations d' Atlanta

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
10/100  (10/100)
Jauge de Faim:
10/100  (10/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Mer 26 Mar - 11:23

17 Septembre rimait avec S. J'avais fait l'effort de compter les jours pour elle et pour ne pas manquer le rendez-vous. J'espérais avoir perdu ma fâcheuse manie d'être en retard avec le reste de l'humanité.
Ce jour là, j'avais porté ma chemise blanche, celle que j'avais prise la dernière fois. Lors de notre première rencontre j'avais du ressembler à un quasi mort avec les taches de sang et les plaies. Un quasi modo 2.0. Mais en même temps, je ne savais pas trop à quoi m'attendre. En fait toute la semaine des sentiments contradictoires étaient apparus. Je n'oubliais pas l'idée qu'elle soit de mèche avec les mexicains. Des mexicains que je fuyais toujours à bord de mon pick up noir d'ailleurs. J'avais trainé dans les environs histoire de tenir la semaine mais je n'avais pas croisé de survivants, ce n'était pas bon pour les affaires cette histoire.
Sur la route, j'avais pillé certains véhicules. Des sacs à dos ou bien des pièces de voiture. Il fallait savoir entretenir son carrosse quand il se trouvait être votre domicile ambulant. Je devrais peut être songer à m'investir dans un camping car ...
En attendant, je me rendais à notre point de rendez-vous. J'étais moins effrayé que la première fois, un peu comme si j'étais un habitué. J'avais écrasé de nombreux morts sur ma trajectoire. Certains s'empilaient sur des dépouilles qui étaient peut être mon œuvre. J'avais réussi à remettre la voiture à sa place, dans le garage sous terrain de l'immeuble. Je chopais mon sac à dos et un livre sur la banquette arrière; C'était un cadeau sans être un cadeau. En fait j'avais trouvé ça dans un cabinet de médecin, ça allait surement faire plaisir à S. J'étais à la fois nerveux et excité d'avoir une amie. L'absurdité résidait dans le fait que ma vie avait l'air plus normale et j'étais certainement plus heureux après la fin du monde qu'avant. Je ricanais avant de descendre de la voiture.

Mais avant de claquer ma portière, un zombi me fit sursauter. Il se trouvait à moins d'un mètre de moi. Je ne l'avais pas entendu ! Par réflexe plus que par nature, je lui collais une droite à l'aide de l'énorme bouquin. Vous savez, c'était ce genre de livres qu'on pouvait utiliser comme brique tellement c'est énorme. J'avais frappé assez fort pour qu'il perde l'équilibre mais pas pour qu'il crève; Alors je décidais de l'achever à coup de pied. C'était devenue ma spécialité , je finissais par sauter à pied joints sur les cervelles comme un gamin sautillant dans les flacs d'eau. Dès que j'eus la certitude de voir sa cervelle en 1 000 morceaux; Je fermais la portière pour me précipiter vers l'étage de l'appartement. Rien n'avait changé dans les couloirs. Moi et S avions pris soin de bien verrouiller l'entrée. Il n'était pas question de voir des invités s'incruster dans l'appartement, il n'y en avait bien assez dans les étages - restant inexplorés- supérieurs. J'avais toujours la clé , parce que je l'avais piqué au cadavre du proprio pas loin. Je me sentais pas vraiment comme un étranger dans l'enceinte de l'immeuble. Un peu comme si j'étais un habitué des lieux voyez-vous. Je n'avais ce sentiment uniquement dans ma voiture après verrouillage des portes.

Je glissa la clé dans la serrure de la bonne porte avant de me rendre compte qu'elle était ouverte. En enclenchant, l'odeur familière de l'appartement vint jusqu'à mes narines; Je n'étais pas surpris de voir S. avec son , son ... son chien. Je déglutissais. Je n'étais pas à l'aise avec les animaux, enfin ils l'étaient moins avec moi que moi avec eux ! J'aimais bien ça les animaux , c'était vraiment cool mais ils ne pouvaient me... "flairer".

- Hey S...

J'essayais d'être enthousiaste mais il m'était impossible de détacher mon regard du chien imposant. Il allait me bouffer c'était sûr. Je serrais juste le livre contre moi, ce qui augmenta les taches de sang sur ma chemise, à l'origine blanche.

_________________
man without tomorrow

Troque bombes artisanales contre rations et/ou kits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Mer 26 Mar - 15:19





Serena et Mr. Sandman


Rendez-vous entre gamin , 17 septembre




J’avais finalement mélangé les ingrédients. Pour ensuite attendre un peu. Je goutais une fois de temps en temps, pour équilibrer les saveurs jusqu’à ce que je sois parfaitement satisfaite. Je ne voulais pas mettre de guimauve dedans avant que Charlie arrive, sinon elles allaient fondre et rendre le tout trop sucrée. Je goutais peut-être un peu trop, j’avais même goûté une guimauve pour être sûr. Tous les grands chefs goutaient leurs ingrédients, moi aussi. Surtout depuis que les ingrédients avaient tendances à ne pas être frais. Ouais, utiliser des trucs mauvais dans une recette, ce n’était pas gagnant du tout en fait.

J’entendis finalement une clé dans la serrure, je n’avais pas verrouillé, mais ça ne devais pas être très grave… Au pire, c’était un méchant. Rex c’était levé et rapprocher un peu de la porte, se mettant entre moi et l’inconnu. Il était adorable. J’entendis Charlie commencé une phrase pour moi et il s’arrêta. Il fixait le chien. Rex le fixait aussi, c’était donnant donnant si on veut. Alors je rajoutai simplement pour les deux :

-Salut Charlie! Rex, vient. Au pied.

Rex revint près de moi et s’installa à mes pieds. Il était adorable mon chien bon! Il pouvait détecter presque n’importe quoi et maitriser un homme s’il le faut. Il était génial mon chien. Je lui lançai un peperoni pour chien avant de regarder vers Charlie. Je lui fis un petit sourire un peu timide quand même. Plus tôt dans la journée, j’avais quand même fait demi-tour. Chose qui n’était pas très gentil… si on calcul qu’il était là. Je retournai mon regard vers le chocolat chaud et deux tasses. Je lui fis un petit sourire un peu gamin. En fait… comme un gamin qui a un nouveau jouet et pour une fois je ne parlais pas de mon javelot. Javelot appuyé derrière moi… il ne se poserait surement pas de question, la première fois qu’il m’avait vue, j’avais une hache. J’avais une hache et un javelot maintenant. J’avais monté de niveau si on veut. Bref, sourire de gamin, je lui lançai un :

-Aller vient t’assoir, je t’attendais pour profiter de ma trouvaille.

Je déposai des guimauves dans le fond des tasses avant de verser le chocolat chaud lentement dans les tasses. Je n’avais pas envie d’en mettre partout non plus.

-Donc, une pour toi et une pour moi.

Je lui fis un sourire en soufflant sur ma tasse. Il avait raison, il avait taché sa chemise blanche, mais… il était bien dans sa chemise quand même. On allait pas vraiment se plaindre pour quelques tâches… il était vivant quand même. Vivant! J’en étais très heureuse, peut-être même un peu trop. On n’allait pas lui montrer non plus. Sinon… il pourrait trouver ça bizarre. J'ajoutai quand même...

-Je suis contente que tu ais pu venir.


© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Charlie Sandman
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Dylan O'Brien
Messages : 62
Date d'inscription : 16/02/2014
Localisation : Habitations d' Atlanta

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
10/100  (10/100)
Jauge de Faim:
10/100  (10/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Dim 30 Mar - 4:32

Alors comme ça S avait un chien? Bon, c'était déjà mieux qu'une hache si on y regardait de plus près. Mais je n'aimais ça non plus. Mais comme je le disais, eux m'aimaient moins que moi je ne les aimais. Cela était du à un traumatisme d'enfance, comme toujours. Pas un mais certainement plusieurs... Je m'étais fait attaqué par une oie et un lapin dans mes souvenirs. Cela m'avait empêché de fréquenter des fermes mais pas des zoos. Oui c'est ça, j'aimais les animaux derrière des cages très loin de moi ou en peluche. A part cela, tout me paraissait commun. S. , l'appartement , un peu comme si j'étais un habitué quoi, un peu comme si ce n'était pas bizarre de voir deux fois la même personne au même endroit. Je ne faisais pas ça déjà en temps "normal" mais alors après une épidémie , c'était inimaginable. Enfin bref. J'étais intrigué par la "trouvaille" que m'évoquait S. Je la rejoignis près du canapé familié. Elle me tendit une tasse, l'odeur vint jusqu'à mes narines; C'était du CHOCOLAT. Cela m'était apparu comme un rêve enfoui , ou pire encore une hallucination ! Etais-je dans la réalité entrain de crever à petit à feu pour que je puisse imaginer boire du chocolat en compagnie de S? Je portais la tasse à mes lèvres. Le liquide était brûlant. Bah non je ne rêvais pas ! Je grimaçai de douleur avant de souffler prudemment pour refroidir.
Elle avoua qu'elle était contente de me voir. Je lui souriais timidement parce que j'étais aussi très content de la voir. C'était officiellement la première sortie entre amis que je faisais. Mais il y avait ce foutu Rex qui allait me rendre tendu. Par moment je tentais de guetter ses mouvements et je lui jetais des coups d'oeil près à bondir dès qu'il redresserait les oreilles. Mais j'essayais toute fois de me détendre vraiment .

- Moi aussi je suis heureux que tu sois là.

Trop hypnotisé par le chocolat et "engourdi" par la situation, j'avais oublié de retirer mon sac à dos et je tenais toujours le livre un peu tâché entre mes mains. Je posais la tasse avant de lui tendre le livre.

- Tiens.
" La médecine de A à Z" présenté par un médecin au nom russe imprononçable. Lorsqu'elle le prit je me posais une main sur ma nuque, réfléchissant sur quoi rajouter d'utile à propos de ce livre que je ne connaissais pas.

- Euh ... je l'ai trouvé dans une ambulance près d'ici y a un moment. Il te sera certainement plus utile qu'à moi.

Je ne savais pas quelles étaient précisément ses connaissances sur le corps et son fonctionnement mais elle paraissait déjà bien avancée à la manière dont elle m'avait soigné la dernière fois.



_________________
man without tomorrow

Troque bombes artisanales contre rations et/ou kits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Dim 30 Mar - 6:04





Serena et Mr. Sandman


Rendez-vous entre gamin , 17 septembre



On c’était installé et j’avais tendu à tasse de chocolat chaud avec guimauve à Charlie. Il avait eu l’air surpris pourtant… c’était super simple de trouver des aliments premiers comme du cacao et du sucre. C’était chiant à transporter et ça ne se mangeait pas aussi bien qu’une boite de conserve. C’était la raison première de pourquoi le repas le plus courant que je mangeais chaud… c’était des crêpes. Lait en poudre, farine, sucre, eau et compote avec un peu de chance et hop, on avait un repas très bon à faible coût. Le plus dur était de trouver un réchaud ou une cuisinière au gaz, mais dans les maisons, c’était souvent le cas et je ne restais jamais en place bien longtemps. Plusieurs fois, le regard de Charlie allait vers Rex… mais son regard n’était pas… positif. Pourquoi? Il était génial Rex. C’était surement l’homme de ma vie en ce moment. En prime… cet hiver il serait une source de chaleur non négligeable pour dormir. Je n’allais pas mourir morte de froid. Loin de là. En plus, un chien c’était mieux qu’un homme. Un chien ça ne faisait pas d’avance… si tu penses que ton chien t’en fait… va voir un psy immédiatement. C’est urgent. Ouais bon. Il était aussi contant que je sois là. Ça me faisait plaisir. C’était eum… jamais arrivé que je demande à quelqu’un de me retrouver quelque part juste pour… bah le plaisir de voir quelqu’un. D’habitude, je supportais les rencontres du genre pour réussir un travail scolaire et autre. Pas pour… on se voyait pourquoi déjà? Ouais… bon.  Je continuais de souffler sur mon chocolat, j’avais peut-être été un peu fort sur le réchaud. Faudrait faire attention la prochaine fois. C’est là qu’il me tendit un livre. Un livre? Je fis la chose à faire, je pris le livre. Le regardai… c’était un livre de… de médecine. Genre : « la médecine de A à Z ».  Je relevai les yeux vers lui, plongeant mon regard dans le sien. Il… ne pouvait pas savoir… je lui avais dit? Je ne m’en souvenais pas. Il s’expliqua ensuite. Il l’avait trouvé et avait pensé à moi. C’était… gentil vraiment. Je ne pus m’empêcher de sourire en l’ouvrant. Glissant mes doigts sur les pages. Les informations. Le temps que je pourrais perdre à lire se livre, c’était juste merveilleux d’y penser, mais… c’était un cadeau… je n’acceptais jamais de cadeau. Je ne pouvais pas lui rendre… je n’avais pas envie de lui rendre. En même temps… ça serait quelque chose que je pourrais relier à quelqu’un d’autre. Quand je le lirai… je ne pourrai que me dire que je lis le lire de Charlie… C’était un lien, je n’aimais pas les liens. J’aimais être seule… complètement seule. C’était mieux quand même… En même temps… j’avais déjà un lien avec Charlie… la preuve… on prenait un chocolat ensemble. Alors… je fis quelque chose de très anormal pour moi, je fis :

-Merci beaucoup Charlie. C’est vraiment gentil d’avoir pensé à moi.

Je continuai de regarder les pages, les mots… les exemples. Mon Dieu! Des exemples. Ils montraient les points séparés, les surjets… le fil à utiliser, classique ou non. La taille des aiguilles, leurs courbures selon la plaie… J’allais en savoir assez… encore plus. Je n’y pouvais rien, j’étais emballé par l’idée. Je relevai mon regard vers Charlie, sourire aux lèvres.

-Je t’avais dit pendant le jeu des questions que j’étais inscrite en médecine pour cette année?

C’était le seul moment où j’aurais pu lui dire. Je ne voyais pas où… C’était flou. J’aurais dû faire plus attention. Quand je l’ai aidé avec les bandages? Parlant de bandage, il avait l’air d’aller mieux. Ça me faisait plaisir de le voir beaucoup mieux. Il allait s’en tirer quand même. En même temps… J’aurais commencé l’université un an avant tout le monde avec les déboires administratifs du aux changements d’école constant. J’avais eu droit à un saut d’une année et ça m’avait fait un bien fou, mais… être la plus jeune tout le temps, ce n’était pas facile non plus. Heureusement pour moi, je ne m’en laissais pas imposé. L’université aurait été un grand pas pour moi. Être avec des intellos fixés sur leurs études, sans vie sociale comme moi. J’aurais apprécié. C’était surement la seule chose que l’épidémie m’avait enlevé avec tout ça. Pour le reste,  j’étais très heureuse. Je retournai mon regard vers le sien, incapable d’éteindre mon sourire, mais il diminua un peu quand je lui fis la remarque :

-Mais avec tout ça… moi j’ai rien pour toi. Je me sens mal quand même.

Bah oui, moi je n’avais rien trouvé qu’il puisse aimer. En fait… je n’étais même pas sur de savoir ce qu’il aimait dans la vie autres que les balades et les bombes. Faudrait que je trouve quand même. Sinon… je lui fis un sourire en fouillant dans un de mes sacs. J’avais une idée.

-Mais… j’ai des bonbons. C’est pas si mal même si ce n’est pas vraiment… un cadeau en tant que telle.

Et oui, j’avais sortie des bonbons en forme de raisin, avec le sucre dessus que j’adorais. En fait… j’aimais tous les bonbons à part égale, mais… ceux avec du sucre rajouter… c’ était ma vie. Bon maintenant, si on analysait mon alimentation… ouais bon j’allais faire du diabète un jour… mais je serais surement morte avant alors pas de problème avec ça! C’est géniale les zombies!


© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Charlie Sandman
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Dylan O'Brien
Messages : 62
Date d'inscription : 16/02/2014
Localisation : Habitations d' Atlanta

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
10/100  (10/100)
Jauge de Faim:
10/100  (10/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Lun 31 Mar - 9:27

Elle me remercia avant de prendre mon cadeau. Je lui souriais avant de regarder du coin de l'oeil ce Rex. Comment avais-je su qu'elle avait fait première année en médecine? Etait-ce par le jeu des questions? Je fronçais les sourcils en fouillant dans les recoins de a mémoire.

- Mmh... aucune idée. Je ne crois pas non.
Ceci expliquait le cela. Je veux dire, j'avais été impressionné par son aisance à soigner mes plaies. J'avais longtemps cru qu'elle avait rencontré des blessés ou qu'elle l'avait été elle-même. Elle n'était pas dégoutée à la vue du sang humain. Je sentais toujours mon coeur bondir près de mes lèvres dès que je voyais du sang de vivant qui n'était pas le mien. Mais tout se tenait, elle était à l'université de médecine avant l'épidémie. Elle maîtrisait les b-a ba. Je crois qu'instinctivement, je savais que ça allait lui plaire. Mais ça restait rien quand même. Ainsi je ne comprenais pas pourquoi elle me remerciait du "cadeau" alors qu'elle n'avait même pas eu le plaisir de déballer le papier.
Je bus prudemment une gorgée du liquide chaud avant de la regarder. Elle était contente certes mais elle s'agitait afin de me trouver quelque chose.

- Oh tu sais c'est...

Je n'avais pas le temps de finir ma phrase qu'elle brandissait devant moi un sachet de bonbons recouverts de sucre. Je veux bien plein de choses mais je ne pouvais pas refuser une friandise. Je murmurais un merci avant d'en glisser un dans ma bouche. Le sucre trop acide me fit grimacer , avais-je perdu l'habitude de manger des bonbons ? Impossible! C'était un peu dur et très chimique , le premier bonbon apocalyptique que je savourais quoi. Dès la première impression passée, ce n'était pas si désagréable. Une petite douceur ne fait jamais de mal à personne.. sur le coup car après, le ventre vous réclamera d'avantage , capricieux comme il est. Je luttais contre l’irrésistible envie d'en reprendre, je pris une flopée de chocolat chaud. Je ne pensais plus au bonbon.

- Dis moi , t'as braqué une magasin de sucreries cette semaine?

J'esquissai un sourire sincère. Je me rendis compte qu'en fait je n'étais comme ça qu'avec elle seulement. C'était bizarre. Peut être que je n'étais pas le même avec des gens que j'appréciais. Bon j'avais lu un tas d'articles de magazine psychologique ou bien philosophique sur la question de nos facettes et de notre condition changeante en société. Mais de là à avoir presque de l'humour , j'étais un clown né !
En fait je prenais conscience petit à petit de choses que je n'avais pas vu la semaine précédente à cause des émotions denses. Le stress, la fatigue, la faim , la course.. tant d'éléments très mauvais dans un laps temps si court, je n'avais pas réussi à me voir de façon introspective. Je paraissais très normal sans oublier le fait qu'elle ne l'était pas totalement. Elle avait tout de même une hache et c'était la première personne parfaitement constituée qui passait du temps avec moi.

Je m'assieds enfin sur le canapé (après avoir retirer mon coupe-vent mouillé) à une distance raisonnable du chien. Je ne savais pas pourquoi elle avait tenu à me voir au fait S. Mais je savais que ça le ne faisait guère de demander des explications en tant normal. Je perdais mon regard dans le fond de ma tasse alors que mes doigts formaient des petits cercles autour. J'avais les yeux baissés et je me sentais malgré tout nerveux, comme si j'allais annoncer une bêtise.

- Je pars d'Atlanta ce soir.

Pourquoi ça me rendait mal de lui dire alors que je ne l'étais pas vraiment ? J'avais l'impression que je perdrais un partenaire de jeu très précieux à mes yeux.

- Je ne sais pas ce que tu comptes faire.

J'appréhendais un peu sa réaction , j'avais aussi besoin de savoir certains de ses projets.

_________________
man without tomorrow

Troque bombes artisanales contre rations et/ou kits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Lun 31 Mar - 12:31





Serena et Mr. Sandman


Rendez-vous entre gamin , 17 septembre




Il lui avait offert un livre. Il avait voulu dire quelque chose, mais… j’avais finalement parlé avant lui. Je n’y pouvais rien, j’étais trop emballé. Bon d’accord, j’avais quand même décidé de partager mes bonbons avec lui, j’en avais tout plein en prime… En fait, mon alimentation était surement basée à 50% de sucre. C’était mal, je sais, mais je n’avais pas envie de me casser la tête avec ma santé. J’allais crever un jour de toute façon non? Alors aussi bien que ce soit par une orgie de bonbons. Il me demanda finalement si j’avais braqué un magasin de sucrerie. Eum… bonne question.

Je ne pus m’empêcher de rigoler à sa remarque. C’était quand même très vrai. J’avais des tonnes de bonbons, de truc séchés et autres, mais j’allais rarement vers les cannages et autres… Je n’aimais pas ça. Pas trop du moins. J’en mangeais là! Ne croyez pas que je faisais ma fine bouche, mais… ouais je le faisais parfois, j’avoue. Un jour, je chasserai l’écureuil, mais pour le moment… j’étais bien en ville. Bon d’accord il y avait trois fois trop de zombies, mais… je me débrouillais bien quand même.

-En fait… surement oui, mais pour te rassurer… le magasin était consentant.

Je lui souriais, j’étais bien. Fallait l’avouer, il m’avait manqué. Non, mais sérieusement… entre nous, ce n’était pas pareil avec lui. Il avait l’air de se sentir aussi mal que moi avec quelqu’un en face de lui, donc… on faisait tous les deux des efforts, ça se sentait.

Il lui annonça finalement qu’il partait d’Atlanta. Ce soir en prime, donc il allait écourter leur soirée pyjama pour… pour se barrer. J’étais censé l’accepter comment moi? Le seul problème… c’est quand j’avais l’air déçu. J’avais tellement été surprise que… je n’avais pas pensé changer de masque. Cacher mes émotions, alors… je ne pus que sortir une réplique, légèrement déçue :

-Ah?

T’es conne, vraiment conne. On reprend contenance allé. ALLER! Je me forçai à sourire un peu. Une personne normale, c’est content pour les autres. Une personne normal… ne s’attachait pas à un inconnu, on allait faire sûr que ça c’était clair. Donc je rajoutai simplement. Reprenant le dessus sur ma déception, sautant à pied joint dessus pour faire sur qu’elle soit bien morte et enterré.

-C’est bien, espérons que tu t’amuses là-bas.

Que je vous entende dire : « non! Ne te referme pas, reste ouverte au monde. » Mon œil oui, la seule personne avec qui je m’entendais bien allait partir à l’autre bout du monde parce que… PARCE QUE! Rha, fallait respirer, faire semblant de s’en ficher. Faire semblant que le poids dans mon estomac n’existait pas vraiment. J’étais tellement… naïve de croire que je m’étais enfin fait un ami. Il allait me quitter comme les autres, il finirait mort quelque part… comme mon père, comme ma mère… Comme tous ceux que j’aurais pu avoir la chance d’apprécier. Heureusement pour moi, je n’aimais personne. Ça c’était une valeur sûre. Je doutais entre le remercier et partir maintenant ou… rester et profiter un peu. Il me demanda finalement ce que j’avais l’intention de faire. C’était évident, j’avais l’intention de me faire griller au soleil et mourir dessécher… Bon d’accord, c’était de la mauvaise foi. Je redevins un peu plus sérieuse, jamais pas faire semblant avec lui et je n’étais pas de bonne humeur. Je pris un peu de courage dans ma tasse de chocolat chaud.

-Je me suis installé un petit quelque chose à l’aéroport, j’ai un avion à moi en fait, mais j’ai aussi des gens à mon ancien lycée. Alors je risque de faire l’aller-retour et explorer de nouveaux endroits. Pour moi, des vivants et des morts… qu’il soit ici ou à 4h de route… c’est du pareil au même, tu comprends?

Je ne savais pas trop quoi dire, d’autre, alors je fixais les pages du livre. Je les tournais, les regardait. Sérieusement… je pense que je me sentais… abandonné? Laissé tomber? C’était con, j’étais une idiote. Qu’il me laisse tomber, on ne se connaissait pas. Il ne me devait rien et je ne lui devais rien.

-En fait… j’ai aucun plan, j’ai juste envie de survivre et si possible avoir du plaisir avant de mourir. C’est tout.

C’était vrai quand même. Ah quoi bon chercher ailleurs? À quoi bon faire des plans, suffisait juste d’une malchance et hop, on finissait prémastiquer dans l’estomac d’un rôdeur… Alors non, je n’avais pas de plan et non, je n’avais pas envie de quitter Atlanta, parce qu’à quoi bon, il n’y avait pas mieux ailleurs et les refuges… on pouvait oublier, c’était des salades.


© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Charlie Sandman
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Dylan O'Brien
Messages : 62
Date d'inscription : 16/02/2014
Localisation : Habitations d' Atlanta

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
10/100  (10/100)
Jauge de Faim:
10/100  (10/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Dim 27 Avr - 5:08

Elle avait vraiment déstocké un magasin de sucreries. J'étais resté sans voix. J'étais curieux de savoir si c'était avant ou après l'infection car je la voyais bien braqueuse de boutiques à la recherche de confiseries et de bonbons. Je souriais un peu fasciné tout de même à sa remarque.

-Consentant? Tu sais te faire respecter !

Après j'avais souhaité un peu changer de sujet. En réalité je ne savais pas si cela était nécessaire de lui en parler mais si elle avait désiré me revoir c'était bien parce qu'elle m'appréciait et si j'étais venu , eh bien c'était parce que je l'aimais bien aussi. Je ne savais pas trop s'il fallait prendre des pincettes pour annoncer ce genre de nouvelles. En tant normal , je sais que lorsqu'on annonçait un voyage, du moins des adieux, il y avait une touche d'appréhension ou quoi , comme dans les films. Lui annoncer sèchement que j'allais quitter Atlanta n'était peut être une bonne idée et surtout une bonne manière, mais je ne savais pas comment faire pour lui dire que je partais . On ne pouvait pas dire que je n'allais pas droit au but. Mais je devais bien m'en sortir car elle me répondit normalement. J'étais alors assez fier de moi lui adressant alors un sourire. Plus curieux que préoccupé pour son devenir, je lui demandai ses projets. Elle m'expliquait que l'aéroport était l'un de ses points stratégiques mais qu'elle aimait gambader tout de même parce que je cite, pour ell "des vivants et des morts… qu’il soit ici ou à 4h de route… c’est du pareil au même"
C'était étrangement profond comme pensée, j'allais méditer dessus ! Peut être qu'il était temps pour moi de me poser dans un de ces clans de survivants et d'avoir une routine, vivre -enfin- normalement. Mais j'aimais bien jouer les facteurs et les troqueurs de bombes. Cela allait certainement occupé une grande place dans mes pensées pendant un bon bout de temps.
AU final, elle m'avoua n'avoir aucun véritable projet. Cela me surprit voire me choqua. Comment quelqu'un peut avoir moins de projets que moi encore? J'étais pas très ambitieux, pas très costaud,pas très intelligent, pas très tout quoi donc c'était normal pour moi. Mais elle était intelligente et douée en général, armée de bonbons, d'une hache et d'un chien, elle devait forcément vivre des trucs palpitants. Mais si c'était ainsi ...

- Tu veux venir avec moi?

Aaah ! Je paniquais! C'était sorti tout seul de ma bouche. J'avais l'impression que quelqu'un d'autre avait pris le contrôle de ma bouche. C'était assez bizarre comme sensation, je me sentais... possédé en fait parce que j'avais ces mêmes frissons que lorsque j'étais prêt à courir .

_________________
man without tomorrow

Troque bombes artisanales contre rations et/ou kits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Dim 27 Avr - 15:48





Serena et Mr. Sandman


Rendez-vous entre gamin , 17 septembre



On parlait de mes bonbons, de comment je les avais trouvé, je lui avais dit que j’avais pris les bonbons dans un magasin très consentant et lui rajouta que je savais me faire respecter et… il avait raison. Bon d’accord, dans le cas d’un magasin on s’en foutait, mais même avec les autres… je me faisais respecter. En prime, plus le temps passait et plus j’y arrivais. C’était bizarre, mais quand on me voyait arriver… on me remarquait. La hache, le javelot, les protèges-poignets, la bouffe. J’étais une survivante, malgré mon jeune âge, malgré ma taille frêle et mes humeurs de gamines, j’étais une battante. Il changea finalement de sujet, pour un sujet complètement… qui me déprima vraiment. Il voulait partir. Il n’avait pas l’air de savoir où aller, mais il voulait partir loin, voir du pays. Je ne pouvais pas l’attacher dans un coin pour le garder pour moi, mais je ne pouvais pas l’envoyer se faire voir et passer à autre chose… en fait oui je pourrais, mais je n’avais pas envie.

J’avais finalement avoué n’avoir aucun plan d’avenir et c’était vrai. Je pouvais faire quoi de plus? Il n’y avait pas vraiment d’avenir avec cette vie, sauf peut-être devenir un supers zombies et manger le plus d’humain possible. Peut-être même muter, devenir plus rapide, plus fort et manger plus, mais sinon… c’était quoi la vie d’un vivant? Se cacher? Courir? Mourir de faim? Mourir de froid? Sérieusement, moi je ne m’embarquais pas dans ça. J’allais vivre et m’amuser et quand je mourrai et bien… tant pis, ça ne sera pas la fin du monde. Un grain de sable de moins dans l’univers, un zombie de plus… Une petite victoire pour l’Enfer. Je n’aurais pas fini au paradis de toute façon. Dieu ne pouvait pas vouloir de moi. Je broyais un peu de noir, fallait l’avouer. Je pense que Rex l’avait remarqué, parce qu’il avait déposé sa truffe sur mes genoux, poussant ma main pour que je le flatte. Je le fis et… il me rendit mon sourire. J’adorais ce chien et il me le rendait bien. Je flattais Rex, mais je replongeai mon regard dans les yeux de Charlie lorsqu’il parla. Il me demanda si je voulais partir avec lui… Qu-qu-quoi? Il y avait des limites quand même… qu’on se voit une fois, deux… à chaque semaine, mais… partir ensemble? Se voir tous les jours... je doutais franchement. Il fallait avoir des capacités de socialisation pour arriver à cohabiter non? J’avais l’impression qu’il venait de déposer le poids de l’univers sur mes épaules, comme si le choix qui m’incombait… allait changer radicalement ma façon de voir les choses… je ne m’entendis même pas répondre…

-Pourquoi pas.

J’avais dit quoi moi? Non… je… je ne pouvais quand même pas… je n’allais pas. Comment je pouvais accepter de tout plaquer pour le suivre à l’autre bout du monde. Parce que… des vivants ici ou là-bas… et des morts ici ou là-bas… c’était du pareil au même, mais… je savais que si je restais ici… et lui là-bas… je…ça ne serait pas pareil.

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Charlie Sandman
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Dylan O'Brien
Messages : 62
Date d'inscription : 16/02/2014
Localisation : Habitations d' Atlanta

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
10/100  (10/100)
Jauge de Faim:
10/100  (10/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Jeu 10 Juil - 8:52

J'étais perplexe. "pourquoi pas"... Moi j'avais l'impression que mon intérieur allait faire un bond pour sortir, tellement j'avais l'impression que j'allais vivre une aventure à la fois crainte et attirante, et elle ... Cela ne lui faisait rien. Peut être que je m'emballais de trop, j'étais bien connu pour avoir des réactions excessives bien que je ne comprenne toujours pas en quoi elles l'étaient. Peut être qu'elle n'aimait pas ça , le  voyage. Ou peut être qu'elle était juste réaliste. C'est vrai après tout, elle pensait qu'il n'y avait pas de différence entre ici ou ailleurs et elle n'avait pas tort du tout. Mais quand même, je tenais à ma mobilité car le mouvement et la peur étaient les seules choses qui m'avaient tenu en  vie jusqu'ici. Je le devais à mes jambes et à ma voiture.  J'observais du coin de l'oeil le chien de S.  C'était peut être une mauvaise idée de vouloir partir avec elle, j'étais un inconnu et même si le monde tournait mal , fallait s'en méfier. Ou peut être que c'était l'inverse, je ne me méfiais pas assez d'elle. A dire vrai je ne savais plus quoi penser. Il fallait peut être que je reste ici . Plus j'y pensais et plus c'était stupide de vouloir aller ailleurs. Elle considérait comme cela comme de la fuite? Ce n'était peut être pas très courageux, ni audacieux ...
En temps normal, j'aurais clos la conversation ici. Ma capacité à convaincre les gens et à développer mon point de vue étaient "limités", d'après ma mère et mes profs. Mais là, quelque chose me poussa à la persuader.

- Euh...


Je commençais très bien. A la vitesse où je débitais mes idées, j'allais créer un speech politique dans 45 ans ! Non plus sérieux, elle paraissait  pensive depuis ma proposition.  Elle peut être m'enfoncer une lame dans la tachée si j'allais dire ce que j'allais dire. Mais maintenant que j'avais son attention , je ne pouvais plus faire demi tour. En cour il y avait toujours quelqu'un pour m'interrompre. Là j 'étais seul.  Avec S. Personne pour m'interrompre, il fallait que je me lance.

- Tu sais pourquoi on appelle ces monstres les morts vivants? Parce qu'ils n'ont pas la flamme de vivre et pourtant ils bougent. Tu sais qui sont les vrais morts vivants? C'est nous, les survivants qui peuvent se balader librement mais qui ne le peuvent pas vraiment. Pourquoi ? Parce que nous ne savons plus vivre. Nous sommes des vivants morts.


D'abord je lui propose de venir avec moi et après je m'improvise Mufasa !  Les bonbons qu'elle m'avait filé étaient bourrés de drogue , je ne voyais pas d'autre solution.

- Avant quand des personnes voyageaient, ils voyaient aussi des gens ! Ils n'avaient pas disparu ... (petite pause pour réfléchir) ou peut être , ça dépend à quel moment ...  Ce qu'ils cherchaient , c'était la sensation de vivre. Ils l'ont eu juste dans cette idée de vouloir partir.  C'est ce que je recherche aussi ... quand je ne fuis pas une horde de zombis à mes trousses!

Je fronçais les sourcils, au final je ne savais pas trop ce que je disais mais ca avait l'air intéressant. Je méditais dessus même si je n'étais pas sûr que ça allait la convaincre. En fait c'était pas vraiment un argument, juste une pensée formulée à voix haute. Je soupirais avant de m'affaler sur le fauteuil. C'était la seconde fois que j'occupais les lieux et je me sentais déjà chez moi. Il fallait admettre aussi que les seconds passages étaient assez rares, je revenais rarement sur mes pas.

- J'en sais rien en fait.

Je me sentais con d'avoir pensé quelques secondes d'avoir dit quelque chose d'intelligent. J'étais aussi paumé que n'importe qui. Plus encore parce que j'étais assez paumé de base en fait.

- Je vais paraître bizarre mais ...
Une fois de plus j'avais parlé trop vite, je cherchais tout de même une manière de bien formuler ce que j'allais dire. Ca pouvait être une bombe pour les gens normaux.

- Je crois que l'homme a mérité tout ça.

_________________
man without tomorrow

Troque bombes artisanales contre rations et/ou kits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   Ven 18 Juil - 7:42





Serena et Mr. Sandman


Rendez-vous entre gamin , 17 septembre




J’avais dit quoi moi? Les mots étaient sortis de ma bouche tout seul. Pas que, mais vous savez. C’était un peu comme signer mon arrêt de mort. Il ne comprenait pas que bouger c’était sécuritaire, mais l’inconnu c’était mauvais. Aller vers l’inconnu, c’était se lancer dans une aventure qu’on n’était pas sûr de gagner. En même temps, s’il lui fallait faire encore un peu de route avant de comprendre que la vie ailleurs, c’était du pareil au même, aussi bien que j’y aille avec lui et que je m’arrange qu’il survive parce que bon, il n’était pas un parfait soldat. Je lui fis un sourire. Je me souvenais encore de la fois où on a joué à « protège-toi du zombie ». Il n’avait pas été excellent à ce jeu et je n’avais pas envie de ne plus le voir, pas tout de suite. Donc, oui j’allais y aller avec lui, mais l’idée ne m’emballait pas pleinement non plus, parce que bon l’inconnu et moi… ça faisait deux, peut-être même trois. Quatre? Bref, j’anticipais, mais je n’allais pas lui montrer, avoir peur, ce n’était pas moi, ce n’était pas mon genre, alors on allait tout mettre dans une petite boite et le ranger bien loin dans mon inconscient. Je me trouvais quand même idiote d’avoir accepté, mais je n’allais pas reculer. Si je restais ave lui et que je voulais revenir, il n’avait pas le choix de revenir avec moi, c’est lui qui conduisait quand même et moi qui avait une hache meurtrière. Il fit un petit son, comme s’il voulait rajouter quelque chose. Alors j’avais relevé mon regard vers lui, plongeant mon regard dans le sien, prête à écouter, parce que bon, j’étais forte à écouter. J’étais même excellente pour ça, c’était parler que j’avais du mal et avec lui, ça allait bien. Je n’avais pas l’impression que chaque mot dit de travers allait être mal prit. C’était facile de discuter avec lui. Surtout qu’il avait autant de mal que moi, alors, j’étais rassuré d’une certaine façon. J’étais un peu plus silencieuse, mais je devais gérer mon inquiétude, une fois ça passé, ça irait. Il me demanda si je savais pourquoi on appelait ça des morts vivants. Je fis un petit non de la tête, mon sourire s’étirant légèrement sur les lèvres. Il avait une logique, une façon de penser qui me faisait sourire, c’était agréable. Il expliqua finalement sa vision des morts-vivants et traitant le reste de l’humanité de vivants morts. Il n’avait pas torts. Malgré que maintenant, c’était difficile de différencier les monstres, parce que bon, l’instinct de survie, c’était violent. Oui, oui c’est moi qui disais ça. Avant, avant l’apocalypse, c’était moi qu’on avait diagnostiqué avec une personnalité anxiophobique et d’une mauvaise gestion de la colère. J’avais des « pulsions violentes », comme conduite de surcompensation, quand mes techniques d’évitement ne fonctionnaient pas. C’était moi qui fallait internée, maintenant… j’avais plus de faculté sociale que la plupart des survivants. Je me méfiais toujours autant des gens, mais… les gens étant maintenant sur-vigilant, moi j’étais normal. C’était bien d’être normal, j’avais juste du mal à savoir ce qui était normal. J’aimais bien l’écouter, mais… je ne savais pas trop quand je devais parler, personnellement, je ne dirais jamais rien, mais le but de la manœuvre, c’était d’échanger non? Il rajouta pour clore son point que les gens voyageaient avant, qu’ils recherchaient la sensation de vivre et c’était vrai. Quand il termina sa phrase avec la horde de zombie, je ne pus m’empêcher de sourire. Il avait ce don, celui de me faire sourire. C’était toujours un peu bizarre pour moi.

-Je comprends ton point, tu parles à la fille qui voulait devenir médecin sans frontière, parce que bon, pas de famille, pas d’amis, pas d’attache, ça aurait été facile. J’aime voyager, c’est juste… que j’ai tendance à être prévenante.

C’était quand même moi la plus courageuse des deux, on allait garder ça comme ça. Lui c’était affalé et moi j’avais ramené mes genoux sous mon menton pour mit appuyer. Avec lui, je pouvais bien avoir l’air d’une gamine de 17 ans, ce que j’étais, ce n’était pas la mer à boire. Il avait eu peur de moi avec une hache, il sait qu’elle existe encore, alors ça va. Il rajouta qu’il n’en savait rien en fait, comme s’il venait de réaliser qu’il doutait de tout ce qu’il avait dit avant. C’était quelque chose de possible quand même, le doute… ça existait beaucoup dans ce nouveau monde. Il rajouta qu’il allait paraitre bizarre. Je ne pus m’empêcher de sourire, parce que bon, il parlait avec moi. Je n’avais surement même pas la faculté de savoir ce qui était bizarre. Il termina finalement sa phrase. Disant que l’Homme avait mérité tout ça. Non, disant qu’il croyait que l’homme avait mérité tout ça. J’avais gardé mon sourire, rajoutant simplement :

- L’Homme a mérité tout ça, il ne faut même pas en douter. Par contre, la vie nous a donné une seconde chance de nous surpasser et de survivre. De prouver qu’on mérite de vivre. L’humanité complète avançait avec la loi de Murphy à ses trousses, les zombies… c’est juste plus original qu’un tsunami, qu’un tremblement de terre… que des tornades. Malgré qu’une seconde ère glaciaire ça aurait pu le faire. Je pense juste que maintenant, faut survivre assez longtemps pour en voir la fin. Parce que bon, c’est des cadavres et ils vont finir par se décomposer. Avec de la chance… les pluies deviendront acides et accélérera le processus.

Je lui souriais, c’était surement la personne avec qui je me sentais le plus à l’aise et le plus normal, parce que bon… on avait une logique semblable et autant de capacité sociale l’un que l‘autre.

-On va aller où? Savoir ce qu’on amène pour le voyage.

Faut relire un peu plus haut, je l’ai dit, je suis une personne prévenante, j’aimais bien avoir tout ce qu’il me fallait pour survivre et en ce moment, je n’avais pas grand-chose. J’avais des caches ici et là, des trucs cachés pour ma propre survie. Si je me retrouvais les mains vides, je ne le restais pas très longtemps et c’était bien ainsi.

© Daph

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rendez-vous entre gamin [Charlie round 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» rendez-vous mystérieux
» [I]l n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Le Monde Extérieur :: Atlanta :: Habitations-