Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 La main dans le sac [Victoria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Rebecca Swan
I'm Still in School

Feat : Katie Leclerc
Messages : 143
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 87
Localisation : Atlanta's High School

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
75/100  (75/100)
Jauge de Faim:
75/100  (75/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: La main dans le sac [Victoria]   Jeu 20 Mar - 11:48


La main dans le sac

19 Septembre 2011
Victoria & Rebecca



La première nuit à l'hôtel avait été forte en émotion pour Rebecca. Elle avait été obligée de partager une chambre avec Logan, le temps qu'on puisse en nettoyer une autre, même si cela ne l'avait pas vraiment dérangé et encore moins vu comme la soirée avait tourné. Ils avaient pris le temps de discuter beaucoup et au fil de la nuit, entre larmes et rires, plans pour l'avenir et feuille de route, ils s'étaient beaucoup rapprochés, au point d'échanger même un baiser. Cela avait beaucoup troublé Rebecca, qui ne savait pas exactement comment réagir à une telle situation. Il fallait dire que c'était la première fois que ça lui arrivait de toute sa vie et ce n'était pas avec n'importe qui, pas une amourette de lycée mais bel et bien un homme.

Ensuite, ils avaient essayé de dormir, sans trop mettre au clair ce qui venait de se passer. Logan avait pris le canapé et Becca le lit, comme les deux dernières nuits et plus un mot n'avait été échangé. A peine le soleil fut-il levé que la jeune femme s'était réveillée. Elle n'avait pas réussi à dormir mieux que les jours précédents depuis la mort de Greg. Mais au moins, cette fois, ce n'était pas à cause des cauchemars mais plutôt à cause des questions qu'elle se posait sur cette histoire de baiser. Malheureusement, elle savait déjà qu'elle n'aurait pas beaucoup de réponse de la part de Logan, non seulement parce qu'il dormait encore mais aussi et surtout car il n'était pas du genre très bavard. Elle l'imaginait mal se laisser aller à parler sentiments avec elle.

La rousse se leva donc sans faire de bruit et quitta la chambre aussi vite que possible après avoir récupéré une veste et son couteau qu'elle cacha dans la poche du vêtement. On lui avait dit de bien faire attention et de ne pas se balader désarmée dans les couloirs et elle comptait bien obéir à cette règle avec zèle. Elle qui croyait que cet endroit serait sûr... Elle s'était bien trompée, visiblement. Mais enfin, avant son départ, elle aurait le temps d'apprendre où aller et ne pas aller pour ne pas tomber sur un marcheur.  

Pour le moment, elle cherchait un endroit où trouver à manger. Il y avait bien quelques réserves dans les sacs qu'elle avait apporté avec Logan mais ils s'étaient mis d'accord pour les utiliser le moins possible tant qu'ils seraient ici. Bien sûr, ils participeraient aux raids pour aller trouver de la nourriture mais ils gardaient leur petite réserve pour le moment du départ. Becca n'avait jamais eu les moyens de venir dans un hôtel du prestige du Hilton mais elle connaissait la base des hôtels et devina donc que la salle de déjeuner et de réception ou le restaurant devaient se trouver au rez-de-chaussé. Elle descendit donc les marches tout doucement, prenant bien garde à ce qui se passait autour d'elle et arriva très vite dans le hall d'entrée.

Tout était vide et calme. Personne ne devait être encore levé à cette heure-ci, cela n'avait rien d'étonnant. Becca elle-même n'était pas du genre matinale habituellement, mais bon. Elle prit la direction indiquée par un panneau pour se rendre jusqu'au restaurant. De là, il ne serait pas difficile de trouver les réserves de nourriture si les survivants de l'hôtel réfléchissaient aussi logiquement que ceux du lycée, ce qui n'était pas dur.

Dans la grande salle, autrefois si luxueuse, du restaurant de l'hôtel, elle ne trouva point de boites de conserves et autres mais juste une multitude de tables aux nappes encore un peu blanche. Au fond de la pièce des doubles-portes donnaient sur la cuisine et ce fut la direction qu'elle décida de prendre. De l'autre côté, tout était propre, ce qui lui fit penser à Ethan, le cuisinier qu'elle avait rencontré plusieurs jours plus tôt et qui était la raison de sa présence ici. Aucun doute qu'il était passé dans le coin, on sentait la présence d'un cuisinier sur les lieux même s'il ne devait plus avoir l'occasion de cuisiner quoi que ce soit de remarquable.

La jeune femme avança à l'intérieur de la cuisine et s'approcha d'un placard dont elle ouvrit la porte. A l'intérieur, des dizaines de conserves s'empilaient. Elle n'avait jamais vu autant de nourriture encore viable depuis le début de l'épidémie. Becca attrapa une boites de fruits au sirop et se retourna pour retourner dans la salle du restaurant quand elle tomba nez à nez avec une jeune femme aux longs cheveux blonds. Elle sursauta et laissa tomber sa boite qui roula jusqu'aux pieds de la femme.

« Excusez-moi...je... »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: La main dans le sac [Victoria]   Jeu 20 Mar - 13:36



Quand on est nouveau dans un endroit, ce n'est pas forcément facile de se faire apprécier, il faut toujours un petit temps d'adaptation, du moins quand on est quelqu'un d'à peu près normal. Mais quand on vous qualifie en général de pétasse caractérielle, ce petit jeu d'intégration devient bien compliqué. C'est pourquoi j'avais passé mes premiers jours à l'hôtel en tant que fantôme vivant la nuit et... Et le jour aussi. En effet, depuis mon arrivée, le sommeil semblait me fuir, tout comme la population entière de l'hôtel. Excepté les zombies - ce qui n'est pas forcément flatteur. Bien sûr, l'insomnie est un symptôme courant quand vous êtes menacés de mort perpétuellement par des cadavres animés vivant juste à quelques étages au dessus. Malheureusement, ce n'est pas ça qui me gardait éveillé, du moins pas principalement. Les morts ne me faisaient pas peur, les vivants par-contre étaient loin de souhaiter ma compagnie et inversement.

Oh bien sûr, Damien m'adressait la parole, quand il n'avait pas la langue fourrée au fond de la gorge de sa copine. Et puis il y a avait Ethan qui connaissait mes parents, mais qui m'avait aussi vu piquer les pires crises durant des goûters d'anniversaire - j'avais été une enfant odieuse, odieuse et riche, un cocktail peu recommandable. Maintenant, j'étais odieuse et à deux doigts de mourir de faim, aussi, j'avais décidé de sortir de ma cachette. Ma chambre était sommaire pour un hôtel de luxe - il faut croire qu'Atlanta n'avait pas de très hauts standards, j'avais été plutôt déçue par le confort très sommaire et je ne pouvais qu'être impatiente que l'on nettoie les étages supérieurs. Ou qu'on le fasse pour moi, de préférence.

Ma fidèle pelle à la main, je descendais lentement les escaliers jusqu'au rez-de-chaussée, le plus discrètement possible, voulant éviter à tout prix une confrontation avec qui que se soit et je me dirigeais vers les cuisines. Ce chemin m'était familier puisque c'était le seul qui m'intéressait et que je pratiquais. J'avais déjà pris mes petites habitudes, aussi, c'était toujours au petit matin que je me rendais aux cuisines, sachant qu'elles seraient complètement vides de toute présence.

Quelle ne fut pas ma surprise quant à peine, je posais un pied dans la salle à manger, je me fis agresser par l'objet le plus trivial du monde - une boite de conserve roulant lentement jusqu'à mes pieds dans un sinistre bruit métallique qui résonna dans toute la pièce. Je coinçais cette dernière sous mon pied avant de me baisser pour la ramasser et de lever mes yeux vers le responsable de cette infamie - l'être qui avait osé troubler ma tranquillité.

C'était une jeune femme - plutôt jolie, bien que j'eusse du mal à voir par-delà le nombre infini de taches de rousseur qui parsemait son visage. Elle était tout aussi surprise que moi, mais le cachait sûrement moins bien. J'avais l'air bientôt renfrogné pour pouvoir exprimer un autre sentiment que l'agacement. Elle avait l'air un peu plus jeune, et j'étais pratiquement sûre que je ne l'avais jamais vu avant, ce qui m'intrigua.

« Excusez-moi...je... »

Je levais un sourcil, ne répondant pas, attendant qu'elle construise une phrase censée. Ce qui n'arriva pas. C'était plutôt adorable, j'avais l'impression d'être une voiture qui avait freiné au dernier moment face à la pauvre petite biche qui avait traversé la route sans faire attention. Je baissais ensuite les yeux vers la boite de conserve que je tenais fermement dans ma main, avant de regarder de nouveau la jeune femme avec un long sourire plus ou moins carnassier - je n'y pouvais rien, j'avais faim.

- Qui trouve garde, n'est-ce pas ? Décrétais-je en avançant, la dépassant pour aller m'installer à une table derrière elle. Tu as quelque chose pour l'ouvrir ?

Je l'observais d'un air interrogatif, railleur. C'était plus ou moins un test... Allait-elle obtempérer, piquer une crise ? En ces temps, toutes les réactions étaient possibles. Je posais ma pelle sur la chaise à côté de moi, signifiant à la jeune femme que je ne comptais pas l'agresser et fis un geste de ma main libre - l'autre tenant toujours solidement la boite de conserve - pour qu'elle s'installe en face de moi. Je n'étais pas la personne la plus agréable du monde, certes, mais j'avais toujours des bonnes manières.

Bien sûr, c'était un peu hypocrite, étant donner que je lui avais pris ce qu'elle était tout spécialement venue cherché, mais elle n'avait qu'à pas le laisser tomber. J'avais faim et cela devait même se voir sur mon visage, j'avais tendance à me négliger et cette fille n'avait pas l'air du genre à riposter. Cependant, elle n'avait pas l'air méchant... Et Damien m'avait bien dit de me comporter du mieux que je puisse, il n'était pas là pour me voir, mais j'avais toujours une dette envers lui, aussi, je décidais donc de la payer avec le moins de convictions possible - mais de la payer quand même. Et ça même s'il s'agissait de faire ami-ami avec une parfaite inconnue qui aurait toutes les chances de vouloir me planter un couteau dans le dos dès qu'elle en aura l'occasion. Soit, après tout, je lui avais piqué ses fruits au sirop - c'était une raison légitime.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Rebecca Swan
I'm Still in School

Feat : Katie Leclerc
Messages : 143
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 87
Localisation : Atlanta's High School

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
75/100  (75/100)
Jauge de Faim:
75/100  (75/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: La main dans le sac [Victoria]   Lun 31 Mar - 4:59


La main dans le sac

19 Septembre 2011
Victoria & Rebecca



La jeune femme qui venait d'entrer regardait Becca avait une expression qui eut tôt fait de la faire taire. A première vue, il fallait avouer qu'elle ne semblait pas très sympathique et la rousse eut plutôt envie de partir en courant que de rester là à discuter mais bon... Déjà elle ne connaissait personne dans cet hôtel si on excluait Logan et en plus, Damien lui avait dit que tout le monde était plutôt sympa alors... Et puis, ce n'était pas très poli de partir comme ça, sans demander son reste, juste en croisant le regard de quelqu'un, aussi détestable pouvait-il sembler.

La rouquine observa les lèvres fines de sa compagne bouger pour former des mots qui confirmèrent la première impression de Becca. En quelques secondes, elle venait de s'approprier le petit déjeuner de la pauvre gosse qui était trop traumatisée pour juste se retourner et prendre une autre conserve. Non, au lieu de ça, elle resta immobile, pas très certaine de la marche qu'elle devait suivre désormais.

D'après ce que Rebecca avait compris, la jeune femme venait non seulement de lui piquer son petit déj' mais elle allait maintenant jusqu'à lui demander si elle avait quelque chose pour ouvrir la boite de conserve. Rebecca ouvrit de gros yeux ronds mais ne pipa mot. Au contraire, elle se retourna et fouilla dans un tiroir pour trouver un ouvre-boite. Ce n'est qu'après l'avoir envoyé assez remarquablement bien vers la blonde qu'elle se décida à prendre une autre boite de fruits au sirop. Elle rejoignit la nouvelle venue et s'installa à la même table qu'elle, pourtant, sa compagnie n'était pas des plus agréables, il fallait bien le dire.

Pourtant, Becca attendit patiemment que la jeune femme ait ouvert sa boite de conserve avant de s'emparer de l'ouvre-boite et de faire de même. Elle porta la conserve à ses lèvres et bu un peu du sirop, ne sachant pas trop quoi dire. Elle se sentait mal à l'aise avec cette fille près d'elle mais elle ne voulait pas non plus passer pour une sauvage. Il fallait qu'elle trouve un sujet de conversation mais elle ne souhaitait pas revenir sur le sujet du petit déjeuner voler et reporta donc son choix sur ce qui concernait un peu tout le monde ici et ailleurs : les zombies.

« Alors, ça fait longtemps que tu es ici ? » demanda-t-elle doucement. « Il paraît que les étages sont encore infectés, je cherche du monde pour aller nettoyer un peu tout ça. »

Tuer du zombie était encore une façon intéressante d'apprendre à connaître les gens et puis, ça créait des liens, non ? Se retrouver au milieu de morts qui voulaient vous dévorez, y avait sans doute rien de mieux pour rapprocher les gens.

[/quote]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La main dans le sac [Victoria]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La main dans le sac [Victoria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi il ne faut pas mettre la main dans un engrenage?
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Se promène par la main (pv Gael)
» CANICHES d'élevage Tous âges URGENT à placer - VAR
» [terminé] « Il faut que tous braves menteurs soient gens de bonne mémoire, pour se garder de méprendre » Etienne Pasquier [Ewen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Hilton Hotel :: Restaurant-