Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 remember » {ALYABETH}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: remember » {ALYABETH}   Sam 15 Mar - 12:32


 

 
❝alyana x beth

 
   ♡ do you remember? (16/09)

Les gazouillements de Judith, qui s'amusait avec des verres en plastiques, finirent par sortir Beth de ses pensées. Alors que le bébé était sur le point de mettre quelque chose dans sa bouche, la blondinette bondit au dernier moment vers l'enfant pour lui arracher le.. caillou des mains. Mais bon sang, où est-ce qu'elle avait été chercher ce caillou plein de microbes? Quand les lèvres de Judith se mirent à trembloter, Beth la prit dans ses bras et la fit tournoyer avant qu'elle ne se mette à pleurer et le résultat fut immédiat: elle babilla en agitant les bras, sourire aux lèvres. Soulagée qu'elle ne pleure pas, la jeune fille finit par sortir de sa cellule et déambula dans la prison avec un bébé qui tenait un gobelet dans la main quand une idée lui vint en tête; et si elle la faisait sortir un peu pour qu'elle puisse se familiariser un peu et pouvoir être dehors? C'était une bonne idée, après tout ils n'étaient pas à l'abri d'une nouvelle attaque de rôdeurs, et puis si un jour ils se retrouvaient tous dehors elle ne serait pas déstabilisée, il fallait l'habituer à ne pas rester enfermée tout le temps dehors la pauvre enfant. En plus de ça, prendre un peu l'air ne pouvait pas faire de mal à cette boule de nerfs sur patte, une sortie à l'air libre ne pouvait que faire du bien à Judith, et ça Beth en était sûre à presque 100%! C'est donc avec la gamine dans les bras que la blonde se dirigea vers ce qui servait de jardin à la prison, là où quelques enfants allaient jouer de temps en temps sous la surveillance d'adultes, au cas où.

Tandis que l'adolescente avançait, elle regardait le ciel soleil qui brillait pour une fois depuis longtemps et les nuages qui le masquaient de temps à autre rendait sa lumière moins aveuglante. Quand elles arrivèrent enfin dans l'herbe, Beth laissa Judith gambader tout en la surveillant de près, histoire qu'elle ne se mette pas à manger la terre où il y avait certainement déjà eut des rôdeurs qui avaient bavé ou ramper dessus, voilà qui n'aurait pas été très hygiénique. Déjà que de base manger de la terre n'était pas recommandé, si en plus des rôdeurs avaient fait des choses louches dessus.. je vous laisse imaginer. La petite se mit à lancer des sons incompréhensibles en marchant à quatre pattes, et Beth s'assit à côté d'elle dans l'herbe pour jouer avec elle (enfin jouer comme on joue avec un bébé quoi, vous m'avez comprise). Le soleil tapait assez fort, aussi la jeune fille se dit qu'aller à l'ombre serait mieux pour la petite fille qui était encore assez fragile, elle pourrait très bien attraper une insolation en une demi-heure, c'était plus prudent d'aller à l'ombre d'un arbre. Soupirant, Beth se leva et s'étira avant de regarder autour d'elle; des rôdeurs s'étaient agglutinés aux grilles et grognaient faiblement. Pitoyables, et dire qu'ils étaient si dangereux... Il était difficile de croire que ces.. choses, oui c'était le mot qui les désignait le mieux, étaient autrefois des humains comme eux. Tout ça à cause d'une épidémie.. elle avait dû diviser par deux le nombre d'habitants de la planète, non voir même de quatre! Ils étaient très peu de survivants, et ceux encore en vies étaient devenus pour la plupart des monstres sans foi ni loi (tout comme le Gouverneur).

« Allez, viens par là ma belle! »

La voix douce et guillerette de la jeune fille d'Hershel brisa ce silence presque serein (si l'on oubliait les grognements des rôdeurs, évidemment) et ses bras fins allèrent se saisir de la gamine pour l'emmener à l'ombre, loin de ces choses. Elle avait besoin de sortir, pas de voir ces horribles monstres! Elle se mit alors à déambuler, et par elle-ne savait quel moyen elle s'était retrouvée face aux tombes des morts. Silencieuse, elle se baissa et embrassa la croix qui était face à elle, lentement, et quand elle recula ses yeux étaient mouillés de larme. Tant de gens étaient morts, ces tombes venaient de leur rappeler que pour arriver jusqu'à cet endroit de rêves il y avait eu tant de pertes. Tant de personnes chères à ses yeux étaient mortes; sa mère, Otis, Jimmy, Shawn. Toute sa famille hormis son père et sa soeur étaient morte, puis ensuite ça avait été au tour de certains membres du groupe de mourir; Lori, Andréa, T-Dog, Axel, Oscar.. Les yeux brillants, quelques larmes roulaient sur ses joues tandis qu'elle serait contre elle Judith qui s'était tue. Pour étouffer ses sanglots, elle colla son front contre celui de l'enfant, et resta comme ça pendant une bonne minute à pleurer tous ces morts qu'elle avait connu, tous ces gens qui étaient morts dans ce cauchemar. Quand elle vit une silhouette arrivée, elle tourna le dos à la personne qui arrivait pour sécher précipitamment ses larmes, la mort était un lot quotidien dans ce monde, la mort était une libération dans ce monde. Elle ne devait pas pleurer, les morts étaient désormais en paix. Tous ceux qui n'étaient plus, ils n'avaient plus à avoir peur, plus à endurer tout ça. C'était ce qui avait poussé Beth à tenter de se suicider après le massacre de la grange; ne plus souffrir, ne plus voir toutes ces horreurs. Silencieusement, elle caressa la tête de Judith qui était en train de tirer doucement sur le tee-shirt de la jeune blonde. Tristement, cette dernière baissa la tête sur les tombes, et se décida a poser une fleur sur chacune, se mordant les lèvre pour ne pas exploser à nouveau.

 
❝ hope again everything could be okay. ❞
made by MISS AMAZING.


Dernière édition par Beth Greene le Lun 17 Mar - 3:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: remember » {ALYABETH}   Dim 16 Mar - 6:45




Beth & Alyana


Remember...
16 Septembre 2011


J’avais décidé de partir. C’était le jour parfait, aujourd’hui. Le soleil était déjà haut dans le ciel, et j’étais prête à m’en aller. J’étais contente d’avoir pu rester à la prison, d’avoir pu aider les gens, mais maintenant, c’était fini. J’avais trop tiré sur la corde. Je n’allais pas continuer à manger sur leur dos, ni à occuper une de leurs cellules. J’avais donc rangé mes affaires dans mon sac à dos. Inutile de dire au revoir à tout le monde. Je savais pertinemment bien qu’ils n’allaient pas me laisser partir comme ça. Non, j’allais partir sans rien dire à personne. C’était dommage, car il y avait des survivants que je ne voulais pas quitter comme ça. Rick, Hershel et Daryl, pour ne citer qu’eux. Même les autres, en fait. J’avais tissé pas mal de liens, grâce à cette tempête et cette grille qui avait manqué de se casser la gueule à cause des zombies. Mais c’était mieux comme ça. Et puis, les alentours d’Atlanta n’étaient pas très grands : il y avait toujours moyen que je recroise l’un ou l’autre. Je laissai mon sac dans ma cellule. Avant de partir, il y avait une chose que je voulais faire, encore. Une dernière. C’était aller voir Kyle.

Après quelques minutes de marche dans les couloirs gris de la prison, je me retrouvai à l’extérieur. Une brise légère volait dans l’air et venait caresser mes cheveux. Les survivants étaient occupés et ne faisaient guère attention à moi. Tant mieux, personne ne remarquerait que je partais. Pas à pas, je me dirigeai vers les tombes. Le ciel était d’un bleu éclatant, et si l’épidémie n’avait pas eu lieu, il serait certainement rempli de traînées d’avions. Mais là, il n’y avait plus rien. C’était quand même plus beau comme ça, je trouvais. Tout était si calme… Kyle pouvait reposer en paix. Dans tous les sens du terme. Il ne serait plus jamais dérangé par quoi que ce soit. Dire que s’il avait été en vie… bon, j’aurais quand même préféré repartir, mais surement m’aurait-il demandé de rester. Et comment lui refuser quoi que ce soit ? Ici, il aurait été heureux. Il aurait pu jouer avec d’autres enfants, apprendre à survivre, apprendre pleins de choses avec Hershel. Même Rick et Daryl lui auraient appris des choses. Malheureusement, rien ne va comme on le souhaite, n’est-ce pas ? Heureusement, je ne pleurais déjà plus. J’étais toujours dévastée par sa mort, mais je ne pleurais plus. Parce que je positivais. Du moins, j’essayais.

Quand les tombes furent à portée de vue, je remarquai que je n’étais pas la seule à avoir eu l’idée de visiter les morts. Il y avait aussi… Beth, accompagnée de la petite Judith. Je n’avais pas encore eu vraiment l’occasion de parler à la jeune fille –sauf lors de la tempête, ni même de vraiment voir le petit bébé. Mais c’était l’occasion ou jamais, non ? Juste au moment de partir… j’espérais qu’elles ne réussissent pas à me faire rester, ces deux-là. Enfin, si je ne lui disais rien à propos de mon départ, Beth n’allait pas m’en parler. Jusqu’à preuve du contraire, elle n’était pas télépathe. Je m’approchai donc lentement. Les irrégularités de la pelouse me donnaient parfois du mal à garder mon équilibre. Une fois à la hauteur des deux, je baissai mon regard vers les deux têtes blondes.

« Salut. »

A quelques mètres de nous, se situait la tombe de Kyle. C’était celle dont la terre était la plus meuble. Je m’abaissai et finis par m’asseoir à côté de la jeune fille. Après un rapide coup d’œil, je remarquai que ses yeux étaient bouffis. Ah. Peut-être que je n’étais pas la bienvenue, en fait. Mais le bébé dans ses bras pointa un petit doigt potelé vers moi et je ne pus m’empêcher de pointer à mon tour un doigt vers elle. Un rire s’échappa de ses petites lèvres et un sourire s’afficha sur mon visage. Généralement, j’étais douée pour parler. Mais là, je ne savais pas trop quoi dire. J’avais peur d’être « de trop ». Finalement, je me lançai. Je comprendrais bien assez tôt si j’étais vraiment de trop, ou si c’était juste un effet de mon imagination.

« Comment ça va ? Vous faites une petite sortie entre filles ? »

Heureusement que c’était un soleil de fin d’été, qui donc était moins fort que celui de juillet ou août. Sinon, ça se révèlerait dangereux pour l’enfant. Mais là, elle ne risquait pas grand-chose.




© Daph



_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: remember » {ALYABETH}   Mer 19 Mar - 1:38


 

 
❝alyana x beth

 
   ♡ do you remember? (16/09)

Et voilà qu'elle recommençait à pleurer silencieusement. Encore, toujours et encore. Toutes les deux secondes ses larmes se battaient pour être les premières à couler sur le balcon de ses yeux bleus, alors qu'elle se mordait les lèvres pour se retenir. Ils lui manquaient tant, elle aurait tellement voulu les serrer uns à uns dans ses bras frêles. Pleurer dans les bras de Jimmy lui manquait, la douceur d'Otis et de Patricia lui manquait, sa mère lui manquait, l'humour de Shawn lui manquait aussi. La compréhension de Lori, la générosité de T-Dog. Tous, ils lui manquaient tous autant qu'ils étaient. Elle pouvait être heureuse d'avoir toujours son père et sa soeur dans ce chaos, et elle avait même trouvé un beau frère dans cette apocalypse. Cependant, elle ne pouvait continuer de penser que tout ça était injuste, de risquer sa vie rien qu'en allant chercher à manger ou de l'eau. De risquer sa vie rien qu'en vivant. Nouveau sanglot, Beth finit par se calmer petit à petit avant que la jeune Judith ne finisse dans le même était qu'elle: une fille qui pleurer est déjà bien assez. Malgré toutes ses horreurs et ces personnes perdues, ils avaient rencontré de nouvelles personnes et un nouveau groupe au fur et à mesure de leur survie, et ça, c'était déjà un grand pas. Judith se mit alors à babiller, comme si elle sentait la tristesse et la détresse de Beth et qu'elle voulait la réconforter ce qui arracha un demi-sourire à cette dernière, qui posa la petite dans l'herbe quelques secondes pour poser une fleur sur la tombe qui avait été creusée pour Lori. Certes, elle n'avait pas été très proche de cette dernière mais elle avait été adorable avec elle, elle avait même été là et avait enfoncé la porte de sa salle de bain avec un pied de biche quand elle avait tenté de se couper les veines à la grange, et elle ne pouvait que lui en être reconnaissante maintenant. S'occuper de sa fille était la moindre des choses après tout. Et puis, ce n'était pas comme si Judith était insupportable: elle était adorable bien qu'un peu.. bruyante, comme tous les enfants. Beth avait toujours voulu avoir un bébé (dans le fond elle pensait qu'elle aurait un enfant de Jimmy quand elle serait adulte) mais dans ce chaos elle ne s'y risquerait pas. Un jour elle avait même demandé à Lori comment avait-elle pu avoir un enfant dans toutes ces horreurs, et avait été dégoûtée par cet acte qu'elle jugeait irréfléchi. Elle s'en était beaucoup voulu juste après avoir dit ça mais ne s'était jamais excusée auprès de la mère de Carl. Alors que Judith allait porter un caillou à sa bouche Beth la reprit dans ses bras juste à temps sans écouter ses protestations, elle ne vit pas Alyana qui arrivait en même temps et lui disait;

« Salut. »

La jeune petite blonde sursauta tandis qu'elle tenait la bébé dans ses bras et se détendit en reconnaissant la nouvelle arrivée fraîchement à la prison avec un petit nommé Kyle qui était mal en point. Avec un pincement au cœur, Beth se souvenant que ce petit dont elle s'était occupée avec son père avait succombé à ses blessures, et fut triste pour Alyana qui se retrouvait maintenant seule. La fille d'Hershel adressa un faible sourire à son interlocutrice avant de lui tourner le dos et de frotter discrètement ses yeux bouffis: cela n'avait pas dû passer inaperçu aux yeux de la nouvelle venue mais cette dernière avait eut la bonne idée de faire simplement comme si elle n'avait rien vu, chose dont lui fut reconnaissante Beth qui observa Judith se mettre à babiller des mots incompréhensibles et de montrer du doigt Alyana, ce qui fit sourire les deux femmes. Beth n'avait que très peut parlé à la jeune femme, elle avait surtout fait de son mieux pour aider son père à garder en vie le petit Kyle: mais ils avaient beaucoup trop peu de moyen et ce dernier était mort: bel et bien mort.

« Comment ça va ? Vous faites une petite sortie entre filles ? »
« ça va. Oui. »

Une bien faible réponse lancée dans un murmure emporté par la bise de fin d'été, faisant voleter ses courts cheveux de la couleur du blé et sales. Eh oui, le problème avec la fin du monde c'est que l'on avait pas toujours le temps de prendre une douche dès que nos cheveux commençaient à être gras: il fallait savoir mettre son hygiène de côté et se laver quand il le faut, parce que l'eau devient rare. Un lourd sacrifice à faire quand on est une fille, mais Beth s'y était vite habituée. Alors qu'un silence s'installait, Beth se remit à observer les tombes sur lesquelles étaient plantées des croix maladroitement faites avec des bouts de plastique et de bois: ils prenaient toujours très à cœur le fait d'enterrer leur morts, une façon de garder leur humanité. Dans un accès de tristesse elle ne s'était pas rendue compte qu'elle avait mis des fleurs sur chacune des tombes sans exception: certes ce n'étaient que des pâquerettes et des marguerites auxquelles il manquait des pétales, mais dans une cours de prison il était rare que des orchidées et des roses y poussent. Une question franchit alors ses lèvres;

« Laquelle est la tombe de Kyle? »

Une question innocente qui pourrait se révéler dévastatrice pour Alyana, ce qui n'était pas du tout l'intention de Beth: elle voulait juste savoir si cet enfant avait été enterré ici en bonne et due forme: connaissant Rick et les autres, elle se doutait que cela avait été fait mais elle souhaitait en être sûre, pour avoir la conscience tranquille.

 
❝ hope again everything could be okay. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: remember » {ALYABETH}   Ven 21 Mar - 10:57




Beth & Alyana


Remember...
16 Septembre 2011


Je m’avançai vers Beth, la fille cadette d’Hershel. Elle était assise devant les tombes alignées face à nous, et tenait la petite fille de Rick. J’hésitais quand même de la déranger. Je ne voulais pas me faire « mal voir » avant de partir comme ça. Les survivants de la prison avaient tous été très gentils avec moi, et je ne voulais pas… déranger. Le fait de m’incruster ainsi près de Beth était une sorte de dérangement, si elle ne voulait pas de moi. J’aurais pu faire demi-tour mais l’idée ne fit que me traverser l’esprit. En effet, je voulais dire au revoir à Kyle. Je devais le faire. Je pris donc mon courage à deux mains et une fois à hauteur des deux têtes blondes, je les saluai. Beth sursauta alors, et j’eus du mal à ne pas afficher un sourire. La jeune fille leva alors son regard bleu vers moi. Ses yeux étaient bouffis, comme si elle avait pleuré. Bon, voilà que j’arrivais au bon moment… je m’abaissai et m’assis à ses côtés : il était de toute manière trop tard pour faire marche arrière. En tous cas, la petite Judith semblait contente de me voir, vu son joli sourire dessiné sur son visage. Bref, il fallait que je continue le jeu jusqu’au bout, car partir maintenant ne le ferais pas. Puis il fallait encore que je dise au revoir à Kyle. Je finis par demander à l’adolescente si elle allait bien, et si les deux faisaient une sortie entre filles.

Elle me répondit simplement par l’affirmative. Du coup, j’étais un peu à court de mots. Elle ne devait certainement pas avoir envie de parler. Pourquoi… ça, c’était une bonne question, qui resterait surement sans réponse. Après tout, nous avions tous nos petits secrets. Pour moi, c’était mon départ prochain.
Tout d’un coup, je remarquai que toutes les tombes étaient fleuries de quelques pâquerettes. Rien de bien pompeux, évidemment. Et c’était à peine visible. Juste quelques taches blanches sur la terre retournée –et l’herbe naissante pour les tombes les plus anciennes. Même celle de Kyle y avait eu droit. Cette petite attention me toucha énormément. Au moins, j’avais la certitude que quelqu’un viendrait de temps en temps lui rendre visite. C’était toujours mieux que rien. Et bien mieux que de pourrir en pleine nature. Ça me faisait de la peine de le laisser ici, mais c’était l’endroit idéal pour lui, qu’il soit mort ou vivant.

Soudain, Beth me demanda quelle était la tombe de mon petit compagnon. Mon cœur se serra un peu. Quand je le gardais dans mes pensées, ça me faisait moins mal que d’en parler. C’était tout de même stupide comme façon de penser. Mais bon, ça voulait déjà dire que j’avais fait un pas en avant. D’ailleurs, ma gorge ne se serra même pas. J’étais en plein deuil, oui, mais j’évoluais bien. Et encore heureux : je me voyais mal commencer à déprimer seule, à pleurer durant toute la journée pendant des mois, et à me laisser dépérir. Kyle n’aurait certainement pas apprécié. Finalement, j’avais vécu plusieurs mois à ne vivre que pour lui. Dorénavant, j’allais encore vivre pour lui. Mais cette fois, pour sa mémoire. Après plusieurs secondes, je finis par tendre le bras et montrai la tombe la plus éloignée, la plus « fraîche » en même temps que je la fixai du regard.

« C’est celle-là. »

Encore une fois, le silence s’empara de nous. Après mûres réflexions, je voulais savoir pourquoi elle avait pleuré –parce que oui, avec des yeux pareils, elle ne pouvait qu’avoir pleuré presque toutes les larmes de son corps. J’étais curieuse de nature, et je savais aussi que parler aidait à aller mieux. J’en étais la preuve vivante : si je n’avais pas passé plusieurs heures à parler avec Daryl, je ne serais peut-être pas aussi « en forme » que je l’étais maintenant. Il m’avait beaucoup aidé, bien malgré lui, et je lui en étais infiniment reconnaissante.
Après avoir tourné le visage vers Beth et la petite Judith, je me lançai et lui posai la question.

« Comment… pourquoi as-tu pleuré ? »

C’était un peu maladroit, certes. Je n’avais pas encore l’habitude de parler aux gens quand ça allait mal. On avait jamais eu de cours du genre, à l’école, et le peu de connaissances que j’avais, je les avais acquises sur le terrain. Vraiment pas pratique. Mais ma voix avait été douce et sous-entendait bien que si elle ne voulait pas me répondre, elle le pouvait. Maintenant, quant à sav[oir si elle avait compris le message, c’était une autre histoire.
Judith piailla légèrement et fourra quatre doigts de sa main droite en bouche, la badigeonnant de bave. Ça m’avait manqué, les bébés baveux, même si je préférais les enfants plus âgés : plus facile de parler avec eux…




© Daph



_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: remember » {ALYABETH}   Dim 23 Mar - 2:16


 

 
❝alyana x beth

 
   ♡ do you remember? (16/09)
« C’est celle-là. »
« Oh, d'accord. »

Beth ne s'attendait pas à voir une réponse aussi rapidement. En silence, elle suivit du regard la direction que lui indiquait Alyana avant de voir qu'elle avait posé une fleur sur cette tombe sans savoir que c'était celle de Kyle. La gorge serrée, la jeune et petite blonde était prête à éclater à nouveau en sanglot à n'importe quel moment, il fallait croire qu'aujourd'hui c'était al goutte d'eau qui avait fait déborder le vase.. ou plutôt l'océan au vu de la situation. Le regard bleu de la soeur de Maggie se dirigea vers les grilles d'où provenaient des grognements bestiaux de rôdeurs qui tentaient de passer à travers la grille avec l'énergie du désespoir, seulement guidés par la faim et l'odeur de la chair fraîche ne demandant qu'à être croquée sans aucune délicatesse. Elle avait vu la façon ton les membres d'Alyana s'étaient mis à trembler après sa question et s'en était voulu, elle ne voulait pas causer encore plus de tristesse à cette femme qui en souffrait déjà beaucoup trop. La jeune Beth serra un peu plus la petite Judith contre elle, en songeant à quel point ce nouveau monde était cruel. Aucune pitié, que ce soit pour les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes, les personnes handicapés et j'en passe, une seule règle était toujours en règle: celle du plus fort. La loi de la jungle, les faibles meurent et les forts survivent, c'était comme ça que tout marchait maintenant. Il fallait savoir faire des sacrifices, abandonner des gens devenus des fardeaux, tué ses amis mordus et d'autres choses encore plus horribles les unes que les autres, choses auxquelles Beth n'avait aucune envie de penser en cet instant précis, mais alors pas du tout. C'était la pensée de toutes ces horreurs à venir qui avait poussé Beth à tenter de se tuer en se coupant les veines après maintes heures à réfléchir, allongée dans son lit après l'état de choc qui avait suivi le carnage de la grange, et la jeune fille continuait de se dire des fois que tout aurait été mieux si elle avait été morte, mais jamais Maggie ne lui aurait pardonné, et son père aurait été effondré. Fermant les yeux quelques instants, elle se dit qu'au moins toutes ces personnes qui les avaient quittées étaient en paix maintenant et n'avaient plus à vivre dans ce monde horrible cruel et sans aucune pitié. La moindre erreur était fatale, vous mangiez vous risquiez votre vie, vous buvez vous la risquiez, vous dormiez vous la risquiez. Il fallait toujours être sur ses gardes, se réveiller au moindre bruit suspect car un rien pouvait causer votre perte. Un soupir las s'échappa de ses lèvres fines tandis qu'elle caressait doucement la tête de Judith qui se mettait à gesticuler dans tous les sens dans ses bras.

« Comment… pourquoi as-tu pleuré ? »
« Parce que ces tombes m'ont rappelé tous ceux que l'on a perdu, et que j'ai perdu. Ils ne sont pas tous enterrés. »

Elle avait mis quelques secondes à lui répondre, car ce n'était pas dans ses habitudes de se confier à la première personne venue. Cependant, avec Alyana ce n'était pas pareil, elle lui inspirait confiance et elle était gentille alors Beth savait qu'elle pouvait lui dire tout ce qu'elle avait sur le coeur sans se soucier de rien d'autre. Un petit silence suivit sa réponse à la blonde avant que Beth ne continue, pousser par une voix dans sa tête qui lui disait de se confier;

« Pendant les premiers mois de l'épidémie, je suis restée cloîtrée chez moi avec ma demie-soeur, mon demi-frère, mon père, mon petit ami et deux amis de la famille. Puis Rick est arrivé, tout a commencé à empiré et ils sont tous morts sauf moi, Maggie et mon père. Je n'ai pas beaucoup pleuré pour eux, en premier lieu parce que je n'en avais pas le temps, et je m'en suis toujours voulue. Puis on a fui, on est arrivés ici et on a fini par perdre d'autres gens: on a failli perdre mon père, puis il y a eu la mort de T-Dog un membre du premier groupe de Rick, puis celle de Lori la mère de Judith et femme de Rick, et ensuite d'Alex et d'Oscar qui étaient des nouveaux. J'ai peur en permanence de continuer à perdre des gens, je m'accroche à Judith parce que je ne veux pas qu'il lui arrive quelque chose de un parce que je l'aime beaucoup, et de deux parce que Rick et  Carl en seraient dévastés. J'ai peur tout le temps de perdre la famille qu'il me reste, et les membres du groupe. »

Au fur et à mesure des noms qu'elle énumérait, sa voix se faisait tremblante car les têtes de tous les morts auxquels elle pensait apparaissaient dans sa tête, ils souriait tous avec le même air bienveillant collé au visage, et pourtant ils étaient morts. Morts. Morts. Morts. Morts. Ils étaient morts, elle devait arrêter de penser à eux avant que cela ne devienne beaucoup trop pour elle et qu'elle en rechute à nouveau comme ce jour à la grange. Maintenant elle s'était endurcie, elle devait surmonter tout ça. Les mains tremblantes, Beth replaça une mèche derrière son oreille et resserra sa queue de cheval pour se donner contenance, mais elle venait de perdre cette carapace qu'elle s'était forgée et installée tout autour d'elle pour ne plus pleurer et ne plus s'effondrer à la moindre occasion. Le temps de cette conversation, elle était redevenue cette fille détachée et inconsciente du danger que représentaient ces monstres, inconsciente du fait qu'ils n'étaient plus les personnes qu'ils étaient avant leur mort. Qu'ils n'étaient plus humains, tout simplement. Après le silence qui suivit son monologue, Beth finit par demander à Alyana qui était restée silencieuse;

« Et toi, à part Kyle tu as perdu beaucoup de gens? »

Une question dévastatrice posée par une jeune adolescente effondrée qui avait besoin de se confier à quelqu'un, et ce quelqu'un était Alyana que ça lui plaise ou non. Elle était arrivée au moment où la carapace de la cadette des Greene, maintenant elle allait devoir assumer le rôle de confidente d'une adolescente le temps d'une -longue- conversation.

 
❝ hope again everything could be okay. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: remember » {ALYABETH}   Dim 23 Mar - 10:28




Beth & Alyana


Remember...
16 Septembre 2011


Quand je montrai la tombe de Kyle à Beth, elle parut touchée. Pourtant, c’était à moi de l’être le plus, non ? Enfin, je m’étais faite à l’idée que mon petit protégé était décédé. Mais c’était tout de même difficile. Des enfants, j’en avais perdu des tas, durant mes quelques années en tant qu’infirmière, et même stagiaire. C’était toujours difficile, c’était vrai. Mais la mort de Kyle m’avait littéralement dévastée. J’allais continuer à pleurer, c’était vrai. Mais pas « pour lui », non. Il était mieux là où il était, maintenant. Non, j’allais pleurer le vide qu’il laissait derrière lui. J’allais pleurer la solitude qui allait m’envelopper, une fois que j’allais partir. C’était assez spécial comme façon de penser. Même moi, je m’y perdais un peu. Finalement, peut-être que j’allais quand même continuer à pleurer Kyle tout court, en fait. Je soupirai. C’était compliqué. Mes sentiments étaient compliqués. J’avais eu la même chose avec mon père, quand il était mort. J’étais tellement triste, ça avait été tellement soudain…
Je balayai le paysage du regard. Les Walkers, derrière la clôture nous regardaient, espérant toujours pouvoir se mettre un morceau de chair –si possible la nôtre– sous la dent. Dire que Kyle était devenu l’un d’entre eux. Dire que je l’avais laissé se transformer… bon, je n’étais pas au courant que nous étions tous infectés, aussi. Et honnêtement, j’aurais préféré l’apprendre autrement. Mais ce qui était fait était fait. J’étais tout de même soulagée que Daryl ait réussi à le tuer sans verser trop de sang, ni que ce soit trop violent.

Après plusieurs minutes de silence, je finis par poser une question à Beth. Cette question me turlupinait depuis que je l’avais rejointe. A savoir : pourquoi avait-elle pleuré ?
Elle mit quelques secondes avant de me répondre. La jeune fille m’expliqua que les tombes lui avaient rappelés toutes les personnes qu’elle avait connues et qui étaient maintenant parties. Malheureusement, certaines d’entre elles n’étaient pas enterrées ici. Encore une fois, elle se tut pendant quelques instants. On ne pouvait entendre que le vent souffler dans les arbres, et les babillements de la petite Judith. Nous profitions des derniers rayons de soleil de l’été, à nous confier l’une à l’autre. Mais j’avais l’impression que c’était surtout Beth, qui avait besoin de le faire. Après toutes ces années à écouter les gens, on commençait à avoir un certain pré-sentiment pour cela. Et j’avais raison : elle me raconta sa vie, après l’épidémie. D’abord, elle vivait dans la quiétude, dans une ferme, avec sa mère, son père, Maggie… et d’autres personnes. Et puis, le groupe de Rick était arrivé et avait semé la zizanie. Bizarrement, ça ne m’étonna qu’à moitié. Un léger sourire tendre s’afficha sur mes lèvres, tandis qu’elle continuait son histoire. C’était touchant. Touchant, poignant. Plus elle avançait dans son récit, plus le ton de sa voix était tremblant. La pauvre. J’avais presque envie de la prendre dans mes bras pour la réconforter. A la place, je me contentai de poser une main rassurante sur son épaule. Elle conclut en m’avouant qu’elle vivait dans la peur constante de perdre son père, sa sœur et les autres membres du groupe. Je détournai mon regard d’elle pour le concentrer sur la petite Judith. Dans un murmure, je répondis :

« C’est normal. Si tu n’avais plus peur pour ta famille, pour Judith… pour toi… tu n’arriverais pas à survivre. La peur nous aide à rester en vie, crois-moi. Il ne faut pas te laisser paralyser par elle, mais il faut qu’elle reste, ne fut-ce qu’un tout petit peu. »

Et c’était vrai. Finalement, quand Kyle s’était réveillé, transformé, j’avais eu tellement peur que je n’avais plus pu bouger. Si Daryl et Rick n’avaient pas été là, mon petit protégé m’aurait littéralement mangé toute crue. J’avais été terrifiée et dans l’incompréhension la plus totale. Mais l’inverse était vrai aussi : si on n’avait plus peur, alors on perdait une partie de sa vigilance. Et ça, c’était tout aussi mauvais.
Le silence reprit possession de nous. Peut-être que je n’aurais pas dû répondre, en fait ? Je n’en savais trop rien. Mais j’étais contente de l’avoir fait : au moins, elle avait mon point de vue. Elle pouvait en faire ce qu’elle voulait, mais j’espérais qu’il lui soit bénéfique.

Puis, Beth reprit. Elle me demanda si, à part Kyle, j’avais perdu beaucoup de gens. Ah ! Ça, c’était une bonne question. Ma main abandonna l’épaule de la jeune fille pour se faufiler dans mes cheveux. Puis, je la posai sur mes chevilles.

« Bah… je t’avoue que je n’en sais trop rien… »

Je marquai une pause, puis repris, l’air plus léger. Même si je n’avais pas vraiment fait totalement le deuil de Kyle, j’avais fait celui des autres personnes que je connaissais. J’avais eu assez le temps pour, après tout.

« Ma mère est rentrée en France peu avant que l’épidémie ne commence. Je n’ai plus de nouvelles d’elle depuis des mois. Elle est peut-être morte. Ou alors, elle est en sureté avec mes grands-parents. Mais j’en doute quand même. Quant à mon frère… je ne savais pas où il vivait du coup ben… je n’ai pas pu le retrouver. Enfin, à mon avis, il est mort lui aussi. Il était tout le temps ivre ou complètement shooté… pas l’idéal pour survivre dans ce monde. Et mes amis… je n’ai jamais eu de nouvelles. J’ai bien essayé de les trouver, au début, mais mes recherches n’aboutirent à rien. »

Quand on y repensait, c’était quand même moche : je n’avais plus eu que Kyle, et voilà qu’il était mort. Je me retrouvais toute seule, comme une imbécile.




© Daph



_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: remember » {ALYABETH}   Ven 4 Avr - 6:24


 

 
❝alyana x beth

 
   ♡ do you remember? (16/09)
« C’est normal. Si tu n’avais plus peur pour ta famille, pour Judith… pour toi… tu n’arriverais pas à survivre. La peur nous aide à rester en vie, crois-moi. Il ne faut pas te laisser paralyser par elle, mais il faut qu’elle reste, ne fut-ce qu’un tout petit peu. »
« Tu as sûrement raison... »

La peur... c'était ce sentiment qui lui tiraillait le ventre à chaque seconde, chaque minute, chaque heure, chaque jour, chaque semaine, chaque mois, chaque pas, chaque respiration, chaque brise, chaque mot, chaque phrase. Cette peur de voir les gens qu'elle aimait mourir, cette peur de voir ses compagnons se faire dévorer les uns après les autres, cette peur de se faire attraper, elle, comme cette fois où Patricia lui avait été arrachée des bras par les rôdeurs. Cette fois où elle n'avait pas lâché sa main et l'avait regardée se faire dévorer, cette fois où elle avait lu la peur et la douleur dans son regard, cette fois où elle avait vu la mort. La peur était donc ce qui les gardait en vie? Alyana devait avoir raison. Si elle n'avait pas peur à chaque fois qu'elle faisait quelque chose, elle serait moins méticuleuse dans ses actions et cela pourrait mener chaque survivant à une mort certaine, la nouvelle arrivante avait raison. Silencieusement, Beth pensait à ces sages paroles dignes de son père en caressant doucement la tête de Judith qui continuait de s'entraîner à lancer divers sons qui ressemblaient étrangement à des gazouillis d'oiseaux. Plongée dans ses pensées philosophiques, elle fut tirée subitement de cette dernière par la voix de la blonde qui continuait de répondre à ses questions;

« Bah… je t’avoue que je n’en sais trop rien… »

C'était encore pire de ne pas savoir que de le savoir. Selon le point de vue de la jeune sœur de Maggie, ne pas savoir si un proche était vivant ou non était la pire des choses car on ne savait pas si il y avait encore une chance de la retrouver, on ne se faisait pas de faux espoirs au moins. On n'espérait pas pour rien, on savait que l'on n'avait plus aucune chance de retrouver ces personnes et l'on pouvait entamer notre deuil en paix. Cependant, si l'on n'en savait rien, on continuait d'espérer à chaque groupe rencontré, chaque survivant croisé et localisé. On devenait une ombre de sois-même occupée à survivre et à chercher les membres auxquels on tenait sans se soucier du reste, jusqu'à devenir un monstre. Et Beth ne le voulait pas, devenir un monstre.

« Ma mère est rentrée en France peu avant que l’épidémie ne commence. Je n’ai plus de nouvelles d’elle depuis des mois. Elle est peut-être morte. Ou alors, elle est en sureté avec mes grands-parents. Mais j’en doute quand même. Quant à mon frère… je ne savais pas où il vivait du coup ben… je n’ai pas pu le retrouver. Enfin, à mon avis, il est mort lui aussi. Il était tout le temps ivre ou complètement shooté… pas l’idéal pour survivre dans ce monde. Et mes amis… je n’ai jamais eu de nouvelles. J’ai bien essayé de les trouver, au début, mais mes recherches n’aboutirent à rien. »

Beth hocha doucement la tête durant tout son monologue, tandis que la fille de Rick agitait ses mains dans tous les sens et battait des jambes avec énergie. En y repensant, Judith ne connaîtrait jamais un autre monde que celui-ci, elle ne connaîtrait jamais la joie d'aller à l'école, de faire des activités (hormis le massacre de zombie, l'auto-défense et autres joies de ce monde). Et puis, saurait-elle un jour lire, écrire et compter? Car personne n'était qualifié ici pour lui apprendre toutes ces choses, tout ce qu'elle saurait faire sera combattre, tuer, blesser et survivre, il n'y aura aucune place dans sa vie pour l'innocence et la candeur d'une enfant. Jamais elle ne pourrait s'amuser à jouer à la poupée, ou alors elle devra le faire bien cachée et dans un lieu sûr. Si cela se trouvait, elle aurait déjà tué des rôdeurs avant même d'avoir son premier jouet! Cependant, Beth savait que Rick et Carl feraient tout pour la préserver, alors elle ne s'inquiétait pas pour ça.

« D'un autre côté, au moins ils sont en paix et n'ont plus à vivre toutes ces horreurs. »

Un murmure s'échappa de ses lèvres, elle lâcha un petit bâillement et laissa Judith gambader un peu dans l'herbe après s'être assurée qu'elle n'avait rien à mettre dans sa bouche, puis la jeune blonde se mit à arracher des brins d'herbe frénétiquement, les dents serrées. Dans ce monde, son père avait tout fait pour leur faire garder la foi à elle et à Maggie, mais Beth se demandait si Il existait vraiment. Si ils étaient tous Ses enfants, pourquoi les faire souffrir autant? Soupirant intérieurement, l'adolescente se mit à observer le bébé s'amuser avec des brins d'herbe, un sourire collé au visage.

 
❝ hope again everything could be okay. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: remember » {ALYABETH}   Dim 6 Avr - 9:54

Alyana Johnson a écrit:



Beth & Alyana


Remember...
16 Septembre 2011


Beth m’avoua qu’elle avait peur de perdre encore les gens auxquels elle tenait. En même temps, vu son histoire personnelle, c’était normal. Je ne la connaissais pas dans les détails, mais Daryl m’avait expliqué comment ils en étaient arrivés là, comment ils avaient réussi à survivre… je m’en étais d’ailleurs voulu car finalement, je n’avais pas tellement côtoyé la mort, comparé à eux. Finalement, nous avions subi quelques attaques de zombies, avec Kyle, mais nous nous en étions toujours sortis indemnes. Certes, au début nous avions été séparés des groupes que nous avions rencontrés. Mais par après… nous avions survécu « facilement ». D’ailleurs, le seul mort que j’avais eu depuis longtemps n’était autre que Kyle. Ah… Kyle. Je n’allais plus jamais le voir. J’allais devoir vivre sans lui, pour toujours. C’était dur de se dire ça.
Néanmoins, je réussis à lui répondre ce que je pensais vraiment : c’était normal qu’elle ait peur. Sinon, elle n’arriverait tout simplement pas à survivre. Vu comme ça, ça pouvait sembler cru. Mais c’était vrai, en soi ! Il fallait avoir peur pour arriver à survivre, maintenant. L’adrénaline était une chose importante voire primordiale pour s’en sortir, j’en étais convaincue. La preuve était tout de même que c’était que quand nous avions été en danger que j’avais été la plus efficace : courir, vite, en silence, tout en portant Kyle. Quand ça arrivait, je pouvais rester plusieurs nuits sans dormir. Doucement, la cadette d’Hershel murmura que j’avais surement raison. Et puis, elle me posa une nouvelle question. Elle me demanda si j’avais perdu d’autres personnes que Kyle, à cause de l’épidémie. Je restai quelques instants silencieuse. L’odeur de l’herbe fraîche et de poussière fut transportée par la brise légère, caressant doucement mes joues, ainsi que celles de Beth et de la petite Judith. Je finis par avouer la vérité : je ne savais pas si j’avais perdu d’autres personnes. Je fis une légère pause puis repris, expliquant à Beth que ma mère était repartie en France peu avant l’épidémie, et que mon frère était simplement « porté disparu ». Il devait surtout être mort, shooté ou bourré dans un coin. J’avais bien essayer de partir à sa recherche, mais mes fouilles n’avaient pas vraiment porté leurs fruits. Bizarrement, j’avais réussi à faire mon deuil assez facilement : je devais m’occuper de Kyle et ça me prenait beaucoup de temps et de réflexion, d’où le fait que je n’avais pas eu à fortement penser à ma famille.

Beth hocha lentement la tête. Bah, je ne souhaitais pas spécialement qu’elle réponde à cela. Il n’y avait rien à dire, d’ailleurs. De la compassion, je n’en avais pas vraiment besoin. C’était moi qui étais compatissante, normalement. Je n’avais pas l’habitude qu’on le soit avec moi. Je lançai un regard au petit bébé qui gigotait encore une fois dans tous les sens, et je pris une de ses petites mains pour la serrer, comme pour lui dire bonjour. Ç’eut le don de faire éclater de rire le nourrisson. Ses yeux pétillants détaillaient les alentours avec une curiosité accrue. La voix de Beth brisa alors la paix de ce moment. Pour elle, ils étaient maintenant tranquilles, et n’avaient plus à vivre avec toutes ces horreurs. Un sourire plus large que je l’aurais voulu se dessina sur mon visage tandis que Beth arrachait quelques brindilles d’herbe, et je finis par lancer :

« C’est vrai. Au moins là où ils sont, ils sont bien. Ils n’ont plus à combattre, à survivre, à se protéger… où qu’ils soient, ils ont de la chance. »

Et puis, Judith commença à imiter l’adolescente et se mit à jouer avec l’herbe verte. Elle s’amusait beaucoup, l’enfant. Au moins elle avait de la chance de pouvoir garder une certaine innocence. J’espérais aussi que les survivants de la prison feraient tout leur possible pour qu’elle la garde le plus longtemps possible. C’était chose difficile à notre époque, mais pas impossible. J’exprimai mes pensées à la blonde :

« J’espère qu’elle gardera sa naïveté d’enfant assez longtemps. Ce n’est pas facile, je sais… Kyle ne l’a pas gardé bien longtemps mais… mais même avant l’épidémie, il était déjà fort mature pour son âge. »

Oh oui ! La maladie avait fait grandir plus vite que prévu le petit garçon que j’avais connu, il y avait des années de cela. D’ailleurs, la plupart des enfants atteints d’une maladie grave faisaient plus que leur âge. Que ce soit physiquement ou mentalement.




© Daph



_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: remember » {ALYABETH}   

Revenir en haut Aller en bas
 

remember » {ALYABETH}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21
» .:' A love to remember... ':. ~ {PV R'hapsody}
» FINLEY JUDAS LEVY-EYNSFORD ⊱ ❝ you jump I jump, remember ? ❞
» 03. Boy, one day you'll remember me !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: La Prison :: Jardin & Tombes-