Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Jack Anderson
I'd Rather Have my Flight

Feat : Zachary Quinto
Messages : 614
Date d'inscription : 29/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!   Lun 17 Fév - 4:45

13 septembre


Le treize est un nombre qui porte malheur s’il tombe le vendredi. Du moins, c’était le cas avant l’épidémie. Est-ce toujours le cas? Pour moi, tous les jours portent malheur étant donné qu’il n’y en pas un sans que je doive défendre ma peau contre un Walker ou bien que j’en vois au loin. Ce n’est pas le meilleur des climats pour vivre vous en conviendrez! L’épidémie avait purgé les humains, bien que même les plus darwinistes d’entre nous ne seraient pas d’accord avec cette affirmation : mais on dit que seul les plus forts survivent. À ce que je vois, je suis en vie. Donc choix un, je faisais partie des plus forts de la race humaine, choix deux j’ai eu de la chance ou bien le choix trois, j’avais fait ce qu’il fallait pour survivre. Je parierais plus sur la troisième option, mais ça je ne le disais pas à voix haute, je pourrais être mal interprété… Je ne vais pas commencer à faire une liste de ce que j’ai fait depuis le début de tout ce merdier, mais pour vous donner une idée, je peux vous donner quelques exemples. Pour commencer, lors du début, alors que les gens ne comprenaient pas bien encore ce qui se passait, j’ai volé une auto et j’ai mis les voiles. Compréhensible peut-être, mais si je vous dis que j’ai mis en dehors de l’auto un jeune homme et que je l’ai laissé là, dans la rue? C’est toujours compréhensible? On va avancer rapidement dans l’histoire et sauter quelques épisodes où je laissai égarer ma main dans les ressources du petit groupe auquel j’avais appartenu, ça fait qu’on arrive à la fin août début septembre. J’avais trouvé une planque avec deux sœurs. Je croyais qu’elles savaient se débrouiller, mais l’une d’elle s’est blessée comme une idiote. Bon, elle n’était pas condamnée pour autant, mais j’étais persuadé que maintenant, elle allait attirer les Walkers des alentours avec l’odeur du sang. Prétendant prendre le premier tour de garde, j’avais laissé les deux sœurs s’endormir puis j’avais mis les voiles en emportant la nourriture qu’elles avaient eue. Elles allaient donc mourir, mais moi au moins j’allais survivre. C’était la seule chose qui m’importait.  Ma route m’avait ensuite conduit jusqu’à l’aéroport ou j’espérais trouver des ressources et peut-être même l’armée, sait-on jamais. J’y avais trouvé un petit groupe de survivants et certains m’avaient accueilli à contrecœur. C’est pourquoi je ne faisais pas exprès de leur imposer ma présence. J’explorais un peu l’aéroport sans pousser l’exploration trop loin, vu le nombre de Walkers, mais je pouvais trouver quelques trucs intéressants, comme une S. L. D., mais ça, on y reviendra plus tard peut-être… peut-être.   Donc, pour l’instant, j’avais remis l’exploration de l’aéroport à plus tard et j’avais décidé de prendre un peu d’air extérieur. J’empruntai la porte que S. L. D. avait prise la première fois qu’on s’était rencontrée et mon sac sur le dos, ma barre de fer en main, je me mis en marche. Évidemment, les routes n’étaient pas complètement désertes, donc je dû mettre hors d’état de nuire quelques Walkers, mais je dû aussi courir. C’est bon, ça allait me garder en forme. Je devrais me trouver un moyen de locomotion bientôt, ça serait plus pratique que de juste courir. Je pourrais peut-être emprunter un avion… mais je devrais apprendre à le piloter… mauvaise idée. Logan ne serait peut-être pas d’accord non plus, ça doit faire pas mal de bruit un avion, donc bonjour les hordes de Walkers! Pour en revenir au moment présent, j’arrivais à proximité de la ville. Enfin, je n’étais pas dans le centre-ville et je ne comptais pas m’y rendre non plus. Je n’étais pas suicidaire. Je visais les habitations, question de trouver de la nourriture un peu et peut-être d’autres trucs utiles. Les centres commerciaux avaient dû être vidé dès le début de l’épidémie ou bien il ne restait pas grand-chose, donc je n’allais pas m’y aventurer seul. Je me trouvais devant une maison quand j’entendis des sons de pas derrière moi. Walker ou pas-Walker? Qu’est-ce que je faisais maintenant? J’allais m’accroupir derrière une voiture abandonnée et j’attendis de voir qui ou quoi arrivait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!   Dim 23 Fév - 10:16

Voilà après cette expédition au centre commercial, il était clair qu'Ethan ne remettrait plus les pieds dehors avant un bon bout de temps. Ça l'avait totalement refroidi. A vrai dire, il n'avait pas prévu de se faire piétiner, ni même de se faire poursuivre par une horde de rôdeurs sur plusieurs kilomètres. Un véritable enfer, dans lequel il avait entraîné Damien. Ou du moins, ce fut à cause de la brillante idée du jeune homme, qu'ils furent obligés d'abattre une bonne trentaine de zombies à trois. Il s'était donc occupé calmement à des activités moins turbulentes ces derniers jours. Remettre de l'ordre dans sa chambre par exemple, ou apprendre à la jeune Emily comment cuisiner les œufs de toutes les façons possibles. La gamine adorait passer du temps avec l'ex cuisiner, même si au final elle finissait toujours par demander de lui enseigner une passe de boxe française. Ethan n'était pas trop pour enseigner la violence aux enfants. Ils devaient profiter de leur innocence et ne pas grandir trop vite. Même s'ils vivaient dans un monde dangereux à présent, ils pouvaient toujours se contenter de fuir, plutôt que d'apprendre à se battre. Ethan avait peur qu'Emily finisse mal avec toutes ces choses. Kate était du même avis. Alors ça le gênait de devoir répondre « non », et voir le visage de la gamine se décomposer.

C'est sûr qu'à son âge, on a envie de servir à quelque chose. Mais se doutait-elle vraiment de ce qui se tramait dehors ? Ethan n'en était pas convaincu. Voir une dizaine de rôdeurs vous foncer dessus vous remonte les tripes, alors que pouvait bien faire une gosse de dix ans face à un tel spectacle ? Rien. Crier ou courir, mais certainement pas donner des coups de couteau entre les deux yeux d'un mort vivant. Déjà, elle n'arriverait pas à l'atteindre et les rôdeurs sont plutôt coriaces quand ils vous tombent dessus.

Ethan s'adonnait à la tâche qu'il préférait au camp ; c'est à dire cuisiner. Il aimait revenir dans la cuisine de l'hôtel, ranger le matériel, faire la plonge ou tout simplement glisser le bout de ses doigts sur la cuisinière. Malheureusement le courant ne fonctionnait plus et le gaz était hors service, alors les survivants avaient dressé une cuisine branlante dans la cour extérieur de l'hôtel. Là, ils y consacraient la plupart du temps pour y entretenir le feu, récurer les casseroles et manger. La cuisine servait plus d’entrepôt qu'autre chose. Dans son habitude, l'ex cuisinier vérifiait les placards, la chambre froide et les ustensiles. Visiblement le garde manger était pratiquement vide et seules les cuves d'eau potables semblaient pleines. Il fallait également songer à rapporter plus de médicaments. Mais bien entendu, Jack ne voulait rien savoir. Il estimait qu'il n'était pas urgent de sortir en dehors de l'hotel pour affronter une vague de rôdeurs et perdre encore des unités. Ethan n'était pas du même avis. S'ils ne sortaient pas affronter le monde extérieur, alors ils allaient tout simplement crever de faim, ou de maladie. L'hiver approchait doucement, mais personne, absolument personne ne songeait à se bouger.

Pourtant ils avaient déjà vécu un hiver rude et enterré un bon nombre de leurs semblables dans une fosse commune. Ethan n'avait pas envie de revivre ça. Alors il allait agir seul, pour tous. C'était son côté trop familiale, trop protecteur qui le poussait à agir ainsi. Il aurait pu faire l’égoïste et rester dans son coin, au moins, il n'aurait pas eut de problèmes. Mais il ne pouvait pas s'empêcher d'agir pour le bien de tous. Il hésita un moment à demander la voiture de Damien, mais estima qu'il devait le laisser tranquille. Damien l'avait suivit plusieurs jours d'affilé sans négocier ou ni même refuser son aide. Il s'était toujours porté volontaire jusqu'à présent, dans le but de créer des relations solides, mais également pour faire bonne impression au sein du groupe. Ethan l'aimait bien, mais aujourd'hui il s'en irait seul.

Il attrapa un sac vide, son couteau et son revolver et passa la barricade. Après un quart d'heure de marche (et après avoir tué deux ou trois zombies au passage), il arriva devant une maison blanche. Mais rapidement, quelque chose l'interpella. Ethan plongea derrière une voiture éventrée, puis cessa de respirer pendant quelques secondes. Des rôdeurs ? Il leva la tête et aperçu un homme, se tenant droit devant la baraque. Un rôdeur venait derrière lui, lentement, mais réellement dangereux. Il aurait pu le laisser se faire mordre, mais l'instinct poussa l'ex cuisiner à bondir de sa cachette pour planter son couteau dans le crane du rôdeur. Celui-ci poussa un long râle et s'étala sur le sol. L'inconnu venait de se retourner, en face de lui se tenait Ethan, le couteau en main couvert de sang.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jack Anderson
I'd Rather Have my Flight

Feat : Zachary Quinto
Messages : 614
Date d'inscription : 29/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!   Mar 25 Fév - 8:16

Pourquoi je n’avais pas vu arriver le Walker dans mon dos, c’était que je regardais un peu plus loin sur la route. Deux autres de ces créatures s’approchaient en grognant et lentement. Bref, ces créatures étaient fidèles à elles-mêmes. Fort heureusement, personne ne leur avait appris à courir, ce qui nous laissait toujours une longueur d’avance face à eux. Notre désavantage bien souvent par contre, c’était le nombre. Je déconseille à tout le monde d’un jour tomber sur une horde, car je ne donne pas cher de votre peau. Vous avez beau vous trouver dans une voiture, ils seront beaucoup trop nombreux. Comment je le sais, j’en ai vu une fois une horde. De loin heureusement, donc j’ai pu repartir très vite en prenant les jambes à mon cou. C’était un nombre incalculable de Walkers qui marchaient lentement et péniblement dans la même direction. D’ailleurs, je ne sais pas si c’était juste moi, mais j’avais l’impression que tous les Walkers de ce monde marchaient avec un but, dans une direction. Est-ce qu’ils étaient attirés par quelque chose? Peut-être l’étaient-ils par la nourriture, donc un rassemblement très important d’être humain? Aucune idée. Pour le savoir, il aurait fallu se mêler aux Walkers et les suivre. Cela ne faisait pas partie de mes plans de survie, c’en était même l’opposé! Pour en revenir au Walker qui avait souhaité venir me croquer dans mon dos, ce n’était pas un problème présentement ou plutôt, ce n’était plus un problème. Un gars que je n’avais pas entendu ni vu arrivé et avait planté son couteau dans le crâne de la créature. Je me tournai vers lui avec un regard interrogateur. Je me demandais d’où il sortait et cela devait paraître dans mon regard et mes expressions. Bien qu’il vienne peut-être de me sauver la vie (j’aurais très bien pu me débrouiller tout seul bon!), je ne le remerciai pas. Pourquoi l’aurai-je fait? Cela aurait été démontré de la sympathie et des relations humaines quelconques, et ça, j’en étais dénudé, parce que ce n’était pas vraiment utile dans la vie après tout. Les instincts de préservation étaient beaucoup plus utiles. C’est pourquoi j’étais sur la défense en premier lieu et non en train de m’épandre en remerciements. Il avait peut-être un couteau en main, mais moi j’avais de quoi lui déboiter une rotule si ça dérapait. Et même qu’en dernier recours, j’avais aussi mes poings. Il ne fallait pas l’oublier. Contre des Walkers ce n’était peut-être pas très efficace, mais avec d’autres êtres vivants, c’était toujours efficace.

- Qui es-tu et qu’est-ce que tu fais ici?

Les deux Walkers plus loin sur la route ne semblaient pas encore nous avoir entendu, mais vu leur vitesse, ils ne nous tomberaient pas dessus à la vitesse grand V et nous aurions parfaitement le temps de réagir et de les mettre hors d’état de nuire.



Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!   Mer 26 Fév - 20:23

Alors que le crâne du zombie tombait lourdement sur le sol dans un fracas d'os pourri désagréable, l'inconnu se figea sur place, bandant tous ses muscles prêt à attaquer. Pourquoi se mettait-il sur la défensive aussi prestement ? Aucune idée. C'était bien la deuxième fois qu'il rencontrait quelqu'un d'aussi nerveux. Il pouvait le comprendre, après tout arpenter les rues des banlieues d'Atlanta était devenu un jeu presque suicidaire. Mais il fallait trouver de la nourriture et des médicaments et ça, pour tous les survivants. Se battraient-ils simplement pour une question de vigilance ? Ethan n'était pas formé ainsi. Il n'avait ni le caractère du « casseur de gueule », ni celui du truand à la bonne parole. C'était un gars franc et direct, qui n'allait chercher de noises à personnes, hormis s'il était question de survie. Hors là, il était seul et n'avait que ses propres fesses à surveiller.

Il est vrai qu'il aurait pu laisser cet homme se faire bouffer par ce rôdeur, mais Ethan en aurait eu lourd sur la conscience. Autant aider les vivants et débarrasser le monde de ces … immondices. Pour Ethan, ces choses n'avaient plus rien d'humain. Bien que les zombies ressemblaient encore lourdement à des corps humains, ils en étaient tout simplement démunis d'âme, de conscience ou encore de pensées. Il suffisait simplement de leur transpercer le cœur pour voir qu'ils continuaient toujours et encore à tendre leurs griffes vers vous, tout en poussant leurs râles typiques de l'animal affamé. Ethan garda son couteau en main, mais rabaissa son bras afin d'adopter une allure plus neutre. Il n'avait pas à se battre, du moins pour l'instant et voulait faire preuve d'un peu de civilité. Après tout, ça ne faisait de mal à personne de retrouver les bonnes vieilles habitudes. Il esquissa un léger sourire et leva les yeux au ciel, comme si la question que l'homme aux épais sourcils était l'une des plus évidentes.

« Qui je suis ? Qu'importe la réponse, je suis un simple survivant dans un monde qui part en couille, tout comme toi. Qu'est-ce que je fous ici ? Je présume la même chose que toi. En quête de nourriture comestible et pourquoi pas, avec un peu de chance, des médicaments. »

La simple vérité. Pourquoi s'embêterait-il à quitter l'hôtel si c'était pour tabasser de l'humain ou encore faire un tour à la piscine public ? Il avait tout le loisir de le faire dans un endroit bien plus sécurisé. Bon, il était vrai que prendre l'air de temps en temps ne faisait pas de mal et puis ça permettait également de voir d'autres visages, visiblement. Ethan pointa le bout de son couteau à crans d'arrêt devant la maison blanche, typiquement américaine.

« Je m'apprêtais à faire un tour dans celle-ci, si tu permets. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jack Anderson
I'd Rather Have my Flight

Feat : Zachary Quinto
Messages : 614
Date d'inscription : 29/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!   Mer 26 Fév - 23:11

J’avais mes raisons pour être autant sur mes gardes en permanence. Je connaissais la nature humaine. Déjà que ce n’était pas bien joli avant l’épidémie, maintenant qu’il n’y avait plus de lois, il fallait s’attendre au pire. Pourquoi j’étais si sur de moi? Parce que je faisais partie de cette catégorie de gens à qui on ne doit pas faire confiance en général. J’avais volé des voitures alors que j’étais plus jeunes et jamais je n’avais ressenti de remord. Je n’allais pas commencer à avoir des états d’âme maintenant alors. Puisque je savais de quoi étais capable l’être humain (je sous-entends ici, moi), je me méfiais des autres êtres vivants restants. Ils n’avaient pas tous survécus en étant gentils les uns envers les autres et en laissant les autres survivants prendre les ressources qu’on pouvait trouver dans une maison. Je n’allais pas tuer pour ca non plus quand même! Mais faut dire que j’avais présentement quelques réticences. Il est vrai que dans la zone commerciale de l’aéroport, on trouvait pas mal de nourriture, mais viendrait un jour ou nous n’en aurions plus et ce jour-là, faudrait trouver un moyen de se débrouiller. Je ne comptais pas sur le groupe personnellement pour survivre. J’avais pratiquement été seul depuis le début de l’épidémie (à l’exception de quelques épisodes de microgroupe), donc je souhaitais pouvoir ne compter que sur moi pour ma propre survie. Pour cela, il me fallait une petite réserve de nourriture, une réserve personnelle en quelque sorte. Ouin, je n’étais vraiment pas le genre de gars solidaire, comme vous pouvez le constater! Mais puisque je sortais, je devais tout de même ramener des trucs pour le groupe, comme des médicaments ou bien des armes. C’était des trucs qu’on trouvait un peu moins á l’aéroport. Pour avoir des médicaments, fallait avoir de la chance et en trouver dans les valises des voyageurs, mais ces dites valises n’étaient pas facilement accessibles, malheureusement. Les valises avaient été abandonnées, mais les gens à qui elles avaient appartenues étaient désormais à l’état de Walker et non loin de leur ancienne propriété. Avec un peu de chance, bientôt nous nous organiserions pour nettoyer une plus grande zone de l’aéroport, mais ce n’était pas pour demain. Il fallait donc trouver des alternatives entre temps. Sauf que pour les ressources dans cette maison, je devrais partager avec l’autre, chose qui me plaisait plus ou moins, je dois l’avouer.

- Ca tombe mal, moi aussi j’allais fouiller cette maison…

J’avais abaissé mon arme, mais je l’avais toujours en main. Dans un monde post apocalyptique, elle ne devait jamais être bien loin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!   Dim 16 Mar - 21:51

Le vent s'engouffrait dans les maisons, claquant les volets et les portes des bâtisses un peu plus loin. Jadis, cette rue d'un beau quartier de banlieue, regorgeait de vie. Ethan se rappelait très bien de la maison bleue au balcon rouge qu'il trouvait très laide. Pourtant, là y vivait une charmante dame qui organisait toujours de super barbecue chaque été. Mais il aurait été étonnant que cette vieille personne soit encore de ce monde. Ethan passait souvent par ici avant l'épidémie. Il avait trouvé un chic type qui cultivait des légumes bio qu'il revendait à prix raisonnable aux grands cuisiniers. C'était une perle rare, surtout dans l'état de Georgie. Etre à la tête d'une brigade de cuisiniers dans restaurant chic, imposait quelques règles. Dont l'une était principalement de se fournir des produits de qualité. La viande, comme les légumes ou les fruits, devaient être bon marché et bien entendu d'un goût irréprochable. Alors il n'y avait rien de meilleur que les légumes de saison et par dessus tout, sans pesticides.

Bref, tout cela pour dire qu'Ethan connaissait bien ce quartier et qu'il avait déjà fréquenté quelques personnes y vivant autrefois. Il savait que les placards étaient généreusement remplis dans la plupart des habitations. Mais avec la panique que l'épidémie avait du propager, restait-il grand chose ? Il n'en savait rien et le seul moyen de le vérifier était de faire un tour dans chaque maison. Mais visiblement, ce bonhomme aux allures farouches, ne voulait pas le laisser passer. Ou du moins, il lui faisait comprendre que cette maison était pour lui. Que bon vent lui fasse alors ! Ethan n'était pas d'humeur à chercher des noises et n'allait surtout pas risquer sa peau ni son temps à vouloir piller une maison qu'un inconnu voudrait.

« Bien … Il y a assez de maisons pour que chacun y trouve son compte. Tu n'as qu'à te servir dans celle-ci et moi j'irai m'en trouver une autre. »

Pourquoi s'embêter à forcer le passage, alors qu'il y avait d'autres opportunités ? Et puis de toute façon, vu l'allure de cette maison, il était fort peu probable qu'il puisse y trouver grand chose. Ethan se contenta de hausser les épaules et pivota sur ses talons pour rejoindre une autre maison.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jack Anderson
I'd Rather Have my Flight

Feat : Zachary Quinto
Messages : 614
Date d'inscription : 29/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!   Mar 18 Mar - 9:06

Est-ce que j’avais choisi cette maison pour une raison particulière? Non pas vraiment. Le quartier par contre avait une certaine valeur. Avant l’épidémie, cela avait dû être un joli quartier avec des enfants qui courent dans les rues et des voitures dans les allées. Bref, ce n’était pas le centre-ville d’Atlanta avec tout plein de riches, mais plutôt cela avait dû être la banlieue aisée. Venir fouiller ces maisons ne pouvait donc être qu’une bonne idée, puisqu’on y trouverait à coup sûr des ressources, que ce soit des petits pois en conserve ou bien des pansements avec des dessins de Batman dessus pour les enfants des anciens propriétaires. On pouvait se demander par la suite pourquoi je ne voulais pas partager. C’est tout simple, depuis que les morts se relèvent et tentent de vous bouffer, la vie en communauté est de plus en plus difficile. Le bruit attire les Walkers et un groupe fait plus de bruit, donc plus de chance de se faire bouffer. Ensuite, en vivant avec d’autres gens, on devait partager le peu de ressources qu’on pouvait encore trouver. Donc, moins de chance de survie. Vous voyez le genre? Comme je tenais à la vie, je préférais me faire ma propre petite réserve de ressources, au cas où un petit arriverait. L’aéroport n’était pas un endroit sur après tout. C’était même pratiquement le contraire, vu le nombre de Walkers qui tournaient autour du campement. Valait mieux pour ma propre survie d’avoir mon petit stock personnel donc. De toute façon, ce n’est pas comme si j’étais le seul non plus! Tout le monde ou presque à l’aéroport avait dans son sac ses trucs personnels, et pas nécessairement que des vêtements.
Je rentrai dans la maison, sur mes gardes comme toujours. Quand on se trouvait dans un environnement hostile, on n’avait pas droit à un moment de répit, il fallait faire attention à ce qui nous entourait. Je marchais à pas de loup dans la maison, guettant la venue d’un Walker ou voir même plusieurs. Je regardais dans le salon, personne. Personne non plus dans les pièces du premier étage, y compris la cuisine. C’était mon jour de chance. Je posai mon arme sur la table de la cuisine et fouillai les armoires. Pas la peine de regarder dans le frigo, ce qu’on y devrait devoir avoir pris vie depuis le temps que ça pourrissait. Je trouvais quelques conserves que je mis dans mon sac, mais j’en gardai une en main, une boîte de champignon, je n’aimais pas les champignons. Je repris mon arme et je sortie de la maison, cherchant l’autre homme du regard, attendant qu’il revienne. Il devrait passer par là non? Quand je le vis marcher au loin, je lui fis signe et quand il fut assez proche, je lui lançai la conserve de champignon.


- J’espère que tu aimes les champignons, pas moi. Prends ça comme un cadeau alors.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Memento Mori
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 04/10/2013

MessageSujet: Re: On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!   Dim 30 Mar - 8:02

Mission réussie pour Mr Anderson. Il devait... faire un cadeau à quelqu'un et gagne donc 40 points RP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://memento-mori-rpg.forumactif.com



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!   

Revenir en haut Aller en bas
 

On va prendre l'air et en faire aux gens de l'aéroport tien!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelle corvée ce shopping ! [Kimberley]
» [Tutoriel]Faire un screen shot
» [PROGRAMME]Logiciel capture d'écran rafale
» [TUTO] Faire des socles
» Faire des arbres?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Le Monde Extérieur :: Atlanta :: Habitations-