Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Partir en chasse ou rester planqué

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Partir en chasse ou rester planqué   Jeu 13 Fév - 3:49



8 Septembre

Les feuilles mortes tourbillonnaient sous un vent tonitruant. Les rodeurs arpentaient la grande avenue avec nonchalance, comme ils avaient l'habitude de le faire. Les bourrasques de vent ne semblaient pas les gêner. Au contraire, l'odeur de la chair fraîche venait à eux plus facilement. Ils circulaient autour de l'Hotel Hilton plus nombreux que d'habitude. Ethan n'aimait pas ça. A vrai dire, il n'aimait pas du tout ces créatures de l'ombre. Il pensait avoir dégagé le terrain, avoir éliminé un nombre assez conséquent pour être tranquille au moins une semaine.
Depuis quelques temps, l'ancien cuisinier ne trouvait plus le sommeil. Ses nuits étaient agitées et il préférait monter la garde dans le Hall, jadis splendide et accueillant. L'hotel sombrait dans la déchéance.

La poussière avait envahie les lieux, la végétation commençait à menacer les murs de s'écrouler à certains endroits. La nature reprenait rapidement le dessus sur l'homme et Atlanta possédait vite des allures de ville fantôme. Ce gigantesque hôtel également. Il n'avait rien de la splendeur d'antan et il arrivait qu'Ethan d'observe sa cuisine d'un air mélancolique. Le groupe de survivants avaient débarrassé la plupart des cadavres dans les jardins, creusant une fosse commune. Les rôdeurs, eux, avaient été la plupart éradiqués, pour finir brûlés. Personne n'aimait ces choses là …

Ethan affûtait son couteau de cuisine dans la chambre commune, là où dormait à poings fermés la jeune Emily Stewart, sur les genoux de sa mère. Il appréciait beaucoup cette gamine, qui apportait un peu de gaité et de fraicheur dans ce chaos. Ils menaient un combat sans merci, tous les jours depuis l'épidémie. Ce qu'on n'ose pas dire, c'est qu'il s'agit d'un combat éreintant. Les ressources en nourritures étaient épuisées et il arrivait que certaines personnes gardent un approvisionnement précieux égoistement. Ethan avait appris à se méfier des gens, mais ceux là, il les considérait  comme louables, comme une seconde famille. Quand il entendait les rires d'Emily, c'était comme entendre ceux de son bébé. Enfant qu'il ne connaîtra certainement jamais. Ethan avait fait son deuil depuis longtemps. Il n'y avait plus beaucoup d'espoirs, et si jamais il y en avait eu un, Lena serait venu à l'hôtel pour voir s'il s'y trouvait.

Alors que la plupart des membres du groupe dormaient, le cuisinier se leva de son fauteuil, marchant à petits pas, pour rejoindre le Hall d'entrée. Celui-ci était plongé dans la pénombre et seule la lumière argentée d'une lune mendiante, éclairait le carrelage encore froid. Armé de son couteau et d'un revolver, Ethan était d'humeur à en découdre avec les rôdeurs. Du moins, il espérait se défouler un peu, avant que le sommeil le gagne. Peut-être même pourrait-il trouver une ou deux boites de conserves perdues dans un coin sombre de l'hotel. Le manque de nourriture se faisait sentir dans le groupe et Ethan qui était certainement le plus vorace, ne comptait que sur lui même pour satisfaire ses propres envies.

Oh qu'il rêvait d'un délicieux steak saignant avec une bonne sauce à la crème et aux champignons. Accompagnée de pommes de terre sautées et d'une salade fraiche. Des plaisirs simples, mais qui semblaient ne jamais revenir. Combien de temps allaient-ils tenir ainsi ? L'eau potable se faisait rare également. Il fallait toujours trouver des bouteilles un peu plus loin dans la ville. Il savait qu'au bout d'un temps, ça ne servirait plus à rien. L'humanité était condamnée à disparaître. Comment la petite Emily allait-elle s'en sortir ? Allait-elle au moins vieillir dans ce monde sauvage ? Ethan en doutait, mais il la savait forte. Il s'installa sur un fauteuil en cuir éventré, puis laissa échapper un long soupire. Les rôdeurs marchaient lentement dans la rue, mais d'ici on ne les voyait pas. Il sortit une photo de la poche de son manteau et la déplia. Elle représentait Lena, sa femme, l'unique amour de sa vie. Qu'avait-il fait pour mériter un sort pareil ?

Et dire que Melina avait retrouvé son cher et tendre. Une chance incroyable qui avait ravivé la flemme d'espoir dans les entrailles d'Ethan. Peut-être que Lena se terrait quelque part et qu'elle n'osait en sortir ? C'est décidé, il partirait à sa recherche dès le lendemain. Il se fichait pas mal de ce que pouvait penser John. Le groupe pouvait survivre une journée sans lui non ?
Soudain, un léger bruit derrière lui retint son attention. Depuis l'épidémie, Ethan était plus attentif. Il avait aiguisé ses sens primitifs et semblait toujours à l'affût, prêt à bondir sur le premier rôdeur. Encore un pas, une respiration lente, il fit volte face, la lame de son couteau sous la gorge de Damien Smith.

« Bon sang Damien ! »

Ethan retira son couteau et tapota d'une main amicale l'épaule du jeune homme.

« Préviens moi, au lieu de venir par derrière sans bruit … La rue est infestée de rôdeurs. » dit-il d'un air morose.

Ethan avança jusqu'aux portes barricadées de fauteuils et de chaises, pour montrer à Damien l'étendue des dégâts.

« Si on ne fait pas un nettoyage ce soir, demain ça risque d'être dur de chercher de quoi manger. »

Chercher à manger … il en avait sa claque de partir en expédition toutes les semaines et tuer du zombie. Pourquoi ne pas faire un potager ? Récolter les graines des fruits et légumes et cultiver. Mais commencer maintenant était une perte de temps. L'automne approchait à grands pas et il était clair que l'hiver serait rude. Alors le groupe allait devoir encore partir à la chasse aux rodeurs et trouver de la nourriture. Instinctivement, Ethan porta son regard à la photo et sourit légèrement.

« Melina a bien de la veine de t'avoir retrouvé. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Damien Smith
I'm Just Living in a Hotel

Feat : Liam Hamsworth
Messages : 970
Date d'inscription : 19/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Ven 14 Fév - 7:24

Damien avait passé un bon moment avec Mélina. Un moment qu’il avait espéré depuis bien avant l’épidémie. Il était rentré à l’hôtel ensemble avec toute la discrétion du monde pour parler à Isaac avant les autres. S’ils allaient être dans le même endroit, fallait quand même qu’il ne tente pas de le tuer tout le temps. Au premier croisement de regard, Damien dut éviter un poing en pleine figure. Il avait rien fait pourtant. Bon d’accord, la famille McCain était du genre rancunière même après la fin du monde. S’ensuivit d’un peu de dialogue, très peu en fait, mais il y eu un statut quo. Il faudrait en parler avec lui plus tard, quand il aurait réalisé qu’il serait pris dans un hôtel avec son gendre préféré. La nuit avait été bien. Non, vraiment bien en fait. Plus que bien même. Il dormait avec la femme de sa vie dans un lit… vraiment très confortable. Parce que oui, Damien avait gagné. Il dormait avec Mel. Au grand, très grand déplaisir d’Isaac. Le lendemain on lui présenta tout le monde au matin, racontant à tout le monde que lui et Mel c’était retrouvé et qu’ils ne se quitteraient plus, donc Damien venait se greffer au survivant présent. Ceux qui connaissaient l’histoire de Damien et Mel, leur dispute et tout virent rapidement qu’ils avaient surmonté le tout. Mel était radieuse et d’excellente humeur. Damien… mourait de trouille, mais le cachait sous un doux sourire, les yeux rempli d’amour pour sa douce. Pourquoi il avait peur? Sincèrement, il avait peur de perdre ce qu’il venait de gagner. De se faire tuer ou mettre à la porte par des supporters d’Isaac. Damien avait fait une erreur, il l’assumait et la regrettait amèrement, mais ce n’était pas une raison de lui en vouloir pour l’éternité non plus.

Finalement, il passa une journée agréable cherchant à connaitre un peu tout le monde. Tout le monde connaissait le nom de Damien, mais il peinait à connaitre celui des autres. C’était assez compliqué de se greffer à un groupe finalement. Le moment qu’il préférait arriva enfin. Il partit faire dodo avec Mel. Elle s’endormit rapidement après quelques minutes. Elle avait l’air heureuse, le sommeil du juste comme on dit, mais Damien… Damien n’arrivait à rien. Il se leva donc tard dans la nuit, cherchant à ne pas réveiller sa douce.  Il prit ses armes, juste au cas. Il ne se promenait jamais sans, même dans un endroit sécurisé. En fait, rien n’était jamais vraiment sécuritaire.
Il marchait, explorait un peu aussi. Sans personne autour, sa soulageait. Il ne se méfiait pas vraiment et heureusement parce qu’il ne fit aucun mouvement d’attaque lorsqu’un couteau se glissa sous sa gorge. Il se figea, vous vouliez qu’il fasse quoi d’autre? Au moins, un regard lui annonça que ce n’était pas Issac, mais peut-être un de ses partisans… on ne pouvait jamais savoir.

« Bon sang Damien ! »

Mais oui, parce que c’était de la faute de Damien encore. Il retira quand même son couteau, il ne voulait pas vraiment le tuer et c’était tant mieux. Le cas Isaac était encore à régler par contre.

« Préviens-moi, au lieu de venir par derrière sans bruit … La rue est infestée de rôdeurs. »

« En fait… je ne t’avais même pas vue. »

Oups, être plus attentif aurait été un plus dans cette situation, mais en même temps… c’était Damien la nuit, fallait pas vraiment se poser de questions. Lhomme… eum… Ethan regardait dehors, Damien fut curieux et le fit aussi. Il n’aimait pas les rôdeurs, mais aimaient bien qu’il y ait une porte entre eux et lui.

« Si on ne fait pas un nettoyage ce soir, demain ça risque d'être dur de chercher de quoi manger. »

Les missions d’exploration étaient ce que Damien aimait le plus. Ne pas rester en place. Il détestait ne rien faire.

« Faire ça la nuit à quand même certain avantage. »

Damien avait déjà très envie de se dégourdir les jambes. D’accord il n’avait pas envie de tuer pour tuer, mais… sinon ça allait nuire au groupe et donc à Mel.

« Melina a bien de la veine de t'avoir retrouvé. »

« Je pense que c’est plus moi le chanceux des deux. Va juste falloir que je prouve que je mérite ma deuxième chance. »

Oui, il pensait au paternel, il ne pouvait pas s’en empêcher. Damien détestait qu’on le déteste bon.

« Vous faites comment d’habitude pour réduire le nombre de rôdeur autour? »

C’était normal de poser la question, Damien était le petit nouveau quand même.

_________________


L'homme a du génie lorsqu'il rêve.



On m'a offert quatre roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Ven 14 Fév - 22:31

Planqués derrière les barricades, ils ne risquaient rien. Pourtant, les rôdeurs avançaient mollement dans leur direction, en poussant leurs interminables râles carnassiers. Avec le vent qui s'engouffrait dans les couloirs de l'Hotel, l'odeur de la chair humaine était parvenue jusqu'à eux. Il en sortait de partout, alors que le groupe de survivant avait nettoyé le secteur la semaine dernière. D'où pouvaient-ils bien venir ? Sur 7 milliards d'habitants, combien de survivants restaient planqués sur cette planète ? Combien de rôdeurs arpentaient les rues, dans l'espoir de tomber sur une chair bien tendre ? Trop de questions qui embrouillaient la tête du jeune homme. A côté de lui se tenait Damien. Il ne connaissait pas bien le gaillard, malgré les quelques échos qu'il en avait eu de la part de Mélina. A première vue, il avait l'air d'être quelqu'un de correct et certainement digne de confiance. Mais pour cerner les gens, Ethan n'était pas très fortiche.
Il mettait tout le monde dans le même panier et selon lui, mieux valait se tenir les coudes, plutôt que de s’entre-tuer bêtement. Il trouvait d'ailleurs idiot de se méfier autant des autres, mais certains rescapés n'avaient pas du tout la même vision que lui.

Ethan sortit une cigarette de sa poche, craqua une allumette, puis se repositionna en direction des rôdeurs. Comment le groupe agissait pour éliminer tous ces monstres ? C'est bien simple, ils agissaient tous ensemble, essayant de laisser à l'écart les gamins. Ethan n'aimait pas trop les voir tenir une arme blanche, ou pire un pistolet. Ils devaient encore profiter de leur innocence et ne pas grandir trop vite. Mais il n'avait aucune décision à prendre, après tout, il n'était le père de personne. Le cuisinier jeta un regard furtif à Damien. Il était armé, c'était une bonne chose.

« D'habitude on n'agit jamais seul. On fonctionne en groupe. Mais il m'arrive de sortir le soir et de fouiller quelques maisons à la recherche de vivres. Mais bon … y'a pas autant de rôdeurs dans le secteur généralement. Là, je ne vois pas trop comment faire. »

Ethan tira une bouffé de sa cigarette, puis la cracha en l'air. Finalement, le goût de ces « bonnes » choses, n'était plus pareil. Il jeta le mégot d'un air blasé, puis se redressa sur ses deux jambes.

« Viens, on va essayer quelque chose. A deux ça devrait le faire. »

Le Hall d'entrée de l'Hotel était immense et débouchait sur plusieurs endroit. L'ascenseur était bien entendu inutilisable, et tirer en hauteur ne servait strictement à rien avec le peu de visibilité qu'ils avaient. Les deux acolytes se positionnèrent derrière les décombres d'un mur éventré. La végétation avait pris une certaine ampleur depuis l'épidémie et leur permettait un véritable camouflage. Mais bien sûr, les rôdeurs sentaient leurs odeurs et étaient attentif au moindre bruit. Cette sortie était plus dégagée et les zombies se trouvaient à une cinquantaine de mètres, plus en amont proche de l'entrée. A deux, ils pouvaient se débarrasser d'une bonne dizaine, c'était largement jouable. Ethan n'allait pas réveiller les autres, juste pour les inquiéter d'une invasion du territoire. On lui en voudrait et l'accuserait d'être trop paranoïaque.

Il sortit son couteau de sa veste cramoisie, puis sans un mot se glissa sur l'herbe rase, jadis tondue à la perfection. Les brins d'herbe lui montaient jusqu'aux genoux et des ronces avaient fait leur place un peu partout, empêchant de circuler à son aise. Il était clair que si on rôdeur patientait par là, les deux survivants ne le verrait pas venir. Mais Ethan suivait son instinct et ils étaient forcés de bouger. Damien était une nouvelle bouche à nourrir et il était hors de question qu'il se tourne les pouces et attende qu'on lui verse tout dans la gamelle. Ethan lui indiqua que la voie était libre et sans danger. Une camionnette était stationnée sur le trottoir d'en face. Elle était encore à moitié remplie de bidons d'eau potable d'après ses souvenirs et le groupe n'avait pas pu récupérer le reste à cause d'une vague de rôdeurs trop nombreux. Damien était plutôt costaud et pouvait facilement supporter un bidon de 10 L dans les bras.

Mais trois rôdeurs entravaient la route. Il fallait d'abord dégager la route et ensuite seulement, ils pourraient récupérer les bidons d'eau. Ethan arriva par derrière, planta son couteau dans le crâne d'un rôdeur qui venait tout juste de se retourner. Un sang presque noir lui gicla dessus et un rictus désagréable se figea sur son visage. Il détestait ça, même s'il l'avait fait des centaines de fois. On pouvait croire qu'au bout d'un moment tuer des rôdeurs deviendrait une habitude, mais Ethan essayait de garder un côté humain et sa sensibilité en faisait parti. Il recommença le rituel trois fois avec l'aide de Damien qui se débrouillait plutôt bien. Du moins, il n'avait pas été mordu.

Les deux hommes arrivèrent à destination, juste derrière la camionnette. Ethan prit soin de vérifier qu'aucun rôdeur ne se trouvait à l'avant du véhicule et ouvrit les deux portes arrière. Cinq bidons d'eau s'y trouvaient dans l'ombre, attendant patiemment qu'on vienne les chercher. Le cuisinier grimpa et déposa lourdement le bidon de 10 L dans les bras de Damien.

« Dépose ça dans le Hall, devant la réception. Je te rejoins de suite. Je dois juste faire un petit truc avant. »

C'est donc les bras chargés qu'il envoya Damien déposer l'eau. Pendant ce temps, Ethan avait dans l'idée de fouiller une station essence pas loin d'ici. A quelques pas seulement. Il en aurait pour cinq minutes, tout au plus. Juste récupérer les sacs de cacahuètes qu'appréciait temps la petite Emily. Il en restait encore quelques uns, il en était quasiment sûr. Alors, il avança en catimini, dans la pénombre d'une nuit particulièrement agitée, en espérant ne pas rencontrer une mauvaise surprise. Jusqu'à la station, (qui se trouvait à quelques mètres de là seulement), tout allait pour le mieux. Il passa l'encadrement d'une porte vitrée brisée et malgré sa discrétion, le verre sous le poids de son pieds produisit un craquement sonore. Mais rien. Pas de grommellement intempestif à l’affût. Sur étagère pratiquement vide, siégeait les vestiges d'une ancienne civilisation hyper consommatrice. Un paquet gâteau périmé, des bouteilles de sodas dont la couleur laissait à désirer et bien entendu, les fameux paquets de cacahuètes !

Un sourire de vainqueur entailla le visage barbu du cuisinier. Il attrapa le paquet qu'il fourra dans son sac. Mais à peine eut-il le temps de récupérer la lampe torche qu'il avait posé, qu'un rôdeur fonça sur lui, la gueule décharnée, les griffes en avant.

« Bon sang ! » s'écria Ethan sous la surprise.

Il recula de plusieurs pas, envoya valser plusieurs cartons sur le passage du rôdeur et celui-ci s'étala lamentablement sur le sol couvert de verre. Mais ne crions pas victoire trop vite. Dans la pénombre et avec une vision amoindrie, Ethan ne fit pas gaffe au nombre conséquent de rôdeurs qui avaient, vraisemblablement, sentie sa présence.

« Merde, merde et merde ! » maugréa-t-il devant le troupeau qui essayait péniblement de passer la porte.

Visiblement, ils n'avaient rien de le cerveau. Ethan tourna la tête dans tous les sens pour trouver un quelconque échappatoire. Il tira une lourde étagère vers la bée vitrée, puis d'un violent coup de pied, la fit chuter. Un boucan du tonner raisonna dans tout le quartier. Mais c'était ça, ou se faire dépecer vivant. Le cœur battant, la peur dans chacun de ses membres, Ethan courut en direction de la camionnette, avec bien dix rôdeurs aux fesses. Alors qu'il voyait Damien rebrousser chemin pour récupérer un second bidon, Ethan lui fit de grands gestes pour arrêter toute entreprise qu'il menait.

« Retourne à la barricade ! Vite ! J'ai dix zombies collés au cul ! »

Sur le chemin, Ethan empoigna deux rôdeurs en pleine tête, puis se précipita jusqu'au mur éventré. Mais c'était trop tard. Les rôdeurs connaissaient l'odeur du cuisinier et ils n'étaient pas dupes. Ils allaient passer par cette entrée.

« Vite, les fauteuils ! Faut bloquer cette entrée ! »

Ethan se maudissait intérieurement. S'il n'était pas allé récupéré ces fichues cacahuètes, jamais il n'aurait embarqué Damien dans cette histoire. Mais en même temps, les rôdeurs auraient de toute évidence trouvé cette entrée. Alors il était fallait réagir. Soit la bloquer, soit zigouiller tous ces sacs de pourriture, prêts à envahir le Hall pour une deuxième fois.

PS ; il n'y a que dix zombies. Dans mon écriture, j'extrapole un peu, mais c'est la vision d'Ethan. Il est pris par la panique et donc il pense qu'il y en a plus qu'il n'y en a vraiment ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Damien Smith
I'm Just Living in a Hotel

Feat : Liam Hamsworth
Messages : 970
Date d'inscription : 19/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Sam 15 Fév - 7:57

Damien regardait à l’extérieur. Regardait les rôdeurs, c’est anciennes personnes qui n’était pas plus que l’ombre d’eux-mêmes. Portant toujours les vêtements de leur ancienne vie. Parfois, on devinait les métiers de chacun, ils étaient maintenant sales, décrépit, décharnés et parfois même, il en manquait des morceaux, mais c’était des gens quand même avant, avant tout ça. Damien ne pouvait jamais se sortir cela de la tête, mais en même temps… il fallait survivre et c’était ça le plus important, vivre. Quand Damien sortait, il en tuait, il fallait, mais s’il pouvait juste les contourner il faisait cela. Ce n’était pas le plus simple, mais c’était sa façon à lui de rester humain. Dans le pire des cas, les morts se décomposaient, il ne fallait qu’attendre que le temps fasse son œuvre.

« D'habitude on n'agit jamais seul. On fonctionne en groupe. Mais il m'arrive de sortir le soir et de fouiller quelques maisons à la recherche de vivres. Mais bon … y'a pas autant de rôdeurs dans le secteur généralement. Là, je ne vois pas trop comment faire. »

Ethan c’était allumé une cigarette. Damien n’était pas contre la cigarette. En prime, ça réduisait l‘espérance de vie, qui maintenant, devenait une bonne chose d’une certaine façon. Mourir vieux n’était plus dans les options. Si tu étais vieux, tu ne courais pas vite et donc tu te faisais manger. Mourir jeune c’était mieux, de mort naturel aussi.

« Viens, on va essayer quelque chose. A deux ça devrait le faire. »

« Toujours partant. »

Damien le suivit de façon assez passive en fait. Il voulait bien faire et être accepter par le groupe, il devait donc se montrer à son meilleur. Si Ethan voulait sortir, les garçons sortiraient et s’ils voulaient aller danser parmi les zombies… c’était une autre histoire.

Damien le suivit jusqu’à une camionnette, c’était assez simple comme truc à faire. Ramener de l’eau. Il regarda Ethan faire et participa à son tour. Il n’allait pas laisser Ethan tout faire tout seul. Damien avait donc son pied-de-biche en main.

« Dépose ça dans le Hall, devant la réception. Je te rejoins de suite. Je dois juste faire un petit truc avant. »

« À vos ordres, m’sieu. »

D’accord, pas parce que c’était dangereux qu’il fallait être sauvage. Il prit le bidon et l’apporta. Avant, il pouvait en apporter facilement un dans chaque main, mais là s’il fallait se défendre, valait mieux avoir une main de libre. Il déposa l’eau dans l’hôtel et ressortie sur ses gardes. Il n’avait pas été suivit, mais quand même. C’est là qu’il entendit un bruit, un très gros bruit. Son premier réflexe était d’aller voir vers la voiture si Ethan si trouvait.  Ethan courait, sortant d’une station-service. Ce n’était vraiment pas une bonne idée.

« Retourne à la barricade ! Vite ! J'ai dix zombies collés au cul ! »

Ethan courait et faisait des signes. Les rôdeurs le suivaient.

« Vite, les fauteuils ! Faut bloquer cette entrée ! »

« Si on bloque l’entrer, ils vont toujours essayer d’entrer ensuite. Faut les tuer, désolé. »

Oui, il était désolé pour ça. Il n’aimait pas tuer, mais là il devrait le faire. Il s’était reculé, mais n’avait pas entré. Il avait déjà bandé son arc. Une flèche à la fois. Respirant. Il n’était pas super rapide, mais puisque les zombies avançaient lentement, il était chanceux. Toujours viser celui de devant, comme ça si on manque… on avait une chance de toucher l’autre. Il avait beaucoup de pratique avec son arc depuis le début de l’épidémie. Il ne manqua donc qu’une flèche sur ses cinq. Il manqua, mais comme prévue, elle était rentrée dans un autre mort. Cinq c’étaient donc effondré, mais cinq autres avançaient encore et ils étaient très près. Damien avait déjà mis son arc dans son dos, avec son pied-de biche à la main. Il n’avait pas survécu seul dans la nature en jouant aux cartes avec les rôdeurs.

« Pas le choix de les tuer, faut que je récupère mes flèches maintenant et si je meurs.. Mel nous tue tous les deux.»

Ouais, récupérer les flèches était dans ses priorités après vivre et faire survivre Mel. En prime… si Damien mourait, Mel ne s’en remettrait pas. Elle était capable de les ramener à la vie pour mieux les tuer ensuite. Oui, oui, Mel était capable de tout bon.

_________________


L'homme a du génie lorsqu'il rêve.



On m'a offert quatre roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Dim 16 Fév - 5:14

Mourir n'était pas une option. Certes ils pouvaient à tout moment se faire mordre par inadvertance ou tomber dans une embuscade et perdre tous leurs membres, mais Ethan tenait trop à la vie. C'était peut-être idiot en fin de compte, mais quelque chose le maintenant en vie. Quelque chose le poussait à vouloir continuer, se battre et tout simplement vivre. Il savait qu'au fond, il espérait un jour retrouver Lena et revivre les doux moments qu'il avait connu avant l'épidémie. Même s'il s'était toujours montré à fond dans son travail, il n'en était pas moins un homme attentionné. Il avait essayé de combler son absence par des mots doux, des gestes tendres et une présence plus amoureuse que jamais. Depuis l'épidémie, Lena lui manquait terriblement. Leur bébé également, même s'il en avait fait le deuil rapidement. Il espérait juste qu'elle ait pu trouver un lieu sûr où se réfugier, voire une communauté restreinte lui permettant d'élever leur enfant sans avoir peur qu'un rôdeur vienne tout gâcher.

Mais il ne se faisait pas trop d'idées à ce sujet là. Elever un gosse dans un monde pareil était de l'ordre de la folie. Il finirait dans tous les cas détraqué. Les rôdeurs avançaient lentement, mais ils avançaient. Damien refusa catégoriquement d'aider Ethan à bloquer l'entrée. Pourtant, il le fallait. Le cuisinier refusait que l'hotel soit une seconde fois infesté de tous les côtés. Ils avaient perdu assez de membre du groupe en un an, pour revivre ça. Les tuer ? Pourquoi pas, mais ensuite il bloquerait l'entrée quoiqu'il advienne. Ethan braqua son couteau face aux rôdeurs. Il détestait le corps à corps, mais ne pouvait pas risquer un coup de pistolet. Bien trop de rôdeur près de l'entrée principale et il ne voulait surtout pas les attirer vers un coin trop exposé. Alors il fonça droit sur un rôdeur, prêt à lui planter la lame de son couteau dans le crâne. Mais avant même qu'il ait eu le temps de faire quoique ce soit, une flèche fendit l'air pour se planter entre les deux yeux du mort vivant. Celui-ci tomba raide sur le sol, dans un éclat d'os broyés et de pourriture. Il devait être bien entamé par la décomposition. Le blondinet continua à tirer sur les zombies et les dégomma un à un.

Pratique quand on a un arc. Décidément, Ethan devait s'en procurer un. Il était pourtant allé faire un tour avec Jack dans le centre ville d'Atlanta dans l'espoir de trouver assez d'armes et de munitions dans les magasins à cet effet, mais n'avaient pas eu la chance de tomber sur un arc ou une arbalète. Cinq rôdeurs étaient définitivement morts. Damien visait bien, même très bien. Ethan n'eut pas le temps de féliciter son camarade. Deux rôdeurs fonçaient droit sur lui, la gueule bien amochée et leur haleine fétide occupant tout l'espace. Ethan planta la lame de son couteau dans le crâne des deux, simultanément, avec une once de dégoût sur le visage. La lame rentrait comme dans du beurre et un sang presque noir en ressortait systématiquement dès qu'il retirait la lame.

Les deux rôdeurs tombèrent au sol dans un craquement lourd d'os brisés. L'un s'éclata la tête contre des briques, éparpillant sa cervelle moisie sur le sol noir. Les rayons de la lune se reflétaient docilement sur la marre de sang dans laquelle gisait les corps. Ethan regarda tout autour de lui avait une légère appréhension.

« Il y en avait bien dix non ? » demanda-t-il à l'adresse de son coéquipier d'aventure.

Damien acquiesça d'un signe de tête affirmatif. Ethan n'était pas dupe. Malgré la mort qui avait atteint ces cadavres vivants, ils n'étaient pas tous bêtes. Certains se cachaient pour bondir sur leurs proies, attendant le bon moment. C'était plutôt rare, mais ça arrivait. A croire que malgré tout, l'instinct animal sommeillait encore dans ces corps décharnés. Ethan jeta un coup d'oeil dans la pénombre. Le vent soufflait fort et les nuages obstruaient le ciel, si bien qu'en quelques secondes seulement, la lumière argentée de la lune disparue. La nuit était noire et opaque. Impossible pour nos deux survivants de décerner le moindre mouvement dans la rue.

« Mais où sont-ils ? » murmura Ethan.

Son cœur battait fort. L'adrénaline fusait dans ses veines, mais la peur figeait ses deux jambes comme un bloc de pierre. Il savait qu'ils étaient là, tout près. Il pouvait sentir leur présence, comme eux sentaient la leur. D'ordinaire, il suffisait de tendre l'oreille pour percevoir le bruit roque qu'ils émettaient tout en avançant. Mais avec le vent qui sifflait entre les branches des arbres et les volets de l'hotel qui claquaient, il était presque impossible de se fier à son ouï. Alors l'ex cuisinier se fier à sa vue médiocre. Il fit deux pas en arrière se rapprochant de Damien pour plus de sécurité. Le jeune homme voulait récupérer ses flèches, mais le secteur n'était pas nettoyé et il restait au moins trois rôdeurs qui se planquaient quelque part.

« Tu veux récupérer tes flèches maintenant ? Ok, mais je couvre tes arrières. Je ne peux pas te laisser prendre un tel risque tout seul. »

Ethan essuya la lame de son couteau dans un chiffon qu'il sortit de sa poche. Un chiffon qui fut jadis blanc, mais donc la couleur rouille avait fait sa place. Alors que Damien récupérait consciencieusement ses flèches des corps des cinq victimes, Ethan resta à l’affût, prêt à bondir sur l’ennemi à tout moment. Damien retira sa dernière flèche du corps de ce qu'il devait probablement rester d'une femme, la brandissant fièrement dans les airs, quand soudain la main d'un rôdeur lui agrippa le poignet. Les voilà, les trois, sortant de la pénombre avec leurs râles habituels. Ethan envoya son couteau droit dans la tête du rôdeur qui s'apprêtait à mordre l'épaule de Damien. Plutôt satisfait de son lancé (car il n'y arrivait pas encore à tous les coups), il attrapa Damien par le bras et le tira vers lui. C'était à son tour de récupérer son couteau. Mais comment faire ? Surtout que deux autres rôdeurs avaient pris la super initiative de venir rejoindre le groupe.

« Mais bordel, ils en ont pas marre?! Faut que je récupère mon couteau. Tire seulement s'ils sont proche de moi. Ne gaspille pas tes flèches en les envoyant dans le vide... »

Il faisait trop noir maintenant pour décerner les silhouettes cadavériques des rôdeurs. Ethan voyait simplement le couteau planté dans la tête de celui qui avait essayé de mordre Damien et savait que trois autres tournaient autour comme des vautours. C'était un risque à prendre, mais perdre une arme dans ce monde, c'était comme perdre une main. Il avait besoin de son couteau.

« Bon j'y vais, couvre bien mes arrières ! »

Alors qu'il s'élança sur le corps inerte, un rôdeur lui sauta dessus...


En gros il reste 3 rôdeurs à buter ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Damien Smith
I'm Just Living in a Hotel

Feat : Liam Hamsworth
Messages : 970
Date d'inscription : 19/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Dim 16 Fév - 6:58

« Il y en avait bien dix non ? »

Damien hocha la tête. Il faisait noir, très noir en fait. Ce n’était pas efficace pour une situation dangereuse. En ce moment, la situation était assez dangereuse. Donc… chercher des rôdeurs, avec ce bruit, le vent qui vous engourdissait, c’était quelque chose.

« Mais où sont-ils ? »

« Aucune idée, c’est ça le problème. »


Il n’aimait pas les rôdeurs à la base. Juste les voir ça lui levait le cœur, mais là. Ne pas les voir… c’était surement pire. Il fallait quand même reprendre les flèches. Les flèches, c’étaient ce qui l’avait fait survivre depuis tout ce temps. Il lui fallait ses flèches. En plus, il ne savait même pas encore comment en fabriquer.

« Tu veux récupérer tes flèches maintenant ? Ok, mais je couvre tes arrières. Je ne peux pas te laisser prendre un tel risque tout seul. »

Damien avait réussi à saisir sa dernière flèche très satisfait. Le seul problème, c’est qu’il fut attrapé par un rôdeur prêt à le bouffer. Il allait tenter de reprendre son pied-de-biche mais il n’avait pas eu le temps, il sentait déjà l’haleine fétide du rôdeur près de son oreille. Ok, Mélina allait le ressusciter pour le retuer et ce jusqu’à ce que la mort ait pitié de lui. C’est là qu’Ethan lança son couteau pour le sauver et il y arriva bien. Le réflèxe de Damien ne fut pas vers le couteau, mais bien de retourner vers l’hôtel en vitesse. Être dos au monde… non merci.

« Mais bordel, ils en ont pas marre?! Faut que je récupère mon couteau. Tire seulement s'ils sont proches de moi. Ne gaspille pas tes flèches en les envoyant dans le vide... »

Eh merde, il n’avait pas pensé au couteau. Pourquoi, il n’y avait pas pensé. Pourquoi Ethan avait pas dit de récupéré le couteau, là fallait y retourner. En tout cas, si Ethan voulait faire du ménage… c’était fait. Il y avait des rôdeurs morts au pouce carré.

« Ok, vas-y. »

Il avait rebandé son arc, près à tirer. Il n’y avait qu’un seul problème. Il faisait noir et ses flèches étaient glissantes. Fallait prendre le temps de nettoyer les flèches entre temps, mais là il n’avait pas eu le temps. Damien savait qu’un couteau c’était crucial, fallait vraiment aller le récupérer. Surtout que, ça l’avait sauvé, donc on allait le récupérer ensemble.

« Bon j'y vais, couvre bien mes arrières ! »

« Je vais faire de mon mieux, mais ne fait pas exprès de te mettre en danger. »

Au moment où Damien terminait sa phrase… Ethan se fit attaquer, ce qui n’était pas une bonne chose. Damien essayait de viser, vraiment. Le rôdeur allait bouffer Ethan, Ethan qui n’avait pas d’arme. Damien allait tirer quand un des rôdeurs s’approcha de lui, tendant les bras vers lui. Merde! Il voulait viser pour aider Ethan, mais… la flèche partie toute seule. Damien survivait à la chance et elle avait frappé encore un peu. La flèche était partie vers le sol, frôlant la jambe d’Ethan en surface et explosant le genou du rôdeur par la suite. Rôdeur qui avait perdu sa prise sur Ethan, en tombant au sol, déséquilibré. Damien eut à peine le temps de pousser le rôdeur qui était sur lui pour lui passer l’arc directement au travers de la tête. On faisait avec ce qu’on avait bon. Le temps que le rôdeur s’effondre, Damien avait encoché une nouvelle flèche pour le deuxième rôdeur. Il s’approchait trop vers Ethan.

« J’ai pas d’angle de vue sur le tien. »

Damien tira sur le rôdeur, mais pas à la tête, trop de chance de perdre sa flèche. Non, il lui cloua plutôt le pied au sol. Comme ça, s’il avait manqué son coup… sa flèche serait simplement dans l’herbe. Une fois le pied prit, Damien s’approcha rapidement pour lui planter son arc au travers de la tête. Vous vouliez qu’il fasse quoi d’autre? En prime, l’arc était déjà à nettoyer. Fallait juste espérer maintenant qu’Ethan avait des ressources.

_________________


L'homme a du génie lorsqu'il rêve.



On m'a offert quatre roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Lun 17 Fév - 1:26

Damien se débarrassa des rôdeurs en moins de temps qu'il fallut pour dire « ouf ». Quelle efficacité, s'en était presque trop beau pour être vrai. Bien sûr, la jambe d'Ethan commencer à pisser le sang. Il fallait dire que les pointes de ces maudites flèches étaient assez tranchantes. Efficaces contre les zombies, et dangereuses pour le commun des mortels. Bon ce n'était qu'une blessure légère, mais le jeans, lui, était fichu. Ethan arracha rapidement un bout de son t-shirt et l'enroula en bandage de fortune autour de sa cuisse. Il se releva rapidement, de peur qu'un autre zombie profite de sa faiblesse pour l'attaquer. Etre blesser dans un monde comme celui-ci ne permettait généralement pas de tenir longtemps. Fort heureusement pour notre cuisinier, sa blessure restait superficielle et il pouvait encore marcher, voire courir s'il le fallait. Damien s'en était bien sortit. Franchement, il était loin d'être un stupide garçon qui gaspille ses munitions à tout bout de champ.

Ethan se rappelait encore de ce jeune Fredrick Ruth, qui n'arrêtait pas de tirer sur tous les rôdeurs qu'il voyait. Il avait tellement la trouille, qu'il ne réfléchissait jamais à ce qu'il faisait. Puis un jour, il s'est retrouvé avec ses armes sans munitions et chaque membre du groupe était trop occupés pour lui venir en aide. Ca n'a pas loupé. Le jeune Frederick a fini disloqué et bouffé par les zombies. Damien n'était pas comme ça. Il écoutait ce qu'on lui disait et semblait avoir une véritable chance. Que Dieu le bénisse.
Il récupéra son couteau, le nettoya pour la énième fois et se positionna derrière la barricade de meubles dans le Hall de l'Hotel. La respiration haletante, Ethan avait eu sa dose de zombies pour ce soir. Il considéra un bref instant les bidons d'eau que Damien avait posé près de la réception et son visage s'illumina automatiquement.

« N'empêche, tu as géré Damien! »

Ethan lui posa une main virile sur l'épaule, secouant légèrement le jeune homme. Il était content d'avoir quelqu'un d'aussi fiable dans l'équipe. D'ailleurs, il ne comprenait pas pourquoi la plupart des membres du groupe ne l'appréciait pas. Peut-être parce qu'il s'était barré et qu'il avait délaissé Mélina durant un bon bout de temps ? Et alors ? Ce n'était pas leurs histoires et chacun avait sa part d'ombre. D'ailleurs il était intéressant parfois, de ressasser le passé. Juste pour en connaître d'avantage sur chacun. Mais bien entendu, on ne pouvait se fier à personne. Parfois, les gens mentaient sur leur ancien métier. D'autres préféraient détourner la conversation. Ethan, lui, n'avait rien à cacher. Il était le cuistot de l'hotel et avait vécu la vie la plus banale du monde.

C'était un homme ouvert d'esprit par ses nombreux voyages. Il en avait vu du monde, des civilisations et des coutumes étrangères. Il avait goûté de nombreux plats et variétés différents à travers le monde et s'était fait à l'idée que dans toute personne, on peut y déceler une part de bonté comme une part obscure. D'ailleurs, lui même ne se disait pas tout blanc comme neige. Toute cette agitation lui donna l'envie de craquer une seconde cigarette. Il n'était qu'un fumeur occasionnel, mais là, le stresse était devenu trop grand pour rester calme. En soit, c'était débile de fumer, car s'il en devenait accro, il risquerait sa vie simplement pour chercher des cigarettes … mais bon, quitte à mourir, autant partir d'une mort naturelle, plutôt que de se faire dévorer vivant. Rien que l'idée lui donna des frissons.

« Dis donc, tu te débrouilles pas mal avec ton arc. Tu faisais quoi avant tout ce ... bordel ? »

Histoire d'engager une conversation sympa sous l'oeil éloigné des rôdeurs. Ethan jeta un coup d'oeil furtif à sa plaie, soulevant le bandage. Il demanderait plus tard à Kate un désinfectant. Il ne voulait pas prendre de risques inutiles et ne surtout pas perdre sa jambe à cause d'une simple éraflure. L'entaille n'était pas profonde, mais la pointe de la flèche de Damien n'était pas propre non plus. Etre contaminé par du sang de zombie, ça serait le comble ! Ethan enleva son blouson en cuir et alluma un lampe torche histoire de voir quelque chose. Le vent venait tout juste de se calmer et on pouvait à nouveau entendre le râle lointain des rôdeurs, qui marchaient dans une direction hasardeuse. Doucement, la lune faisait à nouveau son apparition dans un ciel à présent dégagé.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Damien Smith
I'm Just Living in a Hotel

Feat : Liam Hamsworth
Messages : 970
Date d'inscription : 19/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Lun 17 Fév - 7:52

Ils arrivèrent enfin derrière les barricades. Armes récupérés en prime. Toutes les flèches et le couteau. Damien était épuisé, fallait faire ça plus souvent, il dormirait surement mieux la nuit. Bah oui, c’était l’insomnie qui l’avait amené là quand même. Damien regardait Ethan, il avait eu chaud là, c’était un peu suicidaire leurs trucs. Ethan avait quand même l’air satisfait… un peu.

« N'empêche, tu as géré Damien! »

« L’adrénaline à presque tout fait tout seul »


Il sentit la main d’Ethan sur son épaule, il avait l’air assez content finalement. Les deux hommes avaient quand même ramené un peu d’eau. C’était positif quand on y pensait. Si Damien avait un seul ami, c’était déjà ça de plus. Vivre à l’hôtel serait vraiment moins pénible, fallait donc rester dans les bonnes grâces d’Ethan et qu’en prime, il ne se fasse pas tuer, ce qui n’était pas chose facile quand même.

« Dis donc, tu te débrouilles pas mal avec ton arc. Tu faisais quoi avant tout ce ... bordel ? »

Damien eu un sourire, avant tout ça? Il faisait quoi? Il vivait. Malgré que sa vie était partie en vrille bien avant tout ça. Sa vie était partit en vrille quand Mel avait décidé de ne plus lui parler, de ne pas vouloir s’expliquer. C’était quoi cette idée conne que les femmes avaient en tête, du genre, on se dispute donc on reste ensemble, on se sépare juste à moitié, mais je te hais et on n’en parle pas. C’était chiant quand même, fallait être clair. Tu me hais, ou pas. Bref, maintenant on était dans le ou pas, donc Damien était satisfait.

« Avant, j’ai commencé des cours de mécanique, ensuite j’ai travaillé avec papa McCain sur les chantiers, j’apprenais les bases de la construction avant de me diriger vers ce que je voulais plus précisément. »

Il prit un temps de réflexion avant de finir de répondre à la question. Son métier n’avait aucun but avec son arc et c’était pertinent de s’expliquer.

« Pour l’arc, c’est vraiment simple en fait. Mon grand-père avait un terrain de chasse près de son chalet et l’arc était son arme à lui. Il m’a appris à tirer vers mes 5 ans. On partait à la chasse à trois, avec mon père. »

Il détestait ce genre de souvenir, il n’y avait rien de pire que de tuer des créatures bien vivantes.

« Quand j’ai compris que je ne pouvais pas échapper à la chasse, j’ai appris à viser juste. Parce que si je devais tuer quelque chose, c’était déjà pénible, alors la faire agoniser, je ne me le serais pas pardonné. »

Il vit ensuite qu’Ethan observait sa blessure. Damien se sentait super mal, vraiment.

« Je m’excuse encore de t’avoir blessé, je me ferai pardonné, promit. »

Il était habitué comme ça notre Damien, il avait été élevé comme ça et sa fonctionnait même avec Mélina. Des excuses, ce n’était pas assez, fallait faire quelque chose pour mériter le pardon. Voyez, avec Mel, il avait survécu, donc il avait été pardonné, ce n’était pas si mal.

_________________


L'homme a du génie lorsqu'il rêve.



On m'a offert quatre roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Dim 23 Fév - 8:43

Damien expliquait le pourquoi du comment. C'était assez amusant de connaître les gens, assez pour savoir ce qu'ils faisaient avant l'épidémie. Ethan s'amusait toujours à deviner ce que pouvait faire telle ou telle personne. C'était un jeu auquel il s'adonner sans cesse et ne s'en lassait toujours pas. Lorsque le jeune homme lui avoua qu'il comptait se faire pardonner pour ce qu'il avait fait, Ethan tendit une oreille plus attentive. Il risquait sa vie tous les jours pour tenir debout, pour manger à sa faim et pour assouvir le bien être des membres de son groupe. Il savait que Damien n'avait pas voulu que les choses se passent ainsi. Il savait parfaitement que cette flèche ne lui était pas destinée. Du moins, il le ressentait ainsi. Alors pourquoi cherchait-il à se faire pardonner ? Avait-il quelque chose à se reprocher ?

Un sourire entailla son visage cramoisie. Cette blessure n'était pas profonde, mais ça faisait mal quand même. Il ne voulait cependant pas que Damien s'inquiète pour si peu. Après tout, notre ex cuisinier s'était déjà entaillé plus gravement la main avec des couteaux de cuisine, alors à quoi bon faire les gros yeux devant … ça ? Il resserra son bandage de fortune, puis leva les yeux vers les ténèbres.

« Oh ne t'inquiète donc pas, j'ai vécu des situations plus terribles que celle là. Cette blessure se cicatrisera d'ici deux jours tout au plus. Pas besoin de te faire pardonner bonhomme. » dit-il dans un semi rire.

Ça lui faisait du bien de se retrouver là au calme, sans courir après les rôdeurs et ni même se prendre la tête avec l'un des membres du groupe. Il faut dire que ces derniers jours, la plupart des survivants de l'hotel étaient sous tension. Jake ne prenait pas les bonnes décisions et Kate ne semblait pas porter Ethan dans son cœur, pour une raison qu'il ne connaissait absolument pas. Une bonne entente dans un groupe, c'est tout ce que demandait notre cuisiner, mais pour l'heure ce n'était pas vraiment le cas. Peut-être qu'avec la bonne humeur de Damien les choses se passeraient mieux. Enfin, il soupira et affûta la lame de son précieux couteau, comme heureux d'avoir trouvé un billet de 100 dollars sur le sol. D'ailleurs, c'était étonnant comme l'argent ne lui manquait plus. La notion du temps non plus. La seule chose qui le préoccupait, c'était de garder cet endroit sauf et éloigner le plus de rôdeurs possibles.

« Sinon ça va ? Tu t'intègres bien ici ? »

(désolé, pas très inspiré:s )
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Damien Smith
I'm Just Living in a Hotel

Feat : Liam Hamsworth
Messages : 970
Date d'inscription : 19/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Lun 24 Fév - 8:38

Il le vit resserrer son bandage. Damien se sentait mal, pas de l’avoir blessé en tant que telle, il s’inquiétait plus parce qu’il fonctionnait à la chance et fallait juste une seconde pour manquer son coup. S’il avait passé la flèche au travers de la jambe d’Ethan, il n’aurait pas pu marcher pendant des semaines, sa aurait pu s’infecter méchamment et Damien aurait dû briser sa flèche. Il faudrait qu’il se concentre plus, qu’il s’entraine à viser, qu’il se souvienne de ses cours de lutte du lycée s’il le fallait pour utiliser moins son arc, mais jamais Damien laisserait quelqu’un mourir avec lui.

« Oh ne t'inquiète donc pas, j'ai vécu des situations plus terribles que celle-là. Cette blessure se cicatrisera d'ici deux jours tout au plus. Pas besoin de te faire pardonner bonhomme. »

« J’ai toujours eu de la chance, suffit juste d’un petit coup de malchance et la flèche te passe au travers de la jambe. Je vais faire gaffe quand même. Je ne suis pas habitué de faire attention non plus. »


C’est vrai, Damien avait été seul sur les routes depuis le début de l’épidémie, jamais vraiment il ne c’était mêlé à d’autre et encore moins il avait combattu à leurs côtés, maintenant tout cela devenait nécessaire, mais quand même. Ethan continua sur sa lancer avec la question qui tue.

« Sinon ça va ? Tu t'intègres bien ici ? »

Damien fit un demi-sourire qui donnait l’air à la question d’être douloureuse, en se passant la main dans les cheveux.

« Erf… c’est compliqué. Disons que je suis entre trois feux. D’un côté y a Mel qui me tue si je fais juste penser partir, de l’autre y a papa McCain qui me tue si je fais juste penser rester et de l’autre… y a les gens qui se méfie de moi ou qui me déteste parce que papa McCain leurs demandes de le faire… Je le comprends de me détester, je ferais surement pareil à sa place, mais quand même, je m’accroche à ce que je peux disons. Je vais bien arriver à prouver aux gens que je vaux la peine qu’on me garde. »

Il ne disait pas ça sur le ton de la plainte, juste avec le ton qu’on utilise pour énumérer un fait. Il était plus sérieux, plus adulte que plus tôt, mais quand même de bonne humeur. Toujours enthousiasmé pour de nouveau défi et ça, s’en était un gros.

« Mais bon, ça va aller, je suis plein de ressource. »

Et ça c’était absolument vrai. Il arriverait bien à quelque chose un jour. Papa McCain ne pourrais pas le haïr pour toujours, c’était long toujours vous savez.

_________________


L'homme a du génie lorsqu'il rêve.



On m'a offert quatre roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Mer 26 Fév - 20:25

Avant l'épidémie, Ethan se rappelait encore de la splendeur de l'Hôtel. C'était l'un des plus chic d'Atlanta, légèrement en dehors de la ville pour y figurer un gigantesque emplacement. Piscines, terrains de golf, parcs fleurissants et terrains de tennis. On pouvait y passer sa vie entière sans jamais se lasser. Le Hall d'entrée était immense et d'un chic resplendissant. Il était même dit que certaines stars hollywoodiennes avaient stationné ici quelques jours, ravies. Tout était toujours impeccable, dans les moindres recoins. Ethan n'avait jamais travaillé dans de meilleures conditions qu'ici, même s'il l'ambiance familiale du petit restaurant de la ville d'à côté lui manquait pas mal. Son équipe fut composée des meilleurs ouvriers de Géorgie et il ne s'en était jamais plaint. Le service était toujours nickel et les clients ravis. John n'avait jamais eu rien à redire sur l'efficacité et la grande cuisine d'Ethan.

Maintenant qu'il regardait les environs, Ethan se disait qu'il était dommage qu'un si bel endroit prenne des allures aussi funestes. La végétation prenait peu à peu le dessus. Des impactes de balles étaient incrustés dans le marbre et la poussière s’immisçait un peu partout. Des câbles électriques hors d'usage tombaient tels des boyaux hors des plafonds. Tous les sièges, tables et autres gros objets encombrants furent entassés pour former une barricades au niveau des portes d'entrées. Les traces de sang brunies étaient toujours visibles, même dans la pénombre, sur des tableaux jadis d'une beauté sans pareille. Les lustres prenaient la poussière et les araignées y avaient élu domicile. Les ascenseurs ne fonctionnaient plus, mais le tapis rouge sur le grand escalier, gardait une prestance qui rappelait la magnificence de l'endroit. Ethan poussa un long soupire. Damien espérait faire bonne impression pour rester dans le groupe et pouvoir se reposer. Il avait bien raison. Vivre seul là dehors devait être terrible. Ethan avait perdu trop d'amis depuis l'épidémie. Il avait dû tuer trop de gens contre sa volonté pour survivre et sans le soutient moral des autres, il ne saurait dire s'il n'aurait pas perdu la tête.

Les silhouettes frêles et rachitiques des rôdeurs s'estompaient lentement dans la pénombre de la nuit. Ethan se sentait plus serein. Non pas qu'il n'avait pas confiance en cette barricade, mais il préférait rester vigilant sur l'arrivée soudaine d'une horde de rôdeurs. Il était déjà arrivé que des groupes disparaissent subitement du jour au lendemain. Après tout, Damien n'était pas le premier survivant qu'ils avaient retrouvé en dehors de l'hôtel. Molly, Billy et Ralph sont morts maintenant. Mais Ethan les avait retrouvé couverts de sang, alors qu'ils s'échappaient d'un centre commercial infesté. Leur groupe tout entier, une trentaine de personnes, avaient succombé aux morsures des rôdeurs. Ethan se rappelait encore des paroles de Billy « Un véritable bain de sang ! Ils sortaient de nulle part. On avait des armes, mais c'est comme si rien n'y faisait. On en tuait un, mais un autre venait par derrière et on voyait nos congénères se faire dévorer vivant... »

« Billy était un brave type ... »

Damien ne devait certainement pas comprendre ce que disait Ethan. Il ne connaissait pas Billy et Ethan était certain qu'il l'aurait adoré. Voyant son étonnement s'afficher sur son visage, l'ex cuisinier laissa place à un large sourire, avant de recharger d'un coup sec son arme à feu.

« C'était un avocat tout comme ma mère, mais c'était surtout un survivant. Il prenait les bonnes décisions et savait que l'union faisait la force. Il ne partait jamais seul en expédition et connaissait tout un tas de trucs pour attirer les rôdeurs et les tuer efficacement. Mais ... »

Ethan rechargea une seconde fois son arme, inutilement, puis jeta un bref coup d'oeil vers l'escalier de marbre qui montait dans la pénombre de l'hôtel. C'était comme si Billy se trouvait en haut des marches, une arme lourde dans les bras et qu'il le saluait d'un autre monde.

« Il s'est sacrifié pour sauver son gamin, Ralph... ce gosse qui n'a pas survécu l'hiver à cause d'une simple fièvre. »

Les souvenirs étaient dur à raviver. A chaque perte, Ethan essayait d'effacer définitivement ceux qu'il avait connu, tout comme sa mère, ses deux frères et sa sœur. Il devait aller de l'avant et essayer de construire quelque chose de solide pour tenir le coup. Sinon, à quoi servait-il encore de se lever chaque matin ? Il tourna son regard vers Damien et lui porta une main ferme sur l'épaule, comme pour lui soutenir toute sa reconnaissance.

« Tu as de la chance, soit … profite en. C'est un point à ne pas négliger dans ce nouveau monde. On doit s'y faire, c'est comme ça. Moi j'suis bien content d'avoir un gaillard comme toi qui porte autant de chance, donc t'inquiète pas, tu feras vite ta place ici. Au pire, je m'en chargerai. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Damien Smith
I'm Just Living in a Hotel

Feat : Liam Hamsworth
Messages : 970
Date d'inscription : 19/01/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Jeu 27 Fév - 12:17

Damien regardait à l’extérieur les rôdeurs se promener, sérieusement, c’était presque relaxant de les voir comme ça, errer. Il n’aimait pas trop regarder les morts marcher, mais quand on venait juste de presque se faire bouffer… les voir là, presque docile. C’était, quelque chose quand même. Il était là, dans ses pensées quand Ethan parla.

« Billy était un brave type ... »

Il le regarda. Est-ce qu’il lui en manquait un bout? Est-ce qu’il avait parlé et Damien ne sent était pas rendu compte? Il donna surement l’air d’être étonné ou complètement perdu, mais c’était quand même le cas.

« C'était un avocat tout comme ma mère, mais c'était surtout un survivant. Il prenait les bonnes décisions et savait que l'union faisait la force. Il ne partait jamais seul en expédition et connaissait tout un tas de trucs pour attirer les rôdeurs et les tuer efficacement. Mais ... »

Damien laissa parler Ethan, l’écoutant sagement. Le sujet avait l’air d’être douloureux un peu quand même. En même temps…

« Il s'est sacrifié pour sauver son gamin, Ralph... ce gosse qui n'a pas survécu l'hiver à cause d'une simple fièvre. »

Erf c’était surement dans les pires trucs avec les zombies. L’hiver était franchement plus difficile maintenant, sans médicament, sans médecin. Même les rhumes sa tuaient maintenant. En fait… tout tuait maintenant. La vie nous tuait, petit à petit. Elle se vengeait des années de misère qu’on lui avait donnée. La planète se vengeait. Les humains avaient le droit à un retour du karma.

« Tu as de la chance, soit … profite en. C'est un point à ne pas négliger dans ce nouveau monde. On doit s'y faire, c'est comme ça. Moi j'suis bien content d'avoir un gaillard comme toi qui porte autant de chance, donc ne t’inquiète pas, tu feras vite ta place ici. Au pire, je m'en chargerai. »

« Je ne veux pas qu’on s’en charge pour moi, je veux juste… qu’on me donne ma chance. Qu’on me laisse me prouver un peu. Pas m’aimer ou me détester parce que quelqu’un raconte des trucs sur moi. La seule chose qui est bien avec tout ça… »


Il tendit le bras pour montrer les morts.

« C’est bien d’effacer le passer et d’avancer, mais même ça… j’y ai pas droit. »

Ça faisait franchement du bien d’en parler avec quelqu’un. Ce n’était pas le genre de truc qu’il pouvait dire à  Mélina. « Salut Mélina, ton père me gâche la vie ». Ce n’était pas dans les phrases, gagnante. Il allait rajouter quelque chose quand il entendit la voix de Melina au sommet de l’escalier dire simplement :

« Damien? Qu’est-ce que tu fais. »

Il se retourna pour essayer de la voir dans la nuit. Il devait se faire tard, vraiment tard en fait. Elle devait s’être inquiétée.

« J’arrive ma belle, je parlais avec Ethan »

Je n’avais pas envie de l’inquiéter ce soir. Alors je saluai Ethan avant de monter voir Mel. Il lui glissa quand même tout bas.

« C’est vrai que j’en ai de la chance »

Et c’est le sourire aux lèvres qu’il monta se coucher. Il s’endormit peu de temps après. Complètement… exténué.

_________________


L'homme a du génie lorsqu'il rêve.



On m'a offert quatre roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   Jeu 6 Mar - 5:31

Ethan regardait son ami monter l'escalier principal pour rejoindre les bras de sa bien aimée. C'était agréable de voir un peu d'amour dans tout ce désastre. Le jeune cuisiner ne pouvait s'empêcher de songer à cet instant, au visage de sa femme. Avait-elle trouvé refuge dans un lieu sûr ? Après tout, le monde ne pouvait pas disparaître ainsi ? Quoique, l'espèce humaine était condamnée à disparaître un jour ou l'autre, mais Ethan ne pensait sérieusement pas que ce jour arriverait aussi tôt. Il pensait vivre une vie paisible et tranquille jusqu'à son vieil âge. Voir son gamin grandir et peut-être même être grand père. Il se voyait mourir sur un vieux fauteuil, de la mort la plus naturelle possible. Mais pas de cette façon. Pas mourir la peur au ventre, l'angoisse croissante de tomber nez à nez sur un rôdeur. Il voulait tout simplement vivre pleinement ses jours, sans être constamment sur ses gardes. Mais alors, rester planqué à l'hôtel n'était peut-être pas la meilleure des solutions. Après tout, les rôdeurs foisonnaient dans le secteur et il serait difficile de s'en défaire entièrement, même si toute l'équipe s'y mettait une bonne fois pour toute.

Ethan laissa échapper un lourd soupire avant de jeter un coup d'oeil par dessus la barricade. Les rôdeurs se dispersaient doucement dans la rue et seuls quelques uns restaient sur place, les bras ballants, la gueule à moitié ouverte. Il ne pouvait pas rester derrière ce monticule de chaises et de tables toute la nuit. Il ne pouvait pas faire le guet pour les autres et être en décalage total entre jour et nuit. Non. Il trouverait bien le sommeil. Alors c'est sans un mot et en rechargeant son revolver qu'il remonta également l'escalier principal pour rejoindre son lit confortable. Au moins, il était sûr que ça il le garderait longtemps.


FIN
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Partir en chasse ou rester planqué   

Revenir en haut Aller en bas
 

Partir en chasse ou rester planqué

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Hilton Hotel :: Hall d'Entrée-