Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Un réveil en douceur, dans ce monde de brutes. [PV Kyle & puis libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Un réveil en douceur, dans ce monde de brutes. [PV Kyle & puis libre]   Ven 25 Oct - 9:41

1er Septembre 2011

Encore une fois, j’avais passé une nuit entière à ne pas dormir. Encore une fois, j’avais du mal à rester les yeux ouverts. Assise contre un arbre, les genoux relevés, légèrement écartés, je tenais fermement mon couteau dans mes deux mains. Je serrais le manche de toutes mes forces, pour ne pas m’endormir. Si je sombrais, c’était la fin. Kyle était bien trop jeune pour combattre. Et de toute manière, il dormait du sommeil du juste, à mes côtés, emmitouflé dans une couverture de l’hôpital. Une couverture vieille, usée. Elle avait vécu. L’espace d’un instant, je posai mon regard sur le petit corps endormi de mon compagnon. Couché sur le côté, je pouvais voir sa poitrine se lever en fonction de sa respiration.

Je ne pouvais pas m’endormir, pour la simple et bonne raison que si un rôdeur nous tombait dessus, il pouvait nous dévorer sans demander son reste. C’était un peu comme laisser de la pâtée à un chat.
Le soleil ne se levait pas encore, mais le ciel s’éclaircissait lentement. Bientôt, il allait faire jour, et je pourrais peut-être dormir une heure ou deux. En pleine journée, je culpabilisais moins de dormir. En effet, Kyle avait beau être un enfant, il n’était pas stupide : il pouvait toujours regarder autour de lui. C’était bien plus simple qu’en pleine nuit. Et puis je préférais que son horloge biologique ne soit pas déboussolée. Pas à son âge : il avait besoin de ses nuits de sommeil. Quant à moi, j’étais habituée à passer des nuits blanches, vu mon métier. Mais tout de même, je m’avouai que j’aurais bien aimé avoir un autre adulte pour faire le guet. A deux, la survie était difficile. Nous avions déjà eu affaire à d’autres groupes, c’était vrai. Mais nous n’étions jamais restés bien longtemps : les autres ne voulaient pas spécialement de deux bouches en plus à nourrir, ou bien ne voulaient pas d’un enfant, trop de tracas. Parfois, c’était simplement Kyle et moi qui ne voulions pas du groupe que nous avions rencontrés : des hommes au regard un peu trop envieux, des imbéciles, et j’en passe. Nous n’avions pas encore trouvé le groupe idéal. En fait, ça faisait longtemps que nous n’avions plus rencontrés de vivants. Des mois, même. C’était en février ou mars. Nous sortions à peine de l’hiver. L’hiver… à l’époque, nous avions encore la voiture. C’était plus simple pour survivre au froid. Mais cette année, comment est-ce que nous allions faire ?

Je soupirai doucement, tandis que le soleil commençait à monter et à montrer le bout de son nez à travers la cime des arbres. Lentement, je posai une main sur la tête de Kyle. Il semblait avoir un peu de fièvre. Surement était-ce dû au fait qu’il manquait de dialyses… il n’en faisait pas assez. Je n’avais pas besoin d’être médecin pour le savoir. Mais les sacs de liquide devenaient de plus en plus rares. Quoique, il y avait moyen que nous en trouvions dans certaines pharmacies et hôpitaux. Si seulement j’avais à nouveau une voiture… ça serait tout de même bien plus simple.

S’il mourrait, ça serait là la pire catastrophe, pour moi. Kyle, c’était la seule chose qui me maintenait encore en vie. C’était la seule chose qui faisait que je ne m’écroulais pas comme un vulgaire sac d’os. C’était mon courage, ma raison de vivre. Mais je savais qu’il n’allait pas rester toute sa vie ainsi, avec un traitement aussi léger. Il fallait faire quelque chose… mais quoi ? Je n’étais pas médecin, et encore moins pharmacienne, et encore moins biochimiste. Je ne pouvais donc pas pondre ses sacs de dialyse. Le seul moyen pouvait être de passer à la dialyse sanguine. Malheureusement, ça nécessitait au préalable une intervention chirurgicale, où il fallait joindre une veine et une artère de l’avant-bras. Ou un truc dans le genre. Puis il fallait la machine. Et aussi, il fallait de l’électricité. Bref, c’était un peu énormément la merde, cette histoire.

Doucement, je me penchai vers le petit corps de mon compagnon, et passai une main dans ses cheveux. Je lui murmurai à l’oreille :

« Kyle… il est temps de te lever… tu vas trop dormir, sinon. »

Un réveil tout en douceur. Même quand j’étais infirmière, je n’aimais pas réveiller les enfants avec brutalité. Et ils n’aimaient pas non plus, d’ailleurs. Je m’étais fait pas mal de petits ennemis, au début, vu que je faisais comme pour les autres patients : je rentrais dans leur chambre en allumant les lumières et en les réveillant comme… une infirmière normale.

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un réveil en douceur, dans ce monde de brutes. [PV Kyle & puis libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un peu de douceur dans ce monde de brute
» poemes et citations:un peu de finesse dans ce monde de brute
» La place d'Haïti dans le monde
» Un peu de douceur dans ce monde de rustres...[Eärnil]
» Les multinationales dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Le Monde Extérieur :: La forêt-