Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Le retour de l'australien [PV Becca]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Jackson Highmore
I'm Still in School

Feat : Ryan Kwanten
Messages : 175
Date d'inscription : 01/12/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Le retour de l'australien [PV Becca]   Jeu 6 Fév - 10:01

10 Septembre 2011

Cela faisait trois jours maintenant que j’étais seul. Fantôme m’avait quitté, et la solitude ne me réussissait pas. Finalement, j’avais décidé de rentrer au lycée. J’étais certain que mon retour n’allait pas plaire à tout le monde. Et avec raison : quand ils me virent arriver, Emerick et Eric m’accueillirent avec des injures. Heureusement, je les amadouai avec les réserves de bouffe que j’avais réussi à me faire. Bon, j’avais tout de même mangé une ration par jour, fallait pas déconner non plus. Mais il restait pas mal pour le reste du groupe. Ça faisait plaisir quoi. Par contre, ils semblaient vraiment pas contents de voir Clochard, mon chien. Surtout Eric n’était pas content, en fait. Fallait dire, avec son chat, celui-là… Mais mon Clochard écoutait bien, et je promis au vieil homme qu’il n’arriverait rien à son matou. Au pire, s’il lui arrivait quelque chose… je pouvais toujours le balancer aux zombies aux alentours. … Nan, c’tait pas mon genre.
Heureusement, dans le tas, y avait Meg. Meg, elle était super sympa avec moi. Puis il y avait Becca aussi. Cette jeune adulte complètement sourde comme un pot était très compréhensive. Je ne l’avais pas encore revu depuis mon retour, et me mis rapidement à sa recherche –après avoir été engueulé par les autres, et avoir rangé les provisions.

Après ces quelques jours, j’avais bien compris une chose : c’était que j’étais pas fait pour rester seul. Je pouvais même avouer que j’étais heureux de retrouver les murs du lycée. Qui aurait cru que je serais content de revenir dans cet endroit lugubre ? Bon fallait avouer aussi que tous les endroits étaient glauques, maintenant. Même les routes l’étaient. L’avantage, comparé à d’autres endroits, c’était qu’ici, les murs étaient colorés. Certes, ils méritaient une nouvelle couche de peinture, mais au moins, c’était plus gai qu’ailleurs. Puis on avait un espace assez large pour ne pas se croiser. Le désavantage, c’était qu’il était plus compliqué de retrouver quelqu’un qu’on cherchait –en l’occurrence Rebecca.

Je la cherchai pendant presqu’une heure, pour finalement la trouver dans la cafétéria. Elle lisait tranquillement un livre. Drôle d’endroit pour s’adonner à la lecture. Un sourire sur les lèvres, je me dirigeai vers elle, suivi par Clochard, et m’assis en faisant le plus grand bruit –et donc le plus de vibrations possibles– devant elle. La jeune rousse releva vivement la tête, affolée, et je ne pus m’empêcher d’éclater de rire.

« Quoi, j’te fais peur maintenant ? »

Evidemment, elle n’était pas au courant de mon retour. C’était donc une première ! J’avais bien fait exprès d’articuler. Avec elle, j’avais compris que c’était nécessaire. Mais parfois, j’oubliais, et elle me demandait de recommencer. C’était pas facile tous les jours, mais je l’aimais bien. Pour tout avouer, je me demandais même pourquoi je ne l’avais pas prise avec moi, quand j’étais parti. Peut-être parce que je me doutais qu’elle n’accepterait pas. Elizabeth non plus n’aurait pas été très d’accord. Du moins c’était ce que je pensais : pas le genre à aimer les grands groupes. Ou plutôt, pas le genre à aimer les gens « proches ». Enfin, je pouvais pas en être totalement certain… vu qu’elle était décédée, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Rebecca Swan
I'm Still in School

Feat : Katie Leclerc
Messages : 143
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 88
Localisation : Atlanta's High School

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
75/100  (75/100)
Jauge de Faim:
75/100  (75/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Le retour de l'australien [PV Becca]   Jeu 6 Fév - 11:42


Le retour de l'australien

10 Septembre 2011
Jackson & Rebecca

Une nouvelle journée était entamée et Rebecca avait choisi de la passer comme toutes les autres ou presque depuis que l'épidémie avait commencé et qu'elle s'était réfugiée au lycée. Elle avait réussi à trouver un rythme mais les journées étaient longues et elle s'ennuyait souvent à mourir. Il n'y avait plus grand chose à faire maintenant que tout était fermé et déserté et que les rares survivants n'étaient même pas des gens qu'elle appréciait pour la plupart. Alors, chaque jour, elle faisait la même chose : aller à la bibliothèque pour trouver un livre -mais elle les avait déjà tous lu maintenant- mettre quelques paniers sur le terrain de basket, parfois en compagnie des autres et aller voir Logan pour passer quelques heures avec lui. Le tout étant d'être rentrée et en sécurité au coucher du soleil, afin que Greg ne vienne pas lui chercher des noises et qu'elle puisse passer la soirée tranquille. Le roman du jour était un grand classique de la littérature américaine qu'elle adorait tout particulièrement : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur. Ce devait être la cinquième fois qu'elle le lisait mais elle l'appréciait toujours autant.

Elle comptait en lire une bonne moitié avant de partir rejoindre son ami, histoire de retarder le moment. Rebecca ne savait même pas pourquoi elle faisait toujours ainsi, alors qu'elle aurait pu aller passer toute la journée avec le jeune homme. C'était devenu une sorte de tradition et elle ne se présentait plus jamais avant seize heures devant chez lui. Tout ceci était parfaitement illogique, sachant qu'elle aurait très bien pu quitter le lycée et aller s'installer avec lui. Mais Logan refusait toujours car il pensait qu'elle était plus en sécurité avec le groupe du lycée puisqu'ils étaient bien plus nombreux pour la protéger. Elle pensait être assez grande pour se protéger toute seule mais bon... En aucun cas elle n'aurait voulu contrarier le jeune homme qu'elle appréciait -elle s'en rendait compte seulement depuis quelques jours- bien plus que comme un simple ami. Il n'était bien sûr pas question qu'elle lui en parle. Après tout, comment un homme comme lui aurait pu s'intéresser à une fille comme elle ? Ce n'était pas comme si elle avait quoi que ce soit pour plaire ou pour intéresser.

Mais ce n'était pas le moment de penser à cela, ça ne servirait à rien d'autre qu'à la déprimer et à gâcher le plaisir qu'elle aurait pu prendre en lisant. La jeune femme s'était installée dans la cafétéria car le temps était assez instable et ne permettait pas qu'on prenne l'air trop longtemps. Assise seule à une table, le livre posé devant elle, Rebecca secoua la tête pour chasser ses mauvaises pensées. C'était certainement la première fois qu'elle tombait amoureuse et elle était incroyablement déçue de constater que cela n'avait rien à voir avec un conte de fée. Et vu comme le monde filait, il y avait peu de chance que les choses s'arrangent pour elle.

Quant elle parvint enfin à chasser ces idées de sa tête, la jeune femme se replongea dans sa lecture. Elle avait presque atteint son objectif, réussissant enfin à se laisser porter par les mots de Harper Lee, lorsqu'elle sentit d'étranges vibrations. Totalement subjuguée par sa lecture, elle n'avait pas remarqué le jeune homme qui venait de s'installer face à elle et sursauta assez fortement quand elle le remarqua enfin. C'était un peu comme si elle venait de voir un fantôme car devant elle se tenait quelqu'un qu'elle pensait ne plus jamais revoir. Jackson. Il avait quitté le groupe depuis un moment, laissant Rebecca assez seule, puisqu'il était l'une des rares personnes qu'elle appréciait sincèrement ici et qui ne la traitait pas comme une totale handicapée. Il venait souvent lui parler, comme il l'aurait fait avec n'importe qui d'autre, tandis que la plupart restaient réticent du fait de son handicap à lui adresser le moindre mot.

Mais pour être tout à fait honnête, pour Rebecca, il n'y avait plus que deux solutions envisageables lorsque Jackson avait décidé de quitter le lycée. Soit il trouverait un camp de réfugié bien plus établi où il choisirait de rester, soit il mourrait dévorer par un zombie ou souffrant de la faim. Elle ne pensait vraiment pas qu'il reviendrait jusqu'ici. Et pourquoi faire, de toute façon ? Les gens ici étaient loin d'être des plus agréables et la jeune femme était certaine que certains d'entre eux auraient préféré ne jamais le revoir. Pourtant, il était bien là, devant elle, plaisantant comme avant.

Rebecca marqua sa page et referma le livre, ne prenant pas la peine de faire plus qu'esquisser un sourire à la question du jeune homme. Elle releva ensuite les yeux vers lui pour le regarder bien en face et s'assurer qu'elle ne raterait pas un mot de sa conversation. Mais comme il ne disait plus rien, ce fut à elle d'entamer la conversation.

« Je ne m'attendais vraiment pas à te voir, surtout ici. Depuis quand es-tu rentré ? »

La jolie rousse faisait tout son possible pour se montrer enjouée et contente mais le cœur n'y était pas. Non pas qu'elle ne soit pas ravie de retrouver son ami, mais s'il était là, cela voulait sans doute dire qu'il n'existait aucun camp de réfugiés plus intéressant à des kilomètres à la ronde. Du moins, aussi loin qu'il avait pu aller. Elle aurait sans doute un long chemin à faire avant de trouver ce fameux camp dont elle avait entendu parler et à l'existence duquel elle croyait dur comme fer. Cependant, un peu plus sérieuse et renfermée, elle osa demander :

« Tu n'as rien trouvé, là dehors ? »

Quelque part au fond d'elle, elle se prit à espérer qu'il lui répondrait que si. Qu'il avait trouvé un endroit superbe où la vie avait presque repris son cours normal mais qu'il était revenu pour la chercher. C'était un très joli rêve, mais quelque peu naïf. Pourquoi aurait-il pensé à elle ? La seule personne qui se souciait encore d'elle dans ce monde était Logan et... Bon sang, elle ne devait plus penser à lui ! Le regard de la jeune femme s'assombrit et elle baissa les yeux vers la table. Décidément, elle était d'une humeur bien sombre, aujourd'hui...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jackson Highmore
I'm Still in School

Feat : Ryan Kwanten
Messages : 175
Date d'inscription : 01/12/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Le retour de l'australien [PV Becca]   Ven 7 Fév - 10:56




Reb & Jack


Le retour de l'australien
10 Septembre


Rebecca, parfois son visage était indéchiffrable. Cette fois, c’était le cas. Je savais pas trop si elle était contente de me voir, ou pas. Certes, elle avait toutes les raisons de me haïr, mais elle avait aussi toutes les raisons pour se jeter à mon cou ! C’était vrai quoi : on était presque les deux seuls qui se comprenaient dans ce groupe à la noix. Cela dit, j’étais quand même content de l’avoir, ce « groupe à la noix ». S’ils avaient décidés de pas me reprendre, j’aurais eu l’air franchement bien con quand même, avec ma tonne de bouffe, mon clebs et ma bagnole.
Enfin soit : Becca finit par mettre un marque page dans son bouquin, le referma, et le posa délicatement devant elle. C’était bizarre, mais cette fille, quoi qu’elle faisait, elle le faisait avec délicatesse. J’étais sûr que même si un jour elle devait foutre une baffe à quelqu’un, elle le ferait tout en douceur. Cependant, je disais ça mais je ne l’avais jamais vue s’énerver réellement, se mettre en colère. C’était p’t’être pour ça aussi, que je pensais comme cela. Bref, elle m’avoua ne pas penser me retrouver ici. Puis, elle me demanda de sa voix douce depuis quand j’étais rentré. Cette question, toute personne censée me l’aurait posée. J’aurais fait pareil, à sa place. C’était bien stupide comme interrogation, mais c’était toujours le premier truc qui revenait, quel que soit le pays. D’un ton taquin, je lui répondis :

« Quoi ? Tu t’attendais pas à me voir à la cafétéria ? Tu pensais pas qu’on allait se retrouver à la bibliothèque quand même ?! » Je fis une pause. Nan, j’étais pas très poussé livres, moi. Sauf les BD, ça c’était marrant. « Sinon, je ne suis de retour que depuis deux heures. J’ai eu du mal à te retrouver… je pensais pas te retrouver ici, en fait. »

Bah oui, la connaissant, elle se serait plutôt réfugiée –justement– à la bibliothèque. Ici, ça puait le vide et le plâtre vieilli. C’était étrange, car dans les autres endroits du lycée, l’odeur n’était pas pareille. Fallait dire aussi que dans la cafétéria, il régnait, en plus de l’odeur de plâtre et –mais ça c’était surement plus psychologique qu’autre chose– vieille bouffe, une odeur de moisi. Pas l’idéal pour lire. L’avantage, c’est qu’il faisait relativement clair dans cette grande salle.
Je voyais bien que mon amie semblait faire des efforts pour se montrer enjouée, ravie de me revoir. Et elle l’était surement –enfin, je l’espérais quoi !– mais il y avait quelque chose qui clochait. Un petit truc… je ne savais pas quoi. Elle m’avait déjà parlé d’un de ses amis, Logan. Elle l’appréciait beaucoup, mais je ne l’avais pas encore rencontré. La rouquine était assez discrète à ce sujet et pour cause : les autres la maternaient, voulaient lui faire comprendre qu’il ne fallait pas faire confiance à n’importe qui et gnagnagna ! Elle était tout de même pas stupide –et moi non plus ! P’t’être qu’il lui était arrivé quelque chose, à son ami ? Si c’était le cas, c’était littéralement une catastrophe… j’allais lui poser la question quand tout d’un coup, elle devança mon intention en me posant une question qui me déstabilisa quelque peu. Elle me demanda si je n’avais rien trouvé. Je haussai un sourcil et commençai :

« Bah… j’ai trouvé de la bouffe quoi… »

Elle entendait quoi exactement par-là, aussi ? Je me grattai légèrement le menton et repris d’un ton hésitant :

« J’ai pas vraiment voyagé… j’m’étais trouvé une compagne de route, mais elle est morte quand on a voulu sauver une ado… D’ailleurs tu vas rire ! Quand j’lui ai demandé son nom à la fille, elle a dit s’appeler Fantôme. Fin bon j’suis pas resté longtemps avec elle. J’ai voulu la ramener, mais elle a pas voulu me suivre. Elle aime pas les groupes. »

En même temps, quand tu voyais notre super groupe, t’avais pas fort envie de t’y incruster.





© Daph


[/b]


Dernière édition par Jackson Highmore le Dim 9 Fév - 3:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Rebecca Swan
I'm Still in School

Feat : Katie Leclerc
Messages : 143
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 88
Localisation : Atlanta's High School

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
75/100  (75/100)
Jauge de Faim:
75/100  (75/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Le retour de l'australien [PV Becca]   Sam 8 Fév - 4:04


Le retour de l'australien

10 Septembre 2011
Jackson & Rebecca

La présence de Jackson eut au moins l'effet de changer les idées à Rebecca qui parvint à se détendre un peu. Elle se posait toujours des questions, mais sur un autre sujet. Il était certes un peu plus sérieux, un peu plus triste mais elle se sentait tout à coup mieux. Le ton de Jackson était léger, agréable. Il continuait de plaisanter et parvint à tirer un rire à Rebecca. C'était sûr qu'elle ne traînait pas souvent dans la cafétéria, très rarement même, mais la lumière de cette pièce était plus franche. C'était donc plus simple de lire ici qu'à la bibliothèque, où les hauts rayonnages de livres empêchaient la lumière d'entrer correctement. Sans l'électricité, il était devenu difficile d'y voir clair à tout moment de la journée. Surtout en ce moment où les nuages sombres et gorgés de pluie se faisaient de plus en plus nombreux, menaçant d'éclater à chaque instant.

Mais pour l'heure, ils étaient bien à l'abri dans la cafétéria et il y avait des choses plus importantes que la météo à prendre en compte. La jeune fille ne répondit rien à la plaisanterie sur la bibliothèque mais se concentra un peu plus sur la réponse qui suivit sa propre question. Sa première réponse surpris un peu la jeune fille. De la nourriture, c'était tout ce qu'il disait avoir trouvé. Cela inquiéta un peu Rebecca qui fronça les sourcils. A ses yeux, cela ne signifiait qu'une chose : il n'y avait que très peu de survivants dans les endroits où il s'était rendu. Dans le cas contraire, il y aurait eu bien moins de ressources à rapporter au lycée. Cette nouvelle était à double-tranchant. D'un côté, c'était une bonne chose car cela permettait à Jackson de fournir plus de réserves au lycée et donc, à Rebecca elle-même. Mais d'un autre côté, cela voulait dire que les survivants étaient très peu nombreux... Et ça, ce n'était pas forcément une très bonne nouvelle. Elle qui espérait que le monde pourrait se relever de la crise qu'il était en train de traverser mais, si tous les humains devenaient des zombies, qui serait là pour le remettre sur pied ?  Des gens comme Logan, Jackson et elle, sans doute. Ayant encore un peu d'espoir et de rage de vivre.  Et encore, elle n'était même pas sûre d'en avoir toujours.

« Je vois... »

Cependant, Jackson reprit la parole quelques secondes plus tard. Il lui avoua ne pas avoir vraiment voyagé. Il devait être resté dans les environs et dans ce cas, pas étonnant qu'il n'ait pas trouvé le camp dont rêvait Becca. Elle se doutait qu'il devait être loin. Il y avait eu des rumeurs, sur la zone 51 par exemple. Ce n'était pas la porte à côté et si Jackson était resté dans les parages... Au moins tout espoir n'était pas perdu pour la jeune femme. Il y avait toujours une chance que la zone 51 soit un camp de réfugiés. Ou qu'un village soit de nouveau sur pied quelque part au Nouveau-Mexique. Elle avait aussi entendu parler d'une petite ville, pas très loin, appelée Woodbury. Il lui restait quelque chose à quoi se raccrocher. Un mince espoir d'une vie meilleure, loin de ce lycée qu'elle n'avait jamais aimé.

« Pourquoi es-tu revenu? » Demanda-t-elle tout à coup. C'est vrai, elle ne comprenait pas vraiment sa présence ici. Pour elle, tout aurait été mieux que ce lycée miteux. S'il avait eu la moindre chance de trouver des compagnons de route sympas et de pouvoir fuir loin d'Atlanta où les zombies étaient tellement nombreux, pourquoi ne pas la saisir ? Voyager ne devait pas être facile, certes. Elle imaginait très bien les routes pleines de voitures abandonnées là quand les automobilistes s'étaient retrouvés coincés dans un embouteillage ou transformés en zombie. Pas facile de se rendre d'un point à un autre en voiture sans avoir dégagé les routes auparavant. Et la marche à pied prenait du temps, surtout avec les rôdeurs dans tous les coins, qu'il fallait éviter. Elle avait déjà pensé à tout ceci, puisqu'elle comptait partir bientôt. Mais elle, elle savait qu'elle n'abandonnerait pas. Logan et Rebecca allaient s'enfuir, quitter Atlanta ensemble et ils ne reviendraient jamais. Elle en était certaine. Mais pouvait-elle faire part de ce projet secret à Jackson ? Il pourrait la conseiller... Elle prit une profonde inspiration et osa lui avouer.

« Je vais partir, bientôt, moi aussi. Je vais trouver un camp qui sera mieux établi que celui-ci. Alors dis-moi, jusqu'où as-tu été ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jackson Highmore
I'm Still in School

Feat : Ryan Kwanten
Messages : 175
Date d'inscription : 01/12/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Le retour de l'australien [PV Becca]   Dim 9 Fév - 6:12




Reb & Jack


Le retour de l'australien
10 Septembre


La seule chose que je remarquai quand j’expliquai à Reb que je n’avais trouvé que de la nourriture, ce fut qu’elle fronça les sourcils. C’était vrai qu’elle devait avoir tendance à idéaliser l’extérieur. Elle ne sortait pas beaucoup. Enfin si, mais elle restait le plus souvent dans l’enceinte de l’école. Elle me répondit simplement qu’elle « voyait ». Ouais ça pour voir, elle voyait bien, c’était entendre qu’elle avait du mal. Je pris tout de même la peine de lui expliquer que je n’avais pas beaucoup voyagé, durant mes quelques jours d’escapade, et que j’avais rencontré une jeune adolescente qui se faisait appeler « Fantôme ». Franchement, ça me faisait rire, mais Reb, elle, ne riait pas du tout. Je manquai de lui demander si elle avait perdu son sens de l’humour pendant que j’étais parti, mais je me retins à temps. Même si elle était gentille, j’avais pas envie qu’elle commence à s’énerver sur moi, et qu’on se dispute pour un mot de travers. Cependant, je savais que ma petite rousse préférée me connaissait, et que je ne disais pas ça méchamment.

Un lourd silence s’empara de nous. Je lançai un regard vers l’extérieur : le vent était fort et les branches des arbres se couchaient sous sa violence. Soudain, Reb me posa une nouvelle question, et je tournai machinalement la tête vers elle. Sa question me déboussola une fois de plus. Pourquoi est-ce que j’étais revenu ? Nan en fait, elle n’avait pas perdu son sens de l’humour, elle l’avait juste troqué contre des questions dérangeantes. Je baissai les yeux vers la table tout en reniflant bruyamment. C’était une colle, qu’elle me posait là. « Pourquoi j’étais revenu ? ». J’en savais vraiment rien. Je me grattai doucement la tête puis lançai le plus honnêtement possible :

« J’en sais rien. C’est clair que toi et Meg vous me manquiez, mais pas les autres, quoi. Pour être honnête, c’est le seul endroit de survivants que je connaissais du coup bah… j’suis revenu. »

J’espérais qu’elle n’allait pas mal le prendre, mais c’était pas son genre de toute manière. Je lançai un regard sur Clochard à mes côtés, puis reposai mon attention sur Rebecca. Elle m’avait vraiment manqué. C’était bizarre pourtant : je ne la connaissais pas depuis si longtemps que ça. Mais au fond, elle me faisait un peu penser à ma sœur cadette. Ah ! Celle-là… il y avait intérêt à ce qu’elle soit en vie. Enfin, avec la mère qu’on avait, il y avait fort à parier que ce soit le cas. S’il y avait bien une personne qui me faisait peur sur cette planète –hormis le Daryl Machin bizarre que j’avais croisé un jour–, c’était elle ! Ma mère était un véritable tyran, et c’était peu de chose de le dire… !

Puis, Rebecca reprit, une fois de plus. Elle semblait avoir attendu longtemps pour me parler de ça, ayant pris une profonde inspiration pour le faire. Je pensais que ce qu’elle allait me dire était quelque chose d’important, mais j’étais loin de me douter qu’elle allait m’annoncer que…

« QUOI ? Tu comptes partir ?? Mais… ! MAIS !! »

Je la regardai, bouche-bée. Elle avait eu à peine le temps de terminer sa phrase que je m’étais écrié sans demander mon reste. Je repris, ne lui laissant même pas le temps de s’expliquer. Enfin, je le ferais après, mais là, c’était trop fort !

« Mais… Rebecca, tu te rends compte que… partir ? Je n’ai croisé aucun groupe de survivants… ! Elizabeth venait bien d’un autre groupe, mais d’après ce qu’elle m’en a dit, ils étaient aussi désagréables qu’ici. »

La surprise passa et je redevins plus calme, moins agressif. Je passai une main dans mes cheveux puis posai un regard sérieux, fraternel, sur ma petite Reb.

« Franchement… ton Logan n’a qu’à venir ici, non ? Les autres, rien à foutre de ce qu’ils pensent, tu crois pas ? On a besoin de mains, ils le savent quand même… sinon ils m’auraient jamais accepté une deuxième fois. »

Oui parce qu’avec le temps, j’avais commencé à capter que les autres ne me portaient pas beaucoup dans leur cœur…





© Daph


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Rebecca Swan
I'm Still in School

Feat : Katie Leclerc
Messages : 143
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 88
Localisation : Atlanta's High School

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
75/100  (75/100)
Jauge de Faim:
75/100  (75/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Le retour de l'australien [PV Becca]   Mar 11 Fév - 1:28


Le retour de l'australien

10 Septembre 2011
Jackson & Rebecca

Becca était de moins en moins ravie des réponses de son ami. Elle était assez touchée de savoir qu'elle lui avait manqué mais apprendre qu'il ne connaissait aucun autre camp de survivants, ça n'était pas rassurant du tout. Elle n'imaginait tout de même pas que les seuls survivants soient dans ce lycée. Pour elle, c'était sûr que quelque part ailleurs, il y avait des gens qui étaient toujours vivants et qui s'en sortaient mieux qu'au lycée d'Atlanta. Elle en était persuadée. Il ne pouvait pas en être autrement, sinon... Qu'allait-elle devenir ? Il serait impossible de nettoyer totalement la ville avant des années mais un petit village, pourquoi pas ? Il suffisait de barricader un village, puis de tuer tous les rôdeurs qui se trouvaient à l'intérieur. Cela prenait sans doute un peu de temps mais toujours moins que d'assainir tout Atlanta.

Il y avait déjà eu des visiteurs de l'extérieur. Pas beaucoup, c'est vrai. Rebecca n'en avait connu qu'un ou deux mais l'un d'eux lui avait parlé deWoodbury. C'était il y avait pas mal de temps maintenant mais un village tel que celui-ci ne pouvait pas disparaître aussi rapidement. Ce serait son premier arrêt lorsqu'elle et Logan partiraient sur les routes. De là, ils décideraient peut-être de rester s'ils arrivaient à s'intégrer. Ce serait différent. Personne ne les connaîtrait là-bas. Ils pourraient vivre ensemble, cette fois. Ils seraient libres, ils seraient biens. Et si jamais Logan n'était toujours pas assez à l'aise, si leur nouvelle vie à Woodbury n'était pas aussi parfaite qu'ils l'avaient imaginés, alors, ils continueraient leur route jusqu'à un autre camp. Si un tel endroit existait, ça ne devait pas être le seul.

La jeune femme hésita un moment avant de se décider à en parler à Jackson. Elle n'avait aucune idée de comment il réagirait, honnêtement. Ce n'était pas une décision facile à entendre et tout le monde avait un peu tendance à la surprotéger du fait de son âge et de son handicap. Pourtant, comme elle le disait à chaque fois, elle n'avait jamais rien entendu de sa vie et cela ne l'empêchait pas d'être toujours en vie. Le seul qui semblait la traîter vraiment normalement de ce côté là, c'était Logan. Il ne jugeait pas vraiment les gens sur leurs différences, c'était un homme particulièrement ouvert d'esprit. Les autres, ceux qui la traitait plus ou moins normalement, ils avaient tout de même tendance à vouloir prendre un peu plus soin d'elle que d'une autre personne. Elle comprenait cela et ne leur en voulait pas vraiment mais bon... Elle n'était pas en sucre, juste sourde. Ça on avait un peu de mal à le comprendre. Mais elle faisait plutôt confiance à Jackson et elle pensait qu'il n'était pas le genre à vouloir l'en empêcher de manière vraiment significative.

Elle eut droit à une réponse étonnée, et bien plus encore. Évidemment, il ne prenait pas cette nouvelle avec le sourire, cela n'avait rien d'étonnant. Il alla cependant jusqu'à lui avouer que la femme qu'il avait connu en partant venait d'un autre camp de survivants même si d'après elle, il n'avait rien à envier à celui du lycée. Mais Becca se fichait bien de ce camp là, ce qu'elle voulait, elle, c'était aller à Woodbury. Elle comptait en parler à Jackson mais il ne lui en laissa pas le temps. Il lui posa alors une question qu'elle s'était elle-même posée cent fois. Pourquoi Logan ne rejoignait pas le lycée ? Ainsi, ils seraient ensemble et à l'abri. C'est vrai que c'était la pensée la plus logique et que toute personne connaissant l'identité du jeune homme devait se poser la même. Rebecca aussi se l'était posée un moment. Mais maintenant, elle connaissait la réponse, parce qu'elle avait pris le temps de connaître Logan. Elle détourna le regard une seconde puis répondit :

« Il refuse, tout simplement. Il n'aime pas les gens d'Atlanta et encore moins les survivants du lycée. On veut vivre dans un endroit où personne ne nous jugera. C'est vrai quoi, quel genre de couple ça forme, une gosse de dix-huit ans et un SDF de ving-cinq ? »

Les joues de la jeune fille s'empourprèrent automatiquement à ce mot. Elle les avait qualifié de couple... « ça c'est dans tes rêves, poupée » pensa-t-elle un peu tristement. Elle reprit immédiatement la parole pour ne pas laisser le temps à son ami de comprendre le moindre sous-entendu.

« On a entendu parler d'un endroit qui s'appelle Woodbury, tu connais ? C'est là qu'on ira en premier. Ensuite, on verra. Il paraît aussi qu'il y a un camp bien établi dans la zone 51 et peut-être au Nouveau-Mexique. Dans tous les livres que j'ai lu, ils en parlent. Ce genre de camp existe vraiment. Je sais que c'est nul de se référer à un livre ou un film, mais après tout, ce qui se passait dans ces fictions, c'est arrivé en vrai ! »

Avant le début de l'épidémie, Becca était une très grande fan d'histoires de zombies. Elle avait vu tous les films de Georges Romero et dévoré les romans de Max Brooks, dont elle conservait d'ailleurs un exemplaire du Guide sur survie en territoire zombie toujours sur elle, dans son sac à dos. Tout ceci n'était à la base qu'une fiction mais ce bouquin c'était avéré vraiment utile pour elle, rien que dans le choix de son arme. Du coup, elle ne s'en séparait jamais.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jackson Highmore
I'm Still in School

Feat : Ryan Kwanten
Messages : 175
Date d'inscription : 01/12/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Le retour de l'australien [PV Becca]   Jeu 13 Fév - 9:09




Reb & Jack


Le retour de l'australien
10 Septembre


Je n’étais pas vraiment content que Reb veuille partir. Pas que je doute des capacités de son ami, loin de là, mais c’était quand même dangereux, à deux, comme ça… dans ce monde quoi !! Après tout, nous n’étions pas plus, avec Elizabeth, et elle était morte. Morte stupidement, d’ailleurs ! Et moi, je m’étais retrouvé comme un con avec un chien et une adolescente timbrée. La meilleure idée de la journée –et p’t’être même du mois– me traversa l’esprit : pourquoi son copain Logan n’intégrait pas le lycée ? C’était con, mais il fallait y penser tout de même ! Pour le coup, j’étais assez fier de moi. Je lui dis donc part de mon idée. Pendant quelques instants, elle resta silencieuse. Ah !! Elle y avait pas pensé à celle-là ! Elle détourna le regard et me répondit que son Logan n’aimait pas les gens du lycée, et qu’ils voulaient vivre dans un endroit où personne ne les jugerait, car ils formaient un couple bizarre. Je la vis rougir comme une tomate. Quant à moi, je me sentis… bizarre. Rebecca ne m’avait pas dit qu’elle sortait avec l’ancien SDF. Je me sentais trahis, dans un sens. En même temps, peut-être que c’était récent. Mais quand même… elle aurait pu me le dire ! Aussi, je fus un peu étonné de ressentir de la jalousie. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, surtout que je ne ressentais pas grand-chose pour Becca. Peut-être que j’étais jaloux car je savais que son cœur battait pour quelqu’un, et qu’elle ne serait plus ma « Petite Reb’ ».

J’avais à peine capté le truc –j’étais pas con non plus !– qu’elle reprit. Elle avait entendu parler d’un endroit appelé Woodbury. C’était là-bas qu’elle voulait aller en premier lieu. Ah ouais quand même, elle avait bien préparé son coup, et depuis longtemps. En fait, elle voulait même faire une espèce de road-trip ?! Mais elle était tombée sur sa tête pendant que j’étais parti ou quoi ? Ok, ils en parlaient dans les livres de fiction –d’après elle, moi j’aimais pas lire– mais quand même. OK, l’épidémie de zombies étaient arrivée, mais qu’est-ce qu’elle pouvait en savoir, si tous ces camps de survivants existaient ? Quand elle eut fini, je ne pus m’empêcher de soupirer et d’enfouir mon visage dans mes mains. Je restai ainsi une seconde, puis reposai mon regard vers Rebecca, en hochant frénétiquement la tête de haut en bas.

« Ouais, j’ai compris. T’as déjà tout bien préparé quoi… écoute, j’ai jamais entendu parler de Woodpeggy ou j’sais pas quoi… t’es sûre que ça existe, seulement ? Tu sais, n’importe qui peut raconter n’importe quoi ! »

J’étais naïf, mais elle était pas mieux ! Putain, elle allait se foutre dans une merde pas croyable, et j’allais m’en vouloir toute ma courte vie de l’avoir laissée partir. C’était pour ça que je voulais faire tout ce qui était en mon pouvoir pour ne pas qu’elle quitte ce lycée pourri. Allez quoi ! Même moi, j’y étais resté, pourtant j’ai passé l’âge d’y être quoi.
Je tentai de me calmer, même si c’était pas facile. Je ne voulais pas m’énerver. M’énerver, c’était un peu lui prouver qu’elle avait raison, non ? D’une voix douce –ce qui me ressemblait pas non plus– je repris.

« Tain mais Bec’ ! Tu sais bien que personne ne s’aime ici. On est juste quelques cons à s’aimer entre eux. J’suis sûr que ton pote arrivera à trouver des gens avec qui il s’entend, à commencer par toi, évidemment. On traîne déjà pas trop avec les autres… alors un peu plus ou un peu moins… sérieux ! Il existe d’autres camps, c’est clair. Mais… mais on ne sait pas comment ils sont. On sait ce qu’on a, on sait pas ce qu’on aura, merde ! »

C’était une expression de ma mère ça. Et c’était bien la première fois que je l’utilisais. Comme quoi, je m’étais assagi !






© Daph


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Rebecca Swan
I'm Still in School

Feat : Katie Leclerc
Messages : 143
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 88
Localisation : Atlanta's High School

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
75/100  (75/100)
Jauge de Faim:
75/100  (75/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Le retour de l'australien [PV Becca]   Mar 4 Mar - 8:29


Le retour de l'australien

10 Septembre 2011
Jackson & Rebecca

La jeune fille ne prit pas la peine de corriger son ami sur le nom du village dont elle lui avait parlé. Visiblement, il n'en savait rien et il n'y avait rien à dire de plus à ce sujet. Elle soupira mais fit tout de même un signe de tête  positif quand le jeune homme lui demanda si elle était sûre qu'un tel endroit existe. Que ce village s'appelle Woodbury ou autre, il devait forcément être réel. Il était vrai que les gens avaient tendance à parler beaucoup mais... Rebecca elle-même avait eu cette idée quand cette histoire avait commencé : partir dans un endroit plus sûr et recommencer le monde de zéro. Et elle ne pouvait pas être la seule, la preuve, plusieurs petits camps étaient découverts partout dans la ville, le lycée n'en était qu'un exemple. Partout, le désir de s'allier pour mieux survivre devait être le même. Il suffisait simplement de trouver le groupe qui s'en sortait le mieux à ce propos.  Jamais Rebecca ne douterait qu'il existait un endroit pareil et si ce n'était pas le cas, elle l'inventerait elle-même. Elle monterait cet endroit paradisiaque, nettoyant et fortifiant de ses propres mains un endroit sûr où chaque être humain pourrait se réfugier sans problème.

Elle n'avait pas même pensé aux risques. Aux gens malveillants qui voudraient s'emparer des réserves ou même du pouvoir... De toutes ces choses qui finiraient sans doute par arriver, quelque soit le choix qu'elle ferait. Le monde ne grouillait pas seulement de zombies mais aussi de personnes mauvaises et méchantes ou du moins n'agissant que dans leur intérêt. Elle essayait d'oublier ces gens là qui se rappelait pourtant tous les jours à son bon souvenir. En particulier lorsqu'elle sortait dans la ville et qu'elle rencontrait par hasard une personne partie en exploration. Elle rencontrait cependant souvent des gens biens, perdus tout comme elle et qui ne voulait rien de plus que survivre. Cela lui redonnait espoir et lui laissait croire qu'un jour tout redeviendrait comme avant. Mais comment convaincre Jackson ? Il fallait essayer tout de même.

« Je ne sais pas si cet endroit en particulier existe mais je sais une chose :  je ne suis pas la seule à vouloir un endroit pareil, c'est pourquoi je pense qu'il doit y en avoir un. »

Quant à savoir pourquoi Logan ne voulait pas venir au lycée, ça ne regardait que lui. Peut-être Becca l'avait-elle découragée en parlant avec aussi peu d'affection des autres survivants. C'était un homme solitaire et il devait se sentir moins à l'aise auprès de ces survivants si prompts à juger, ce qu'elle pouvait comprendre. Jackson lui, même s'il n'était pas le plus aimé des survivants, arrivait à s'y faire. Mais elle doutait que Logan soit si patient et compréhensif, même pour elle. Et elle ne voulait pas le forcer à quoi que ce soit de quelque manière que ce soit. Déjà qu'il avait accepté l'idée de partir sur les routes avec elle, c'était pas mal.

La jeune femme soupira et regarda Jackson d'un air triste. Non, elle ne savait pas sur quoi elle tomberait mais comment cela pourrait-il être pire qu'au lycée ? Où qu'elle finisse par tomber, on ne saurait rien, ni d'elle ni de Logan. Ils pourraient recommencer à zéro.

« Peu importe où on ira, ce sera, au pire, exactement comme ici. Au mieux... On trouvera notre place. Et puis, je crois que j'en demande déjà beaucoup à Logan, non? Partir sur les routes avec une gosse sourde, c'est pas le plus beau cadeau que je pouvais lui faire... »

Elle préféra ne pas en rajouter sur le sujet Logan. C'était déjà bien assez dur comme ça pour elle d'y penser. Et elle avait déjà pensé à toutes les possibilités. Partir restait la meilleure solution à ses yeux. Et si Jackson ne voulait pas comprendre, il pouvait toujours essayer de la convaincre mais il perdrait son temps. Rebecca se mordit la lèvre, hésitante. Il y avait bien encore une chose à laquelle elle venait tout juste de penser. Il y avait toujours une solution à tout, pas vrai ? Et avec celle-ci, Jackson serait peut-être un peu plus rassuré ? Oh et puis après tout, elle n'avait rien à perdre. Elle inspira profondément et osa enfin ouvrir la bouche :

« Est-ce que... tu voudrais partir avec nous ? »



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jackson Highmore
I'm Still in School

Feat : Ryan Kwanten
Messages : 175
Date d'inscription : 01/12/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
90/100  (90/100)
Jauge de Faim:
90/100  (90/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Le retour de l'australien [PV Becca]   Sam 8 Mar - 5:47




Reb & Jack


Le retour de l'australien
10 Septembre


Rebecca, quand elle avait une idée dans la tête, elle l’avait pas ailleurs, ça c’était clair. C’était un peu une tête brûlée, quand elle s’y mettait. Et là, elle s’y mettait clairement. Je tentai pourtant de lui faire comprendre que déjà, je ne connaissais pas la ville dont elle me parlait –ça en même temps, si elle le captait pas…– mais aussi que ce n’était pas sûr qu’une ville pareille existe. Après tout, j’aurais très bien pu sortir du lycée, trouver des survivants et leur parler d’une île merveilleuse où il n’y avait pas de zombies et que des gens gentils, ils pouvaient très bien me croire. En fait, sa façon de penser était encore fort naïve. Et elle n’en démordait pas : elle était sûre et certaine qu’un endroit pareil existait, pour la simple et bonne raison qu’elle ne devait pas être la seule à y avoir pensé. Bah ouais, elle n’était pas la seule à y avoir pensé, ça c’était clair ! Pour la simple et bonne raison que le lycée était un endroit de survivants. Un camp. Bon, ce n’était pas une ville entière, mais c’était déjà un début ! En fait, il suffisait qu’on désinfecte les maisons aux alentours, qu’on fasse des murs, ce genre de choses, et bim, elle avait un petit village ! Le souci, c’était que nous n’étions pas assez nombreux pour ça. Mais si le groupe s’agrandissait, il y avait moyen, nan ? Dans un soupir, je lui fis part du fond de ma pensée :

« Tu sais Bec… je pense que l’endroit rêvé, c’est ici. Certes, on ne s’entend pas tous très bien. Mais le vieux va pas vivre éternellement, et les autres bah… p’t’être que si on met un peu de beurre dans nos épinards, tous ensemble on peut arriver à s’entre-aider, à s’entendre… à vivre en communauté quoi. »

Parfois, je pouvais être très philosophe. Mais j’étais sûr d’avoir raison sur un point : quand Eric serait mort, ce serait plus facile à gérer. L’air de rien, il arrivait à faire croire aux autres que j’étais un imbécile. Et les autres bah, ils y croyaient, tout bêtement.
Bon, maintenant, ce n’était pas sûr non plus que la mort du vieux allait résoudre tout en un claquement de doigt. C’était même fort incertain en fait… les tensions étaient déjà bien ancrées entre nous. Mais valait mieux espérer, non ? P’t’être que Bec allait y croire à un moment ou à un autre.

Puis je commençai à perdre mon sang-froid. La voir partir, c’était au-dessus de mes forces. Je ne voulais pas qu’une de mes seules amies ici se barre. Je préférais qu’elle reste, qu’on continue à rire, que je continue à la protéger. Mais en même temps… j’avais fait pareil, non ? Je m’étais barré moi aussi, dans le but de trouver un autre groupe sur qui compter. Cependant, j’étais revenu. Et les quelques jours que j’avais passé dehors m’avaient suffis pour le plus vouloir repartir. Dehors, c’était dangereux. Ici au moins, nous étions en sécurité. Du moins, nous ne frôlions pas la mort à chaque coin de rue –c’était bien le cas de le dire ça ! Mais Rebecca, elle, n’avait pas encore eu l’occasion de goûter à ce magnifique plaisir. Du coup, elle continua, en me disant que dans le pire des cas, elle trouverait un endroit pareil au lycée. Elle n’en démordait pas : elle allait trouver l’endroit idéal. Puis elle parla de Logan, comme quoi c’était pas non plus le plus beau des cadeaux qu’elle pouvait lui faire de lui demander de la prendre avec, et blablabla.

Et moi, je restai de marbre, regardant mes mains, les doigts entrelacés. Un lourd silence s’empara de nous. Je voulais dire quelque chose. Une chose horrible. Mais ça n’arrivait pas à sortir. Je n’étais pas un méchant garçon, moi. J’étais même dans les plus gentilles personnes que ma sœur connaissait. Elle me l’avait un jour dit : « Tu sais Jackson, tu ne fais peut-être pas des étincelles à l’école, mais au moins, tu es gentil. Tu es même l’un des plus gentils garçons que je connaisse. Dommage que tu sois mon frère ! ». Et elle avait éclaté de rire. Oui, j’étais gentil, et ça n’allait pas commencer maintenant.
Contre toute attente, la petite voix de Rebecca brisa le silence. Elle me demanda si je voulais venir avec eux. Je relevai le visage doucement, l’air dévasté. Si je voulais venir avec elle ? C’était une question vraiment… inattendue. Je passai une main sur mon visage et lançai :

« Je ne sais pas Bec… je ne sais pas. J’peux pas te dire ça comme ça. J’y ai déjà été à l’extérieur, et j’y ai perdu ma coéquipière. J’ai pas fort envie que ça recommence… »

Une nouvelle fois, je soupirai. Puis, je me levai. La discussion avait assez duré comme ça pour moi. Je lançai un sourire triste à mon amie, et lui dit d’une voix plate :

« J’te dirai ça après, promis. Ah et aussi… dans le pire des cas, tu ne tomberas pas sur un groupe comme le nôtre… dans le pire des cas, tu mourras. »

Et voilà. La chose si méchante que je voulais lui dire était dite. Bon en soit, c’était pas le genre d’attaque qui fait fondre en larmes. Mais je supposai que c’était le genre de trucs qui ne fait pas plaisir à entendre quand on est aussi… dans son trip. Après tout, si quelqu’un m’avait dit ça, le jour où je me suis décidé à partir avec Elizabeth, je pense que je l’aurais pas bien pris. Enfin soit, j’étais levé et lentement, je sortais de la cafétéria, laissant Becca tranquille. Je lui avais dit ce que je pensais, maintenant, elle faisait ce qu’elle voulait de mes dires. Mais j’espérais vraiment que ça lui fasse quelque chose…






© Daph


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le retour de l'australien [PV Becca]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le retour de l'australien [PV Becca]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» Football Australien
» L'homme est de retour ...
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Franklin High School :: Cafétéria-