Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Une promenade de santé... ou pas [Daryl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   Lun 3 Fév - 15:20

12 septembre
J’avais quitté l’aéroport au petit matin. Jack était un con, un vieux con en prime, mais ce n’étais pas quelque chose d’horrible. Il était con, mais amusant. Dangereux, mais surement autant que moi. Je n’avais pas si peur de lui, fallait se méfier. Juste à le voir avec les condoms, monsieur je coucherais bien avec tout ce qui bouge. J’y pense… un marcheur ça bouge non?

Bref, j’avais quitté au matin pour ne pas risquer ma vie à l’extérieur en n’y voyant rien à trois mètres. Avec ma chance, j’aurais pu percuter un marcheur sans même le voir. Je pris donc la route, c’était toute une trotte à pied. J’étais habitué à bus, mais là en prime, il fallait faire des détours. De grand détour, du genre éviter le centre-ville. Je voulais me rendre à l’école j’avais une idée en tête. Je voulais décimer des marcheurs pour me faire un coin bien à moi. J’avais une hache, elle était bien. Je l’aimais beaucoup, mais elle coinçait souvent dans les boites crâniennes et en prime, c’était vachement salissant tout ça. J’avais quand même eu une idée de génie pendant la nuit. J’ai repensé à mon cours de sport. On en était à faire des olympiades, c’était nul, mais maintenant que j’y repensais, ça serait pratique. Je voulais aller chercher un javelot, mais pas les grands là. Les plus petits, plus léger, presque pour enfant quoi. Je voulais pouvoir l’aiguiser, le transporter et transpercer des trucs avec. Tu vises les yeux et hop, fini les marcheurs. En plus, puisque c’est pointu, sa rentre bien et sa sort bien, faut vraiment être malchanceuse pour que ça coince ou être vraiment très fort. En plus, je pourrais m’amuser à faire des acrobaties non? Ok, non.
Je me sentais vraiment mieux avec moi-même, seule. C’était vraiment mieux. En même temps, je savais que ce n’était pas tellement mieux, je n’avais personne pour me couvrir, m’aider. S’il m’arrivait quelque chose, c’était fini, tout simplement. J’aimais quand même mieux prendre cette chance plutôt que je me faire exploser un genou par un vivant pour me laisser de faire bouffer par sa faute. Les gens étaient comme ça. Sa mère l’aurait surement fait, son père aussi… même si elle ne le connaissait pas, s’il avait engrossé une femme pour ne rien vouloir savoir par-après, fallait vraiment être égoïste, mais au final, tous les hommes étaient comme ça non? C’est à peu près à ce moment que je fis le saut. J’avais entendu un bruit. Je détestais entendre du bruit, c’était angoissant. J’étais à quoi? Mi-chemin, maintenant. Fallait continuer d’avancer et ne pas se faire retarder.
C’est l’a que je le vis, le marcheur. Il marchait droit sur moi, il m’avait vue. Je sortie ma hache, et j’en vis un deuxième et un troisième sortir de derrière le premier. Logiquement, j’ai commencé à courir, j’ai toujours bien couru, comme si j’avais peur que la vie me rattrape, que mes fantômes me retrouvent. J’étais une survivante depuis la naissance, je n’allais pas abandonner parce que le monde avait été décimé. Je commençai à m’aventurer un peu à l’extérieur de la route, mais pas trop dans la forêt, le boisée? Je ne pouvais pas me permettre de me perdre, ça serait le comble. Je les avais surement semé, mais d’autres étaient devant moi, j’allais mourir. Je plantai ma hache dans la tête d’un premier, j’éclatai le genou d’un autre avec un coup de pied le temps de retirer ma hache. Un élan et hop, je m’enfonçais encore dans un crâne avec ma hache, c’est là que ma chance légendaire me rattrapa. La hache coinça.

« Merde »

Non, non, non, fallait que ça arrive maintenant hein? Je fouillai dans mon sac pour en sortir des bandages que j’enroulai en quatrième vitesse autour de mes mains en essayant d’éviter les marcheurs le plus possible. J’étais rapide quand même, heureusement.

« Je ne mourrai pas maintenant, c’est juste non. »

Si je parlais au marcheur? Oui, pourquoi pas? Peut-être qu’il partirait. Bon d’accord, surement pas, mais ça me défoulait. J’utilisai donc ma technique désespérée. Tu prends ta main, la met à plat, tu ramènes les doigts vers l’intérieur et tu frappes avec la paume sur le nez avec la force du désespoir. Pourquoi? Parce qu’avec de la chance l’os du nez brisait et remontait au cerveau. C’était une façon de tuer que j’avais appris dans mes cours, mais que techniquement j’avais appris dans la catégorie « à ne pas faire ». Bref, mes années de boxe était une bénédiction, mais il y en avait trop. J’allais surement mourir, mais pas sans me battre. Jamais une Donnelly ne se laissait faire, jamais. Un des marcheurs attrapa mon sac pour me ramener vers lui. Mon sac s’éventra à moitié, je vis du coin de l’œil les photos de ma mère et celle de mon père, je pouvais voir mon griffonnage derrière « Mon père? ». La situation en était ridicule. J’attrapai un stylo et le planté dans l’œil de celui qui m’avait attrapé. J’avais réussi à reculer, j’avais juste à courir, mais je trébuchai sur un corps mort, le marcheur me sauta dessus, il allait me bouffer. Il était plus fort que moi, j’allais céder. C’était sûr, la force était mon point faible, très faible même. Je fermai les yeux, dernière chose à faire en poussant de toutes mes forces.

Je n’avais jamais eu aussi peur de ma vie, surtout quand le marcheur est devenu tout mou. J’ouvrit les yeux et ne vue qu’une flèche qui me pointait au travers du crâne du mort. C’était… horrible et sa me soulageait en même temps. Je repoussai le corps et tout ce que je vis qui bougeaient, de vivant même, c’était un homme. Il était près de mes effets personnels. Il m’avait sauvé pourquoi? Il attendait quoi de moi? Si c’était pour voler mes trucs, il pouvait aller se faire voir… malgré que… il avait une arbalète et moi… il me restait un x-acto. C’était facile d’imaginer le gagnant dans ce cas-là. Mieux valait jouer les gamines avec lui non? Peut-être les filles fortes et farouches comme avec Jack. Non, ça ne marcherait pas… j’étais en assez mauvaise posture quand il était arrivé. La gamine distante serait surement mieux. Bon j’en avais pas envie, mais valait mieux savoir tout de suite ce qu’il voulait. Donc, on allait faire notre job et dire :


« Merci ».

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Daryl Dixon
I'm not a Prisoner, Just a Survivor

Feat : Norman Reedus
Messages : 134
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   Mar 4 Fév - 17:13

J’étais partie de la prison à pied. J’avoue que c’était pas le truc le plus prudent qui soit, mais bon, j’étais un peu con parfois. Nah, faux… je sais pas d’où j’tirais l’envie, mais peut-être qu’on pouvait chasser dans l’coin. J’avais déjà bouffé des écureuils, ça m’horrifiait pas de recommencer…et avec de la chance je tomberais sur un gibier digne de ce nom. De toute façon, seul, j’étais vachement furtif, les rôdeurs avaient à peine le temps de voir que j’étais là que je disparaissais de leur vue et ceux que je croisais, je les tuais à coup de couteau. Dans leur gueule, tiens. Ça me défoulerait un peu tiens, c’était si… oppressant la prison depuis la mort de Kyle, mais pas dans le sens que ça m’emmerde, c’était juste… triste quoi. Bref, j’aimais mieux me concentrer un peu sur les p’tites bêtes que je pourrais croiser. Mouais.

Naturellement je m’aventurais un peu dans la forêt, mais rapidement et peut-être un peu volontairement, je me retrouvais sur la route. C’est vrai que j’avais parfois besoin d’me sauver de tout ça. J’étais pas fait pour les émotions, j’les comprenais pas trop en réalité. Mais quand j’étais en mode tueur et en mode traqueur, j’avais la tête tellement charger de comprendre des petits détails sous mes yeux que j’en venais pas à réfléchir. Mouais, c’con, mais réfléchir, c’est d’la putain de merde parfois, et moi, j’étais pas un mec de réflexion, j’étais un mec d’action. Je croisais encore des rôdeurs, mais pas assez nombreux pour me faire des problèmes. J’avais mon arbalète, mon couteau pas trop loin, fallait pas me faire chier aujourd’hui.

J’me servais un peu plus de mon couteau en réalité, c’était rapide et j’étais assez précis pour viser l’œil. C’était fatal pour un cannibale mort. Du coup, je faisais du bruit et ça faisait fuir les bêtes. Et y’avait aussi le fait que j’étais sur une route. Mouais, en dehors des phares de voitures, les saletés de lumière quoi. Bref, je marchais pour marcher en ce moment, parce qu’au fond… j’voulais que ça, bouger.

Finalement, c’était un peu con de marcher sur la route si j’espérais croiser les traces d’un cerf par exemple. Vraiment, j’me croyais pas assez chanceux pour tomber sur un joli cerf sur la route. Je descendis donc vers le boisé, tranquillement, mon arbalète entre les mains, parce que j’étais foutrement près si on tentait de me sauter dessus. Que ça soit vivant ou non quoi. Puis je me stoppai pour tourner mon regard en direction de bruits. Des bruits bien reconnaissables, genre le raclement de gorge glougloutant des putains de rôdeurs. Mais c’était l’genre de bruits quand ils avaient une cible, quand ils s’énervaient. J’t’ais pas une cible…enfin, je les voyais pas vers moi, j’avançais en direction du bruit et soudainement, en me déplaçant d’une saleté de gros chêne, je vis la scène. Il avait un vivant. Et elle se débattait avec un rôdeur qui tentait de la bouffer. Je’eus pas vraiment le temps de réfléchir, je tirais ma flèche dans le crâne du rôdeur.

Je baissais mon arbalète pour recharger, parce que ouais, j’allais pas me faire avoir si jamais le type que j’avais sauvé voulait ma peau. En fait, j’fus vachement surpris en voyant une gamine. Mouais, elle était pas si jeune, mais pour moi, c’était jeune. J’haussais un sourcil, qu’est-ce qu’une ado’ comme elle faisait en pleine forêt toute seule? Elle avait fui un groupe?  

Limite, ça me regardait pas et tant qu’elle tentait pas de m’attaquer –c’qui serait vraiment stupide maintenant que j’avais planté une flèche dans la tête du rôdeur qui la voulait comme repas- En plus, j’étais armé. Bref, j’restais à distance raisonnable et quand elle me remercia, j’hochai un peu la tête.

«T’fais quoi d’toute…»

Et je m’arrêtai. Pas parce que je savais pas quoi dire. Pas parce que je pensais qu’un rôdeur me sauterait dessus. Je m’arrêterai parce qu’en m’approchant un peu je vis des photos par terre. Limite, des photos, j’m’en serais balancé, mais je venais de voir la gueule de quelqu’un que je connaissais. Vraiment, c’était con parce que j’étais vachement vulnérable en ce moment, mais j’avais encore mon arbalète dans mes mains, ce qui me rendait probablement un peu redoutable. De toute façon, je pouvais sûrement la maîtriser à une main la gamine en face de moi…enfin, p’t’-être pas, elle était quand même encore vivante et Dieu savait depuis combien de temps qu’elle traînait toute seule. Bref, là, j’avais un peu la tête ailleurs. J’avais les sourcils froncés alors que je me penchai pour prendre la photo. Je l’observais un moment. Ouais, c’était mon frangin. Et dire que la dernière image que j’avais de lui c’était moi lui défonçant la gueule… et là, il était tout sourire. Les yeux un peu rougis par je sais pas quelle putain de drogue et il avait une fille avec lui. Bref, mon petit moment de stupeur passé, je le vais mon regard vers la fille devant moi. Je lui montrai la photo.

«Pourquoi t’a une photo d’mon frère toi?»

Au même moment que je lui montrais, mon regard tomba sur l’écriture en arrière. «Mon père?» Ah bon sang. C’était pas vrai, j’aurais mieux fait de partir, de prendre ma flèche et foutre le camp sans rien lui dire à cette morveuse… mais non, comme un con, j’observais tout et ce fut la gueule de Merle qui me tomba dessus. Et moi qui étais parti pour pas réfléchir… l’destin était chiant quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   Mer 5 Fév - 8:23

J’étais vivante, c’était déjà un très, mais très bon début.  Je me relevai tranquillement, il y avait quand même un homme aux regards pas très sympathique qui me regardait avec une arbalète en main.

«T’fais quoi d’toute…»

Il avait commencé une phrase, mais ne l’avait pas fini. Il fixait mes choses, au moins je n’avais rien de bizarre ou de compromettant. Imaginez s’il aurait vu le sac de Jack, avec préservatif inclus, LÀ, on aurait pu trouver cela bizarre. Bref, je commençai à ramasser mes choses sur le sol avant qu’un autre marcheur arrive, l’homme qui avait stoppé sa phrase nette, se pencha pour ramasser une des photos. En fait, il ramassait la photo de mon supposé paternel. O.k. c’était mon paternel, je le savais, ma défunte mère le savait, mais lui le savait pas, donc il était un supposé paternel.

«Pourquoi t’a une photo d’mon frère toi?»

Là, je l’avoue c’est moi qui fut surprise par la question. C’était… ridicule. Ridicule et impossible. Tout simplement, non. Il ne connaissait pas vraiment le mec sur la photo et la photo n’était pas vraiment à moi. Ma mère n’avait jamais connu ce type et elle n’avait jamais fini chez lui. Je savais que j’avais sortie au centre jeunesse que je voulais aller à Atlanta pour me rapprocher de mon « paternel », mais c’était de la grosse manipulation pour avoir la paix des foyers d’accueil. Fallait quand même que je réponde, mais on répondait quoi à ça? Pas la vérité en tout cas. Si je disais la vérité, il me traiterait de tarée et me tirerait un flèche. Non, non valait mieux mentir. Je ne savais pas trop comment répondre et surement que mon manque d’assurance allait me griller, eh merde.

« Eff… rien d’important. Tu peux la garder si c’est ton frère. »

Je n’allais quand même pas lui reprendre des mains, il avait déjà plus d’attachement que moi envers la photo. Bon d’accord, je ressemblais comme deux gouttes d’eau à ma mère, mère qui était aussi sur la photo, mais c’était un homme. Il n’avait pas de sens de l’observation, regardez Jack… Il n’était même pas capable de deviner le nom d’une personne quand son nom était sur un casier. Nom ramassé par la suite par ladite personne possédant le nom. Bon, fallait que je fasse des efforts, trouver quelque chose à dire, à faire. Me sauver? Ah non, il avait quand même une arbalète.

« Il sera peut-être content de retrouver un souvenir qui sait. »

Parce que si c’était son frère, ils devaient être à la même planque. Donc, j’étais mieux de faire comme si de rien était, avoir l’air un peu folle et pouvoir partir sans risquer de rencontrer la personne sur la photo. O.k. je l’avoue on pouvait m’amener huit tonnes de marcheurs voulant me manger, je m’en fichais, mais trouvez-moi un potentiel membre de famille et là, je n’avais plus aucun courage. De toute façon, personne n’avait voulu de moi dans ma vie, donc ça n’allait pas commencé maintenant que la fin du monde était arrivée.

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Daryl Dixon
I'm not a Prisoner, Just a Survivor

Feat : Norman Reedus
Messages : 134
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   Jeu 6 Fév - 16:36

Bah.. Les chances que ça m’arrive? Presque impossible en réalité. Et j’étais là, bêtement avec une photo de mon frère entre les mains. Même que je reconnaissais la meuf sur la photo… n’importe quoi. Merle avait une gosse? Bah, il pouvait en avoir des dizaines dont il le savait pas ce con. Nah, c’était simplement pas possible que ça m’arrive. En plus, après une épidémie. Ah, c’était une mioche qui avait trouvé la photo quelque part et elle la trimbalait… pour aucune raison. Je me grattais le crâne de ma main vide, mon arbalète pendant contre moi. J’me sentais nerveux, nerveux et un peu irrité quand même. Finalement, j’réussis à lui demande c’qu’elle faisait avec une photo de mon frangin. Rien d’important, je plissais un peu le regard. Elle avait l’air pas trop sûr et en plus, elle me prenait pour un con cette gamine! Au final, elle pouvait être sa fille finalement… Pouah, j’détestais cette situation de merde. J’haussais un sourcil, j’avais plus envie de regarder cette photo.

«M’prends pas pour un idiot, gamine, c’toi qui l’avait cette photo.»

J’étais doux quand même… parce que je sentais que je pouvais exploser. Pas contre elle, contre tout en général. Crétin de Merle, il aurait pu mourir en emportant tout avec lui? Mais non, il fallait que je tombe sur une de ses progénitures. Elle lui ressemblait pas trop au moins, ça m’empêcherait de lui tirer dessus. Imaginer un gosse, un p’tit mec qui se la joue cool comme Merle? Je le tue quoi… Non, j’étais en train de devenir cinglé. J’avais la main tendue pour la lui rendre, non, je la voulais pas cette photo. Peut-être que je le regretterais plus tard, mais là, j’voulais juste plus la voir du tout. Puis elle me dit un truc qui me fit planter mon regard sur elle. C’était pas contre elle… c’était qu’une gamine. Je lâchais donc, assez âprement.

«Il est mort.»

Mouais, j’étais le pro’ des annonces de décès quoi. J’pouvais même lui dire que c’était moi qui l’avais retuer si ça lui chantait! En même temps, j’étais con, parce que si elle espérait trouver son père, bah… il pourrissait en mode zombie… Je laissais tomber mon bras pour frotter un peu mes yeux, j’avais envie de pas être là. En même temps, elle avait rien demandé à personne la gamine devant moi. Je repris un peu contenance avant de la regarder de nouveau.

«C’ta mère qui t’a dit que c’était ton père?»

Et là j’fus à moitié frappé… c’était ma nièce si toute cette histoire tenait debout. Et pourquoi elle tiendrait pas debout d’abord? Personne en voudrait faire un truc pareil pour me faire chier après l’épidémie. Surtout pas une fille comme elle, elle voudrait quoi de toute façon? Là, peut-être un peu de trucs à survivre, parce que vraiment, j’lui trouvais l’allure maigre… bah, j’devais pas être beau à voir non plus, r’marquez. Ainsi, j’restais là, perdu, avec des émotions que j’aurais aimées enfouir au plus profond de la terre et lancer un cocktail Molotov dedans et puis tout enterrer… En plus avec ce putain de ciel vachement trop gris, il allait nous pleuvoir dessus bientôt j’pense bien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   Jeu 6 Fév - 17:14

«M’prends pas pour un idiot, gamine, c’toi qui l’avait cette photo.»

Bah je sais que c’était moi qui l’avait, mais lui il avait une arbalète. Donc, monsieur demandait, je donnais. Dans la mesure du possible dû moins. Genre s’il demandait, déshabille toi. Je me rapprocherais et… lui casserait la gueule. Bah oui, j’étais moi, pas ma mère. L’expression ferme tes yeux et attend que ça passe ne s’appliquait à moi. Jamais. Vraiment jamais.

«Il est mort.»

J’ouvris la bouche comme une idiote sous la surprise. La refermai. Il était… Pourquoi ça m’étonnait hein? La plupart des gens de la terre était mort. Fallait passer par-dessus tout ça, oublier. Il n’avait jamais vraiment existé, alors sérieusement pourquoi s’en faire avec ça? Pourquoi s’en faire? Pourquoi s’en FAIRE J’AI DIT! Pourquoi j’avais les larmes aux yeux alors. Là, c’était moi la conne. Je déteste ça. Je fermai les yeux, 2 secondes. Une respiration, deux. Quand je les rouvris, mais yeux était sec, complètement. Peut-être même un peu froid. Vous savez le genre de regard qui prouve qu’une personne en a baver. Bah fallait l’admettre que je l’avais. La faute à qui hein?

« Je suis désolé pour ton frère. »

Pas mon père non, ton frère.

«C’ta mère qui t’a dit que c’était ton père?»

C’était tellement… difficile de l’entendre à haute voix. J’y étais pas habitué, s’en me donnais des frissons désagréable. Genre tu aurais pu avoir mieux… mais non, oubli.

« Non. Elle me l’a caché toute ma vie de peur que je cherche à le revoir. J’ai trouvé les infos sur mon père après sa mort, il y a presque 4 ans, quand j’ai dû vider l’appart avant d’aller en foyer. »

Bah oui le grand, j’ai pas eu la vie facile. Avec une mère qui se faisaient payer pour du sexe, toxico et sérieusement dépendante de tout ce qui pouvait exister sur terre et un père absent qui, selon les dire, étaient pareils. Je n’avais pas vraiment eu de choix dans ma vie. J’avais quand même craché le tout de façon assez sec, mais pouvait-il vraiment m’en vouloir? J’avais plus rien dans ma vie. Juste… moi. Moi et ma hache. Hache que j’avais finalement ramassée pour rassembler toutes mes choses.

« Merci de l’info… et de m’avoir sauvé. »

Si j’allais partir? Bah oui, qu’est-ce que je pouvais demander de plus? Il m’avait sauvé, c’était déjà beaucoup. En ce moment, il se disait surement qu’il aurait dû me laisser crever et il avait surement un peu raison. Je n’étais pas un cadeau, ça, j’avais compris grâce à la vie. En plus, j’en avais encore salement long à faire comme route, mais marcher me ferait du bien. Beaucoup de bien.

« Je ne t’en demanderai pas plus. J’essayais de me rendre à l’école avant d’être attaqué. »

S’il s’attendait que je demande quoique ce soit à qui que ce soit. Il se trompait. J’étais une coriace. Je ne demandais jamais et je n’acceptais jamais rien de personne. Accepter quelque chose, c’était accepter la personne, sa créait un lien et les liens… c’étaient la mort.

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Daryl Dixon
I'm not a Prisoner, Just a Survivor

Feat : Norman Reedus
Messages : 134
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   Mer 12 Fév - 17:03

J’annonçai la mort de mon frère et de peut-être son père avec une froideur bien à moi. Mouais, c’était fait. Ça m’faisait chier grave, mais c’était comme ça. Et j’voulais pas en parler. Et pas y penser par la même occasion ça serait bien aussi. Pff… en voilà une idée idiote. Bref. La gamine devant moi semblait surprise de ce que je disais… bah ouais. J’étais un beau salaud de lui dire que son père était mort comme ça. Et du coup, j’me sentais un peu mal… parce que je vis bien son regard devenir un peu plus clair. Mais ce fut très rapide parce que la p’tite devant moi ferma les yeux puis planta un regard vachement plus sérieux sur moi. Là. Là, je vis un petit côté Dixon. On était les pros pour mettre notre émotion sur off. Mais… c’était p’t’-être moi qui cherchais des ressemblances maintenant que je savais que j’avais une nièce… pouah… c’trop bizarre. Bref, elle dit des mots qui me passèrent un peu au-dessus de ma tête. J’avais pas envie d’entre des mots tout fait comme ça. Du coup, je lui posais une question à propos de sa mère. Elle m’expliqua alors que sa mère lui avait jamais dit. Mouais, c’est sûr que Merle était un beau salaud d’avoir abandonné une meuf avec son enfant. Et je le savais même pas. Lui devait pas le savoir non plus j’imagine… il aurait été secoué et je l’aurais remarqué.

«Bah, c’t’ait un con, mais…»

Je m’arrêtai là, parce qu’elle avait sûrement pas envie d’entendre les bons côtés de son père mort. Et moi pas envie de discuter de mon frère mort. Bref. Elle avait pas eu une vie facile. Une vraie Dixon finalement. Quelle drôle d’idée, une autre Dixon, moi qui me pensait… bah seul quoi. Ensuite elle me remercia. Mouais. J’restais silencieux. Puis elle me dit qu’elle allait partir pour l’école? Là, j’eus une drôle de tête. Perplexe.

«- L’école? T’as un groupe là?»

J’avoue que j’étais un peu curieux, on y était jamais allé à cette école en réalité. Et j’me doutais que c’était pas trop loin…Du coup je remarquais que j’avais encore la photo dans la main et tendue vers elle. Je replaçais mon arbalète sur mon épaule et je m’approchai pour lui donner sa photo. J’étais surtout curieux parce que bah… la gamine devant mes yeux étaient peut-être –surement même- de ma famille. La famille c’est sacrée… enfin, moi et Merle, c’était sacré. Je regardai un peu autour avant de lancer.

«Vaudrait mieux retourner sur la route, avant que d’autres de ses potes se ramènent.»
J’disais ça en donnant un coup de botte sur le rôdeur mort à nos pieds. Je sais pas si elle allait suivre ou m’envoyer me faire foutre, mais je me tournai déjà à moitié pour aller en direction de la route. Ouais, je savais où elle était la route, même si on était un peu au milieu du boisé. De toute façon, j’me demandais bien elle pouvait se retrouver en forêt. En même temps, venant de moi, c’était un presque signe de confiance de tourner dos à quelqu’un que je connaissais pas… bah, de toute façon, je pense que je pouvais la casser avec mes mains si jamais je le voulais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   Mer 12 Fév - 17:38

Ouais bon, il était mort, fallait que je passe au-dessus. Je m’étais toujours dit qu’il devait être mort. Mort d’overdose, battu en prison ou bouffer par un zombie, alors sérieusement, je n’avais pas à m’en faire. Je n’avais pas de famille, j’en aurais jamais et c’était bien ainsi… sauf, attendez une minute… ou dix. Mon père… son frère… mon… oncle? Non, non, impossible. Attend… c’était possible. Bizarre, mais possible.

« L’école? T’as un groupe là?»

Je le regardai un peu froidement, mais pas trop. Juste… comme lui finalement. Être froid, ça se jouait à deux… ou c’était de famille? Maintenant qu’on pouvait chercher les ressemblances… C’était peut-être pas un bon choix de jeu finalement.

« Non, non. Je veux juste récupérer des trucs à moi là-bas. »

C’était vraiment quand même. Tout ce que je voulais c’était mes stupides protège-poignets et un javelot. Rien d’autre.  Je voulais une arme plus légère et une façon de me protéger un peu. Ensuite je… eum… retournerait à l’aéroport? À l’hôtel tout près de mon resto? J’en avais aucune idée. Non, sérieusement je n’avais pas de plan défini et c’était peut-être mauvais pour ma santé.

J’avoue que j’étais un peu curieux, on y était jamais allé à cette école en réalité. Et j’me doutais que c’était pas trop loin…Du coup je remarquais que j’avais encore la photo dans la main et tendue vers elle. Je replaçais mon arbalète sur mon épaule et je m’approchai pour lui donner sa photo. J’étais surtout curieux parce que bah… la gamine devant mes yeux étaient peut-être –surement même- de ma famille. La famille c’est sacrée… enfin, moi et Merle, c’était sacré. Je regardai un peu autour avant de lancer.

«Vaudrait mieux retourner sur la route, avant que d’autres de ses potes se ramènent.»

« C’est une idée. »


C’était vraiment mal, il était devait moi, allant vers la route et j’ai eu qu’une seule chose en tête. Une arbalète, ça devait vraiment être bien pour survivre. Bon d’accord, ça serait plus dur à trouver, mais un jour… un jour j’apprendrai à m’en servir et en avoir une. Tout ce trouvait dans la vie, mais ce n’était peut-être pas efficace dans les mains de tout le monde. Il y eu un silence entre nous, en même temps moi le silence c’était pas quelque chose qui me dérangeait vraiment.

« Est-ce que c’est mal si je te demande tu venais d’où avant de me trouver avec le marcheur? »

En gros, si tu dois me tuer après m’avoir répondu… on oublie d’accord. J’ai rien demandé. Ma vie était plus importante après tout. Je voulais pas briser le silence, j’aimais le silence, mais… j’avais certaine question importante du genre :

« Ah et… tu as un nom? Parce que le mec à l’arbalète… c’est pas efficace. »

Il y avait de long silence entre un sujet à l’autre et on ne marchait pas trop vite. J’avais pas envie de faire vite et de me ramasser toute seule en fait. Fallait me donner le temps de passer par-dessus le fait de m’avoir presque fait bouffer hein.

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Daryl Dixon
I'm not a Prisoner, Just a Survivor

Feat : Norman Reedus
Messages : 134
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   Ven 21 Fév - 14:43

Je sentais un regard…commun sur moi. Moi, cet air glacial. Mouais, limite, je la regardais pas mieux vraiment, et moi c’était mon tempérament… elle aussi à la voir en tout cas. J’lui demandai finalement si elle avait un groupe à l’école et rapidement elle me signala qu’elle allait chercher des trucs à elle. J’haussais un sourcil, perplexe. Mouais, il pouvait avoir des ressources intéressantes dans une école, mais ça devait être bourré de rôdeurs, non? Ou p’t’-être pas aussi… bref. Ça m’regardait pas ce qu’elle faisait de sa vie après tout… même si au fond… c’était sûrement une Dixon… trop bizarre. Je m’attardais pas trop sur le sujet pour tout dire, j’étais pas un bavard et pas assez curieux pour la bombarder de questions. Bref, j’me détournai pour aller en forêt et j’entendis dans mon dos que mon idée était pas mauvaise. Elle me suivait donc. On avançait tranquillement et je savais qu’elle était sur mes talons. Puis, après un petit silence, elle me demanda d’où je venais.

Elle pouvait pas voir ma gueule, mais je pinçais un peu les lèvres. Mouais, j’étais pas pour lui dire que je pouvais pas lui dire… en même temps… Bah, je la croyais quand elle me disait qu’elle était seule. Et bon… je sais pas si c’était à cause que Merle était mort ou parce que je devenais un peu con en imaginant que c’était ma nièce –p’tain que c’est étrange- mais j’avais pas envie de la jouer connard et rien lui dire. Je la jouais alors sincère.

«D’la prison, c’est à quelques kilomètres d’ici. Normalement, on tente de pas trop avertir les autres groupes.»

Mon message était clair. J’lui disais, mais fallait qu’elle le garde de préférence pour elle. C’était pas mal qu’elle demande… elle était quand même seule la gamine. Puis soudainement je me dis… la gamine. Mouais, elle avait un prénom j’imagine non? Et visiblement, elle pensa à la même chose en même temps que moi parce qu’elle me lançait si j’avais un nom. Mec à l’arbalète, ça serait bien la première fois tiens. On arrivait vers la route alors que je retournais mon regard un bref moment sur elle et que je lui lançais.

«Daryl. Et toi, c’est comment?»

Je disais pas mon nom de famille…encore. De toute façon, elle allait demander si elle voulait le nom de famille de son paternel… Bref, je m’arrêtais une fois sur la route, je savais pas si on allait marcher dans la même direction, du coup je pointais vers ma propre direction.

«Moi j’vais par-là. Et toi?»

Bon sang, j’en disais des mots quand même, mais bon, j’étais clair et précis quand même, j’faisais pas des romans!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Serena Donnelly
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Vanessa Hudgens
Messages : 618
Date d'inscription : 02/02/2014

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   Ven 21 Fév - 16:31

Je posais des questions, mais pas trop en même temps, comment dire… Je voulais savoir, mais en même temps… je ne voulais pas tant savoir. J’étais, complètement mitiger. Je voulais, mais je ne voulais pas. Je… Pourquoi c’était si compliqué. Pourquoi je ne pouvais pas juste continuer mon chemin, seule. Complètement seule. Les liens, c’étaient une faiblesse, c’était se pourrir la vie avec des inquiétudes pour les autres. Je n’avais pas envie de devoir me demander si ce type était vivant ou pas. S’il était bien, s’il mourait de faim ou pas.

«D’la prison, c’est à quelques kilomètres d’ici. Normalement, on tente de pas trop avertir les autres groupes.»

« J’ai pas de groupe, j’ai personne… donc y a pas grand-chose à dire à personne. »


J’étais pas sèche, mais je ne parlais pas fort non plus. J’énonçais un fait, c’est tout. Je n’aimais pas les gens. Je n’allais pas m’encombrer de personnes à devoir maintenir en vie. J’avais déjà du mal à me maintenir en vie aussi, valais pas me faire chier.

«Daryl. Et toi, c’est comment?»

Je détestais donner mon nom, vraiment. Genre même avant les marcheurs, je détestais donner mon nom. Juste l’entendre dans la bouche des profs… je détestais ça, mais à lui… je devais lui dire quand même. C’était… il connaissait mon père, je pouvais bien lui dire mon nom.

« Serena… Serena Donnelly »

Je n’allais pas lui dire mon nom complet non plus. Il n’avait rien d’important dans le « Lolita » l’espèce de nom de scène que j’avais eu droit à la naissance. Sérieusement, qui pouvait ne pas trouver ridicule un nom comme Serena Lolita Donnelly? Sérieusement, j’aimais bien mes initiales. J’avais l’air d’une drogue de dyslexique, mais sinon… on oubliait ça. De toute façon, il n’y avait plus de loi, plus de rien… il n’allait pas pouvoir me retracer pour me disputer d’avoir omis un bout de mon nom. En plus, je savais même pas son nom de famille, alors hein.

«Moi j’vais par-là. Et toi?»

Je voulais quoi? Rester avec lui, partir. En savoir plus, ou pas. J’en savais rien. En ce moment j’avais juste envie de… de rien. Non, c’est faux, j’avais envie d’un truc, fallait savoir le demander quand même.

« Je vais continuer ma route par là en fait. »

Bon j’avais pas vraiment réussit à lui demander. Fallait que je me fasse à l’idée de lui demander maintenant ou jamais. Donc, avant qu’il ne s’éloigne trop je demandai :

« Son nom, c’était quoi? Juste… pour savoir. »

C’était quand même un stupide minimum qu’une gamine sache le nom de son père, mais ça… ma salope de mère n’avait pas eu envie de me le dire, n’y même de le laisser quelque part Sérieusement, c’était à croire qu’elle ne savait même pas son nom… En fait… c’était franchement possible qu’elle ne sache même pas son nom. C’était pathétique, ma naissance était pathétique finalement. M’enfin, l’important c’était pas comment on naissait, mais bien de ce qu’on faisait avec tout ça après et sérieusement, pour une gamine de 17ans en pleine apocalypse, je battais des scores, la preuve j’étais en vie. On ne pouvait pas dire ça de tous les enfants de mon âge. Seul en prime? Non, j’y arrivais. J’étais une battante et rien n’y ferait. J’allais mourir paisiblement dans un coin et ensuite je boufferais plein de personne, mais je ne me ferais pas bouffer.

_________________




On m'a offert une roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Daryl Dixon
I'm not a Prisoner, Just a Survivor

Feat : Norman Reedus
Messages : 134
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   Mar 25 Fév - 18:14

Mouais. Cette situation avait quand même quelque chose de vraiment chiant quand on y pense. Vraiment, j’me trouvais de la famille quand j’me sentais seul. C’était si con. Enfin, c’est clairement pas de sa faute à elle. Ni à moi non plus. À cause de mon macchabé de frère ouais. Connard quand même. Enfin, j’finis par me convaincre de lui dire que j’étais d’la prison et surtout que si elle pouvait garder ça pour elle, j’serais vachement content. Et elle me répondit qu’elle avait pas de groupe. Personne. Mouais. Du coup, je savais pas du tout quoi lui dire. Elle voulait sûrement être seule à la voir. C’était donc une p’tite dure à cuire cette gamine… enfin, là elle savait où me trouver. Limite… elle s’en foutait peut-être et… bah moi aussi peut-être au fond. Mais j’sais pas trop. Faut pas en demander trop à ma tête bordel! Finalement, elle changea elle-même de sujet en me demandant mon vrai nom à la place du surnom qu’elle m’avait trouvé en deux secondes. J’lui répondais bien calmement et lui redemandait en échange. Elle semblait pas vouloir, mais elle se lança. Serena Donnelly. Serena, c’était bien comme nom. J’me demande si Merle aimerait. J’le saurais jamais alors pas besoin d’m’attarder là-dessus. Bref j’hochai un peu la tête. Et après avoir atteint la route, j’lui annonçai que je partais dans une direction, vers la prison quoi. Et je lui demandais elle, elle allait par où. L’école qu’elle avait dit il me semble. Et elle m’informa que c’était de l’autre côté.

Mouais, pas d’chance quoi. J’savais pas trop quoi lui dire encore une fois. Moi et les interactions sociales parfois… j’allais pour lui dire au revoir et partir de mon côté comme le connard d’oncle que je faisais de moi en ce moment. Oncle. P’tain, on dirait que j’avais 20 ans de plus. Enfin, elle me retint par une question. Pas n’importe quelle question. Le nom de son père. De mon frère. Pouah, j’me grattais la nuque sans y penser et je plantais mon regard dans le sien et marmonnait.

«Merle Dixon…»

Dis-je finalement. J’me sentais tout pourri. Comme un rôdeur moins l’envie de tout bouffer j’pense. Enfin. Elle avait sa réponse et moi un mal de crâne en prime. Je la regardais un moment, je voyais… enfin, j’pas con quand même, mais j’voyais bien que c’était une p’tite Dixon maintenant que je le savais. Le regard un peu de tueur et l’air de dire «tu me touches, tu crèves» bref. C’était peut-être mon imagination et de toute façon, tout se passait dans ma tête, moi je gardais un visage neutre magnifique. J’allais pour me retourner et partir, mais là, c’est moi qui l’arrêta.

«Si jamais… t’cherches un coin où passer quelques jours, tu continues sur cette route et au deuxième tournant à droite… bah on est au bout.»

Pourquoi j’lui disais? J’sais pas. Instinct. De toute façon, j’me sentirais moins con de lui dire au moins où j’me trouvais. Puis, sans demander mon reste, je me tournai, mon arbalète sur le dos et je m’éloignais pour rentrer à la prison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une promenade de santé... ou pas [Daryl]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une promenade de santé... ou pas [Daryl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une promenade de santé pour Pitters ?
» [Fe] Promenade de santé - Rp Wonderland
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Remèdes de grans mère (santé)
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Le Monde Extérieur :: Les Routes & Grands Axes-