Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Megan ✖Une aventure pas comme les autres✖14.o9.11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Logan Smith
I'd Rather Have my Flight

Feat : James Franco
Messages : 469
Date d'inscription : 04/01/2014
Age : 33
Localisation : Atlanta's airport

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
35/100  (35/100)
Jauge de Faim:
40/100  (40/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Megan ✖Une aventure pas comme les autres✖14.o9.11   Lun 27 Jan - 12:53

Ce 14 septembre, il était nécessaire que trois de nos membres partent en excursion pour trouver des armes. Nous étions partis à l'aube et il était impératif que nous revenions au crépuscule. Nous avions un couvre feu très stricte en ce qui concernait les sorties. L'un de nous avait conduit une vieille hyundai trouvé sur l'autoroute, les parkings sous-terrains de l'aéroport n'étant toujours pas nettoyés.  Nous avions fini dans un petit village à environ 60 KM de l'aéroport. Là-bas , ca avait mal tourné. Une horde de cadavres ambulants nous avait surpris, notre dispersion était alors irréversible.  J'avais essayé de ne pas utiliser les coups de feu, je n'avais pas de rollers, je m'étais alors tapé le plus grand sprint de ma vie durant des heures car j'avais réussi à ameuter tous les rôdeurs du quartier.  Plus j'avançais , et plus j'avais l'impression de perdre mes organes un par un. On sous-estime souvent la peur mais c'est ce qui m'avait permis de rester en vie durant cette course folle.  Le cerveau aussi connaissait une incroyable rapidité surhumaine en terme de réflexion. J'avais tenté de bricoler quelques voitures pour faire demi tour mais rien y faisait.  

La journée  basculait doucement pour faire place à la nuit. J'avais abandonné tout espoir de retourner à l'aéroport car j'avais senti que je m'enfonçais dans le sens opposé. J'avais eu besoin de profiter des derniers rayons du soleil qui se manifestaient pour trouver un lieu sûr. Au final, j'arrêtais de courir dans tous les sens pour éviter de me faire manger. J'avais alors privilégié la lutte à la fuite. Ma barre en fer et moi avons fait des jolies oeuvre d'arts.  J'avais mis en brochette le premier qui ressemblait à un adolescent  en transperçant sa gorge.  Des craquements inhumains se faisaient entendre, comme lorsqu'on arrachait une cuisse de poulet sans y prêter attention. Du jus noir violâtre sortait de tous les côtés. Et pourtant, il avait paru être aussi enchanté qu'un bébé qui tend ses bas vers sa mère. Sérieusement, il avait très faim pour ne pas céder. Comme  si ma barre de fer était une étrange manivelle, j'avais fait de toute mes forces mon arme vers moi (je ne pus m'empêcher à ce moment précis de penser aux hommes qui pratiquaient l'aviron car le mouvement était très similaire) Sa tête avait fini par sauter et rebondir sur le sol. Enfin, le reste de sa tête car il avait un bout de la lèvre bouffé par les insectes et son crâne qui laissait apparaitre son cerveau.  J'avais battu comme ça environ une dizaine de morts vivants  avant de déclarer forfait. J'avais néanmoins réfléchi tout ce temps à "où dormir".  Ma réponse fut le lycée qu'était pas très loin. En fait , la quantité abondante d'adolescents infectés me laissaient croire que l'école n'était pas loin. Avant l'infection, ils ont du libérer les enfants plutôt alors le lieu devait être assez désert.

Il avait fait nuit noir lorsque j'avais enfin trouvé le lycée. Je voulais essayer d'être l'ombre de moi  le temps de rentrer.  Première j'avais escaladé le petit muret en brille avant e grimper sur le toit du bus scolaire. Pourquoi toute cette manœuvre ? Car la fenêtre la plus proche du bus était ouverte. J'avais du faire le tour du lycée pour la trouver. Elle était à l'étage , mais je n'étais plus à ça près de jouer les ninjas. Dans la cour, il y avait très peu de rodeurs, une quarantaine; C'est très peu quand on connait la quantité à l'aéroport.  J'essayais de marcher doucement , voire de ramper pour éviter d'être vu. Faire un jeu semi cache-cache, et semi 1,2,3 Soleil dans une récréation avec des zombis, c'était une scène assez comique.  J'avais fini par me redresser, prendre mon élan et sauter vers la grande vitre ouverte.  Les walkers s'étaient un peu agité mais rien d'alarmant.


A l'intérieur, tout était silencieux et plongé dans le noir. La faible luminosité me laissait apercevoir des livres alors je reconnus la bibliothèque. Comme quoi malgré l'infection cela reste un lieu très peu côté au lycée.  Il n'y avait vraiment pas de cadavres, pas de morts vivants... Je tressaillais à l'odeur de renfermé nauséabonde  mais c'était tout. Je me sentais juste mort, aussi mort qu'eux. Je fis grossièrement le tour des lieux, vérifier les issues, que ce soit fenêtes ou portes puis je trouvais un endroit pour m'allonger. Je n'avais pas eu le temps de poser mon sac ou me détendre que je pris un violent coup au niveau du crane. Un coup tellement violent que je sentis tout mon corps se raidir.Et ce fut tout.

_________________
Je vous ♥️bambinos

Be fast because walkers hate FAST FOOD
By Lollipops & tumblr ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Megan Stirling
I'm Still in School

Feat : Marion Cotillard
Messages : 850
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 23
Localisation : the-divergente.forumactif.org & winter-of-blood.forumactif.org

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
60/100  (60/100)
Jauge de Faim:
60/100  (60/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Megan ✖Une aventure pas comme les autres✖14.o9.11   Dim 2 Fév - 6:40

Tout aurait pu tourner à la catastrophe... Me recroquevillant dans un coin de la bibliothèque, je songe à ce que je n'ai pas fait. A ce que j'aurais pu faire.

Elle serre ma main comme si c'était la dernière chose qui la reliait à la vie. Mais c'est trop tard. Elle le sait et je le sais. Elle a perdu bien trop de sang. Nous n'avons même pas pu retirer la balle de son ventre. Après avoir gémit et pleuré quelques minutes, elle finit par se calmer. Et moi, je peux rien faire d'autre que la regarder et tenir sa main. Puis son souffle se transforme. A son expression, je comprends qu'elle tente de me dire quelque chose. Approchant mon oreille, j'entends un murmure rauque. « Tues-moi. » Horrifiée, je relève lentement la tête, et regarde autour de moi. Personne. Ils sont tous occupés autre part. Je ne peux visiblement compter que sur moi-même.

Peu à peu, je sens que la pression sur ma main se relâche. Son front perlant de sueur, elle respire avec de plus en plus de difficultés. Cela dure encore quelques minutes et sa respiration s'arrête, purement et simplement. Je reste sans bouger quelques secondes, sans savoir quoi faire. Elle va se réveiller. Et si je bouge pas ...
Je cours hors de la salle et claque la porte derrière moi. Il faut que je prévienne quelqu'un sans attendre. Je tombe sur le proviseur.

Il entre avant moi dans la pièce et referme derrière lui. J'entends quelques bruits de lutte, puis il ressort en disant : « Il faudra nettoyer tout ça. » Entrant dans la pièce, je vois d'office que quelque chose ne va pas. Il n'y a pas un cadavre mais deux.


Résultat, je n'ai même pas pu nettoyer la pièce. Et ma lâcheté a assassiné quelqu'un d'autre, rien que ça. Ça fait plusieurs heures que je suis prostrée dans un coin de la bibliothèque, sous une table - oui oui - à ressasser les événements, sans que ça change quoi que ce soit pour autant. Je n'ai jamais réussi à être vraiment utile pour le groupe, et voilà que la situation empire ... Je caresse pensivement ma batte de Baseball. Elle m'a pas vraiment servi, jusqu'ici, en fait. Seulement rassurée.

Soudain, je redresse la tête. J'ai entendu un bruit. Mon esprit carbure à toute vitesse tandis que je me mets à tout assimiler aux mordeurs. Je me lève, et, le plus discrètement possible, vais me cacher entre deux étagères. Il est tard, tout le monde est censé être couché à cette heure-ci, à part ceux qui font des tours de garde ... Je sursaute. De l'autre côté du rayonnage j'aperçois une silhouette. Humaine. La respiration, calme, est loin d'être celle d'un marcheur. Je suis certaine de ne l'avoir jamais vu, même si je distingue pas grand-chose, à vrai dire. Je reste sans bouger un moment, pesant le pour et le contre. Dans tous les cas, il faut que je le mette hors d'état de nuire. Qu'il soit animé de bonnes ou de mauvaises intentions. Ou j'aurais écarté un danger, ou j'aurais ramené quelqu'un d'utile.

L'homme arpente la pièce. Fondue dans l'ombre, je ne bouge pas quand il passe près de moi, et dès qu'il me tourne le dos, je lui donne un violent coup de batte sur l'arrière du crâne. Il s'écroule au sol. Je me mord les lèvres. J'ai peut-être pas assez mesuré ma force. Je commence à paniquer. S'il se relève, je fais quoi, au juste ? Serrant mon arme dans ma main, je me penche sur lui et lui tâte le cou. Je reste plusieurs minutes comme ça, jusqu'à m'assurer que son pouls et redevenu régulier. Soupir. Sans attendre, je vais chercher de quoi l'attacher. Je reviens avec cordelette et scotch. J'attache solidement mains et pieds, et le bâillonne par la même occasion. Et maintenant ?

Je me penche à nouveau pour vérifier son pouls. Ca commence franchement à me stresser, cette histoire. Je traîne le corps jusque dans la réserve, ferme sans bruit la porte derrière moi et allume la lumière. Dans cette pièce sans fenêtres, pas moyen de se faire repérer. Même si ça sent un peu le moisi, on s'y sent plus en sécurité que dans le reste du bâtiment. Je déplace le corps jusqu'à un coin de la pièce et retourne m’asseoir contre la porte.

Minuit passé. Je ne dois pas m'endormir. Je ne dois pas ... Ma tête retombe sur ma poitrine. Je détaille l'homme. Visage émacié. Cheveux bouclés et emmêlés. Pas une once de graisse - chose normale, cela dit. Et ses yeux ... Bah il a pas l'air décidé à les rouvrir. Soupir. Je prends le bouquin le plus proche et me plonge dedans. Notre relation à la mort, Sigmund Freud. Ca pouvait pas mieux tomber ...

Une heure ou deux plus tard, un grognement me tire de ma lecture. C'est qu'il faut se concentrer pour comprendre des bouquins pareils. Je lève les yeux vers le type, qui a visiblement repris connaissance. Je commence à sourire et arrête immédiatement. Si je continue à être aimable et naïve, il va m'arriver des noises. Je pose le livre sur la table et reprends ma batte de Baseball. La serrant à m'en blanchir les jointures, je fais :

« Je peux t'en remettre un coup si tu veux. A moins que tu t'abstiennes de faire tout geste brusque ou de hurler. »

Je m'accroupis et arrache le scotch , afin qu'il puisse parler. J'ai une étrange impression. Comme si ce n'était plus moi, mais quelqu'un d'autre qui s'exprime et agit à ma place.

« Je te laisse trente secondes pour me dire clairement tes intentions quand tu es venu ici. Si tu n'es pas sincère je m'en rendrais compte, j'en ai vu d'autres, crois-moi. »

C'est vrai que j'étais enseignante, mais je ne me rappelle pas avoir été aussi sévère avec un élève. Enfin, c'est une autre situation, c'est pas vraiment comparable. Je me redresse et prends la pose comme les méchants dans les films : je me tape la pomme de la main avec la batte. Ouais, je dois avoir l'air ridicule, voire carrément stupide, mais sur le coup, c'est la meilleure chose que je trouve à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Logan Smith
I'd Rather Have my Flight

Feat : James Franco
Messages : 469
Date d'inscription : 04/01/2014
Age : 33
Localisation : Atlanta's airport

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
35/100  (35/100)
Jauge de Faim:
40/100  (40/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Megan ✖Une aventure pas comme les autres✖14.o9.11   Ven 14 Fév - 7:16

Mes yeux papillonnaient , je reprenais connaissance petit à petit. Mon mal de crâne me faisait comprendre que je revenais de très loin , d'un sommeil doux et profond.  Une douleur s'était installé dans ma nuque, j'avais du mal à me redresser. Tant de difficultés m'arrachaient un gémissement.  S'il n'y avait que cela... J'étais maladroitement assis  et j'avais du mal à respirer. Peut être que c'était du à un putain de bout de scotch sur ma bouche, j'avais mes mains ligotées par la même occasion. Toutes ces mauvaises conditions ne faisaient qu’accélérer ma prise de conscience., j'avais alors cligné des yeux plusieurs fois. J'étais à présent très bien réveillé. Il ne m'avait fallu qu'un millième de seconde à mon sang pour faire un tour et un millième de seconde à moi pour décider de me débattre. Trop absorbé par la lutte contre du vent ,  seule la voix légèrement fluette d'une femme m'extirpa de mes préoccupations. Je prenais alors connaissance de l'environnement.Etait-je toujours au lycée? La pièce dans laquelle je me trouvais se trouvait minuscule, sa lumière de très faible densité. Pour cause il n'y avait pas de fenêtres. Même la source de lumière n'agressait pas mes yeux.
La femme en question était tapie dans l'ombre les premières minutes mais avait fini dans le cercle de lumière. Je pris peur lorsque je vis une batte de baseball dans ses mains. Plus ça allait et plus je me sens dans l'insécurité.  Elle s’avança davantage vers moi. Elle ne pouvait pas être étudiante, son visage montrait de fines rides qu'on acquière avec la maturité.  Ses cheveux mi longs rebelles, ses yeux ronds peu menaçants, sa carrure fragile... j'imaginais très mal cette femme m'assommer et me tuer! Mais elle avait toutefois réussi à déplacer mon corps, apparemment seule. Faisait-elle partie du personnel de l'établissement ou bien s'était-elle installée ici juste par nécessité?

Elle s'approcha, je m'arrêtai de gigoter même si elle m'effrayait plus qu'autre chose. Après m'avoir menacé , elle m'arracha le ruban adhésif, un peu de ma pilosité par la même occasion.
- Aïe ! Sa mère , ca tue !
Je ne pouvais me retenir, certainement la douleur et la fatigue parce que j'oubliais qu'elle était armée et elle m'avait prouvé qu'elle réutiliserait volontiers sa batte de baseball. Mais pour ma plus grande surprise, elle me voulut uniquement savoir ce que je foutais là tout en me rappelant la présence de sa batte entre ses mains qui provoquait un rythme stressant et hypnotique dans ce silence à haute tension. Je paniquais davantage à présent. Je ne savais pas s'il fallait que je dise la vérité à une femme qui m'avait frappé. En tant normal j'étais sincère, surtout avec les survivants. Mais je n'étais pas sûr de me confier....

- Je... je me suis perdu parmi les rôdeurs, je cherchais un endroit clos où trouver nourriture et tranquillité pour la nuit.
A maintes reprises, je fermais les yeux de peur qu'elle me frappe. C'était plus par réflexe que par crainte à dire vrai.
- Je suis tout seul, ajoutai-je dans l'espoir que cela ait un quelconque impact.
Elle me verrait plus comme un homme inoffensif tentant de  survivre sans doute, ce que j'étais réellement. J'avais entendu des rumeurs à propos de personnes devenues folles à en faire tomber la mâchoire. Je ne pensais pas une minute que cette inconnue était le genre de personnes à collectionner les têtes de ses victimes. Pour la raison évidente qu'elle n'avait pas beaucoup de sang ni sur ses vêtements si sous ses ongles. Quelque chose toutefois clochait avec elle.

Je devais penser à un plan d'évasion total et vite au risque d'y laisser ma vie. Retenir de ne plus venir  dans aucun lycée des USA; Même l'aéroport qui montrait concrètement plus de dangers me paraissait à présent plus sûr que nulle part.
- Si je dois rester planté ici, puis-je au moins avoir de l'eau?
Je n'avais pas réellement soif, je voulais juste tester sa gentillesse sur une échelle de 1 à 10. Avais-je des sens de m'en sortir avant de tenter quoique ce soir?

Lui poser la question du pourquoi moi ainsi ici m'avait frôlé l'esprit mais c'était peut être trop partir à l'aveuglette imprudemment . Il fallait que j’attende  que le temps passe pour m'assurer qu'elle ne me fasse rien. Alors que j'étais entrain de réfléchir à vitesse folle, elle était en face de moi silencieuse avec un visage inexpressif.  Par moment, elle se permettait d'effectuer quelques 100 pas à gauche à droite. Je ne savais pas si elle songeait ou si c'était sa manière de me dire non. Je n'avais naturellement aucune idée de combien de temps j'allais rester ici planter comme un choux dans cet endroit moisi.

_________________
Je vous ♥️bambinos

Be fast because walkers hate FAST FOOD
By Lollipops & tumblr ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Megan Stirling
I'm Still in School

Feat : Marion Cotillard
Messages : 850
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 23
Localisation : the-divergente.forumactif.org & winter-of-blood.forumactif.org

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
60/100  (60/100)
Jauge de Faim:
60/100  (60/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Megan ✖Une aventure pas comme les autres✖14.o9.11   Mer 12 Mar - 9:24

« Je... je me suis perdu parmi les rôdeurs, je cherchais un endroit clos où trouver nourriture et tranquillité pour la nuit. »

Je remarque avec une légère surprise, qu'en disant ces mots, il a l'air de plus en plus craintif. Je me mets une main devant la bouche pour m'empêcher de sourire. Moi, Megan Stirling, surnommée plus communément "La petite Meg", intimiderais un bonhomme qui me casserait le cou avec deux doigts ? Bon, d'accord, j'exagère peut-être un peu. Et c'est vrai que je suis ... quoi, "dominante" ? Psychopathe tu veux dire...
Faisant taire cette petite voix pernicieuse qui me susurre de folles paroles, j'entends l'homme me dire qu'il est tout seul. La raison du plus fort est toujours la meilleure, tu sais ... Finalement, cette petite voix n'a pas vraiment tord. Je suis sûre que si c'est lui qui m'avait surprise, je serais au moins en danger, si ce n'est morte.

« Si je dois rester planté ici, puis-je au moins avoir de l'eau? »

Je hausse un sourcil. Pourquoi il ... me demande à boire ... alors qu'il est en position de ... faiblesse ? Je me redresse et fais quelques pas. Lui amener de l'eau ? Pourquoi lui amener de l'eau ? Mérite-t-il vraiment que j'aille lui chercher de l'eau ? Moi ? Avec ma batte de baseball ? Serait-ce un prétexte pour que je sorte de la pièce, ou simplement un propos incohérent engendré par la peur ? Je me retourne, avec le sourire le moins sardonique qui soit - enfin, selon moi - et lui lance :

« Donne-moi une seule bonne raison de te donner de l'eau ... »

Je me redresse et lui tourne le dos. Ce type, il a pas de nom, enfin, pas à ma connaissance. Alors autant que je le nomme non ? Je le regarde en coin. Aussi étonnant que cela puisse paraître, avec ses airs craintifs et la sueur qui perle à son front il me fait penser à ... Une arachide. Je ne sais même pas pourquoi. Ils n'y a strictement aucun rapport. Il n'y ressemble même pas. Mais voilà, dans ma tête c'est ça :

« Alors, Cacahuète ? »

Pas que dans ma tête. J'ai pensé tout haut. AHHHH ! Pourquoi, POURQUOI ?! Maintenant, en plus d'avoir l'air d'une psychopathe, je dois avoir l'air d'une folle à lier. Le pauvre doit être carrément mort de trouille maintenant. Si dans 10 secondes il ne s'évanouit pas ou ne se met pas à hurler, c'est un miracle, ou une intervention divine ... ou bien les deux. Bref, c'est pareil. Tout en le fixant - ce qui doit bien affiner mon image de névrosée -, je me mets à compter. 1. 2. 3. 4. 5. 6. Il a toujours pas perdu connaissance ? 7. 8. 9. 10... Miracle.

HRP:
 

_________________
♥️ Dix Roses d'Amour ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Logan Smith
I'd Rather Have my Flight

Feat : James Franco
Messages : 469
Date d'inscription : 04/01/2014
Age : 33
Localisation : Atlanta's airport

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
35/100  (35/100)
Jauge de Faim:
40/100  (40/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Megan ✖Une aventure pas comme les autres✖14.o9.11   Dim 23 Mar - 11:24

HRP:
 


Mes clavicules commençaient à être douloureuses. Assis de cette façon sur la chaise avec les mains nouées, je me sentais davantage cassé. Cette foutue excursion...
J'avais fini par lui demander de l'eau car en fait je ne savais pas ce qu'elle allait répondre. C'était un petit test. Peut être qu'elle allait me fracasser la gueule pour insolence ou peut être qu'elle allait vraiment me donner de l'eau. Dans ma tête j'étais fait comme un rat alors envisager le fait de me faire briser la nuque ne me faisait pas très peur sur le coup...
On-ne-peut-plus sérieuse, elle voulait connaitre l'une de mes raisons. J'arquais les sourcils naturellement; C'était des choses qu'on pouvait poser ça? Je voulais répondre "pour prendre une douche" mais il n'était pas question de faire le con non plus. J'étais désarmé et assommé, elle était debout et munie d'une batte. Elle l'avait quand même utiliser une première fois alors pourquoi pas deux. Je réfléchissais quelques instants, elle m'interpella avec la nomination de... cacahuète. Ok alors là, j'admettais qu'elle faisait moins peur mais quand même!

- Bah si je dois mourir, j'aimerais bien mourir hydraté! Y a assez de souffrances comme ça ...
Je me tuais presque à la fin, et oui je me victimisais un peu. Elle était une femme, elle devait avoir une sensibilité quand même! Puis elle m'avait appelé Cacahuète. Nous étions dans un monde où tuer était simple, mais voir un humain mourir de soif ou de faim était une autre chose. J'étais aussi prêt à parier qu'elle en avait assez de ce monde et de cette lutte constante... L'état de ses nerfs allait jouer en ma faveur , ou non.
Je n'allais pas rester indéfiniment ici.

- Bon d'accord, ne me donne pas de l'eau.... Pistache.
J'avais envoyé ça comme une insulte enfantine pour la mettre au défi.J'agitais mes mains afin de les libérer mais en vain, rien n'y faisait.

- Dis moi au moins pourquoi tu m'as ligoté !
J'avouais que j'avais l'air débile là et je ne l'avais même pas blessé !

- Je ne veux pas te faire de mal.
Je laissais un soupire s'échapper de ma bouche. J'en avais marre, marre de combattre et les vivants et les morts. Marre de ne pas comprendre les gens et leurs souhaits, notamment cette fille aux grands yeux ronds. Et d'ailleurs, elle n'avait pas l'air d'une grande tueuse en fait. Je veux dire, si on la matait de plus près elle avait l'air... normale et mignonne. Ces précisions me décourageaient davantage, incapable de tenir tête à une innocente.

- Tu sais quoi? Tue-moi maintenant et qu'on en parle plus.
Je baissais la tête comme prêt à prendre des coups. Je ne voulais pas la regarder dans les yeux , je ne voulais pas voir naître dans ses yeux -peut être- la lueur de mon assassin.




_________________
Je vous ♥️bambinos

Be fast because walkers hate FAST FOOD
By Lollipops & tumblr ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Megan Stirling
I'm Still in School

Feat : Marion Cotillard
Messages : 850
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 23
Localisation : the-divergente.forumactif.org & winter-of-blood.forumactif.org

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
60/100  (60/100)
Jauge de Faim:
60/100  (60/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Megan ✖Une aventure pas comme les autres✖14.o9.11   Dim 8 Juin - 11:38

Bon bah visiblement, il a trouvé plutôt normal le fait que je l'ai appelé "Cacahuète". Peut-être que c'est son prénom, si ça se trouve ? Si c'est ça, c'est vraiment que j'ai un don. Mais attends. Qui s'appellerait "Cacahuète', sérieusement ? C'est interdit par l'Etat, ce genre de prénoms, de toutes façons, non ? Quelle perspicacité ... Tu m'explique à quoi servent toutes ces tergiversions ?

« Bah si je dois mourir, j'aimerais bien mourir hydraté ! Y a assez de souffrances comme ça ... »

Ça, c'est le moins qu'on puisse dire. Rien que d'y repenser, à tous ces événements récents, les larmes me montent aux yeux. Mais passons. C'est pas le moment d'être sensible non plus. Ouais, c'est le moment de faire preuve d'un peu plus de maturité que ça. Je lui réponds rien, de peur que ma voix ne tremblote et ne me trahisse. Après une courte hésitation, il ajoute :

« Bon d'accord, ne me donne pas de l'eau... Pistache. Dis moi au moins pourquoi tu m'as ligoté ! Je ne veux pas te faire de mal. Tu sais quoi? Tue-moi maintenant et qu'on en parle plus. »

Je tique quand il m'appelle "Pistache" ... En fait, ma bouche se tord en un micro-sourire, que je ne laisse pas aller plus loin. J'ai l'impression que l'ambiance est à la fois tendue et détendue. J'ai aussi une folle envie de rire, mais je résiste. Ça passera. Quand à le tuer ... C'est inimaginable. Non, c'est pire que ça : c'est pas moi. Ça ne peut pas être moi. Je tuerais jamais personne de sang-froid. J'ai même envie de lui donner de l'eau à la petite cuillère là. J'commence déjà à culpabiliser qu'il se déshydrate. Je pousse un long soupir, empreint d'incertitudes. Il me dit qu'il ne me fera aucun mal, mais tiendra-t-il parole ? Je vais chercher les ciseaux, et reviens vers lui, m'accroupissant à sa hauteur. Je sonde son regard, espérant ne pas faire de bêtise. Pourtant, il a quelque chose de rassurant et de bienveillant. C'est peut-être la dernière fois de ma vie que je fais confiance à quelqu'un, mais bon. Je lui fais :

« Très bien. »

Je coupe ses liens, qui tombent au sol dans un bruit étouffé. J'ajoute, me passant les mains sur le visage :

« Je suis désolée, j'ai vraiment craqué ... Qu'êtes-vous venu chercher ici ? »

_________________
♥️ Dix Roses d'Amour ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Megan ✖Une aventure pas comme les autres✖14.o9.11   

Revenir en haut Aller en bas
 

Megan ✖Une aventure pas comme les autres✖14.o9.11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Partons à l'aventure !
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: Franklin High School :: Bibliothèque-