Memento Mori

Dans un monde envahi par les zombies, arriverez-vous à survivre ? Choisissez votre camp, choisissez votre survie... ou votre mort.
 

Partagez | .
 

 Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]   Jeu 23 Jan - 9:12



Nuit du 8 au 9 septembre

Je n’ai jamais été une bonne infirmière, que ce soit clair. J’ai toujours été une stressée de mal faire, pourtant, je travaillais bien. Mais quand je stressais, je me laissais bouffer. Heureusement, avec le temps, j’avais appris à gérer ce stress. Mais cette nuit-là, je n’y étais tout simplement pas arrivée.

Il devait être dans les alentours de 2h du matin. Kyle n’allait franchement pas mieux, mais moi, je gardais espoir. Et pourtant, une voix dans ma tête ne cessait de me répéter qu’il fallait que je m’apprête au pire. Cependant, je la chassais toujours, gardant l’idée que mon petit patient irait mieux, bientôt. Et pourtant… même avec un bon traitement, il n’allait pas mieux. Il était toujours gris, sa respiration n’était pas régulière et depuis que nous étions revenus de la clinique, avec Daryl, il avait fait deux nouvelles crises d’épilepsie. Je savais que ce n’était pas normal, mais quand il lui arrivait d’être éveillé, je n’arrêtais pas de le rassurer. J’étais vraiment enfermée dans mon idée que tout allait aller.
Nous nous relayions avec Hershel. Le vieil homme voulait que je me repose, et j’avais donc emménagé dans une cellule, à côté de celle de mon petit patient. S’il venait à lui arriver quelque chose, il viendrait directement me prévenir. Mais même si c’était le cas, je n’arrivais pas à bien dormir, loin de là.

Cette nuit-là, c’était à moi de veiller. Je gérais les dialyses de mon petit patient, et nous lui avions aussi posé une voie périphérique « au cas où ». Je regardais les gouttes de liquide physiologique tomber une à une dans la trousse. J’étais épuisée, littéralement. Mais je restai toujours vigilante. Au loin, j’entendais les voix de Daryl et de Rick. Je ne savais pas de quoi ils discutaient, mais pour moi, c’était sans importance, même s’il était tard. Enfin, je n’étais pas la seule à rester éveillée, et ça me rassurait un peu sur le fait que je n’étais donc pas la seule à manquer de sommeil, même s’ils allaient surement bientôt se coucher. Tout allait bien, donc. Ça me rappelait mes nuits à l’hôpital : je restais dans la salle de garde quand je n’avais rien à faire, à étudier les dossiers des patients, ou bien même lire tranquillement un bon bouquin. Hershel m’avait d’ailleurs filé quelques livres, pour m’aider à passer le temps. Depuis que je veillais, je n’avais pas encore pensé à en ouvrir un seul. Mais là, l’idée ne me paraissait pas mauvaise.

Alors que je tendais la main pour en prendre un sur la petite table à côté de moi, Kyle fut pris d’un soubresaut et avant même que je ne puisse relever la tête, il se mit à convulser, une fois de plus. Et une fois de plus, je me jetai sur lui, l’installant sur le côté. Il fallait attendre, comme pour chaque crise d’épilepsie. Normalement, ça ne durait pas plus d’une minute. Mais là, ça me parut durer une éternité. Et pour cause : cette crise dura bien plus longtemps. Soudain, Kyle s’arrêta de convulser. Je me penchai légèrement vers son visage, et murmurai d’une voix tremblante :

« Kyle… ? »

Et là, il repartit : une nouvelle crise. Non, ce n’était pas normal. Pas normal du tout. Des larmes perlèrent aux coins de mes yeux et je me mordis la lèvre, tout en continuant de murmurer son nom. Dire que je n’avais même pas pensé à prendre des antiépileptiques, à la clinique. Idiote. J’avais été complètement idiote. Il y eu encore des pauses entre deux crises… je ne savais dire combien. Et puis d’un coup, tout s’arrêta. Lentement, je posai mes doigts sur le frêle cou de l’enfant, dans l’espoir de sentir un pouls. Mais il n’y avait rien. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine et d’un geste brusque, j’installai Kyle à terre et commençai un massage cardiaque. Je pouvais sentir les côtes de mon petit protégé craquer sous la pression. Ma vue était totalement brouillée, maintenant, et je ne m’entendais même pas supplier…

« Ne me laisse pas… ne m’abandonne pas… par pitié Kyle, ne fais pas ça… »

Puis d’un coup, je me relevai, courus vers l’extérieur, et pris dans ma cellule de quoi faire redémarrer le cœur : de l’adrénaline. Je ne connaissais pas les doses, mais avec deux ampoules, ça devait suffire, non ? Je revins en courant dans la chambre du petit, sans même remarquer les deux hommes qui nous avaient tant aidés, tous les deux.
Je m’écroulai à côté du corps inanimé de l’enfant et d’une main tremblante, puisai le médicament à l’aide d’une seringue, et l’injectai dans la perfusion. Je jetai mon matériel et repris mon massage cardiaque.

Et après cinq minutes… cinq longues, cinq courtes minutes, je finis par comprendre que j’essayais simplement de sauver un mort. Les larmes ruisselaient sur mon visage aminci par les mois à tenter de le faire vivre. Je m’arrêtai alors, gémissant de douleur et posai une main sur ma bouche, pour étouffer un sanglot. Lentement, je traînai le corps de mon petit Kyle contre moi, le hissant dans mes bras. Sa tête roula dans le creux de mon cou, et sans même m’en rendre compte, je me mis à le bercer.

« Pourquoi… pourquoi tu me fais ça… pourquoi… c’est pas possible… je n’ai rien pu faire… c’est ma faute… »

Oui. C’était ma faute. Ma seule et unique faute. Si seulement je n’avais pas joué ainsi avec son traitement. Si seulement… si seulement… mais c’était trop tard.

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]   Sam 25 Jan - 23:33

Alyana & Rick & Daryl

Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins.



Rick ne s'amusait pas, mais il tournait un peu en rond, faisant le tour des blocs nettoyés pour vérifier que tout était normal. Il aurait pu faire gardien de prison à ce stade même s'il ne se sentait pas à l'aise pour ce job. Sauf que là il n'avait pas le choix, il se couchait souvent tard pour prendre le temps de vérifier le fonctionnement et le bon déroulement des choses afin que le groupe agrandit puisse vivre un peu plus paisiblement. Muni d'une simple lampe-torche en guise d'éclairage pour mieux voir dans l'obscurité sombre du matin. Il faisait nuit dans la prison, seule une faible lueur sortait du lot à travers quelques fenêtres munies de barreaux en hauteur. Une atmosphère assez pesant quand on prenait le temps de regarder les choses bien en face. Malgré le fait que certains blocs étaient déjà complètement nettoyés, pour pas dire tous, Rick avait toujours cette appréhension de croiser un endroit où des rôdeurs pouvaient se terrer. Non pas pour lui, mais pour le groupe, pour Carl. Il ne pouvait pas se résoudre à se dire qu'il avait oublié quelque chose de primordial dans le nettoyage complet de la prison. Elle était tellement sombre et glauque par endroit que ça lui donnait une petite chair de poule quand même, ce qui était fort désagréable quand on sait qu'ils vivaient tous ici. Mais ça devait surement être à cause du fait qu'il avait trop de choses en tête: le gouverneur, les anciens habitants de Woodbury, le danger rodant autour d'eux, les fameuses personnes commençant à tomber malade. Il y avait tellement de facteurs qu'il ne pourrait même pas les compter sur les doigts d'une main.

Bref, Rick vagabondait un peu partout jusqu'à finalement tomber sur un léger bruit de pas dans l'obscurité. Le bruit étant bien trop lent à son gout, ce dernier restait encore plus attentif et observateur. La lampe torche bien braqué devant lui, Rick avançait à pas de loup en faisant des petites foulées jusqu'à arriver devant une porte/grille ouverte. Il respirait un bon coup afin de faire passer le petit stress qui lui montait nerveusement en lui. Ni une, ni deux, il faisait un mouvement de coté pour faire face à ce fameux bruit et il découvrait Daryl qui n'était pas encore couché et qui avait l'air de faire la même chose que lui.

- Qu'est-ce que tu fais ?

Le cœur de Rick se calmait petit à petit après avoir vu que c'était seulement Daryl. Il essayait de ne pas montrer sa surprise et le fait qu'il était un peu envahit par le stress et les nerfs il y avait quelques secondes, juste question de se donner une contenance. Il baissait sa lampe-torche, laissant seulement la faible lumière de l'extérieur se faufiler entre eux pour leur permettre de se voir malgré tout. Sauf que, comme si tout allait de travers, quelques paroles se faisaient entendre, les paroles d'une femme venant de l'étage en train de pleurer où il ne savait quoi. Qu'est-ce que s'était que ça ? Rick s'immobilisait avant de regarder fixement Daryl dans un premier temps, essayant de trouver des réponses avant de finalement relever son regard vers les cellules du haut. Il devait aller vérifier. Il se mettait donc à trottiner jusqu'à l'étage où il ralentissait l'allure avant de tomber sur la source du bruit. Alyana....en train de pleurer face au corps du petite Kyle. Une boule se formait dans la gorge de l'ancien Shérif qui restait choqué et impuissant face à cette scène. Il ne la connaissait pas depuis longtemps, mais ça lui faisait un petit quelque chose en voyant ça. Aucun mot ne sortait de sa bouche, que pouvait-il dire pour la calmer dans son chagrin ? Rien, rien n'était possible pour le moment. Il ne pouvait pas non plus compatir dans un point de vu où il n'avait perdu aucun de ses enfants. Lori était une adulte, sa femme, c'était différent. Alyana devait considéré Kyle comme son propre fils, ce qui était d'autant plus chagrinant. Rick restait neutre sur le visage, mais n'en pensait pas moins. Il laissait son regard se poser sur l'archer qui l'avait visiblement suivi comme pour essayer de le motiver à aller lui parler. Parler, réconforter, ce n'était pas tellement quelque chose dont Rick avait l'habitude. Enfin, c'était un peu un comble en sachant que ce n'était PAS DU TOUT un truc dont Daryl aspirait.

Finalement, sachant que ça ne se produirait pas comme ça, Rick s'avançait d'un pas discret dans la cellule du pauvre et défunt Kyle, ne voulant pas faire de gestes brusques. Il était mort. Une fois assez prêt, Rick déposait une main se voulant bienveillante sur l'épaule d'Alyana. Si seulement il avait les mots pour la réconforter ne serait-ce qu'un petit peu. Mais non, il n'avait rien à part une vérité qui pourrait la mettre hors d'elle ou il ne savait dans quel émotion. Kyle venait de mourir à première vue et il se transformerai en rôdeur, il fallait le tuer. Mais est-ce qu'elle était au courant du fait que même mourir d'une mort naturelle transformaient les morts en rôdeurs ? Il ne pensait pas.




Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Daryl Dixon
I'm not a Prisoner, Just a Survivor

Feat : Norman Reedus
Messages : 134
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]   Ven 31 Jan - 11:34

J’’avais pas trop de temps pour réfléchir depuis quelques jours. Pour être honnête, c’était vachement par choix. Réunion pour pouvoir aller chercher de la bouffe ou des trucs utiles, nettoyer un peu dehors parce que notre bande de chair fraîche attirait vachement les rôdeurs. Et en plus, les gens v’naient voir pour que je prenne des décisions. Pouah… n’importe quoi, mais au final j’me disais que s’ils v’naient m’voir, ils savaient un peu à quoi s’attendre… ils commençaient à m’connaître un peu j’imagine. Enfin… c’était un grand mot, mais mon tempérament était pas trop difficile à saisir quoi. Bref, les pires moments restaient quand fallait dormir. Merde que c’est chiant dormir quand même. En plus, c’est p’tain nécessaire quoi. Enfin bref, j’aimerais bien mettre mon cerveau sur off quoi. Mais c’pas possible. J’comprends maintenant pourquoi il arrivait à Merle de prendre tous ses p’tains de trucs pour que son cerveau soit aussi efficace que du jello…

Bref, pourquoi j’pensais à ça? Parce que j’en étais encore à envoyer promener la nuit et le sommeil. J’arrivais pas à dormir. Quelle merde. Et c’pas que mon corps était pas fatigué lui… enfin, pas à vouloir tomber coma, mais pas assez pour que mon cerveau s’dise que m’foutre la paix, ça serait vachement une bonne chose. Au final, à force de tourner en dormant, j’en venais à repousser d’un mouvement brusque la couverture et attrapait un chandail sans manche avant de me lever. Mouais, j’pris aussi la peine de mettre mes chaussures, j’avais déjà mes jeans sur le dos. J’me tiens préparé quoi. Et j’dormais pas dans une putain de cellule moi, pas question. Bref, une fois debout, j’levais mon regard sur les cellules que j’voyais de mon coin.

Bref, sans prendre la peine de prendre mes armes ou encore une lampe torche, je me mis à marcher. Bah ouais… j’entendais les respirations des gens, des ronflements par moment, mais j’faisais mon tour quoi. Je marchais lentement, grattant ma nuque, j’écoutais plus que j’observais en réalité. Et j’me fiais aussi bien à mes oreilles qu’à mes yeux aussi. Puis j’entendis un bruit. Un bruit de pas. Je me tournais d’instinct vers ce son. On y voyait pas grand-chose en dehors de ce que l’extérieur envoyait comme lumière. J’sais pas pourquoi, mais j’me sentais pas trop nerveux, après tout, on était une sacrée foule ici et y’avait sûrement pas moi qui ne dormait pas. Puis, près d’une porte, je vis la lumière d’une lampe torche me tomber dessus, comme si on tentait de me surprendre, mais j’restais un peu de marbre. Avant même que je me demande qui s’était, j’entendis la voix de Rick. J’plissais un peu les yeux, la lumière m’faisait un peu mal aux yeux, à sa question, j’hochai d’un vague mouvement de la tête.

«Arrive pas à dormir.»

C’était quand même assez clair, bien que brève comme explication. Quand il abaissa sa lumière, j’eus besoin encore de quelques instants pour revoir dans la pénombre de la prison. Je vis donc plus nettement la silhouette de l’ancien shérif. Avant que je puisse ouvre la bouche pour lui poser une question, j’entendis une voix. Pas quelqu’un qui parle en dormant, non, c’était une voix plus…hm…affirmée. J’échangeai un regard avec Rick. Mouais, il avait entendu aussi et lui pouvait voir à ma gueule que j’avais aussi entendu. Je relevais la tête vers la cellule et je suivis finalement Rick pour aller vers la cellule. C’était celle de Kyle. Pourquoi je le savais? Bah, j’ y avais déjà été… et bon, le gamin était assez mal au point. J’voyais toujours Hershel et Alyana s’occuper de lui.

Avant même de voir la scène, j’sentis comme une p’tite boule dans mon estomac. C’était pas bon ça. J’avalais ma salive avant que mon regard tombe sur la scène. Bordel de merde. Y fallait pas un dessin pour comprendre, ni même être plus intelligent que moi. La blondinette pleurait et le mioche était visiblement mort… pourquoi elle ferait une crise pareille aussi… C’était pas une surprise en soi que le gamin soit mort, mais ça rendait pas les choses plus faciles. Un mioche. C’était qu’un gamin qui tentait de survivre et là, il était mort. Mort naturellement en plus, enfin… de sa maladie, il avait pas été bouffé. Pourtant… ça m’faisait un mal de chien à l’intérieur. Qu’un gamin. On dirait que ça m’résonnait dans la tête. J’eus une pensée pour la p’tite Sophia. Bordel de merde. J’passais une main dans mes cheveux dans un geste lent. Ce monde était con quand même. Moi j’restais figé dans l’entrée de la cellule comme un crétin, mais Rick… Rick, il réussit à entrer lui et même s’approcher assez de la blondinette pour lui mettre une main sur l’épaule. Du coup, j’me sentais con de pas lui avoir dit ce qui arrivait quand les gens mourraient naturellement. Ouais… parce que ouais… ça m’faisait quelque chose de voir ça, je savais que c’était pareil pour Rick…mais tous les deux, on savait ce qui allait se passer et je pense que ça serait encore plus la cata si on agissait pas rapidement.

J’eus alors une pensée, une parole qui me revint en tête «Protège là.» Pff. Pourquoi ça arrivait à moi… de toute façon, la mort de Kyle m’affectait, mais ça m’ferait encore plus chier de devoir le retuer s’il se relève en voulant bouffer Lyly. Et j’voulais pas qu’elle ait l’image de Kyle comme ça non plus. Donc, motivé par les paroles qui me résonnaient en tête comme un écho, j’m’avançais doucement dans la salle et passait à côté de Lyly pour me pencher devant elle. J’osais pas trop la regarder, nah, j’étais pas… un mec pour ce genre de situation. J’murmurais doucement en regardant le corps inanimé de Kyle.

«C’fini aller… lâche-le, Alyana…»

Dis-je avec une voix qui me ressemblait à peine. J’osais pas lever mes mains pour prendre le mioche, j’voulais pas lui arracher non plus, mais elle pourrait pas rester comme ça éternellement. Et j’avais pas envie de lui dire comme ça qu’il allait vouloir la bouffer bientôt. Je levais un peu mon regard vers Rick puis sur Lyly.

«J’vais m’en occuper maintenant…»

Mouais, autant pour Lyly. Genre, je lui creuserais une tombe et tout. Et pour Rick. Je finirais le p’tain de sale boulot. Mais c’était mon job et… j’assumai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]   Sam 1 Fév - 12:03

Le monde entier s’écroulait. Je pleurais comme jamais je n’avais pleuré auparavant. Même quand mon père était mort, je n’avais pas été dans un état pareil. Même quand j’avais fait le deuil de mon frère, de ma mère, de Becca. Non. Je serrais le corps sans vie de Kyle tout contre moi, le plus fort que je le pouvais. Les larmes dévalaient mes joues pour s’écraser sur les siennes. Son petit visage avait l’air si paisible… enfin, il était bien. Et je m’en voulais de penser cela. Je m’en voulais aussi de n’avoir rien décelé. Il était pourtant tellement vrai qu’un enfant qui ne parle pas, est un enfant qui souffre. Et Kyle, ces derniers jours, ne parlait pas. Je lui avais pourtant demandé s’il se sentait bien, plusieurs fois même. Et à chaque fois, il me répondait que oui, et que je n’avais pas à m’inquiéter. J’aurais dû le voir. J’aurais dû comprendre. J’avais été stupide.
Lentement, je remis une mèche de cheveu de mon petit protégé derrière son oreille et doucement, je posai un léger baiser sur son front blanc comme neige. Je posai une main sur sa tête, le calant dans le creux de mon cou. Je ne m’en étais pas rendue compte, mais je le berçais, le collant tout contre moi.

J’étais tellement absorbée par ma tristesse, que je n’entendis même pas Rick entrer dans la cellule. Quand il posa une main douce sur mon épaule, je relevais lentement la tête. Je ne savais même pas quoi dire. Les yeux remplis de larmes, je laissais échapper quelques sanglots. Son regard tragique me dévisagea. J’avais l’impression que lui non plus, ne savait pas quoi dire.

Soudain, une ombre passa. Daryl. Il se posa devant moi, habillé d’un simple débardeur, et portant le même masque que son compagnon. Je savais qu’ils étaient tristes. Pour moi, pour Kyle… ? Je n’en savais trop rien. Il s’accroupit pour se mettre à notre hauteur et posa son regard sur le corps inanimé de l’enfant. Dans un murmure qui ne lui ressemblait pas –j’avais quand même eu l’occasion de passer quelques heures avec lui pour le savoir…– il me lança que c’était fini, et que je devais le lâcher. Non. Non, je ne voulais pas. Je ne pouvais pas le lâcher. Les sanglots repartirent de plus belle, et je secouai la tête. D’une voix tremblante, je réussis à articuler :

« N… Non. »

Pendant que je refusais, j’avais bien vu le geste de Daryl : il avait levé les mains vers la dépouille de Kyle, et instinctivement, je l’avais encore un peu rapproché de moi. Son corps commençait à se refroidir, je le sentais. Il n’était pas aussi chaud que quand il était vivant. Bientôt, il serait dur et froid comme de la pierre.
Comme s’il ne m’avait pas entendu, le motard continua, assurant qu’il allait « s’en occuper », maintenant. Je n’étais pas prête. Je ne pouvais pas. C’était au-delà de mes forces. Je relevai la tête, détachant mon regard du visage paisible de Kyle, et lâchai, toujours brisée :

« Personne… personne ne s’en occupera. Je le ferai quand… quand… »

Ma voix s’étouffa. Quand quoi ? Quand je serai prête ? Une fois de plus, je sombrai dans les sanglots.
On m’avait un jour dit qu’il n’y avait pas plus hargneuse qu’une mère qui voulait protéger son petit. On pouvait donc dire que Kyle était un peu comme mon enfant. Mon enfant, mon frère, mon ami. Sa mort était encore plus douloureuse que ce que j’avais pu vivre jusqu’à présent. Une brûlure, une coupure, une rupture amoureuse… j’avais l’impression que rien au monde ne pourrait plus jamais me faire sourire, me consoler. Il était « normal » de perdre ses parents. Il n’était pas normal de perdre ses enfants. Et pourtant, j’en avais perdu, des enfants, durant ma carrière. Mais ce n’était pas la même chose. C’était tellement différent…

Combien de temps s’étaient déroulés, depuis la mort de Kyle ? Oh, je ne savais pas le dire… quelques secondes, plusieurs minutes, des heures entières ? Objectivement, il ne devait pas s’être passé plus d’une heure trente. Le temps, je n’en avais que faire. J’allais continuer à rester comme ça, pendant des heures encore. Des heures, des jours. Pourquoi ce n’était pas moi qui étais à sa place ? C’était tout de même plus logique…

Soudain, le temps s’immobilisa. Je continuais à regarder Daryl, les yeux remplis de larmes. Quand tout d’un coup, une main se leva et passa ses doigts dans la cascade de mes cheveux, caressant les mèches blondes. Une main blanche, une main d’enfant. Ma chair se hérissa et mon cœur cessa de battre quand je baissai les yeux vers le corps de Kyle. Les yeux ouverts dans le creux de mes bras, il me fixait d’un regard jaune et obnubilé. C’est alors qu’il se redressa vers moi, et que sa main empoigna une grosse mèche de mes cheveux.

Tétanisée, j’eus juste le temps de voir ses crocs se jeter sur mon cou.

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Daryl Dixon
I'm not a Prisoner, Just a Survivor

Feat : Norman Reedus
Messages : 134
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]   Mer 19 Fév - 17:04

C’était vraiment la merde comme situation pour tout dire. J’arrivais pas à croire qu’on en soit déjà rendu là, c’était qu’un gosse. Comme Sophia, sauf qu’elle…elle avait disparu avant. Lui, il venait de mourir, là. C’était un mioche malade, mais c’était un mioche sympa… et il aurait fait n’importe quoi pour Alyana s’il avait pu. Bref, j’avais pas le temps de m’enfermer dans ma tête, de réfléchir parce que là… fallait agir vite. Oui, c’était vachement triste qu’il soit mort, mais Alyana ne savait pas qu’il allait se relever. Elle le serrait comme si sa vie en dépendant… en réalité, sa vie ne dépendait, mais pas du tout comme elle le pensait en ce moment. Sa vie, elle était en danger même si elle ne pensait que tenir un cadavre dans ses bras. P’tain que c’est d’la merde quand même. J’avoue que je me faisais pas trop insistant quand je lui disais que je m’en occuperais. Elle pleurait en plus, tout pour rendre la tâche plus facile.

En même temps, une ou deux minutes… non, j’étais pas assez con pour me dire ça, une ou deux minutes, ça peut être crucial. Surtout que c’était pas indiqué sur son front combien de temps que ça prendrait avant qu’il devienne un rôdeur. P’tain que j’aimais pas penser comme ça, mais le gamin qu’j’aimais bien était maintenant mort. Là, je regardais son cadavre comme une bombe prête à exploser. Quand même, j’eus la gentillesse de lui dire que c’était fini… je voulus faire un geste pour m’emparer de ce futur danger, mais non, elle le serait encore plus contre lui. J’échangeai un regard vers Rick qui semblait aussi incertain que moi… Et puis je dis un truc idiot, que j’allais m’en occuper. Mouais, ça avait deux sens et Lyly ne comprit que le sens plus positif de la chose. Que je me salisse les mains de sang de cadavre ne frôla même pas son esprit complètement à l’envers. Puis elle me dit qu’elle s’en occuperait quand…quand elle sera prête que je compris, mais elle allait devoir être plus prête rapidement qu’elle ne le pensait.

D’un coup je réalisais que j’avais même pas d’arme sur moi. J’aurais bien aimé me lever pour aller prendre le couteau que Rick avait… mais Lyly me regardait. Elle et ses grands yeux tristes. Je comprenais ce qu’elle vivait… c’était pas un mioche que j’avais perdu, mais mon frère… Mouais, c’était pas pareil. Sauf qu’elle devait avoir l’impression d’avoir perdu une partie d’elle. Mouais.

Et là, ce fut littéralement la catastrophe. Parce que le rôdeur venait de se réveiller. Je vis très nettement la main se lever vers Alyana. Je sais pas comment je fis, mais je réagis vachement vite. D’instinct, je pris le un paquet de drap pas trop loin de moi et la plantait autour de la gueule du rôdeur, question qu’il morde pas Lyly, surtout qu’il la tenait vachement fort par les cheveux. Je voyais plus rien, j’étais en mode chasseur. Je tenais une main ferme le drap derrière la tête de la bestiole, tenant ainsi deux bouts de draps qui l’empêcheraient de mordre la blondinette. De mon autre main, je saisis celle du rôdeur, il était vachement plus fort que vivant, mais… ça restait un gosse. Je plantais ma main entre ses doigts et une fois sa prise plus sur moi que sur Alyana, je lâchai d’une voix plutôt rude.

«Fiche le camp!»

Ça c’était pour Alyana. Elle avait pas besoin de me voir retuer Kyle. Moi, c’était maintenant une saleté, mais pour elle… ça restait le gamin sympathique et je le savais. Je n’étais pas du tout dans une position confortable. À moitié accroupie vers l’avant. Une main qui tenait une poignée de drap et l’autre maintenant prise avec force par un rôdeur mioche. Mais ça restait un mioche. Il se mit à se débattre, son autre main tentant aussi de m’atteindre. J’étais devenu sa cible. Excellent. J’avoue que c’était pas trop difficile, j’avais l’impression de tenir une poupée. Je lançai un énième regard à Rick qui dû comprendre parce qu’il me tendit son couteau de suite, il semblait un peu sous le choc aussi, mais il eut bien plus le reflex de s’occuper qu’Alyana ne se jette pas sur moi pour défendre le gosse.

Puis comme si le temps était pas déjà assez rapide, j’eus l’impression qu’en une seule fraction de seconde, je prenais le couteau et que je le plantais dans le crâne du gosse. Ça avait été facile. Tristement facile. En même temps, il se débattait, mais j’étais plus habile… j’étais un chasseur. Puis je me figeais. Je l’avais bien éteint pour toujours. Ça me fit un drôle de coup à l’estomac. Je revis la gueule de mon frère. Et ça m’faisait chier, il pouvait pas rester mort et m’laisser tranquille ce con? J’avalais ma salive. Je retirais le couteau dans un geste lent et doux… il pouvait plus sentir rien, même si j’étais délicat. J’fermais les yeux l’espace de quelques secondes à peine puis j’eus le sentiment qu’il fallait que je bouge… je retirais le drap de la gueule du rôdeur et tirait le reste pour l’envelopper dedans… pas question de faire de drame en traînant un cadavre de rôdeur comme ça dans la prison et en plus… ça serait plus… respectueux.

Je… j’étais vachement minutieux en réalité. Et rapide aussi. Parce que j’avais bien l’intention d’aller l’enterrer avant la fin de la nuit. Mouais. Sacrée nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]   Dim 23 Fév - 9:37

C’était une véritable catastrophe. J’avais l’impression qu’absolument tout m’échappait. Kyle était mort. Plus jamais je ne le verrais. Plus jamais je ne pourrais le prendre dans mes bras. Dévastée, je profitais des derniers moments en sa compagnie, tenant son petit corps sans vie fermement contre ma poitrine. Et puis, ce fut le drame. Je sentis une petite main passer dans mes cheveux. Je baissai les yeux et vit avec effroi que c’était celle de mon ancien patient. Ses yeux ouverts me dévisageaient comme si j’étais devenue son nouveau casse-croûte. Cette main levée empoigna une mèche de mes cheveux, et se jeta sur mon coup. Tétanisée, je n’eus pas le temps de réagir. En réalité, j’avais peut-être une seule envie : c’était qu’il me bouffe et qu’on en finisse. Peut-être que j’avais envie de me sacrifier pour lui jusqu’au bout… oui, c’était ça.

Je fermai les yeux en même temps que Kyle se jetait sur mon cou, prête à accueillir la mort sans peur. Mais contrairement à toute attente, je ne sentis pas ses crocs se refermer sur moi. Car Daryl lui-même se jeta sur le mon protégé, et lui fit lâcher prise. Une fois que cela fut fait, il m’ordonna de foutre le camp. Mais je ne pouvais pas. Je regardais l’homme se débattre pour moi, avec mon petit Kyle. Je n’en revenais pas. Kyle était devenu un zombie, sans que je sache pourquoi, et un homme, qui était presque un inconnu, se battait pour ne pas qu’il me tue. Tout allait si vite… et finalement, Daryl réussit à entraver l’enfant en lui cachant la tête avec un drap. Le drap dans lequel il était mort. Et puis Rick donna à son compagnon son couteau.

Et ce fut fini.

Ma main gauche se posa sur ma bouche, tandis que Daryl enlevait doucement la lame du crâne de mon petit Kyle. Le drap d’un blanc comme la neige était maintenant teinté d’un rouge profond. Mon sauveur découvrit alors la tête de l’enfant, et l’enroula dans le tissu. En fait, il semblait aussi mal que moi. Je lançai un regard furtif à Rick : lui non plus, ne savait pas trop comment réagir.
A quatre pattes, je m’approchai du corps pour de bon éteint de Kyle, et de Daryl, bien en vie, lui. Je baissai les yeux vers l’enfant et sans vraiment m’en rendre compte, je posai ma main sur celle du brun. D’une voix tremblante et basse, je lançai :

« Pourquoi ? Comment… ? Il… n’a pas été… mordu… »

Oh non, ça, je m’étais presque détruite pendant plus d’un an pour ne pas qu’il le soit. Et j’avais réussi ma mission. Mais alors comment ça se faisait ? J’étais tellement sous le choc, que les larmes ne coulaient même plus le long de mes joues. En fait, je n’avais surement plus l’énergie pour pleurer. J’étais mal. Très mal. Vraiment, plus que jamais, j’aurais aimé me faire bouffer.

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Daryl Dixon
I'm not a Prisoner, Just a Survivor

Feat : Norman Reedus
Messages : 134
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]   Mer 7 Mai - 15:25

Alyana avait pas trop réagit en fait. Bordel, elle voulait se faire bouffer? J’osais pas trop m’poser la question. De toute façon, j’étais bien trop occupé à gérer le nouveau rôdeur… c’était vraiment de la merde. Alyana bougea pas, j’m’en doutais tiens. J’aurais pu lui crier mille fois qu’elle serait restée là à tout voir. Mouais, tout voir comment j’m’occupais du gosse. En même temps, j’allais pas me retenir, j’avais voulu lui éviter de regarder, mais je prendrais pas le risque. Déjà que des gens devaient avoir entendu. C’était sûr, les gargouillis horribles des rôdeurs, ça réveille. Rick s’occupait déjà des gens qui s’approchaient en panique, au moins il était là pour calmer les autres, dire que tout allait bien. Mais tout allait pas si bien que ça. Rick, après un rapide coup d’œil à Lyly était partit vers les autres et j’me retrouvais seul avec Alyana. Et le cadavre de Kyle.

Je sentis qu’Alyana s’approchait alors que je terminais de recouvrir complètement le corps de Kyle. Elle posa sa main sur la mienne, ça m’fit bizarre. Moi et les contacts physiques… je bougeais donc pas trop, je tournais simplement mon regard vers elle et elle me posa la question. Ah ouais. On avait été les pires crétins de pas lui avoir dit. Hershel non plus lui avait pas dit. Moué…et là c’moi qui d’vait tout lui dire. Bordel. Ma voix était un peu râpeuse en fait, mais j’voulais pas être rude avec elle. Je regardais le corps enveloppé avant d’me lancer.

«Hm…j’suis pas l’mieux pour te dire, mais… on est tous infecté…peu importe comment on crève, on s’transforme dans une de ses sele…bah…en ça.»

Bravo. L’prix de la délicatesse. Mal à l’aise, je bougeais légèrement sur place avant de passer mes bras sous le maigre corps de Kyle. J’lui laissais à peine le temps de digérer la nouvelle que je lançais d’une voix qui se voulait encore pas trop sèche.

«J’vais m’en occuper maintenant…»

Elle avait dit qu’elle le ferait, mais j’allais le faire. De toute façon, dans son état, ça lui prendrais bien trop de temps creuser et avec la tristesse et les millions de questions qu’elle va se poser…nah, j’vais lui épargner ça. Et Kyle m’avait fait faire une promesse, je la respecterais. Ça, Lyly le savait pas, mais moi j’avais encore bien en tête la conversation que j’avais eu avec le mioche il y a quelques jours à peine. Ça avait été son dernier souhait, il savait qu’il allait mourir bientôt…je rajustais le corps dans mes bras, j’devais avoir l’air bien con avec le sang et tout, mais j’m’en fichais un peu en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Alyana Johnson
I'm A Lonesome Wolf

Feat : Emilie De Ravin
Messages : 976
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
30/100  (30/100)
Jauge de Faim:
30/100  (30/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]   Sam 7 Juin - 8:47

J’étais loin. Loin dans le sens où je ne me rendais pas vraiment compte de ce qu’il se passait. Je ne me rendais pas compte et en même temps, je ne comprenais pas. J’étais sous le choc : c’était juste impossible. Kyle était mort, puis il était revenu… transformé. Horrifiée, j’observai d’un œil éteint Daryl enlever le plus doucement possible son couteau du petit crâne ruisselant de sang de Kyle. Et puis, le brun enveloppa l’enfant dans la couverture. Il ne bougeait plus. Ses petits muscles ne se contractaient plus, sous cette couverture maintenant couleur rubis. Lentement, mon cerveau se remit à marcher et à quatre pattes, je me mis à ramper vers le cadavre de mon petit compagnon et finit par m’affaler à côté de Daryl, les jambes étalées sur le côté, une main gardant appui sur le sol. Comment était-ce seulement possible ? Je ne comprenais rien. J’étais totalement perdue. Soudain, ma main se posa sur celle de l’arbalétrier. La chaleur de sa peau réussit à m’arracher quelques mots, tout en gardant les yeux rivés sur l’enfant. Pourquoi était-il devenu… comme eux ?

Kyle n’avait jamais pas été mordu. Il n’avait même pas été griffé ou quoi que ce soit. Oh non ! Je m’étais détruite pour que rien de tout cela ne lui arrive, pendant plus d’un an. Et là maintenant, il se retrouvait transformé ? C’était impossible. Juste impossible. La voix grave de Daryl parvint jusqu’à mes oreilles, tintant comme une clochette étrange. Il m’apprit que nous étions tous infectés. Quelle que soit la manière dont on mourait, on se retrouvait transformés. J’eus envie de vomir. C’était vraiment… les mots me manquaient. Je sentais mon cœur battre dangereusement au bout de mes lèvres. Pour tenter de me ressaisir, je serrai la main de Daryl, toujours sous moi. Mais il se déroba et passa ses bras autour du petit corps de mon compagnon tout en disant qu’il allait s’en occuper. Alors qu’il se levait, je le suivis du regard. Puis, contrairement à toute attente, je réussis à trouver la force de l’imiter, non sans devoir me tenir au lit de mon petit compagnon. Evidemment, je voulais le faire seule, mais en aurais-je seulement la force ? Le courage ? J’en doutais grandement. J’articulai péniblement :

« Nous allons le faire ensemble. »

Et Daryl se mit en route. Je le suivis, un pas après l’autre. Chaque foulée était difficile. Je ne savais même pas comment j’arrivais encore à me déplacer. Les autres survivants dormaient encore tous. Rick nous suivait –j’en avais presque oublié sa présence– prêt à me rattraper au cas où. Il me collait comme si j’étais une pauvre petite chose fragile. C’était un peu ce que j’étais, non ?
Nous traversâmes la prison, la cour… et finalement, nous arrivâmes dans le jardin. Le ciel de nuit laissait présager que le soleil allait bientôt pointer le bout de son nez. Rick, qui avait pris deux pelles, nous abandonna près des tombes. Il lança quelque chose à Daryl. Je ne compris pas vraiment quoi. Ou plutôt, je n’y fis pas attention. Veiller à ce que les autres ne nous voient pas, surement. Quelque chose dans le genre. Le shérif partit, tandis que son compagnon déposait délicatement mon petit protégé à côté d’une des tombes. Il prit alors une des pelles et se mit à creuser, sans un mot.

J’avalai difficilement ma salive et me baissai pour agripper la deuxième pelle. Lentement, je me relevai et vint près de Daryl. J’enfonçai la lame dans la terre aussi dure que du béton. Ça me faisait du bien. Une pelletée de terre en moins. Non. Ça ne me faisait pas de bien, au contraire. Deux pelletées. La poussière remuait dans l’air, autour de nous. Ça me faisait mal, mais je continuais. Trois pelletées. Et en plus de ça, j’allais de plus en plus vite. Quatre pelletées. Au bout de la sixième ou septième, je finis par craquer, et envoyer mon ustensile plus loin, près des grillages, et je me sentis tomber sur le sol, dans un nuage de poussière. Les larmes dévalèrent à nouveau le long de mes joues, créant des sillons humides, balayant les fines particules de terre qui s’étaient collée sur mon visage. C’était impossible. Tout bonnement impossible. Kyle ne pouvait pas être mort. Il ne pouvait pas m’avoir laissée seule ici, pas dans ce monde horrible. Je n’avais plus personne. Toutes les personnes que j’avais aimées étaient parties… ou bien je ne savais pas ce qu’elles étaient devenues. Dieu, qu’allais-je bien pouvoir devenir, maintenant ?

_________________

Life can be so cruel


On m'a offert trois roses ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Daryl Dixon
I'm not a Prisoner, Just a Survivor

Feat : Norman Reedus
Messages : 134
Date d'inscription : 04/10/2013

Feuille de personnage
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Jauge de Faim:
100/100  (100/100)
Matériel de Survie:

MessageSujet: Re: Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]   Mar 29 Juil - 15:15

On peut bien dire ce qu'on veut, on peut bien faire les gros durs ou même les sans coeurs. Les gens ne pouvaient pas être totalement immunisé contre les ravages de toute la merde qui nous entourait. L'air de rien, on avait tous une personne qu'on voulait protéger ou encore qu'on avait aimé et qui était partit rejoindre le troupeau de rôdeurs. Personne pouvait se venter d'avoir une histoire banale. D'toute façon, il aurait l'air con de faire le malin.

Et on s'habitue pas. Les connards qui disent qu'ils ont vu assez d'horreurs pour faire comme si rien était...bah, il devait mal dormir la nuit. Voir des trucs louches là où il avait rien et tout ça. Bref. Personne était sain d'esprit et personne avait le cœur allégé. J'philosophe pas, mais en regardant Lyly, j'voyais bien comment elle devait avoir l'impression d'être au fond de l'océan... savez... l'eau à un poids terrible quand on est creux et c'est étouffant et ça donne l'impression d'être pris au piège, d'être perdu. J'le voyais dans ses grands yeux. La confusion, le chagrin. Et moi, l'type super neutre, en sang, avec le gamin dans les bras. J'me disais qu'en enterrant Kyle, ça serait plus... officiel? J'sais pas comment l'dire autrement. Enfin, ça allait être de la merde, je m'en doutais, ça allait vraiment pas être facile.

J'aurais fais l'boulot des bras en menant Kyle dehors, m'en foutais de la tempête moi, pour lui faire une tombe avec les autres, simple mais convenable. Mais je devais aussi m'occuper de Lyly. Pas seulement à cause de la promesse du gosse, mais parce que je serais un gros connard de la laisser dans la cellule en lui disant de rester sagement là, attendre et penser à combien elle souffrait. Et en plus. Le pire, j'crois bien, lui dire qu'on était tous infecté jusqu'à la moelle et que quand on allait crever, bah... on allait vouloir bouffer les vivants. Comme Kyle. J'avais l'air de tourner le fer dans la plaie en la regardant. Digérer la mort du petit, digérer la nouvelle, ça faisait...vachement trop en une seule soirée. J'sais pas pourquoi, mais j'voulais que sortir et l'enterrer. Un peu d'effort physique m'ferait du bien. Avec la tempête j'aurais pas chaud...'fin, même que j'aurais froid p't'être, mais j'm'en foutais. En même temps que je voulais initier le mouvement pour sortir, je vis Alyana se lever et se tenir péniblement au lit de Kyle. Ses paroles ne laissèrent aucune réaction sur mon visage, mais j'pouvais pas m'empêcher de me dire que cette fille était vachement courageuse. Ou trop affligée en ce moment, mais elle se levait, elle qui semblait sur le point de se perdre dans sa tête voulait participer aussi.

J'hochais vaguement de la tête. J'étais pas un bavard moi quoi. Puis je me tournais et me mis en route. En route, j'espérais qu'on nous arrête pas. Mais tout le monde semblait dormir. Ou faisait semblant quoi. Après tout... personne ne voulait vivre un autre deuil. Non, trop occuper à s'occuper de leurs fesses où des gens près d'eux. Rick était derrière Aly' je lui avais lancer un bref coup d'œil. Il était les bras de secours. En même temps, moi j'serais rude si on nous interpellait, Rick serait capable de faire comprendre rapidement aux gens de se mêler de leur affaire. La route ne fut pas très longue et Kyle pesait quelques plumes. Le pauvre était si menu, si fragile. J'aurais rien dans les bras que je verrais probablement pas la différence. Moi qui pensait tomber sur la tempête... j'me trompais, le ciel était clair, enfin, quelques nuages ici et là, mais on voyait les étoiles et la lune et des lueurs un peu plus clairs au loin. Sans savoir pouvoir, j'aurais aimé mieux qu'il pleuve. Juste encore un peu. Une fois à destination, je posais lentement le corps de Kyle par terre, je devais pelleter. Rick me tandis deux pelles en disant qu'il devrait peut-être retourner à l'intérieur au cas que les gens se lèvent. Moi je compris qu'il se sentait pas à sa place. Enfin, son regard disait ça je pense. Que moi, j'pourrais plus l'aider. Moué. J'attrapais une pelle et je me mis au travail. Je laissais le temps à Lyly. Elle prendrait la pelle quand ça lui plaira, elle creuserait quand ça lui plaira et prendre le temps qu'elle voudra. J'allais pas la pousser non plus hein, de toute façon, qu'elle creuse qu'une seule pelleté, moi je m'en foutais, c'était pas grave.

Quelques instants, je sentis la présence de la jeune femme pas trop loin de moi et elle se mit à creuser. Je voyais, juste à sa façon de rentrer la pelle dans la terre qu'elle allait craquer. Aussi, en extirpant la terre, elle usait de son courage, mais... c'était maladroit. Elle allait craquer. J'avais l'air de creuser normalement, mais elle, elle n'était pas constante, elle creusait plus avec sa tête que ses muscles. Je ne fus pas trop surpris de voir la pelle faire un joli vol plané. Je plantais ma pelle dans le sol et je vins près d'elle. Moi aussi j'étais un maladroit au fond. Je me penchais devant elle, j'étais pas brusque parce que bon... elle pouvait pleurer si elle en était capable, si ça pouvait lui faire qu'un once de bien alors qu'elle y aille quoi. Je posais une main rugueuse et sale sur son épaule frêle. Elle semblait si fragile, alourdie par tout le chagrin. J'allais pas lui dire que ça allait bien aller. Parce que ça n'allait pas. J'allais pas lui dire de pleurer, parce qu'elle avait besoin de mon accord. Sauf moi, grand mec maladroit, j'étais là. J'étais pas un menteur et je le serais jamais. Et même quand je tentais d'être délicat, bah, c'était un peu horrible alors bon. Je tentais pas de la prendre dans mes bras. Moi et les contacts physiques... mais juste ça... ça pouvait pas faire de tord.

Et...j'trouvais rien à dire. J'étais un beau con là hein? J'savais vraiment pas quoi lui dire. Mais je sais qu'elle devait se sentir abandonnée, complètement seule et perdue. J'comprenais et surtout... je savais ce que c'était alors bon... elle était pas seule la petite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Elle arrive toujours quand on s'y attend le moins... [PV Rick & Daryl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elle arrive !!!
» Le passé nous revient toujours quand on dors... [pv Seth Cooper]
» LE DESTIN ♔ il est là quand on s'y attend le moins.
» Ces choses qui arrivent quand on s'y attend le moins. ft. James Potter
» Une amitié là où on s'en attend le moins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Memento Mori :: La Prison :: Blocs Nettoyés :: Cellules-